La lettre de Junqueras aux militants d’ERC

Cette lettre d’Oriol Junqueras, lue par Gabriel Rufián lors de la Conférence Nationale d’ERC à L’Hospitalet de Llobregat (Barcelone) samedi 30 juin 2018, a beaucoup fait parler et réagir. Nous en publions une traduction car elle résume bien l’idée qu’a d’elle-même cette vieille formation actuellement en tête des sondages en Catalogne et qui se veut centrale à la fois dans l’indépendantisme et dans la société catalane. On peut en lire le texte original ici, sur le site d’ERC.

Lettre d’Oriol Junqueras depuis Estremera lue par Gabriel Rufián à la Conférence Nationale d’Esquerra Republicana à L’Hospitalet de Llobregat

À la prison d’Estremera, il fait froid l’hiver et très chaud l’été. Ce qui nous environne, aussi loin que ce soit, malgré les murs de béton, arrive à nos cellules et imprègne ce peu de mètres carrés où nous passons 16 heures chaque jour. L’affection, l’amour de tant de monde, les milliers de lettres émouvantes qui nous gardent en éveil, l’ardeur de tant de camarades, amis ou simplement de citoyens anonymes nous permettent de vivre connectés au rythme du pays. Il nous arrive aussi quelques étincelles irritées, mais peu, que nous essayons de relativiser et même comprendre malgré les circonstances.

Les vifs débats sur le chemin à suivre prennent une autre teneur lorsqu’on a devant soi une porte en fer et des barreaux. Esquerra Republicana a aujourd’hui son président en prison, sa secrétaire générale en exil et tout un tas de camarades, de dirigeants du parti poursuivis ou emprisonnés, avec des accusations extrêmement lourdes équivalant à des centaines d’années de prison. Des centaines ! Aucun parti, aucun, n’a autant donné pour arriver jusque là, pour la liberté. Et aucun ne paye aujourd’hui un prix si fort. Aucun.

Et malgré cela, nous avons dû supporter des horreurs et des accusations de toute sorte, depuis la lâcheté (alors que nous avons toujours fait face) jusqu’aux accords secrets avec le PP. Et paradoxalement, les premiers à dire qu’il ne fallait pas hésiter à expulser du Gouvernement espagnol ceux qui avaient pris la responsabilité d’ordonner que l’on frappe les gens du 1er octobre – tandis que d’autres faisaient encore une fois des spéculations – ça a été nous. Camarades d’Esquerra Republicana, sentez-vous fiers de tous et de chacun des sourires de dignité dont ce pays a fait preuve parce que sans Esquerra Republicana, cela n’aurait pas été possible. Cela a été possible grâce à l’action déterminée des gens d’ERC. Beaucoup d’autres camarades aussi, beaucoup. Mais nous étions les premiers.

Surviennent des débats nominalistes qui ne manquent pas de me surprendre. Le seul débat qui devrait nous intéresser vraiment est comment faire pour construire une force imbattable qui puisse surpasser la formidable alliance conservatrice qui ne veut pas que nous les Catalans décidions de notre avenir. Plus nombreux nous serons, plus facilement nos rêves deviendront réalité et plus il y aura de compréhension envers nous sur la scène internationale. Et moins nombreux nous serons, plus facile il sera de nous empêcher de construire un pays dans la paix et la liberté. Il faut donc que chacun travaille efficacement, avec moins de bruit et plus de réussite si ce que nous voulons vraiment est la République Catalane. Et Dieu sait que nous la voulons !

Les exagérations, les proclamations enflammées et creuses, les discours nationalistes excluants sont le chemin le plus rapide pour redevenir une minorité bruyante, pour retourner à l’autonomisme. Nous, les gens d’ERC, savons d’où nous venons. Nous y étions quand nous ne représentions qu’une minorité au Parlement de Catalogne et nous ne nous sommes jamais rendus. Nous avons continué à travailler et à être plus nombreux. Et c’est ce que nous continuons à faire, chaque jour, parce que de fait nous sommes les seuls qui avons fait participer au projet de nouveaux acteurs politiques et sociaux, un travail de forçat, constant et souvent solitaire. Nous n’avons pas la foi des convertis, nous savons que l’on n’avance que lorsqu’on travaille pour avancer, quand on cherche des résultats effectifs au lieu de chercher à faire de l’effet.

Nous venons de loin, très loin, à travailler dans nos quartiers, à défendre nos écoles, à vouloir un avenir juste et digne pour tous, en étant bien conscients que la victoire sera celle de tous ou alors de personne. Nous l’avons fait avec honneur, avec les mains propres, 87 années d’histoire le montrent. Nous sommes un seul peuple, ne l’oubliez jamais. Face aux discours identitaires ou à ceux qui voudraient fractionner en deux la société catalane, je vous dis que quel que soit le lieu où nous sommes nés ou quelle langue nous parlons, la fraternité est d’avoir un projet d’avenir en commun, la volonté de vivre et de vivre ensemble. Et cette capacité que nous avons de séduire notre société, d’aimer tous ceux qui en font partie, nous donnera le résultat que nous mettrons au service du bien commun. Nous sommes la graine de toutes les victoires. Nous avons semé et nous devons continuer à semer, sans relache. Nous sommes les gens d’ERC, nous sommes ceux qui ne se fatiguent jamais, ceux qui sont toujours là, quand le vent est favorable et aussi quand il souffle contre nous.

Nous sommes ceux qui parlent avec tout le monde parce que nous sommes ceux qui veulent que tout le monde participe. Parce que ce n’est qu’en faisant participer tout le monde que nous nous en sortirons. Nous sommes humbles et nous avons beaucoup à apprendre. Mais je vous le dis haut et fort : nous n’avons pas à recevoir de leçon de dignité et de patriotisme, de personne. Esquerra Republicana a dû se charger de tout le travail et de toute la responsabilité en juillet pour sauver le 1er octobre, ERC a dû faire une campagne avec sa tête de liste en prison, la seule tête de liste empêchée de faire campagne. Esquerra a tendu la main aux camarades qui doutaient face à l’adversité et elle les a aidés à poursuivre la route quand ils se sont retrouvé seuls. ERC a travaillé pour rétablir le Govern depuis le premier jour et n’a pas hésité un instant à faire chuter le Gouvernement espagnol responsable de toute la répression et des méfaits du 17 août, du 20 septembre et du 1er octobre.

Et c’est encore une fois nous qui avons assumé la responsabilité de gérer le pays, d’optimiser des ressources toujours insuffisantes, de mettre les grandes cités métropolitaines au service de la justice et de la liberté, de tisser des alliances et des complicités là où c’est le plus difficile. Soyons-en fiers ! Très fiers. Et que cela soit une raison de plus pour continuer à travailler afin d’obtenir la liberté, la justice et la fraternité. Personne n’a donné tant et personne ne paye un prix aussi fort.

Je veux une ERC forte et unie, travailleuse, avec des gens honorables et humbles. Je veux une ERC capable d’échanger avec toutes les formations démocratiques, de créer des ponts et un dialogue intègre. Je veux une ERC qui ne se laisse pas piéger par un frontisme qui nous diminue et qui divise le pays. Nous n’étions jamais allés aussi loin. Et maintenant il nous faut travailler, chaque jour, pour arriver au sommet, un sommet auquel nous devons réussir à mener une majorité politique et sociale.

Vive Esquerra Republicana de Catalunya ! Vive la liberté ! Vive la justice ! Et vive la fraternité !

Persévérez car c’est ce que je ferai et que c’est dans la constance de notre effort soutenu que la victoire est possible. Le meilleur feu  n’est pas la flambée ni celui qui s’allume vite. C’est celui qui réchauffe, celui qui rapproche. Tout comme la patience peut être un arbre aux racines amères mais aux fruits très, très, très sucrés.

Une immense embrassade à tous !

Je vous aime.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.