«En contrôlant la deuxième chambre par derrière»

Semaine du 19 au 25 novembre 2018

Ignacio Cosidó posant à Pedro Sánchez sa question sur l’amnistie des indépendantistes mardi 20 novembre au Sénat.

L’accord du 12 novembre entre le PP et le PSOE sur le renouvellement de la plus haute instance judiciaire espagnole, le CGPJ (Conseil Général du Pouvoir Judiciaire), avait visiblement pour Pedro Sánchez l’intérêt de modifier du même coup la composition du tribunal chargé de juger les indépendantistes et de faire pencher la balance du côté modéré. Ce beau château de cartes s’est effondré cette semaine avec la spectaculaire affaire Cosidó qui a jeté une lumière peu flatteuse sur la haute justice espagnole et sa politisation.

C’est dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 novembre que El Español publie un article intitulé « Nous contrôlerons la deuxième chambre par derrière » : le whatsapp de Cosidó qui justifie l’accord avec le PSOE au CGPJ (1). El Español est un média en ligne madrilène fondé en 2015 par l’ancien directeur d’El Mundo, Pedro J. Ramírez, et qui se signale à la fois par son ultra-nationalisme espagnol assumé et son goût pour l’information racoleuse. Dans l’article, on apprend que le porte-parole du PP au Sénat Ignacio Cosidó (2) a envoyé une série de messages samedi 17 au soir sur le groupe Whatsapp des 146 sénateurs du parti pour expliquer tout l’intérêt de l’accord avec le PSOE sur le renouvellement du CGPJ, la plus haute instance de la Justice espagnole. Après avoir détaillé les chiffres de conseillers (vocales) dont aurait disposé chaque parti selon la proposition initiale du PSOE et selon l’accord final (3), il explique tout l’avantage de disposer de Manuel Marchena comme futur président du CGPJ : « Dit autrement, nous obtenons la même chose en nombre, mais nous y mettons un Président exceptionnel, dont Rubalcaba (4) n’a pas voulu en 2013, mais aujourd’hui non. Un président grand juriste avec une très grande expérience au Suprême, dont l’image bénéficiera au TS et au CGPJ, car il y en a besoin, et avec la capacité de leadership et l’autorité pour que les votes ne soient pas 11-10 mais proches d’un 21-0. Et en plus en contrôlant la deuxième chambre par derrière et en présidant la chambre 61 (5). Ça a été une partie étonnante que j’ai vécu en première ligne. Il y avait en jeu pour nous le futur renouvellement des 2/3 du TS et des centaines de nominations dans le pouvoir judiciaire, vitales pour le PP et pour l’avenir de l’Espagne. »

« L’avenir de l’Espagne », c’est une allusion au conflit catalan et à la nécessité pour la droite espagnole de disposer d’une haute magistrature partisane de la judiciarisation du Procés. « Vitales pour le PP », c’est une allusion aux affaires de corruption qui touchent particulièrement le parti et qui ont provoqué la chute du gouvernement Rajoy ce printemps après le verdict de l’affaire Gürtel. C’était d’ailleurs l’une des raisons des réticences des élus du parti face à l’accord sur le CGPJ : le fait qu’il supposait l’entrée dans cette haute instance, à l’intérieur du quota PSOE, de magistrats connus pour avoir la main dure en matière de corruption, en particulier le juge José Ricardo De Prada de l’Audience Nationale, l’un des 3 membres du tribunal de l’affaire Gürtel et celui qui a forcé Rajoy à témoigner. Les messages Whatsapp tentent donc de calmer cette inquiétude : « La seule chose qui peut ne pas plaire, ce sont les nominations de quelques conseillers du Psoe, mais l’accord précédent supposait de ne pas mettre de veto sur les noms, pour que le renouvellement, qui doit avoir lieu avant le 4 décembre, ne s’éternise pas. De toute façon, il est bon de sortir de Prada de l’Audience Nationale. Il vaut mieux l’avoir comme conseiller que de le voir continuer à mettre des verdicts contre le PP. Une autre considération importante, c’est que cette répartition à 50 % pour les années qui viennent représente plus que ce qui nous reviendrait en s’appuyant sur notre nombre de sièges et si d’autres forces politiques y avaient participé. Bref, un résultat prometteur. Ce que je lis ces jours-ci est d’une ignorance qui frise la délinquance. Si quelqu’un veut plus de détails, avec plaisir. Je vous embrasse » (6).

Pour ajouter au remarquable tempo de l’affaire, il faut signaler que lundi, en réaction à l’accord PSOEPP, avait justement lieu une grève des magistrats contre la politisation de la Justice mais aussi pour l’amélioration des conditions de travail et une augmentation des moyens budgétaires. Une grève suivie par 48 % des magistrats selon le CGPJ, 61 % selon les associations professionnelles et, pour la première fois, des grévistes au sein même du Tribunal Suprême.

Lundi matin, le contenu de l’article d’El Español n’est pas démenti par Cosidó qui se limite à préciser que les expressions qu’il a employé étaient « malheureuses », qu’il a donc été « mal » compris puisque le PP « ne peut pas » contrôler le CGPJ et que tout ce qu’il a voulu dire était que « l’autorité morale » de Marchena « aiderait à ce que les décisions soient le plus unanimes possibles ». Les dégâts, voulus ou non, ne vont pas tarder à se faire sentir. D’abord, c’est Marchena qui publie un communiqué (daté de lundi) en tout début de matinée mardi qui dit :

« Les informations divulguées ces derniers jours à propos de mon hypothétique désignation comme Président du Tribunal Suprême et du Conseil Général du Pouvoir Judiciaire m’obligent à préciser ce qui suit :
1. – Jamais je n’ai conçu l’exercice de la fonction juridictionnelle comme un instrument au service de telle ou telle option politique pour contrôler l’issue d’une procédure pénale.
2. – Ma trajectoire comme magistrat a toujours été marquée par l’indépendance comme présupposé de légitimité de toute décision juridictionnelle.
3. – L’examen des décisions que j’ai dicté durant les années où j’ai été magistrat du TS – et tout spécialement en tant que Président de la Chambre d’Admission des poursuites contre les personnes protégées par une immunité -, est le meilleur moyen de prouver que je n’ai jamais agi en conditionnant l’application du droit à l’option politique de la personne poursuivie ou dénoncée.
4. – Pour toutes ces raisons, je déclare par anticipation ma ferme volonté de ne pas être compris, au cas où cela aurait été en considération, au nombre des candidats au poste de Président du Tribunal Suprême et du Conseil Général du Pouvoir Judiciaire. » (7)

Aussitôt après, Javier Maroto, l’un des autres hommes de confiance de Pablo Casado à la direction du PP, annonce sur Radio Nacional que l’accord avec le PSOE est rompu. Raison invoquée : c’est « la faute au Gouvernement qui a filtré de façon sournoise le nom de celui qui allait présider le CGPJ ».

Il semble que Cosidó n’ait fait que retransmettre un argumentaire issu de la direction du PP pour convaincre des élus sensibles à l’hostilité à l’accord d’une partie des médias de droite madrilènes : son premier message portait la mention Forwarded et il n’a lui-même pas pris part aux négociations avec le PSOE comme l’affirme l’auteur des messages (8). Mais pourquoi avoir retransmis un argumentaire visiblement confidentiel par un canal aussi peu discret qu’un groupe Whatsapp avec plus d’une centaine de participants et auquel d’ailleurs il ne participait que peu ? D’où des soupçons de coup monté mais on ne voit pas très bien par qui et pour quoi à part un possible et désespéré revirement de dernière minute de la direction du PP devant l’hostilité des élus face à certaines conséquences de l’accord (9) … Le seul bénéficiaire objectif de ce coup de théâtre dévastateur est pour l’instant l’actuel président du CGPJ Carlos Lesmes, déjà très contesté (et encore plus depuis la désastreuse affaire des hypothèques), qui devrait rester en place tant que le PSOE et le PP ne se mettent pas d’accord sur son successeur. Une position bien fragile et peu enviable avant les orages prévus en 2019. L’affaire est surtout symptomatique d’une très grande nervosité au sein du PP face à la montée de Cs, tous les sondages plaçant les deux partis à peu près à égalité.

La principale conséquence de cette affaire, en plus de dégrader encore un peu l’image de la justice et d’encore approfondir le fossé entre le pouvoir et son opposition en coupant les quelques ponts qui restaient ouverts entre le PP et le PSOE, est côté catalan de ne finalement rien changer à la composition du tribunal qui va juger les dirigeants indépendantistes, la 2chambre du Tribunal Suprême présidée justement par Manuel Marchena. En exfiltrant celui-ci vers la double présidence du TS et du CGPJ, l’accord PSOEPP aurait normalement donné la présidence de la 2e chambre à un magistrat plus modéré et même fait pencher la balance de l’ensemble du tribunal côté progressiste avec l’arrivée d’une juge de cette tendance. C’était d’ailleurs une des raisons de l’hostilité de la presse de droite madrilène après l’accord. Avec un Tribunal Suprême de plus en plus fragilisé et un président de la 2chambre désormais vu, malgré sa réputation d’indépendance, comme un homme du PP, la situation n’est pas sans rappeler la fin des années 2000 quand l’opposition à tout va du PP contre le Gouvernement PSOE avait fragilisé les institutions de la Transition comme le Tribunal Constitutionnel, contribué au rejet tardif par celui-ci de l’Estatut approuvé par les Catalans et ainsi fait faire un pas de géant à l’indépendantisme.

Le mot : golpista

Putschiste. C’est ainsi que sont qualifiés presque systématiquement les indépendantistes catalans par leurs adversaires de la droite espagnole et catalane (PP et Cs) qui les accusent d’avoir fomenté à l’automne 2017 une tentative de coup d’État (golpe de Estado) comparable à celle du lieutenant-colonel Tejero en 1981 qui avait pourtant lui utilisé des armes et bénéficié du soutien d’une partie de l’armée sans se soucier le moins du monde du vote des citoyens. L’expression, qui est aussi courante dans les médias de la droite madrilène, a fini par en énerver quelques uns et suscité des algarades au Parlement catalan le 9 novembre entre le député apparenté ERC Ruben Wagensberg et le n° 2 de Cs en Catalogne Carlos Carrizosa, ce mardi 20 entre Albert Rivera et Joan Tardà puis, par ricochet ce mercredi, entre Gabriel Rufián et Josep Borrell (avec au départ un malentendu puisque Borrell a cru que Rufián l’avait traité de racista alors qu’il avait prononcé le mot fascistas en réponse à un golpistas prononcé quelques minutes auparavant par Girauta) (10).

La personnalité : Gabriel Rufián (1982)

Rufián (avec Tardà à gauche) saluant les applaudissements socialistes après la réplique de Josep Borrell mercredi 21 novembre au Congrès.

Héros de la semaine côté indépendantiste, le député ERC au Congrès a été le deuxième depuis 1978 à être expulsé de la séance mercredi matin après un très vif échange avec le ministre des Affaires extérieures Josep Borrell. Originaire de la banlieue nord de Barcelone (Santa Coloma de Gramenet, Badalone) et d’une famille venue d’Andalousie et marquée à gauche, Rufián a fait des études de gestion (master en direction de ressources humaines) avant de travailler longtemps pour une entreprise de travail temporaire. Adhérent de Súmate, la plateforme hispanophone indépendantiste en 2015, il est aussitôt remarqué par Oriol Junqueras et propulsé sur la liste des candidats ERC au Congrès où il est élu cette année-là et réélu en 2016. Il forme depuis un duo très rodé et très regardé avec Joan Tardà (député lui depuis 2004) et incarne à la fois le visage hispanophone le plus connu de l’indépendantisme catalan et le goût pour un combat politique mettant en avant l’image (ses tenues au Congrès), la formule choc (ses tweets) et la mise en scène.

Le document : le baromètre du CEO

Trois fois par an, le Centre d’Estudis d’Opinió (CEO), l’institut de sondage de la Généralité, livre son baromètre sur l’état de l’opinion catalane. Le fait que les mêmes questions soient posées à un échantillon raisonnable (1 500 personnes) de manière traditionnelle (à domicile) et depuis la fin des années 1990 permet de suivre les grandes évolutions et de mieux les comprendre. Les questionnaires du dernier baromètre ont été remplis du 22 octobre au 12 novembre et portent comme d’habitude sur la situation économique et surtout politique de la Catalogne et de l’Espagne, les médias suivis, les opinions, la situation personnelle, le caractère avec des recoupements qui permettent par exemple de voir que, sans trop de surprise, les électeurs de la CUP sont les plus disposés à « prendre des risques » et ceux du PP catalan les moins (les autres partis étant à peu près dans la moyenne générale). Les données les plus suivies sont généralement la préférence politique (avec cette fois-ci une accentuation de la domination d’ERC) et les choix quant à l’avenir de la Catalogne Mais l’enquête est riche de toutes sortes de données intéressantes comme par exemple le fait que, sur une échelle gauche-droite, 7 % des Catalans se voient à l’extrême-gauche, 33 % à gauche, 15 % au centre-gauche, 30 % au centre, 4 % au centre-droit, 3 % à droite et 1 % à l’extrême-droite ou que les électeurs d’ERC et des Comuns se situent par eux-mêmes à peu près au même point politique (à gauche du centre-gauche), tout comme ceux du PSC et de JxCat (qui se pensent eux au centre-gauche). Quant à l’indépendantisme, le baromètre permet de voir qu’après un sommet entre 2012 et 2014 où les partisans de l’indépendance étaient plus de 45 %, la proportion est redescendue à un niveau très stable d’entre 35 et 40 % depuis. Face à eux, une proportion elle aussi très stable depuis 2017 de 22 % de fédéralistes et plus mouvante de partisans du statu-quo (24 %). Face à un choix binaire et référendaire, le baromètre enregistre une légère domination du oui à l’indépendance à la mi-2016 et depuis le 1-O (47 % aujourd’hui), une légère domination du non en 2015 et début 2017 (43 % aujourd’hui). Parmi les leaders, le baromètre permet de voir qu’Oriol Junqueras est actuellement la personnalité politique la plus consensuelle (66 % en ont une opinion positive, 25 % négative), Inés Arrimadas (20 % contre 68 %) et surtout Xavier Albiol (10 % contre 71 %) étant les personnalités les moins appréciées.

La semaine

Lundi 19 novembre

El Español publie le contenu de messages Whatsapp envoyés samedi soir par le porte-parole du PP au Sénat Ignacio Cosidó aux autres sénateurs du parti pour défendre l’accord avec le PSOE sur le CGPJ à cause de la « capacité de leadership » de Manuel Marchena et du départ de l’Audience Nationale du juge De Prada.
Les Comuns demandent une réforme fiscale en échange de leur soutien au budget catalan (mais plus un soutien au budget espagnol).
Au Parlement, constitution de le commission chargée de réformer le règlement et d’étudier la proposition JxCat d’investiture à distance (destinée à Puigdemont).
Abandon des poursuites judiciaires contre un transfert de biens en 2017 entre Jordi Turull et son épouse.

Mardi 20 novembre

Communiqué de Manuel Marchena annonçant qu’il renonce à être candidat au CGPJ. Le PP fait savoir que l’accord avec le PSOE sur le CGPJ est rompu sous prétexte que la ministre Delgado aurait fait diffuser dans la presse le nom de Marchena. La 2e chambre du TS chargée de juger les indépendantistes reste donc identique avec Marchena à sa tête. Les prisonniers Junqueras, Romeva, Turull, Rull, Sànchez et Cuixart redemandent sa récusation pour partialité à cause de son « orientation politique ».
Au Sénat, en réponse à Cosidó, Pedro Sánchez n’exclut pas une amnistie des prisonniers indépendantistes puisqu’après le verdict, il faudra « faire de la politique ».
Au Congrès, la motion Cs (uniquement soutenue par le PP) interdisant toute amnistie pour les prisonniers est rejetée. En réaction au discours d’Albert Rivera, Joan Tardà avertit que les députés ERC qualifieront de « fascistes » les députés Cs chaque fois que ceux-ci qualifieront de « putschistes » les indépendantistes.
Un mort et des dizaines de blessés dans le déraillement d’un train régional à Vacarisses, entre Manresa et Terrassa, après l’effondrement d’un talus.

Mercredi 21 novembre

L’Avocate générale de l’État Consuelo Castro destitue par « manque de confiance » Edmundo Bal (qui aurait dû diriger l’accusation publique lors du procès de l’indépendantisme) car il refusait d’entériner l’abandon de la « rébellion ».
Esclandre au Congrès, au départ à cause des qualificatifs de « putschistes » et « fascistes » cette fois entre le ministre Josep Borrell et Gabriel Rufián qui demande sa démission et est finalement expulsé par la présidente Ana Pastor. Elle avertit ensuite les députés que les deux termes litigieux ne seront plus repris sur les compte-rendus de séance. Lors du départ des députés ERC de l’hémicycle, Borrell accuse Jordi Salvador de lui avoir craché dessus, ce que celui-ci nie.
Le Parlement (votes des indépendantistes plus PSC et Comuns) rejette la proposition Cs (uniquement soutenue par le PP) d’interdire les rubans jaunes dans les institutions et espaces publics.
Cs lance sa campagne publique Indultos no contre d’éventuelles grâces en faveur des indépendantistes, avec un bus publicitaire à Madrid.
Le PP et Cs s’abstiennent au Sénat lors du vote d’une motion PSOE condamnant le franquisme et « tout acte d’exaltation » de la dictature.

Jeudi 22 novembre

Quim Torra nomme Alfred Bosch (jusque là chef de file ERC à Barcelone) conseiller à l’Action extérieure en remplacement à partir de vendredi d’Ernest Maragall qui va désormais se consacrer à la campagne municipale ERC à Barcelone.
120 professeurs de droit espagnols signent un manifeste contestant les charges de rébellion et sédition contre les indépendantistes et s’inquiétant de la « banalisation » de ces délits.
Apparemment dans un but de rapprochement budgétaire, ERC et JxCat s’abstiennent au Parlement lors d’une partie du vote d’une motion PSC pour une réforme de l’impôt sur le revenu et lors du vote d’une proposition Comuns pour le remboursement des primes des employés publics avant la fin 2020.
En visite à Barcelone, la procureure générale María José Segarra refuse de parler de poursuites « générales » contre les maires indépendantistes lors du 1-O.

Vendredi 23 novembre

Le baromètre du CEO confirme la domination d’ERC qui obtiendrait 25 % des voix et de 36 à 38 sièges en cas d’élections anticipées, suivie par Cs (21 %, 29 à 30), le PSC (16%, 17 à 18), JxCat (15 %, 23 à 24), les Comuns (10 %, 12 à 13), la CUP (9 %, 10 à 11) et le PP (3 %, 2 à 3). En cas de référendum sur l’indépendance, le oui l’emporterait avec 47 % contre 43 % au non (soit 52 contre 48 % en comptage à la française).
Il y aura 65 candidats pour 41 places aux primaires indépendantistes soutenues par l’ANC à Barcelone.
Selon un rapport du ministère des Finances à la justice barcelonaise, la Généralité aurait effectivement dépensé 197 000 € pour le 1-O dont 177 000 pour les frais des observateurs internationaux et 20 000 pour la traduction anglaise du site Catalonia Votes. Un montant bien moindre que celui avancé par le Parquet (3 millions d’euros) ou l’Abogacía del Estado (2,9).

Samedi 24 novembre

Concluant une semaine de tensions et de blocage à propos de Gibraltar (et quelques jours avant les élections andalouses), le Gouvernement espagnol retire sa menace de ne pas signer l’accord sur le Brexit entre l’UE et le Royaume-Uni après avoir reçu 3 déclarations politiques du Gouvernement britannique, de la Commission européenne et du Conseil européen maintenant le droit de veto de l’Espagne sur l’avenir du Rocher.

(1) L’article peut être lu ici. Son auteur, Ferrer Molina est l’un des chroniqueurs habituels du site pour lequel il écrit aussi des articles toutes les une ou deux semaines.
(2) Après un début de carrière sous Aznar auprès du directeur général de la Garde Civile, Ignacio Cosidó est élu député PP de Palencia de 2004 à 2012, puis nommé cette année-là par Rajoy directeur général de la Police Nationale. Un mandat marqué selon les spécialistes par une forte activité politique et souterraine, en particulier avec le fameux commissaire Villarejo, aujourd’hui emprisonné et qui distille depuis ses révélations comme celles qui viennent de faire tomber Maria Dolores de Cospedal. L’arrivée de Juan Ignacio Zoido au ministère de l’Intérieur en 2016 force Cosidó à quitter le poste et il se fait alors désigner sénateur par le parlement régional de Castille et Léon puis, grâce à l’arrivée de Casado dont il est proche à la tête du PP en juillet 2018, porte-parole du groupe qui a la majorité absolue dans la haute assemblée. Il est considéré comme un membre de l’aile dure du PP.
(3) Selon les messages diffusés par Cosidó, l’accord est bon car il permet au PP d’avoir le même nombre total de conseillers à sa disposition que prévu (10 sur 21) mais y-compris le président. Voici la traduction intégrale (et fastidieuse) de ces explications :
« L’accord antérieur supposait (10 Psoe + 10 PP + le président (Magistrat du Suprême) Psoe = 21) et sans droit de veto contre les candidats proposés par l’autre.
= (12 juges + 8 juristes de prestige reconnu (JPR) + 1 Président) = 21
= ((3 juges PP Congrès + 3 juges Psoe Congrès + 3 juges PP Sénat + 3 juges Psoe Sénat) + (2 JPR PP Congrès + 2 JPR Psoe Congrès + 2 JRP PP Sénat + 2 JPR Psoe Sénat) + 1 Président = 21
Dit d’une autre manière : Le PP aurait eu 10 conseillers, et le PSOE 10 conseillers + le Président = 11.
Avec cette négociation, le PP a 9 conseillers + le Président = 10, et le Psoe a 11 conseillers. »
(4) Alfredo Pérez Rubalcaba, ministre de l’Intérieur de Zapatero de 2006 à 2011 puis à la tête du PSOE de 2012 à 2014. C’est donc lui qui avait négocié avec le PP le précédent renouvellement du CGPJ en 2013.
(5) La 2e chambre du Tribunal Suprême est la chambre pénale, actuellement présidée par Manuel Marchena et chargée de juger les leaders indépendantistes mais aussi compétente pour toutes les affaires concernant des personnes protégées par l’immunité (comme Casado, qu’elle a récemment libéré des poursuites contre son litigieux master). La chambre 61 du même tribunal est celle qui peut interdire des partis politiques (depuis qu’il est dirigé par Casado, le PP fait campagne pour une illégalisation des partis indépendantistes, en particulier la CUP).
(6) Lire l’analyse des messages de Cosidó par le directeur d’El Diario Ignacio Escolar : La separación de poderes, según el director de la policía política.
(7) Lire le texte de ce communiqué sur le site de 20 Minutos.
(8) Toujours selon El Confidencial, le fait que l’auteur des messages utilise l’expression peu juridique « poniendo sentencias » exclut qu’il soit le « juriste » Rafael Català et pourrait donc désigner l’« ingénieur en télécommunications » Teodoro García Egea, député PP de Murcie et secrétaire général du parti depuis l’élection de Casado. Lire Próximos a Cosidó aseguran que él « sólo reenvió un whatsapp que vino de arriba ».
(9) C’est la thèse de l’article de Javier Casqueiro dimanche dans El País, La presión interna en el PP rompió el pacto judicial, selon lequel, plus que les changements pour le procès de l’indépendantisme, c’est essentiellement la peur de voir le juge De Prada au CGPJ qui aurait motivé cette hostilité puis ce revirement.
(10) Sur cet incident, voir notre prochaine traduction d’une partie des échanges au Congrès mardi et mercredi.

Le Govern sans majorité

Semaine du 8 au 14 octobre 2018

Aragonès et Torra au Parlement mardi (derrière, Artadi, Pujol, Batet et Sabrià).

Ils étaient 70 députés indépendantistes élus aux élections du 21 décembre dernier. De ces 70, il a fallu assez vite ôter les 4 députés de la CUP, l’extrême-gauche indépendantiste qui ne supporte pas la « soumission » aux ordres du juge Llarena et a seulement permis in extremis par son abstention l’élection de Torra en mai. Restaient donc 66 députés dont 7 en prison ou en exil, suspendus par le juge Llarena en juillet. Depuis mardi 9 octobre, il n’y a plus que 61 députés indépendantistes de gouvernement en état de voter dont 59 présents au Parlement et 2 prisonniers ERC (Oriol Junqueras et Raül Romeva). Une majorité qui n’en est plus une puisque l’abstention de la CUP ne suffit même plus pour faire passer un vote et que l’indépendantisme de gouvernement dépend désormais du bon vouloir des 8 députés Comuns ou des 17 députés PSC, les seuls groupes de l’opposition disposés à négocier leur soutien au cas par cas (1).

La raison de ce changement majeur est certes la suspension des 7 députés par le juge Llarena mais aussi le long désaccord entre les groupes ERC et JxCat sur la manière d’y répondre. Pour ERC, la priorité était de sauver la majorité indépendantiste, même s’il fallait en passer pour cela par la solution suggérée par le juge. Pour JxCat, la priorité a d’abord semblé être le sort du siège de son leader, le président en exil Carles Puigdemont, et la préservation de ses possibilités d’être réinvesti mais aussi la mise en évidence du caractère anti-démocratique de la décision du juge puisqu’elle amène à mettre en péril une majorité parlementaire. D’où, en juillet comme en septembre et en octobre quelques noms d’oiseau et déjà au moins 3 vifs conflits entre les deux partenaires de gouvernement, dont le dernier jeudi 4 octobre, dans les journées très tendues ayant suivi les accrochages entre Mossos et manifestants de la soirée du 1er octobre.

Le compromis ERCJxCat trouvé jeudi soir 4 octobre ne tenait pas compte des avertissements oraux des juristes du Parlement et était visiblement et principalement destiné à stopper le conflit avant qu’il n’aille trop loin et ne mette en danger le Govern. Les socialistes avaient alors demandé un rapport aux juristes sur les conséquences juridiques et pratiques de ce compromis, demande acceptée par le président du Parlement Roger Torrent vendredi 5 (journée où il est allé s’entretenir avec Junqueras à la prison de Lledoners). Lundi 8, le rapport est donc arrivé sur la table du Bureau, champ de bataille habituel entre les deux principaux acteurs de ce conflit interne à l’indépendantisme : le président Roger Torrent (ERC) et le premier vice-président Josep Costa (JxCat, voir ci-dessous). Précisons que la vivacité du conflit s’explique aussi apparemment par le désir d’ERC de protéger juridiquement Roger Torrent, l’une des figures montantes du parti que celui-ci souhaite préserver en prévision des prochaines échéances, rien ne garantissant un rapide retour à la liberté de Junqueras. On ne comprendra pas grand chose aux tensions internes à l’indépendantisme depuis l’automne 2017 sans cette menace permanente de l’emprisonnement qui pèse sur tous ses dirigeants.

Le rapport des juristes (voir ci-dessous) affirmait que les 4 députés JxCat suspendus risquaient d’invalider toutes les décisions prises avec leur participation puisqu’elles pourraient être annulés par le Tribunal Constitutionnel, sans parler de possibles poursuites pénales contre les membres du Bureau. Ceci car les 4 députés refusent de désigner « expressément » un député de leur groupe pour voter à leur place comme l’ont fait la semaine dernière Oriol Junqueras et Raül Romeva et soutiennent que la délégation de vote déjà accordée au début de la législature au porte-parole du groupe JxCat suffit. Le rapport examiné, les deux groupes ont affirmé très diplomatiquement que le compromis entre eux tenait toujours et laissé la décision entre les mains de Roger Torrent, seul habilité en tant que président à comptabiliser ou non les votes litigieux. Mardi matin, le président du Parlement a pris ses responsabilités et averti le groupe JxCat qu’il allait révoquer les 4 délégations de vote s’il n’y avait pas une nouvelle désignation. Les 4 députés avaient déjà répondu par une lettre manuscrite rédigée la veille par Josep Rull et signée par Jordi Turull, Jordi Sànchez et Carles Puigdemont : « Si finalement la décision du Bureau est d’empêcher l’exercice de notre droit de vote, je me vois obligé de déclarer que nous assumerons la décision et que nos votes cesseront d’être comptabilisés ». Votée par les 3 membres ERC et PSC du Bureau, la révocation n’a donc pas été contestée officiellement par le groupe JxCat, tenu comme ERC par la promesse solennelle du vendredi 5 de maintenir l’unité gouvernementale jusqu’au verdict du procès du 1-O.

Mais le résultat de ce désaccord juridique n’a pas tardé à avoir des conséquences pratiques : mardi après-midi, dès la reprise de séance, sur un menu très fourni de 47 résolutions à voter, le Govern en a perdu 11 qu’il aurait pu faire voter avec les 4 voix des députés JxCat suspendus. Parmi elles, une très symbolique motion de réprobation du roi Felipe VI (65 voix contre 65), la CUP ayant voté pour, les Comuns contre (2) mais aussi des textes plus effectifs comme ceux sur l’identité digitale catalane, le vote électronique ou les primes des fonctionnaires.

L’une des résolutions approuvées cet après-midi-là montrait peut-être la voie à suivre désormais dans un Parlement plus instable que jamais : grâce au vote des Comuns, JxCat et ERC ont réussi à faire passer une résolution appelant à un référendum d’autodétermination de la Catalogne négocié avec l’État … mais sans poser d’ultimatum comme celui annoncé par le président Torra exactement une semaine plus tôt.

La personnalité :Josep Costa (1976)


Après des études de droit à Barcelone, ce natif d’Ibiza (Eivissa en catalan) fait de longs séjours universitaires à l’étranger (États-Unis, Canada, Écosse) tout en s’impliquant très tôt comme avocat dans la vie politique de son île : d’abord contre des projets routiers puis dans des structures liées à l’écologie et l’indépendantisme de gauche proches d’ERC comme Eivissa pel Canvi et Gent per Eivissa. À la fois professeur de sciences politiques à l’UPF (sa spécialité est le droit à l’autodétermination …) et juriste du Conseil de Formentera puis du conseil municipal de Santa Coloma de Gramenet dans la banlieue de Barcelone, il se fait remarquer par son livre Secessió o Secessió au printemps 2017, participe à l’organisation du 1-O (comme suppléant de la commission électorale) et est choisi par Puigdemont en novembre 2017 pour occuper la 17e place de la liste JxCat à Barcelone. Élu député le 21 décembre, il est l’une des figures des indépendants du groupe JxCat, c’est à dire non membres du PDeCat et, fidèle de Puigdemont, il est choisi en janvier 2018 pour occuper le poste très sensible de premier vice-président, c’est à dire n°2 du Parlement et chargé depuis de défendre les positions de l’ancien président au prix de récurents conflits avec le président ERC Roger Torrent et plus récemment avec le premier juriste Joan Ridao.

Le mot : Lletrats

Les juristes (littéralement : lettrés) du Parlement sont depuis longtemps des acteurs à part entière de l’actualité catalane et encore plus depuis la judiciarisation du Procés qui a fait de l’exercice du pouvoir par la majorité indépendantiste un exercice juridique extrêmement subtil dont eux seuls (et encore, puisqu’ils ont connu de nombreux et vifs désaccords internes) maitrisent vraiment les règles. Nommés par le Bureau du Parlement (et donc par la majorité gouvernementale), ils sont 7 et chargés de conseiller juridiquement le Parlement et son Bureau. Le lletrat major (premier juriste), qui peut remplacer le secrétaire général du Parlement, a une fonction plus politique, l’actuel étant Joan Ridao (juriste confirmé, ancien membre du CGE mais aussi ancien député et secrétaire général d’ERC) nommé en juin 2018 après la démission de son prédécesseur Antoni Bayona en poste depuis 2012.

Le document : le rapport des juristes

Rapport sur l’adéquation des écrits présentés par divers députés à la résolution du Parlement de Catalogne « sur la suspension des droits et devoirs parlementaires de divers députés et leurs effets juridiques », du 2 octobre 2018
Demandé par le groupe socialiste après le compromis du jeudi 4 octobre après-midi entre JxCat et ERC sur la suspension des députés poursuivis (demande acceptée par le président ERC Roger Torrent vendredi 5), ce rapport a été déposé au Bureau du Parlement lundi 8 octobre. Il précise les conséquences juridiques du choix par JxCat de maintenir les mêmes délégations de vote qu’avant la décision du juge Llarena de suspendre les 7 députés poursuivis. Le titre mentionne la raison du conflit jeudi matin 4 octobre lorsque le porte-parole du groupe JxCat Albert Batet a présenté au Bureau un écrit précisant qu’il continuerait à voter pour les 4 députés suspendus et contredisant donc la résolution votée par son groupe le mardi 2 qui spécifiait que les députés devaient désigner à nouveau un autre député de leur groupe. Le compromis imposé l’après-midi par le Govern entérinait la divergence de vues sur la question entre les deux groupes.

Voir l’article de NacióDigital où l’on peut lire ce document. 

La semaine

Lundi 8 octobre
Le rapport des juristes du Parlement demandé par le PSC et Torrent avertit que si Puigdemont, Sànchez, Rull et Turull ne modifient pas leur délégation de vote, cela pourra rendre « invalides » tous les scrutins auxquels ils prennent part.
Le CIO donne son feu vert à la candidature Pyrénées-Barcelone pour les JO d’hiver 2030.

Mardi 9
Puigdemont, Sànchez, Rull et Turull ayant refusé de déléguer leur vote selon les nouvelles règles, le Bureau du Parlement (votes d’ERC et du PSC) déclare leurs 4 votes invalides. En séance, la coalition gouvernementale, qui ne dispose plus que de 61 voix, échoue à faire passer 11 résolutions.
Dans la nuit, une vague d’orages cause d’importants dégats autour de Tarragone et la mort de 10 personnes à Sant Llorenç des Cardassar au nord-est de Majorque.

Mercredi 10
Au Parlement, en réponse à ERC qui affirme qu’on ne peut désobéir que si c’est « pour avancer », Torra appelle à l’unité et répète son ultimatum de novembre à Sánchez.
Artur Mas et 3 anciens conseillers de son Govern comparaissent devant le Tribunal des Comptes de Madrid pour avoir organisé la consultation du 9-N. Ils encourent 5,2 millions d’euros d’amende.

Jeudi 11
Le Parlement catalan vote une motion Comuns (soutien d’ERC et JxCat, abstention de la CUP) reprochant au roi son soutien à la répression contre le 1-O et appelant à la fin de la monarchie. La Moncloa juge ce vote « inacceptable ».
Iglesias et Sánchez concluent un accord détaillé permettant le soutien d’Unidos Podemos au budget 2019 contre, entre autres, une augmentation du salaire minimum de 850 à 900 euros et la possibilité pour les mairies de limiter le prix des loyers.

Vendredi 12
Manifestation de 65000 personnes à Barcelone contre l’indépendantisme et pour le maintien en prison de ses dirigeants à l’occasion du Jour de l’Hispanité (fête nationale espagnole commémorant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb).
Le PDeCat suit la ligne Torra et décide de ne pas voter le budget espagnol 2019 tant qu’il n’y a pas de « mouvements concernant les prisonniers politiques » et d’offre « sérieuse » pour résoudre le conflit politique avec la Catalogne.

Dimanche 14
Tandis que Torra, lors d’une cérémonie d’hommage aux victimes républicaines de la Guerre d’Espagne à Montjuïc, appelle à « extraire le réduit du franquisme des structures de l’État », Casado compare la Catalogne à un « narco-état » et une « dictature » à cause des « privilèges » dont jouiraient selon lui les prisonniers de Lledoners.

(1) Après le renoncement de JxCat aux 4 voix de Puigdemont, Sànchez, Rull et Turull (plus le vote du député ERC et ancien conseiller en exil Toni Comín qui, en délicatesse avec son parti, refuse d’exercer sa délégation de vote depuis juillet), la majorité absolue au Parlement catalan est désormais à 66 voix puisqu’il n’y a plus que 130 députés en état d’exercer leur vote. La coalition au pouvoir en a 61 (31 pour ERC, 30 pour JxCat). Avec les 4 voix de la CUP qui se considère dans l’opposition mais peut venir en soutien sur les votes indépendantistes, on n’arrive qu’à 65, pas assez si le reste de l’opposition vote de façon unie dans le sens contraire (65 également). La majorité absolue peut par contre être atteinte avec le soutien (ou l’abstention) soit des 8 voix des Comuns (69) soit des 17 voix du PSC (78) sur des votes non-indépendantistes.

(2) Jeudi 11, après une séance demandée par Cs sur la convivència et la « fracture sociale », les Comuns ont finalement déposé une motion « pour la défense des institutions catalanes et les libertés fondamentales » condamnant le rôle du roi dans la crise catalane et appelant à l’abolition de la monarchie, qui a été soutenue par ERC et JxCat et donc approuvée. Voici son texte complet (page 13 du dossier de la séance) : « Le Parlement de Catalogne :

1. Invite toutes les institutions de l’État à garantir la convivència, la cohésion sociale et la libre expression de la pluralité politique dans l’État. Dans ce sens, il réprouve les actes de répression contre les citoyens et condamne les menaces d’appliquer le 155, d’interdire des partis politiques catalans, de judiciariser la politique et d’exercer une violence contre les droits fondamentaux.

2. Invite les institutions et partis catalans au dialogue, à la négociation et au respect de la pluralité des différentes options choisies par tous les Catalans et Catalanes.

3. Rejette et condamne le positionnement du roi Felip VI et son intervention dans le conflit catalan, ainsi que sa justification de la violence de la part des corps de police le 1er octobre.

4. Réaffirme son engagement pour les valeurs républicaines et soutient l’abolition d’une institution caduque et anti-démocratique comme la monarchie. »

Prélude à la saison des commémorations

Semaine du 6 au 12 août 2018

Les autorités lors de la manifestation No tinc por du 26 août 2017, 9 jours après les attaques du 17-A : on reconnait de gauche à droite la présidente du Congrès Ana Pastor, Mariano Rajoy, le roi Felipe VI et le président catalan Carles Puigdemont.

Signe que la plupart des personnalités politiques sont en vacances, aucune thématique n’a véritablement dominé l’actualité de la semaine qui s’est partagée entre la préparation tendue d’un événement à venir (la commémoration du premier anniversaire des attaques du 17 et du 18 août) et le suivi un ton en dessous des querelles en cours.

Un 17-A qui divise toujours autant

C’est avec un évènement imprévisible, les attaques jihadistes des 17 et 18 août à Barcelone et à Cambrils, qu’a débuté il y a bientôt un an le terrible automne catalan 2017, anticipé depuis longtemps comme le très prévisible moment du choc des trains entre le Govern indépendantiste et le pouvoir espagnol. Un automne un peu anticipé lui aussi et marqué successivement par les lois de séparation votées par le Parlement catalan les 6 et 8 septembre, le début de la répression contre le référendum unilatéral d’indépendance le 20 septembre, le succès imprévu de ce référendum et les violences policières le 1er octobre, les premières incarcérations (celles des deux Jordi) le 16 octobre, la déclaration unilatérale d’indépendance et la suspension de l’autonomie le 27 octobre suivies par l’exil de Puigdemont et de la moitié des conseillers puis de l’incarcération de l’autre moitié, enfin la confirmation de la majorité indépendantiste lors des élections catalanes anticipées du 21 décembre.

La saison des commémorations débute donc avec le 17-A. En ces temps de relative pause politique pour cause de vacances, l’avantage pour les médias est que les Mossos ont déclassifié une partie de leur dossier d’enquête en juillet, ce qui a permis d’en savoir un peu plus sur ce qui s’était passé. Lundi, par exemple, les médias ont pu publier des photos et vidéos prises par les membres du commando pendant leur préparation et retrouvées dans la maison de Cambrils, ce qui a permis de constater que les jeunes gens parlaient aussi bien arabe qu’espagnol et catalan. Mardi, on est revenu à la polémique de base entre les indépendantistes et leurs adversaires en apprenant que des agents du CNI (les services de renseignement espagnols) avaient rendu 4 fois visite à Abdelbaki es-Satty lorsque le futur imam de Ripoll et cerveau des attaques du 17-A était incarcéré pour trafic de drogue à la prison de Castelló. On suspecte en effet es-Satty d’avoir été un temps informateur des services espagnols, d’où la propension de l’indépendantisme à voir dans les attaques une action plus ou moins téléguidée contre le référendum du 1-O. Mercredi, un autre aspect des polémiques nées du 17-A, lié lui aussi à la mauvaise coordination entre les Mossos et les autres services de sécurité espagnols, a émergé : la mention « sans casier judiciaire » notée par le rapport d’enquête des Mossos à propos d’es-Saty 4 jours après les faits. On y a aussitôt vu la preuve que les Mossos n’avaient pas accès à toutes les bases de données de la Police Nationale et de la Garde Civile, supposition contredite par les Mossos eux-mêmes dès jeudi, la mention étant selon eux une erreur due à la précipitation alors qu’ils avaient déjà connaissance du passé judiciaire d’es-Satty. Le conseiller catalan à l’Intérieur Miquel Buch en avait en tout cas profité le matin pour accuser l’État espagnol de « montrer de la méfiance » envers les Mossos et de leur « poser des batons dans les roues ». La période qui avait suivi les attaques avait été en effet marquée par une campagne pas toujours très étayée ni de bonne foi des médias anti-indépendantistes contre les Mossos et leur gestion de l’enquête sous l’égide de la Généralité et en particulier contre les deux principaux responsables catalans en la matière, le conseiller à l’Intérieur Joaquim Forn et le major Josep Lluís Trapero, chef de la police catalane. Le fait que Trapero ait été démis en octobre et Forn incarcéré en novembre, tous les deux pour des faits liés au 1-O, a ensuite alimenté les soupçons indépendantistes.

Outre ce réveil des polémiques sur l’avant et l’après-17-A, un autre point a très vite crispé la préparation des commémorations des attaques : la présence du roi. Felipe VI avait été présent, comme toutes les plus importantes personnalités espagnoles et catalanes, lors de la manifestation No tinc por du 26 août 2017 au cours de laquelle tout le monde avait remarqué les pancartes hostiles au monarque et aux ventes d’armes espagnoles aux pays arabes. Il y eut ensuite le discours télévisé du roi le 3 octobre qui, peut-être encore plus que le référendum du 1er, a marqué pour l’indépendantisme catalan la consommation de la rupture mentale avec l’Espagne. Depuis, chaque passage du roi en Catalogne est cause de polémiques même si les manifestations ne sont plus aussi importantes que  la première fois en mars. En juin, la rencontre obligée de Torra avec le monarque à l’occasion de l’inauguration des Jeux Méditerranéens à Tarragone a été l’occasion pour le nouveau président catalan de formaliser le refus du Govern indépendantiste de participer désormais aux cérémonies royales. D’où un boycott de la remise par le roi des prix Princesse de Gérone quelques jours plus tard … et un embarras certain à devoir figurer de nouveau à ses côtés le 17 août à Barcelone. Comme pour l’affaire de Tarragone, c’est Pedro Sánchez qui a fait office de chef de la communication royale. C’est lui qui a d’abord annoncé lors de sa conférence de presse du vendredi 3 août qu’il serait naturellement aux côtés du roi lors de la commémoration à Barcelone et qu’il en avait averti la Généralité. Lundi 6 août, Sánchez s’est rendu à la traditionnelle audience royale de début des vacances gouvernementales au palais de Marivent à Palma et a confirmé la fuite Picornell (1) du lundi précédent : oui, « Nous avons un chef d’État qui comprend l’Espagne plurielle, qui comprend la diversité du pays et qui a toujours bâti des ponts avec la Catalogne ». Et annoncé une nouvelle fois que le roi serait présent avec lui (et avec la reine et le Gouvernement) à Barcelone le 17 août. Pour les analystes, le roi avait de toute façon tout intérêt à venir : c’est le Govern qui sera critiqué s’il le boycotte (pour manque de respect envers les victimes), c’est le roi qui sera félicité s’il ne le boycotte pas (pour avoir réussi à rassembler tout le monde autour de lui). L’ANC et Òmnium ont vite senti le piège et annoncé vendredi 10 août qu’il n’y aurait pas cette fois de manifestation contre le roi « pour ne pas interférer pendant une journée de respect aux victimes ».

La querelle de l’espace public

C’est une thématique qui agite régulièrement les rangs de l’indépendantisme et de l’anti-indépendantisme depuis octobre, lorsque l’incarcération des Jordi a popularisé le ruban jaune comme signe de protestation (contre la judiciarisation du Procés) que l’on porte sur soi mais que l’on accroche aussi dans tous les endroits publics imaginables. Dans les derniers temps du Gouvernement Rajoy, le pouvoir espagnol avait semblé tenté par une criminalisation de cette très visuelle propagande de rue. Une voie apparemment abandonnée par le Gouvernement Sánchez mais agitée de plus en plus visiblement par Citoyens qui a lancé en juillet une campagne « contre l’occupation des espaces publics par des symboles séparatistes » en incitant ses militants et sympathisants à aller décrocher les rubans jaunes et les bannières politiques accrochées par les partisans de l’indépendantisme. Vendredi (jour propice à une bonne exposition médiatique puisque les week-ends sont plutôt creux en actualité) a eu lieu une opération très commentée du parti à Reus : devant les caméras, deux conseillers municipaux Cs aidés par des militants ont décroché une bannière « Liberté prisonniers politiques » du balcon de la mairie. Le maire a ensuite remis la bannière et porté plainte.

Plusieurs querelles se mêlent en fait et contribuent à faire de la rue catalane un endroit sensible. Il y a donc la querelle de l’espace public où les indépendantistes affirment leur droit à protester visuellement et créativement contre la judiciarisation et où les anti-indépendantistes le leur contestent et montent des opérations de plus en plus organisées (parfois nocturnes et armées) pour éliminer leurs marques. Le fait que des groupes unionistes ultras ou d’extrême-droite se soient spécialisés dans ces actions plus ou moins spectaculaires a ravivé la querelle du fascisme avec des points de fixation dans la grande banlieue de Barcelone (d’où l’appel écrit de Torra la semaine dernière à être « un seul peuple contre le fascisme »). Une troisième querelle est celle des forces de l’ordre avec d’un côté des Mossos plutôt enclins à agir contre certaines démonstrations violentes des décrocheurs, de l’autre plusieurs signalements d’attitudes pour le moins inappropriées de membres de la Police Nationale ou de la Garde Civile en poste en Catalogne comme l’agression du photographe Jordi Borràs par un policier en civil le 23 juillet ou les insultes reçues par 2 députés ERC le 26 (2). Enfin, une quatrième querelle concerne les autorités locales indépendantistes qui ont soit arboré des estelades au fronton de leurs mairies, soit accroché à leur balcon des bannières pour protester contre la judiciarisation (ce qui est aussi le cas de mairies Comuns comme Barcelone). Pour les estelades, la justice penche pour l’interdiction comme l’a montré la décision du TSJC en juillet contre la mairie de Sant Cugat. Pour les bannières, il semble que cela soit plus difficile à contester juridiquement.

La querelle des manters

On a vu la semaine dernière le déclenchement de la querelle des manters qui a aussitôt pris le relais à Barcelone de la crise des taxis et correspondu avec la montée des polémiques sur l’immigration en Espagne. Mercredi 8 août, l’opposition barcelonaise a convoqué une Commission extraordinaire de sécurité pour critiquer la politique de la mairie, en y mêlant d’autres problèmes récurrents du centre-ville comme le problème des narcopisos (3) dans le quartier du Raval. La maire Ada Colau étant en vacances, c’est la maire adjointe Laia Ortiz qui a dû défendre la politique municipale, estimant que cette convocation faisait partie de la « pré-campagne » électorale. Le fait que tous les partis indépendantistes (hors CUP) comme unionistes ou constitutionnalistes aient pris part à cette offensive a généré un malaise à gauche, exprimé jeudi par le député apparenté ERC Ruben Wagensberg, initiateur du mouvement de défense des migrants Volem Acollir : « Il me semble légitime de critiquer la mairie, a-t-il dit, mais pas en utilisant des gens qui ne peuvent pas se défendre et qui normalement n’ont pas droit à la parole, c’est d’une irresponsabilité extrême ». Critiquant directement le leader d’ERC à Barcelone Alfred Bosch dont « les positions ne sont pas du racisme mais peuvent lui donner des ailes », il avertit qu’« arrivent des temps très dangereux où le racisme avance sans frein ». Wagensberg avait retwitté une tribune de Jaume Asens la veille sur Les gauches et le top manta dans laquelle cet autre maire adjoint de Barcelone critiquait la propension de la gauche catalane « à assumer sans le critiquer le cadre mental de la droite sur la sécurité et l’espace public par intérêt partisan » (4). Une autre figure d’ERC, le député au Congrès Gabriel Rufián, avait à son tour retwitté ce retweet …

Les manters ont d’ailleurs pris la parole ce même jeudi 9 août lors d’un rassemblement place de Catalogne pour protester contre la « manipulation » des médias et des politiques à leur égard et défendre leur version de l’agression du 1er août. Également rappeler que vendre des marchandises illégalement est pour eux la solution la moins pire tant qu’ils n’ont pas de papiers. Vendredi, les Mossos ont en tout cas arrêté un vendeur sénégalais qui serait l’agresseur du touriste américain. Et samedi, lors de la rencontre très médiatisée entre Pedro Sánchez et Angela Merkel dans la réserve naturelle andalouse de Donaña, les deux dirigeants se sont engagés à intensifier la coopération avec le Maroc pour freiner la pression migratoire dans le détroit de Gibraltar.

Et aussi …

Côté catalan, on aura noté mercredi 8 août que le juge d’instruction barcelonais chargé d’enquêter sur les préparatifs du 1-O a pour la première fois mis en cause le n°2 du Govern Pere Aragonès (ERC) pour des voyages à l’étranger avec d’autres membres du Govern Puigdemont (Aragonès n’étant alors que secrétaire à l’Économie) destinés selon le juge à assurer le financement d’une future Catalogne indépendante. Vendredi 10 août, Quim Torra s’est dit prêt à renoncer au « mandat » du 1-O si le Gouvernement espagnol acceptait un référendum d’autodétermination en Catalogne : « De fait, nous nous sommes autodéterminés le 1er octobre mais nous pouvons négocier ce référendum et la déclaration d’indépendance du 27 octobre ». Une proposition formelle et selon lui « raisonnable » (5). Le 10 août également, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un entretien avec Carles Puigdemont où celui-ci, en plus de rappeler que ça ne lui « plait pas d’être en exil » et que « s’il y avait la possibilité de voter librement, le président », ce serait lui, se félicite du travail avec Torra (« nous sommes de la même équipe, nous nous coordonnons ») et de la fondation de la Crida (« Nous croyons qu’un tel mouvement est le plus pertinent pour la situation politique en Catalogne. Chaque génération nécessite ses propres manières de faire de la politique. Cela ne fonctionne pas avec les vieux partis fossiles, plongés dans la crise dans toute l’Europe »(6).

Côté espagnol, l’actualité politique a été marquée par l’affaire du mastère de Pablo Casado. Comme l’ex-présidente madrilène Cristina Cifuentes, le nouveau chef du PP a obtenu un diplôme de droit à l’Université Rey Juan Carlos . C’était en 2009 et la juge d’instruction madrilène chargée de l’affaire le soupçonne de se l’être fait offrir grâce à sa « position importante dans le monde politique » et non pas pour son « mérite académique ». Elle a transmis l’affaire au Tribunal Suprême, seul apte à mettre des parlementaires en accusation et qui devrait se décider d’ici octobre. Casado, qui n’a pas encore fourni de preuves de son travail universitaire, campe sur une négation absolue des faits : « Ce que l’on m’a fait à moi, ils ne l’ont fait à personne. Je ne démissionnerai pas ». Et, après avoir fait contre-attaquer mercredi le PP sur l’embauche de l’épouse de Pedro Sánchez par une institution publique, a tenté de détourner l’attention sur un autre sujet dès jeudi en se rendant au Pays Basque pour rendre hommage aux victimes d’ETA. Et par la même occasion accuser le Gouvernement socialiste d’« accorder des avantages pénitentiaires et des rapprochements dans des prisons basques à des terroristes qui ne se sont pas repentis » en « échange d’une honteuse motion de censure ». Il faisait allusion au transfert d’Asturies en Biscaye de deux prisonniers etarras en début de semaine, transfert qui s’était fait pourtant en application d’une décision du Gouvernement Rajoy.

(1) Lundi 30 juillet, le président Podem du Parlement des Baléares Baltasar Picornell avait déclaré (avant de se rétracter en partie) que le roi cherchait à « construire des ponts » et à « dialoguer » avec la Catalogne.

(2) Voir la lettre envoyée par Torra jeudi 9 août à la Déléguée du Gouvernement Teresa Cunillera où il demande au Gouvernement de prendre « des mesures contre les policiers qui commettent ou justifient des agressions contre des citoyens de Catalogne ». À ce jour, il semble que le policier ayant agressé Jordi Borràs n’ait encouru aucune sanction particulière. Les deux députés sont Jenn Díaz et Josep Maria Jové qui ont dénoncé les faits le 7 août : un agent de garde devant le commissariat central de la Police Nationale via Laietana leur aurait craché dessus et insulté le 26 juillet après les avoir reconnus (lire sur El Punt Avui : Dos diputats d’ERC denuncien un agent de la Policia espanyola per insultar-los i escopir-los).

(3) En plus des nuisances dues au tourisme de masse, la vieille ville de Barcelone souffre du trafic de drogue qui s’est concentré dans le quartier populaire du Raval. Les collectifs d’habitants sont très mobilisés depuis des années contre l’occupation d’appartements (les narcopisos) par des trafiquants.

(4) Sur la question des manters (qui n’est pas spécifiquement barcelonaise), voir le récapitulatif d’Aida Morales sur NacióDigital le 7 août : El top manta torna a escena : cinc claus d’una polèmica cíclica. Sur le débat au sein de la gauche catalane, lire la tribune de Jaume Asens le 8 août (Les esquerres i el top manta) et la réponse d’Alfred Bosch le 9 (El top manta i l’esquerra de debó), l’article de Germán Aranda dans l’Ara du 10 août (Divisió a Esquerra per la reprovació del grup municipal a Colau) ainsi que, dans le même numéro, son reportage sur le point de vue des manters (« Cada dia rebem agressions i insultes racistes »).

(5) Déclarations faites dans un entretien télévisé avec l’ancien premier ministre écossais Alex Salmond sur la chaine prorusse RT pour laquelle il travaille désormais.

(6) La version de cet entretien (assez agressif de la part des journalistes) en allemand étant payante sur le site du Spiegel, on peut en lire la traduction en catalan publiée par El Temps le 13 août : Carles Puigdemont : « No m’agrada estar a l’exili ».

Dialogue … sur le dialogue

Semaine du 30 juillet au 5 août 2018

Cunillera et Batet (de dos), Artadi, Maragall et Aragonès (de face) à l’ouverture de la Commission bilatérale le mercredi 1er août.

D’accord pour dialoguer, mais sur quoi ? Pour l’instant, entre la Généralité indépendantiste catalane et le Gouvernement socialiste espagnol, on ne semble pouvoir dialoguer que sur le dialogue. La première réunion depuis 2011 de la Commission bilatérale Généralité/État ce mercredi 1er août a en effet confirmé que si Madrid acceptait désormais que l’on parle de tout, y compris de l’autodétermination et de la judiciarisation, c’était pour dire que rien n’était possible à part utiliser peu à peu les dispositions de l’Estatut de 2006 que la tension avec Barcelone avait empêché d’appliquer ou poussé à abandonner. Pas de quoi satisfaire l’indépendantisme de gouvernement et encore moins une partie de sa base de plus en plus impatiente.

Une Commission bilatérale dont on n’attendait pas grand-chose mais dont on espérait mieux

Du côté indépendantiste, il s’agissait modestement de voir s’il y avait de la « marge pour travailler ». C’était en tout cas l’objectif modeste fixé mardi 31 juillet par la n°3 du Govern Elsa Artadi pour la réunion le lendemain de la Commission bilatérale entre la Généralité catalane et le Gouvernement espagnol. La « distance » étant « encore trop grande » entre les deux exécutifs, il était selon elle impossible de « conclure des accords » dès ce premier rendez-vous, tout au plus pouvait-on espérer une « priorisation » et un « calendrier » des objectifs. Et comme on avait attendu essentiellement de la réunion du 9 juillet entre Pedro Sánchez et Quim Torra qu’elle soit la « première de beaucoup d’autres », on attendait donc essentiellement de cette Commission bilatérale qu’elle enclenche d’autres réunions.

Du côté gouvernemental espagnol, on était tout aussi modeste mais sur un autre plan. Comme l’avait résumé mardi également la vice-présidente  Carmen Calvo, la réunion de cette Commission bilatérale était « un fait normal qui n’aurait pas dû devenir anormal ».

Mais voilà, avec 8 réunions seulement entre 2007 et 2011 puis un long vide de 6 années, ce « cadre général et permanent de la relation entre la Généralité et l’État » prévu par l’Estatut de 2006 n’a pas vraiment eu le temps de devenir normal, c’est à dire d’entrer dans les mœurs ni les traditions. Rien donc d’étonnant à ce que les partenaires n’aient pas très bien su comment se comporter pendant les 3 heures qu’a duré la réunion mercredi 1er août en fin d’après-midi dans le Salon des Orangers du Palais de la Généralité (1). Rien d’étonnant non plus si, malgré ses résultats (modestes) dans la ligne des (modestes) attentes, cela se soit soldé par quelques crispations qui montrent bien la difficulté de l’exercice.

Le plus visiblement frustré fut Ernest Maragall qui fit un long bilan oral en sortant pour expliquer que si la réunion avait été « correcte, courtoise et respectueuse », elle avait été aussi « longue et dure » et marquée par une série de réponses négatives de la part de la délégation espagnole sur les questions jugées essentielles par la délégation catalane, c’est à dire la judiciarisation et l’autodétermination (2). « Nous nous sentions obligés de parler des droits et des libertés et donc des prisonniers politiques et des exilés. La conclusion est un « non » de l’État, comme s’il était étranger à tout ce qui s’est passé. (…) Pour nous, ce refus absolu de traiter les droits et libertés du pays et le refus absolu d’envisager de traiter les voies de participation démocratique sont capitaux. Comment le Gouvernement central veut-il affronter la question catalane ? Avec quelle attitude ? » Et de pointer les limites du dialogue devant ce double refus : « On dirait que nous sommes très loin d’être d’accord sur ce que veut dire la bilatéralité. Eux la nient de fait ou-bien la réduisent à une simple gestion technico-administrative ».

Le compte-rendu du ministère (dans lequel Meritxell Batet déclare que la réunion s’est déroulée dans une ambiance « franche et cordiale »(3) précise quelque peu ce « non » de l’État : « Finalement, les membres de la délégation ont écouté l’exposé fait par la délégation de la Généralité dans le cadre du point à l’ordre du jour à propos des droits et libertés et des voies de participation démocratique, sur lequel les désaccords déjà connus n’ont pas évolué ». C’est sur ces « voies de participation démocratiques » (l’autodétermination) que les « désaccords sont les plus flagrants » selon le compte-rendu, la délégation catalane demandant la constitution d’un groupe de travail spécifique qui est refusée par la délégation espagnole puisque la Commission bilatérale doit « développer et appliquer le cadre constitutionnel et statutaire ». Pour que les reproches soient mutuels, Batet en profite alors pour rappeler la « préoccupation » du Gouvernement espagnol quant au « fonctionnement normal » du Parlement catalan, à la « neutralité » des institutions locales et à la liberté de « l’espace public ».

Voilà pour le politique, sur lequel il y a clairement désaccord. Quant au technico-administratif, sur lequel il y a eu accord, le Gouvernement officialise qu’il va réactiver d’ici la fin du mois toutes les autres commissions et sous-commissions bilatérales (4) prévues par l’Estatut, elles aussi en sommeil depuis 2011, et qu’elles devront toutes s’être réunies avant la prochaine réunion de la Commission bilatérale à Madrid en décembre. Le Gouvernement accepte aussi d’effectuer un « réexamen des recours devant le Tribunal Constitutionnel » qui ont permis au Gouvernement Rajoy de suspendre un certain nombre de lois catalanes, en particulier sociales.

Le Gouvernement espagnol a naturellement mis en relief l’accord sur cet aspect des choses, le célébrant comme un retour à la « normalité institutionnelle ». Une expression que Maragall a critiqué dans son intervention en soulignant que les deux délégations avaient « une conception très différente de la normalité ». Le conseiller à l’Action extérieure a aussi critiqué le supposé « projet pour la Catalogne » du Gouvernement espagnol (dont Batet s’est limitée à dire qu’il était « intégrateur » et « dans l’Espagne ») puisqu’« à aucun moment de la réunion n’a été avancé quelque projet que ce soit ni proposition de fond ». Après ces expressions fortes qui ont fait les titres des compte-rendus des médias, Maragall a malgré tout signalé les quelques points positifs puisqu’au-delà de « constater les désaccords qui sont évidents et profonds », « il y a trop de choses en jeu » pour ne pas continuer à « travailler » : « Nous ne nous réfugierons pas dans le dégout et la critique. C’est la politique, ce sera long et dur, mais nous avons un calendrier. D’ici décembre 2018, nous aurons célébré toutes les réunions de toutes les commissions. Nous verrons étape après étape jusqu’à où nous arriverons. (…) Nous insisterons, nous continuerons à dialoguer et nous gagnerons même si on nous dit qu’il y a des termes dont on ne peut pas parler ».

En fait, les deux gouvernements sont dans deux positions différentes mais toutes les deux contraintes. Pour le Gouvernement espagnol, il s’agit avant tout de gagner du temps et, pour éviter un retour à la confrontation, de ne lâcher que le minimum aux indépendantistes (ce que Maragall a décrit jeudi comme « un vaste scénario de dialogue apparent pour que tout reste pareil »). Un bon exemple en a été le rapprochement des prisonniers qu’un gouvernement PP n’aurait sans doute pas permis mais que le Gouvernement PSOE s’est simplement contenté de ne pas empêcher. Même s’il le voulait, le Gouvernement Sánchez, avec sa très fragile majorité au Congrès et surtout la majorité absolue du PP au Sénat, n’a actuellement aucune possibilité de changer quoique ce soit à la Constitution et au système territorial espagnol. Pour arriver dans la meilleure position possible aux prochaines élections qui peuvent avoir lieu à tout moment d’ici le printemps 2020, il doit donc engranger les dividendes de la détente avec la Catalogne, aidé en cela par la très vive concurrence entre le PP et Citoyens qui confirme chaque jour la radicalité des positions de la droite espagnole sur la question. Le Govern catalan est lui aussi dans une position très fragile, y-compris parlementairement. Pour « élargir la majorité », il doit d’un côté séduire les Catalans plus ou moins unionistes (essentiellement la classe populaire hispanophone dont les votes vont de Citoyens aux Comuns en passant par le PSC mais aussi, et les électorats se recoupent, la gauche non indépendantiste) en leur montrant à la fois qu’il gère le pays au plus près des attentes sociales et qu’il est ouvert au dialogue et à la recherche d’une solution négociée. Pour continuer à mobiliser sa base, il doit d’un autre côté rassurer les Catalans plus ou moins indépendantistes en leur montrant qu’il ne transige ni sur le droit à l’indépendance ni sur l’abandon des poursuites judiciaires contre les acteurs du Procés.

Les CDR s’attaquent à l’indépendantisme de gouvernement 

Ce sont les Catalans les plus indépendantistes qui ont été les premiers à faire entendre leur malaise par rapport à ce grand écart de l’indépendantisme de gouvernement. Jeudi 2 août, le lendemain de la réunion de la Commission bilatérale, une cinquantaine de membres des CDR entrent en fin de matinée dans le siège d’ERC à Barcelone où ils collent des affiches et taguent le slogan « Désobéissez ou démissionnez ». Présent sur place, le secrétaire aux finances du parti leur signale que le parti a tout de même 6 prisonniers et que si « nous avons beaucoup de problèmes, nous ne sommes pas l’ennemi ». D’autres sympathisants du parti, choqués par la méthode et les photos des murs apparemment vandalisés, remarquent que l’initiative est particulièrement malheureuse exactement 10 mois après l’incarcération d’Oriol Junqueras. En fin d’après-midi, pour ne pas avoir l’air de ne s’attaquer qu’au parti indépendantiste le plus officiellement convaincu de l’importance du « rétablissement des institutions », 200 membres des CDR se rassemblent devant le siège de la CUP mais ne peuvent approcher de l’entrée du siège du PDeCat : quatre fourgons des Mossos ont eu le temps de venir empêcher toute intrusion et les membres des CDR doivent se contenter de brûler là des photos de Llarena et du roi.

Dans leur communiqué publié dès le matin (et dont on peut lire la traduction ici), les CDR écrivent : « Nous n’avons pas voté pour un Govern qui négocie des transferts de compétences dans quelque commission bilatérale que ce soit, comme celle qui s’est réunie hier alors que l’État espagnol nous persécute et nous emprisonne. Nous ne voulons pas d’autonomisme, nous exigeons la République que nous avons votée. » Le message est apparement plutôt destiné à ERC puisque tout un paragraphe est consacré à la « scène ridicule » de la semaine précédente au Parlement à propos de la suspension des députés, lorsqu’ERC a défendu la solution de la substitution, vue comme un moindre mal, et que JxCat a bloqué pour qu’elle ne s’applique pas à Puigdemont. Pour les CDR, accepter cette suspension, c’est obéir à « ce qu’impose l’État espagnol de manière inquisitoriale ». Puisque le Govern, non seulement obéit, mais en plus collabore avec l’État espagnol au sein de la Commission bilatérale, il doit démissionner « pour rupture de son engagement » et « laisser la place à un Govern désobéissant avec lequel nous puissions véritablement déployer la République catalane ».

Conscients qu’à la division entre les états-majors indépendantistes, il n’était pas question d’ajouter une division avec la base militante, les partis visés par les CDR ont préféré ne pas prendre la mouche et répondre poliment qu’ils ne désobéiraient pas pour l’instant ni ne démissionneraient pour autant. Ainsi de David Bonvehí, tout nouveau n°1 du PDeCat, qui a rappelé l’objectif final : « Respect total pour quelque contestation que ce soit si elle est pacifique et elle l’a été. D’ailleurs, nous avons bien reçu le message. Nous voulons l’indépendance comme la veulent les CDR ». Tout en rappelant ceux-ci à la réalité : « Mais bon, ni le PDeCat ni les CDR n’ont apparemment la solution magique pour obtenir l’indépendance d’ici une semaine ». Et en refusant l’alternative entre désobéir et démissionner : « Si, à un moment précis, désobéir nous garantit l’indépendance, nous serions tous disposés à le faire. Mais ce dont nous avons besoin en ce moment, c’est d’unité d’action et que personne ne doute que nous allons au même endroit » (5).

Taxis, manters : la bataille de Barcelone a commencé

L’indépendantisme aura sans doute bien besoin de cette unité d’action avant la (nouvelle) rude année qui se profile avec la commémoration du 1-O, le procès des dirigeants pendant l’hiver et les élections municipales du printemps, plus, qui sait, des élections anticipées aussi bien en Catalogne qu’en Espagne. Les élections municipales se préparent déjà activement depuis des mois mais il apparaît de plus en plus clairement que l’indépendantisme ne s’y présentera pas uni comme le souhaite l’ANC, qui aurait voulu obtenir ainsi un raz de marée permettant de provoquer un bras de fer avec l’État comme, en 1931, le raz de marée républicain aux élections municipales espagnoles qui avait forcé le roi Alphonse XIII à quitter le pays et permis la proclamation de la Seconde République.

Pourtant, dans un paysage politique aussi éclaté qu’en Catalogne avec 4 grands partis et 3 moyens dont aucun n’est désormais en mesure d’obtenir la majorité absolue dans les grandes villes, une alliance a toutes les chances de l’emporter facilement. Mais les rivalités sont si vives entre les formations, y-compris et parfois surtout du même camp, que c’est souvent la liste en tête, quelle que soit son avance par rapport à la liste suivante et son nombre de regidors (conseillers municipaux), qui, selon la loi électorale espagnole, empoche la mairie si les autres listes n’arrivent pas à rassembler une majorité absolue du conseil municipal contre elle. C’est ainsi que les Comuns d’Ada Colau ont pu emporter Barcelone en 2015 à la surprise générale avec 25 % des voix et seulement 11 regidors sur 41 (contre 23 % et 10 regidors pour la liste CiU). Bien-sûr, si l’exécutif municipal est minoritaire, il lui faut ensuite trouver des alliés pour faire voter ses budgets et ses politiques, mais là encore, la complexité et la division du paysage politique qui se retrouve dans toutes les grandes municipalités catalanes laisse beaucoup d’amplitude tant que l’opposition ne réussit pas à s’unir contre la junta de govern en place (6). À Barcelone, il est difficile aux indépendantistes de voter avec les unionistes de Citoyens et du PP (même s’ils y arrivent quelquefois sur des sujets précis) et Ada Colau a pu gouverner d’abord en s’appuyant sur le PSC puis, après la crise d’octobre 2017 et le soutien du PSC au 155, en se tournant vers les indépendantistes qui n’ont pas été très accommodants puisqu’ils espèrent bien lui prendre la mairie en 2019. Le printemps a donc été difficile pour l’alcaldessa qui a vu repousser par le Conseil municipal les projets majeurs de sa fin de mandat comme la ligne de tramway sur la Diagonal. Malgré cela, elle a depuis nettement remonté la pente et les sondages montrent qu’elle a toutes ses chances l’an prochain … si l’indépendantisme ne s’unit pas et si l’unionisme (lui aussi divisé malgré la probable candidature de Manuel Valls comme indépendant soutenu par Citoyens) ne fait pas un bon score.

Ce qui a permis à Ada Colau de remonter la pente, c’est qu’elle a su faire d’un point faible un point fort. Au niveau catalan comme au niveau espagnol, les Comuns et Podemos souffrent depuis deux ans de leur refus de l’alternative indépendantisme/unionisme : dans un contexte de polarisation extrême, il est difficile d’expliquer aux électeurs que, par souci démocratique, on est favorable à un référendum d’autodétermination et que, par souci fédéraliste, on est défavorable à l’indépendance. Mais au niveau municipal, et particulièrement dans une mégapole comme Barcelone où les problèmes quotidiens sont immédiatement politiques, cette autonomie par rapport aux blocs et aux questions nationales peut se révéler un atout si les électeurs la voient comme une meilleure capacité d’écoute et une aptitude à régler leur problèmes sans œillères idéologiques. À Barcelone, les problèmes ne manquent naturellement pas et sont de plus amplifiés par la très forte couverture médiatique de tout ce qui peut s’y passer. On l’a vu avec la crise des taxis où Colau a pu démontrer à tous qu’elle avait anticipé le problème, qu’elle jouissait du soutien d’une catégorie populaire et qu’elle a pu faire approuver au plus haut niveau la solution qu’elle avait préconisé. On l’a vu aussi avec le début de la crise des manters, aussitôt exploitée au maximum par son opposition indépendantiste comme unioniste, fâchée de son succès du côté des taxis et de ses sondages plus prometteurs.

Pour les taxis, la crise s’est rapidement résolue. Après deux réunions à Madrid le lundi 30 juillet et le mercredi 1er août où il a finalement été acté que « le Gouvernement espagnol et le ministre ont accepté de céder les compétences (VTC) aux communautés autonomes qui le demandent et aussi aux mairies qui le demandent », les taxis barcelonais ont voté à main levée la suspension de la grève ce soir-là à 23 heures, suivis quelques minutes plus tard par leurs collègues de Madrid. En attendant le décret promis pour septembre, le leader de la contestation Tito Álvarez a toutefois prévenu que ce n’était qu’une trêve et que « si, en septembre, ils n’appliquent pas ce qu’ils ont dit, on provoquera la troisième guerre mondiale ». Les taxis peuvent être satisfaits : ils n’ont vraiment eu à faire grève que 6 jours et la Généralité comme la Mairie leur ont promis, dès transfert des compétences VTC, d’appliquer la proportion d’une licence VTC pour trente licences de taxi. Conscients de n’avoir pas aussi bien réussi à convaincre les Barcelonais, les taxis ont aussi voté le principe d’une journée gratuite en septembre pour « remercier les citoyens de Barcelone de leur effort et compenser les désagréments que nous leur avons occasionné ».

Pour les manters (c’est ainsi qu’on appelle les vendeurs à la sauvette des villes touristiques, généralement sans papiers d’origine africaine), tout a démarré précisément ce mercredi soir où les taxis allaient voter la fin de leur grève. Sur la Place de Catalogne, une querelle oppose des manters à un groupe d’acheteurs qui contestent les prix offerts. Un touriste américain prend parti dans l’affaire et est filmé par un passant poursuivi et frappé par un manter. L’affaire fait aussitôt du bruit et dès jeudi, le PSC et le PP barcelonais attaquent Colau en l’accusant d’être trop permissive avec les manters. Le vendredi 3 août, l’affaire fait toutes les unes et les professionnels du tourisme se joignent à l’offensive. Selon les restaurateurs, « l’augmentation de l’agressivité que montrent les manters fait qu’il est impossible de parler de faits isolés et devrait obliger la Mairie à changer radicalement sa politique de l’espace public ». Selon les hôteliers, il faut agir « contre une activité illégale présente impunément dans de nombreux secteurs de la ville ». Le touriste américain déclare lui aux télévisions qu’il a voulu « défendre une dame qu’ils attaquaient, je me suis mis au milieu et ils ont commencé à m’attaquer ». Selon le syndicat des manters, il est plutôt sorti d’un bar et s’est imposé dans une querelle à laquelle « il n’a rien compris ». Colau étant déjà partie en vacances (comme la plupart du personnel politique épuisé par une année hors-normes), c’est la première maire adjointe (tinent d’alcalde) Laia Ortiz qui doit faire front, condamner l’agression et rappeler que la Mairie travaille « intensément » depuis longtemps sur le problème de la vente ambulante puisque 100 nouveaux agents de la Garde Urbaine ont été incorporés en juillet dont la majorité pour la vieille ville et que 70 000 amendes ont été infligées en 2017, même s’il faut agir avec « proportionnalité » car « c’est une question de modus vivendi avec des personnes qui n’ont pas la capacité de régulariser leur situation et d’opter pour un poste de travail sur le marché régulé ». Dans cette optique, Barcelone a été « pionnière » avec 130 plans d’occupation pour des immigrants en situation similaire. Elle rappelle que ce n’est pas un problème spécifiquement barcelonais mais qui existe sur toute la côte à cause des arrivées de marchandise illégale dans les ports.

Il y a deux explications à la montée en épingle de cette banale rixe un soir de « chaleur intense » dans une Barcelone bloquée par les taxis. La première est que les deux oppositions municipales, l’unioniste comme l’indépendantiste (hors CUP), ont besoin de mettre en relief tout ce qui peut aller dans le sens d’une mauvaise gestion de la part de la mairie Comuns. La deuxième est que certains observateurs font remarquer depuis quelques temps une montée de la xénophobie dans l’opinion publique espagnole. La droite, désormais clairement dans l’opposition, semble décidée à surfer sur ce sentiment comme l’a montré la concurrence entre Pablo Casado (PP) et Albert Rivera (Citoyens) pour exploiter les évènements de Ceuta la semaine précédente. En visite lundi 30 juillet dans cette enclave espagnole de la côte marocaine où il a pu inspecter les hautes barrières de métal sensées empêcher le passage des migrants, Rivera a ainsi affirmé que l’immigration était le « principal problème pour l’Espagne » et dénoncé la « naïveté » (buenismo) du Gouvernement qui « regarde ailleurs ». Casado s’est lui rendu sur place mercredi 1er août mais, pour tempérer l’effet de son tweet très commenté de la semaine précédente (et, la veille de sa rencontre avec Sánchez, se démarquer un peu de Rivera), il a demandé un « plan Marshall » pour l’Afrique puis serré devant les photographes les mains de migrants dans le port d’Algésiras.

Et aussi …

Côté catalan, on a beaucoup parlé lundi 30 juillet des confidences du président du Parlement des Baléares Baltasar Picornell après son audience avec le roi Felipe VI à l’occasion du début des traditionnelles vacances de la famille royale à Palma de Majorque. Selon cet élu Podem, le roi serait disposé à « construire des ponts » et à « dialoguer » avec la Catalogne mais rencontre des difficultés « parce qu’il y a des partis qui y sont disposés mais il y en a de très réticents. En ce moment, il essaye de parler avec les partis qui sont le plus disposés à dialoguer ». Cette fuite inhabituelle sur le contenu d’une audience royale ne semble pas avoir été voulue par Felipe VI puisque Picornell a ensuite dû démentir une partie de ses propos mais la réaction de l’indépendantisme a été rapide : le roi devra « se rétracter et demander pardon » (David Bonvehí lundi), il « n’est plus le roi des Catalans » (Quim Torra mardi) même s’il n’est « jamais trop tard pour demander pardon ».

Torra a fait publier vendredi 3 août une tribune intitulée Comme un seul peuple contre le fascisme (7) pour appeler au rassemblement contre les attaques de l’extrême droite espagnole dans l’espace public catalan. À ce propos, le conseiller à l’Intérieur Miquel Buch avait détaillé ses chiffres la veille : il y a eu 178 incidents liés à la politique de mai à juillet 2018, dont 93 en mai (le mois le plus haut depuis octobre), 52 en juin et 33 en juillet. Buch nie qu’il y ait un mouvement d’extrême-droite « organisé » mais dit « qu’il nous faut penser que de la même manière qu’il y a les CDR locaux, il y a les GDR locaux ». Il admet qu’il y a une concentration d’incidents dans le Bages et le Maresme, deux comarques de la grande banlieue barcelonaise au nord et à l’est de l’agglomération.

La question de possibles élections anticipées en Catalogne a agité la fin de semaine. Vendredi 3 août, Torra a ainsi déclaré que « les gouvernements ont l’habitude de démissionner si leurs budgets ne sont pas approuvés », approbation qui dépendra d’abord de la CUP (« alliés prioritaires » qui « n’ont jamais fait partie du problème mais de la solution ») et, si ce n’est pas possible, de négociations avec les Comuns et le PSC. Cette perspective d’élections anticipées n’enchante pas tout le monde dans l’indépendantisme : David Bonvehí (PDeCat) dit qu’on peut très bien proroger le budget si on ne trouve pas d’alliés pour le voter, Pere Aragonès (ERC) que « de nouvelles élections, dans le meilleur des cas, nous donneraient de nouveau une majorité indépendantiste que nous avons déjà ». Marta Vilalta (elle aussi ERC) ajoute qu’« il n’y a pas vraiment de raison de parler d’élections. Nous avons récupéré il y a peu les institutions des mains du 155 et des griffes de l’État espagnol. Nous croyons qu’il y a beaucoup de chemin à faire avant de prévoir de nouveau un scrutin ». L’hostilité d’ERC n’a pu être que ravivée par la perspective d’une « liste unitaire » de l’indépendantisme aux prochaines élections catalanes évoquée par Torra dans le cadre des « fenêtres d’opportunité » pour le Procés. Quant à la CUP, Laia Estrada avertit qu’elle n’approuvera le budget que s’il y a « un virage à 180 degrés » par rapport à la politique actuelle.

Enfin, le maire socialiste de Lérida Àngel Ros a démissionné vendredi pour devenir ambassadeur d’Espagne en Andorre. Proche de Josep Borrell même s’il a été un temps membre de l’aile la plus catalaniste du PSC, Ros était maire depuis 14 ans et avait dit il y a deux semaines qu’il souhaitait se représenter en 2019. Sa position était fragile depuis les dernières élections municipales où le PSC avait perdu beaucoup de voix et dû gouverner la ville avec le soutien de Citoyens.

Côté espagnol, l’actualité politique a été marquée par la rencontre de Pedro Sánchez et Pablo Casado à la Moncloa jeudi. Un autre moyen pour le nouveau leader du PP d’affirmer sa différence par rapport à Albert Rivera et Citoyens (il a promis une « opposition ferme mais aussi responsable » en ce qui concerne les « affaires d’État ») mais pas de tempérer son discours sur la Catalogne : le PP ne veut pas d’une « politique d’apaisement » et ne laissera « rien passer », il met à disposition du Gouvernement sa majorité absolue au Sénat s’il faut de nouveau voter le 155 cette fois renforcé et incluant TV3 et « l’endoctrinement et le harcèlement des enfants de gardes civils dans les écoles », il espère que le PSOE soutiendra sa réforme du Code pénal pour criminaliser l’organisation illégale de référendums.

Sánchez a répondu le lendemain, avant de partir en vacances, à l’occasion d’une longue conférence de presse à la Moncloa et après un très bon sondage la veille confirmant la nette amélioration de l’image des socialistes dans l’opinion (8). Sur la Catalogne, il a garanti que « le Gouvernement espagnol ne veut plus ouvrir aucune voie judiciaire » contre le Procés et exclu d’utiliser de nouveau le 155 puisque selon lui une solution peut être trouvée en Catalogne avec « du temps et de la patience ». Il s’agit de convaincre les Catalans de « voter », non une « rupture » mais un « accord politique » constitutionnel et ayant l’appui d’au moins 80 % d’entre eux. Après la conférence, il a précisé sa pensée aux journalistes présents en ajoutant que cet accord « doit être quelque chose qu’on puisse voter » mais sans doute pas pendant cette législature au cours de laquelle il ne voit possible qu’un scrutin pour rétablir l’Estatut censuré par le TC. Parce que « la voie judiciaire n’est pas la solution », il a aussi exclu que le PSOE soutienne la proposition du PP de faire entrer les référendums illégaux dans le Code pénal.

Pendant la conférence, Sánchez a demandé encore « quelques semaines » avant que le Gouvernement puisse procéder à l’exhumation de Franco du mausolée du Valle de los Caídos. Mardi, on avait justement appris que 181 haut-gradés de l’Armée espagnole à la retraite avaient signé une déclaration (9) défendant la mémoire de l’ancien dictateur, un « militaire exemplaire », et protesté contre « la perverse prétention » de l’exhumer et de transformer ou détruire le Valle de los Caídos, « symbole de la réconciliation ». Une opération destinée selon eux à cacher « la réalité de l’effondrement territorial de la nation ».

(1) Dirigée par Ernest Maragall (conseiller à l’Action extérieure, ERC et ex-PSC), la délégation catalane comprenait également les n°2 (Pere Aragonès, vice-président et conseiller à l’Économie et aux Finances, ERC) et 3 du Govern (Elsa Artadi, porte-parole et conseillère à la Présidence, JxCat), le Délégué du Govern à Madrid Ferran Mascarell (JxCat et ex-PSC), Mercè Salvat (n°2 d’Ernest Maragall), Francesc Esteve (directeur du cabinet juridique) et Aleix Villatoro (directeur général des Relations institutionnelles). La délégation espagnole était elle dirigée par Meritxell Batet (ministre à la Politique territoriale, PSC) et comprenait aussi Teresa Cunillera (Déléguée du Gouvernement en Catalogne, PSC), José María Pérez (secrétaire à la Représentation de l’État) et 4 secrétaires d’État : Ignacio Sánchez (Politique territoriale), Inés María Bardón (Finances), Pedro Saura (Infrastructures), José Antonio Montilla (Relations avec les Cortes).

(2) Voir les extraits de son intervention sur le site du Govern. Voir aussi son entretien le lendemain jeudi avec Neus Tomàs dans El Diario : « El Gobierno de Sánchez ofrece diálogo para que todo siga igual ». Et ses déclarations le même matin sur RAC1 : « Le bon côté, c’est que nous avons un calendrier de travail jusqu’en décembre. Mais nous voyons déjà qu’il nous faudra gagner le match pied à pied. Comme un match de rugby avec un terrain boueux qu’il faut gagner mètre après mètre. » Elsa Artadi est exactement sur la même ligne (sportive) au même moment sur Catalunya Ràdio : « Ce qu’ils ne peuvent pas faire, c’est de continuer à faire strictement du Rajoy et toujours botter en touche ». Tous les deux supposent aussi que la réunion de Sánchez avec Casado le jeudi à la Moncloa a limité la liberté de mouvement de la délégation espagnole le mercredi.

(3) Voir la Note de presse publiée le jour-même sur le site du ministère. Pour un exposé plus détaillé de sa position sur la question catalane, voir son entretien avec Juan Carlos Merino dans La Vanguardia du 29 juillet : Meritxell Batet : “Lo que los catalanes tienen que votar es un acuerdo político”.

(4) La Commission mixte des Affaires économiques et fiscales, la Commission bilatérale des Infrastructures, la Commission mixte des Transferts État-Généralité et les 4 sous-commissions spécialisées de la Commission bilatérale.

(5) Lire son entretien avec Antoni Bassas dans l’Ara du 4 août : David Bonvehí: “Sánchez ha d’oferir una solució a finals d’any, si no el nostre suport serà impossible”.

(6) On verra un bon exemple de cette complexité dans les soubresauts très commentés de l’actualité municipale à Badalone, grosse ville de la banlieue est de Barcelone gouvernée jusqu’en 2015 par l’actuel chef du PP catalan Xavier Albiol. Battu cette année-là par une alliance minoritaire entre Comuns et indépendantistes, Albiol a réussi le 20 juin dernier à faire tomber l’alcaldessa Dolors Sabater en poussant le PSC (3 regidors seulement sur 27) à présenter une motion de censure qui a été votée par les 10 conseillers PP et le conseiller Cs. Depuis, la ville est gouvernée par le PSC tout seul, mais il a réussi à faire passer son budget en juillet avec, non seulement le soutien du PP et de Cs mais aussi celui du PDeCat …

(7) Com un sol poble contra el feixisme, dans l’Ara du 4 août, où il écrit que « Nous avons vu chez nous ces derniers mois – et, j’ose le dire, ces dernières semaines – une augmentation notable des agressions, des menaces, des intimidations et de la violence fasciste. Des groupes d’individus agressifs ont voulu effrayer les activistes qui revendiquent la liberté des prisonniers politiques et le retour des exilés. Dans certains cas, ils en sont arrivés à agresser physiquement des personnes qui accrochaient des rubans ou installaient des croix jaunes dans les rues et sur les places du pays. J’ai pu connaitre de première main certains de ces cas et je veux transmettre tout mon soutien et ma solidarité à toutes les personnes agressées. Cette violence, comme toutes les violences, doit cesser. Et elle exige une condamnation ferme, sans nuances ni précautions, de la part de chacun. Aucune personne se considérant comme démocrate ne peut se taire, trouver des excuses ou justifier quoi que ce soit devant ces repousses de fascisme dans nos villages et nos villes. »

(8) Selon le premier baromètre CIS (l’institut de sondage dépendant du Gouvernement) depuis le changement de pouvoir, réalisé la première quinzaine de juillet, le PSOE serait pour la première fois depuis 9 ans en tête des intentions de vote avec 29,9 %, loin devant le PP et Cs tous les deux à 20,4 % et Podemos à 15,6 % (dont les Comuns à 2,6 %). ERC monterait à 3,9 % tandis que le PDeCat descendrait à 1,3 %. Voir la dernière page du Barometro de julio 2018 (estudio n°3219).

(9) Lire 181 altos mandos del Ejército en la reserva firman un manifiesto en el que piden “respeto” a Franco, article de Carlos Cuesta dans OK Diario qui a publié la déclaration mardi 31 juillet. Le nombre de signataires a depuis au moins triplé.

Scénarios simultanés

Semaine du 23 au 29 juillet

Les deux Governs face à face à la Délégation de la Généralité à Bruxelles le samedi 28 juillet.

Autonomiste ou indépendantiste ? Royaume d’Espagne ou République Catalane ? Dialogue pour rétablir pleinement les institutions autonomes et, qui sait, faire cesser la judiciarisation et engager des négociations sur l’autodétermination ou tension pour recréer des conditions extrêmes et tenter le tout pour le tout ? La césure ne passe pas seulement entre les partis ou les tendances de l’indépendantisme catalan mais aussi dans les têtes de ceux qui dirigent le Principat et doivent participer en même temps aux deux scénarios. Comme cette semaine où ces deux scénarios sont allés de pair avant de se faire finalement déborder par un troisième, celui plus spontané, lisible et efficace des chauffeurs de taxi barcelonais.

Scénario du dialogue, avec la Commission bilatérale

Après la rencontre Sánchez-Torra du 9 juillet pensée pour lancer le mouvement, le dialogue entre le Gouvernement espagnol et la Généralité catalane est descendu d’un étage, au niveau des haut-gradés chargés de mener concrètement ce processus très incertain.

Côté espagnol, Sánchez a plus spécialement mis en avant 3 personnes : la ministre de la Politique territoriale Meritxell Batet (1) qui a autorité sur le processus, le ministre des Affaires extérieures Josep Borrell qui réaffirme régulièrement les fondamentaux anti-indépendantistes (toutefois un ton en dessous par rapport à l’époque du 155) et surveille l’action extérieure de la Généralité, la Déléguée du Gouvernement en Catalogne Teresa Cunillera (2) qui doit assurer la liaison sur place au jour le jour. Tous les trois sont naturellement socialistes mais aussi catalans, même si Borrell a fait toute sa carrière à Madrid et n’est pas membre du PSC et si Batet et Cunillera n’ont elles été députées PSC qu’à Madrid.

Côté catalan, Torra a désigné comme interlocuteur en chef Ernest Maragall (3), un choix très réfléchi puisque Maragall est à la fois un membre historique du PSC (qu’il n’a quitté qu’en 2012) et conseiller à l’Extérieur. Le doyen du Govern est entouré par les numéros 2 (Pere Aragonès, ERC) et 3 (Elsa Artadi, JxCat) de l’exécutif. Pour préparer la première réunion de la Commission bilatérale Généralité/État, les appels téléphoniques et les rencontres n’ont pas manqué ce mois-ci, et particulièrement cette semaine.

Lundi, Ernest Maragall est ainsi allé voir Meritxell Batet à Madrid mais aussi Josep Borrell. Avec Batet, il s’agissait de s’accorder sur l’ordre du jour de la Commission bilatérale où, comme lors de la réunion Sánchez-Torra du 9 juillet, la Généralité veut pouvoir parler de tout et donc bien-sûr de la judiciarisation et de l’autodétermination. Batet a réservé sa décision mais la réunion a été « cordiale et utile » selon Maragall. Avec Borrell, il s’agissait ensuite de parler des problèmes récurrents entre la diplomatie espagnole et la diplomatie catalane annihilée par le 155 et restaurée par le Govern Torra. Là, ce fut « intense, clair et franc » toujours selon Maragall … avec tout de même un accord minimal pour que le Gouvernement « respecte » les délégations catalanes à l’étranger (si elles restent dans le « cadre légal ») et pour que la Généralité informe le Gouvernement chaque fois qu’elle ouvre une nouvelle délégation (4). Jeudi, c’est Elsa Artadi qui est allée à Madrid voir Meritxell Batet pour mettre au point les derniers détails. Le lieu (le Palais de la Généralité à Barcelone) et la date (le mercredi 1er août) sont alors fixés et, comme on est à la veille de l’important vote sur le plafond des dépenses publiques au Congrès et que le Gouvernement espère une attitude conciliante de la part des partis indépendantistes, Batet accepte l’ordre du jour extensif déjà proposé lundi : on pourra donc parler de tout le 1er août et, sur les 13 points mentionnés, il y en aura un sur les « considérations de la Généralité sur la situation politique en Catalogne » dont « les droits et les libertés » (judiciarisation du Procés) et « les voies de participation politique démocratique des citoyens catalans pour les décisions sur leur avenir politique » (autodétermination).

La Commission bilatérale est un outil récent créé par l’Estatut de 2006 pour être l’instrument privilégié de négociation entre le Gouvernement espagnol et la Généralité et qui devait se réunir au moins deux fois par an et chaque fois qu’une des deux parties le demandait. Étrenné en 2007, il n’a servi que 8 fois, la huitième le 19 juillet 2011 dans les derniers mois du Gouvernement Zapatero avec Josep Antoni Duran Lleida (5) côté catalan, Manuel Chaves côté espagnol. Le retour du PP au pouvoir à la fin 2011 et la brusque montée de l’indépendantisme ont tout remis en question : Duran Lleida et Santamaría avaient bien tenté une réunion le 17 septembre 2012 mais elle fut annulée au dernier moment après le succès monstre de la Diada du 11 septembre.

Le choix de cet instrument et la volonté de la Généralité indépendantiste de ne parler au Gouvernement espagnol que seul à seul est délibéré et d’ailleurs régulièrement contesté par celui-ci qui voudrait que la Catalogne participe aussi aux réunions multilatérales entre l’État et toutes les communautés autonomes. Ce mode bilatéral exigé par la Généralité rappelle les relations entre le Gouvernement et la Communauté Autonome Basque, seule (avec la Navarre) à disposer de l’autonomie fiscale et donc habituée à négocier directement avec le Gouvernement quelle part des impôts qu’elle perçoit elle va reverser à l’État (6).

Scénario de la tension, avec les revers du PSOE au Congrès et les avertissements de Puigdemont

On vient de voir que si le Gouvernement Sánchez a accepté de céder jeudi sur l’ordre du jour de la Commission bilatérale, c’est qu’il espérait obtenir par ce moyen la clémence des partis indépendantistes au Congrès vendredi. Mais l’affaire était mal engagée dès le début de la semaine avec le PDeCat puisque le parti, qui venait de changer de direction par la volonté de Puigdemont, avait aussitôt fait comprendre que le prix de ses votes à Madrid serait désormais plus cher. Le message a été martelé dès lundi par la nouvelle vice-présidente Míriam Noguera, elle-même députée à Madrid depuis 2015 (« Maintenant, nous sommes organisés »), puis par Elsa Artadi (les votes des députés indépendantistes sont « cruciaux » et ils doivent les « faire valoir »). Mercredi, c’est Puigdemont qui, pour sa dernière conférence en Allemagne, se fait météorologue et demande du concret : « Nous vivons un temps de changement climatique, dans le sens politique du terme. Mais malheureusement, le temps des faits n’est pas arrivé et nous l’attendons ». Tout en reconnaissant le changement « de langage et de style » de Sánchez par rapport à Rajoy, il réclame des solutions à propos des « relations entre la Catalogne et l’Espagne »

Mercredi, c’est aussi une nouvelle alerte parlementaire pour Sánchez, encore une fois à propos de RTVE, comme le raté de la semaine précédente : il s’agit cette fois de voter sur la nomination de l’ancienne présentatrice Rosa María Mateo comme administratrice provisoire du groupe public audiovisuel d’État. Mais les députés PDeCat se divisent. Sur les 8 élus, 4 dont Míriam Nogueras (qui voulait « faire un geste ») ne prennent pas part au vote. Les 4 autres, dont le porte-parole Carles Campuzano et le coordinateur Jordi Xuclà, restent en séance et s’abstiennent. La différence n’est pas de taille et elle est sans conséquence pratique puisqu’un impossible vote aux deux tiers était nécessaire lors de ce premier tour et que Podemos s’est également abstenu. Mais elle est aussitôt interprétée comme une conséquence du changement de direction du week-end précédent et le signe d’une rupture au sein du PDeCat entre une aile pro-Puigdemont favorable à la tension et une aile pro-Pascal favorable à la négociation.

Inquiet, Sánchez lance jeudi un appel à la « responsabilité » et à la conscience sociale des partis de sa très fragile majorité et rappelle que le vote de vendredi augmentera plus le plafond de déficit pour les autonomies, municipalités et la Sécurité sociale que pour l’État, ce qui permettra de « réactiver les services sociaux après 10 années de coupes ». Comme la porte-parole Celaá mardi, il dément envisager des élections anticipées qui pourraient pourtant lui être favorables vue la bonne forme du PSOE dans les sondages depuis juin : « Nous sommes dans un système démocratique et les élections auront lieu à leur date, c’est à dire en 2020 ».

Vendredi, le couperet tombe. La hausse du plafond des dépenses publiques est repoussée, le PSOE se retrouvant seul à la voter avec le PNV (88 votes) face à une opposition qui fait le plein (173 votes pour le PP et Citoyens) et des alliés qui préfèrent s’abstenir (les 86 députés de Podemos, ERC, tout le PDeCat et la coalition de gauche valencienne Compromís). Des alliés qui expliquent que leur abstention est un avertissement au PSOE qui n’a rien négocié avec eux et pensé que quelques « gestes » suffiraient. Le  manque de responsabilité pointé par Sánchez est nié puisqu’il pourra y avoir un nouveau vote en septembre et que, de toute façon, la majorité absolue du PP au Sénat semble empêcher tout succès de cette initiative socialiste. Pour montrer qu’il y a malgré cela toujours une majorité, tous les partis de la motion de censure votent d’ailleurs sagement au second tour la nomination de l’administratrice provisoire de RTVE Rosa María Mateo.

Le lendemain matin, Puigdemont prend à Hambourg l’avion pour Bruxelles (7) où il se rend tout de suite à la Délégation de la Généralité auprès de l’UE pour une réunion étonnante entre d’un côté le Govern a l’exili (Puigdemont et les anciens conseillers exilés Serret, Comín, Puig et Ponsatí), de l’autre le Govern interior avec Torra et les quelques conseillers qui ont pu le suivre (dont Laura Borràs pour JxCat et Chakir El Homrani pour ERC). On notera que Meritxell Serret, récemment nommée Déléguée de Catalogne auprès de l’UE (pour la Généralité intérieure) siégeait du côté du Govern à l’exil. La réunion est suivie d’une conférence de presse où Puigdemont et Torra parlent à la presse catalane, espagnole et internationale derrière deux pupitres semblables et tous deux estampillés du logo de la Généralité. Puigdemont en profite pour demander à Sánchez de présenter d’ici la rentrée sa proposition pour la Catalogne « si elle existe » car « l’état de grâce se termine ». L’après-midi, conseillers et anciens conseillers (et même le rappeur majorquin Valtònyc, réfugié en Belgique depuis qu’il a été condamné à deux ans et demi de prison ferme pour les paroles de ses chansons) accompagnent Puigdemont à la Casa de la República, un grand pavillon de Waterloo où il s’était installé fin février et qu’il avait baptisé ainsi car c’est là que se tenaient les réunions et que travaillaient les services du Govern a l’exili et là que devrait siéger le futur Conseil de la République rassemblant les élus indépendantistes.

Mais le retour de Puigdemont en Belgique est un peu éclipsé par un évènement catalan qui fait les grands titres depuis mercredi et qui a même empêché deux des fidèles du président en exil, la conseillère à la Présidence et porte-parole Elsa Artadi et le conseiller à l’Intérieur Miquel Buch, de venir à Bruxelles. Samedi soir, le journal de TV3 ouvre ainsi pendant près d’un quart d’heure sur la grève des taxis, reléguant le retour de Puigdemont à la seconde place avec cinq minutes seulement …

Un scénario des taxis qui pourrait donner des idées

Comme tout semble plus simple côté social … Nous avons là un mouvement revendicatif qui ne représente pas tout à fait la majorité de son secteur mais qui, grâce à une action résolue, bien visible, et l’appui des autorités locales, fait facilement et rapidement plier l’État espagnol et sa justice. Le mouvement des taxis menaçait depuis un certain temps mais s’est déclenché très rapidement mercredi 25 juillet à Barcelone. Dimanche, la cause semblait entendue et seules les modalités de l’accord avec le Gouvernement espagnol restaient à négocier.

Comme dans les autres grandes villes européennes, les taxis barcelonais souffrent depuis quelques années de la concurrence des VTC dont l’usage a été grandement facilité par les plateformes internet comme Uber ou Cabify. À Barcelone, la municipalité Comuns d’Ada Colau a pris le parti des taxis au nom de la cohérence puisqu’elle a aussi été en lutte contre la plateforme de réservation Airbnb (8) et que l’un des grands axes de son mandat est le changement de modèle touristique, non un modèle dérégulé et piloté aveuglément par les géants de l’internet mais régulé et piloté par les habitants. Elle a ainsi proposé en décembre à l’AMB (l’agglomération de Barcelone qu’elle dirige en coalition avec le PSC) une nouvelle réglementation prévoyant de ne pas accorder plus d’une licence VTC pour 30 licences taxi, alors qu’on estime qu’il y a actuellement environ une licence VTC pour 10 licences taxis à Barcelone. Problème, si la réglementation des taxis est du ressort des municipalités en Espagne, celle des VTC, plus récente, est encore du ressort de l’État. D’où le blocage du Gouvernement Rajoy sur la question depuis décembre et le passage en force de l’AMB après l’arrivée au pouvoir de Sánchez : lorsque Colau fait ainsi adopter sa réglementation le 26 juin par tous les partis barcelonais sauf le PP et Citoyens, la Commission espagnole de la Concurrence (la CNMC) saisit le TSJC pour violation de compétence, ce qui suspend d’office la réglementation.

C’est pour faire pression sur le tribunal catalan que les taxis barcelonais lancent le mouvement mercredi. Lors d’une assemblée à la gare de Sants, le syndicat catégoriel majoritaire Élite dirigé par le tonitruant Tito Álvarez (9) décide une « grève sauvage illimitée » si le TSJC confirme cette suspension vendredi. La journée est marquée par l’attaque de plusieurs véhicules Uber et Cabify le matin et un cortège l’après-midi. Face aux violences, les entrepreneurs VTC suspendent temporairement leur activité « jusqu’à ce que la situation revienne à la normalité ». Nouveau cortège de l’aéroport du Prat au port de Barcelone jeudi avant le lancement officiel de la grève vendredi lorsque le TSJC confirme la suspension de la réglementation : au croisement de la Gran Via où s’installe un bon millier de taxis et du passeig de Gràcia, Álvarez exige le transfert de la compétence VTC à la Généralité ou à la mairie et prévient : « Ce que nous commençons, c’est le 15-M, deuxième partie ». Il va aussi voir Colau et reconnaît en sortant qu’« ils ne peuvent pas faire grand chose de plus » et que la solution « est entre les mains de la Généralité et du ministère ».

Où les positions évoluent très vite. Déjà mercredi, le ministre Ábalos avait proposé pour résoudre le conflit que l’État cède la compétence VTC aux autonomies mais avait dit que cela nécessiterait une loi, procédure longue et difficile étant donnée la configuration parlementaire actuelle. Samedi, il confirme le futur transfert aux autonomies puisque la Généralité, par la voix d’Artadi, l’a elle-même proposé vendredi face à la « négligence » de l’État. Craignant tout délai qui pourrait remettre en cause ce succès, Álvarez exige dimanche, tout en menaçant d’un blocage du port et des frontières, « que l’on blinde la licence urbaine et que cela sorte par décret-loi au conseil des ministres de ce vendredi et que les compétences soient transférées aux communautés autonomes : avec ces deux choses, le conflit est terminé ». Une réunion est prévue lundi à Madrid pour avaliser la chose tandis que le mouvement s’étend en Espagne : après Madrid samedi, les taxis commencent à bloquer les villes en Andalousie, en Aragon, à Valence, aux Baléares, au Pays Basque …

Ce succès rapide d’une mobilisation radicale pourrait donner des idées aux indépendantistes. Les taxis ne sont pas appréciés par tout le monde, mais ils font indubitablement partie du petit peuple barcelonais la plupart du temps hispanophone et souvent immigré (tout le monde a remarqué les nombreux chauffeurs pakistanais grévistes). Or, menacée par la dérégulation et le système internet, cette catégorie fait appel à une mairie d’extrême-gauche qui la soutient, fait appel à une Généralité indépendantiste qui la soutient également et obtient en quelques jours que le Gouvernement central cède à ces deux pouvoirs locaux une compétence qu’il tenait à conserver jusque là …  Le premier à en tirer des leçons fut samedi 28 juillet l’ancien président d’ERC et vice-président catalan Josep Lluís Carod Rovira : « De la grève des taxis, de son impact absolu, et de l’attitude de la police, du parquet, du patronat et des médias on pourra tirer des leçons très utiles pour le processus d’émancipation national » (10) 

Et aussi …

Côté catalan, la vive querelle de la semaine dernière au Parlement entre JxCat et ERC s’est finalement soldée par un coup de pied en touche. Mardi, les deux groupes parlementaires ont décidé qu’il n’y aurait plus de séance avant celles obligatoires du débat de politique générale de début octobre, un moyen de prendre le temps de s’accorder sur la très sensible question de la suspension du mandat de député de Puigdemont. Mardi aussi, on a appris par Artadi que les députés suspendus ne percevaient plus leurs salaires depuis le 13 juillet, par l’effet d’une décision de caractère automatique de la Trésorerie du Parlement.

L’été reste agité par la question des symboles dans l’espace public : mardi, le TSJC a interdit à la mairie de Sant Cugat (dans l’agglomération de Barcelone) de faire flotter une estelada car c’est un « symbole de la revendication indépendantiste d’une partie des citoyens » qui n’est « le symbole officiel d’aucune administration territoriale » et doit donc être qualifié de « partisan ». Le PP catalan y a vu l’occasion de lancer mercredi une campagne pour le retrait des estelades (il n’y en a pas qu’à la mairie de Sant Cugat) et la neutralité des institutions. Un moyen de concurrencer Citoyens qui a lancé en juillet une campagne pour la neutralité de l’espace public en encourageant ses partisans à enlever les rubans jaunes posés par les indépendantistes. Une tension dans la rue avivée par les coups de main ultras, comme celui mardi soir à Nou Barris, quartier de Barcelone agité par une polémique récente sur l’implantation d’une mosquée et où un centre alternatif indépendantiste a été la cible de militants de l’extrême-droite espagnole. Selon le conseiller à l’Intérieur Miquel Buch, ce type d’attaques serait pourtant à la baisse : « Il y en a moins mais on en parle plus ». La maire de Barcelone Ada Colau demande elle au Govern et au Parquet d’agir « contre les expressions de haine dans la ville. Barcelone est et sera toujours antifasciste ».

Mercredi, Colau a justement participé à la première Commission bilatérale Mairie-Généralité depuis 2 ans. L’occasion pour elle de rappeler la « dette citoyenne » due par la Généralité à la ville, c’est à dire le défaut d’investissement ces dernières années (environ 60 millions d’euros par an soit plus de 350 depuis 2012), en particulier sur le logement ou les crèches. Pour la Généralité, Elsa Artadi a reconnu cette dette, mais qui est due selon elle au défaut d’investissement de l’État espagnol en Catalogne, et elle a proposé de commencer à compenser à partir du budget 2019, s’il est approuvé par les Comuns … Car les indépendantistes ont besoin des Comuns pour voter le budget de la Généralité mais ils ont aussi besoin de prendre Barcelone aux Comuns lors des prochaines municipales s’ils veulent être en position de force lors d’une prochaine fenêtre d’opportunité. Dans cette perspective, la question des alliances est cruciale et continue de tendre les relations entre partis indépendantistes, particulièrement à Barcelone. Jeudi, on a ainsi appris que le principe des primaires républicaines pour désigner des candidatures uniques indépendantistes aux municipales avait été approuvé par 88 % des membres de l’ANC.

Côté espagnol, à part les soucis parlementaires de Pedro Sánchez, presque tout a tourné autour du nouveau chef du PP Pablo Casado. Mardi, il a reçu son mentor José María Aznar (en froid glacial avec le parti tout au long des années Rajoy). Jeudi, il a réuni à Barcelone la nouvelle direction du parti qui fait la part belle à ses proches et aux partisans de l’ancienne ministre Cospedal, ne laissant à ceux de l’ancienne vice-présidente Santamaría que des postes sans importance. Casado en a profité pour dire que le PP était «  revenu en Catalogne » et qu’il allait « diriger la société » catalane « dans les rues, les médias et les débats ». Le PP va proposer un durcissement du Code pénal afin de définir un nouveau type de sédition et cibler la « convocation illégale de référendum ». Il menace aussi d’une nouvelle application du 155 (puisque le parti a la majorité absolue au Sénat qui seul peut voter le 155) si Sánchez continue à « dépendre » des indépendantistes et que ceux-ci continuent leurs « illégalités ». En Catalogne, il demande un front commun constitutionnaliste avec le PSC pour « récupérer » des villes-clés aux municipales. Mais il n’y a pas que la Catalogne : les incidents jeudi à Ceuta où des centaines de migrants africains ont réussi à franchir la frontière espagnole au prix de nombreux blessés a indiqué à Casado un autre angle d’attaque contre le Gouvernement. Dès dimanche, il écrit sur Twitter : « Il n’est pas possible qu’il y ait des papiers pour tous, ni supportable un État providence qui puisse absorber les millions d’Africains qui veulent venir en Europe et nous devons le dire, même si c’est politiquement incorrect. Soyons sincères et responsables sur ce thème. » Un angle d’attaque où la concurrence sera là aussi vive avec Citoyens puisqu’Albert Rivera a aussitôt répondu : « Si nous voulons une Europe sans frontières intérieures, il faut protéger les extérieures. » Et que les deux hommes vont aller rapidement inspecter les barrières frontalières à Ceuta, Rivera dès lundi, Casado mercredi.

(1) Meritxell Batet (1973) est juriste et professeure de droit administratif et constitutionnel. Originaire de Barcelone, elle est remarquée à la fin des années 1990 par Narcís Serra. Élue députée socialiste au Congrès espagnol depuis les élections de 2004, elle n’a pris sa carte du PSC qu’en 2008 et s’est fait élire en 2015 sur la liste PSOE de Madrid en tandem avec Pedro Sánchez qui l’avait chargée de travailler au programme électoral du parti. En juin 2016, elle est réélue députée, de nouveau à Barcelone pour le PSC. En juin 2018, elle est choisie par Pedro Sánchez pour le ministère de la Politique territoriale et de la Fonction publique où elle succède à Soraya Sáenz de Santamaría et où elle pilote côté Gouvernement le processus de « dialogue » avec la Généralité. Elle a été mariée 11 ans au député PP de Cantabrie José María Lassalle.

 (2) Teresa Cunillera (1951) est militante du PSC dès sa fondation en 1978 puis députée de Lérida, dont elle est originaire, de 1982 à 1986. Elle intègre ensuite le ministère des Relations avec les Cortes (dont elle devient directrice de cabinet) puis la présidence du Gouvernement de Felipe González de 1993 à 1996. De nouveau députée PSC de Lérida de 1996 à 2016, elle est première vice-présidente du Congrès de 2008 à 2011. Membre de l’équipe de Pedro Sánchez dès 2014, elle représente le PSC dans la Gestora qui dirige le parti en 2016-17. Dès son arrivée à la Moncloa, Sánchez la charge du poste sensible de Déléguée du Gouvernement en Catalogne où elle succède à Enric Millo.

(3) Ernest Maragall (1943) est issu de la fameuse famille barcelonaise des Maragall, tiraillée entre l’art et la politique (son grand-père le poète Joan Maragall, ses oncles les sculpteurs Ernest Maragall et le marchand d’art Joan Antoni Maragall, son père l’avocat Jordi Maragall), et le frère cadet de Pasqual Maragall qu’il a accompagné presque tout au long de sa carrière politique : la militance anti-franquiste dans le clandestin Front Obrer de Catalunya (Front Ouvrier de Catalogne), la longue formation du PSC avec la fondation de la Convergència Socialista de Catalunya en 1974 qui intègre le PSC-Congrès en 1976 et enfin la fusion avec le PSC-Reagrupament et la fédération catalane du PSOE en 1978, la mairie de Barcelone (il est adjoint aux finances à partir de 1997), l’aventure du Tripartit (la coalition gouvernementale avec les ex-communistes et ERC à partir de 2003 qui met fin aux deux décennies du pujolisme). Secrétaire du Govern tant que son frère est président, il devient de 2006 à 2010, sous la présidence de José Montilla, conseiller à l’Éducation. L’un des animateurs de l’aile la plus catalaniste du PSC, il décide de le quitter en 2012 en pleine ascension de l’indépendantisme pour fonder la Nova Esquerra Catalana (Nouvelle Gauche Catalane) puis en 2014 le Moviment d’Esquerres (Mouvement des Gauches) avec d’autres transfuges indépendantistes du PSC. Un profil qui le rapproche de la gauche indépendantiste : il est élu député européen sur les listes ERC en 2014, député Junts pel Sí (la coalition indépendantiste entre ERC et la CDC) en 2015, de nouveau député sur les listes ERC le 21 décembre 2017 (n°13 pour Barcelone), parti dont il devient formellement membre en mai 2018. Depuis mai 2018 aussi, il est conseiller aux Affaires extérieures du Govern Torra, chargé à la fois de l’action diplomatique de la Généralité (en particulier à travers les délégations du Diplocat) et des relations avec le Gouvernement espagnol puisqu’il dirige la partie catalane de la Commission bilatérale. En dehors de la politique, il s’est d’abord consacré à la publicité (dans les années 1960) puis à l’informatique (des années 1970 aux années 1990), en particulier dans les services de la mairie de Barcelone.

(4) Maragall a justement réuni mercredi 25 juillet avec Torra le patronat (une sorte de conseil d’administration car il s’agit d’un consortium public/privé où sont représentées les principales institutions catalanes) du Diplocat. Il a insisté sur la « continuité » du nouveau dispositif par rapport à celui dissous par Rajoy mais, à propos de la communication, conséquence possible de sa rencontre avec Borrell lundi, il a précisé qu’elle devait se faire « avec la pluralité qu’il y a sur cette question ». La Généralité a pour l’instant rouvert les délégations de Londres, Rome, Berlin et Genève et déplacé celle de New York à Washington. Celle de Bruxelles, la seule à n’avoir pas été fermée par Rajoy, a été confiée à l’exilée ERC (et ancienne conseillère à l’Agriculture) Meritxell Serret. Paris, Copenhague et Lisbonne devraient suivre mais aussi d’autres capitales. Le siège du Consell de Diplomàcia Pública de Catalunya (son nom littéral) est à Barcelone à la Casa de les Punxes (de l’architecte Puig i Cadalfach) entre le carrer de Rosselló et la Diagonal.

(5) Josep Antoni Duran Lleida (1952) est entré à l’UDC dès 1974 et a assez vite dirigé ce petit parti catalaniste et catholique, ce qui lui a permis d’avoir un rôle important à la fois à la CiU (la confédération entre l’UDC et la CDC, dont il est secrétaire général à partir de 2001), à la Généralité (conseiller à la Gouvernance de 1999 à 2001) mais surtout à Madrid où il est député CiU pendant deux longues périodes de 1982 à 1993 et de 2004 à 2016, ce qui en fait l’un des spécialistes du dialogue entre les gouvernements catalan et espagnol. D’où peut-être son refus de suivre la CDC dans l’indépendantisme à partir de 2012 et la rupture de CiU en 2015, qui va entrainer la disparition de l’UDC, privée de tous ses députés aux élections de cette année-là. Depuis 2017, il travaille pour la confédération patronale espagnole CEOE.

(6) Un mode de fonctionnement hérité directement du passé puisque, depuis le Moyen-âge, les impôts se négociaient directement entre l’administration monarchique et les assemblées provinciales créées justement pour cela. C’était aussi le mode de fonctionnement en France jusqu’à la Révolution dans les pays dits d’États (dont le Languedoc, le Béarn et la Provence). En Espagne, cela s’est prolongé jusqu’à aujourd’hui dans les provinces dites forales (Pays Basque et Navarre) car celles-ci avaient pu conserver leurs fors (fueros) ou droits particuliers pour avoir pris parti pour Philippe V lors de la Guerre de Succession. Après la Troisième Guerre Carliste à laquelle une partie des Basques et Navarrais avaient pris part, le système foral fut strictement limité aux questions fiscales : jusque là, l’autonomie était aussi monétaire, douanière et militaire. Finalement, Franco en priva les deux provinces basques de Biscaye et Guipuscoa qui avaient pris parti contre lui pendant la Guerre d’Espagne, mais pas l’Alava et la Navarre qui avaient pris parti pour lui. Le système fut confirmé et rétabli en Biscaye et Guipuscoa (par l’intermédiaire, avec l’Alava, de la nouvelle Communauté Autonome Basque) lors de la Transition.

(7) Pour un récit de cette « longue journée », voir le récit de Vicent Partal : Puigdemont : crònica del llarg dia del retorn a Brussel·les sur VilaWeb le même jour.

(8) Déjà répandue, la location d’appartements de court séjour est devenue massive à Barcelone comme dans les autres métropoles touristiques depuis l’apparition de la plateforme Airbnb, rendant encore plus aigus les problèmes d’accès au logement pour les foyers modestes. Élue maire en 2015 en grande partie sur cette problématique (elle a été responsable de la principale association locale pour le droit au logement), Ada Colau a pris rapidement pour cible les appartements touristiques non déclarés, une étude ayant révélé qu’ils représentaient 40 % de l’offre dans la ville : dès 2016 est mis en place un système de contrôle avec inspections, encouragement à la dénonciation et amendes. Airbnb, sommé de retirer de son offre les appartements non-déclarés, est pour la première fois dans le monde obligé de payer une amende de 600 000 euros pour ne pas s’être exécuté. Depuis, la plateforme a dû progressivement limiter son offre à une annonce par propriétaire et la mairie a pu annoncer le mois dernier que 70 % de l’offre illégale avait disparu des portails internet.

(9) Voir un portrait d’Álvarez par Javier Oms dans El Mundo du 29 juillet : ‘Tito’ Álvarez, la voz de la revuelta del taxi. Et un entretien avec Albert Cadanet dans l’Ara du même jour : Alberto ‘Tito’ Álvarez: “La solució passa per donar competències als ajuntaments”.

(10) À un twitteur qui lui fait remarquer : « Si nous faisions seulement 20 % de ce que font les taxis, on aurait déjà les flics pour nous mettre en rang et à nous renvoyer tous à la maison. C’est ça la leçon. », Carod Rovira répond : « Tu as raison.  Si nous faisions 20 %, si …  ». Un autre écrit  : « Pour moi, la lecture est claire. Il nous faut les taxis pour faire la République. Et les travailleurs de la restauration. Et ceux de l’industrie. Et ceux du transport public. Il nous faut avoir la classe ouvrière dans le conflit. Nous avons vu clairement que la révolution de la classe aisée (dels benestants) a ses limites. »

Puigdemont de nouveau en piste

Semaine du 16 au 22 juillet

Puigdemont au début de son allocution vidéo à l’assemblée du PDeCat dimanche 22 juillet.

Deux victoires en une semaine pour l’ancien président catalan. Côté judiciaire, il est désormais libre hors d’Espagne puisque Llarena a retiré tous ses mandats d’arrêt européens contre les exilés pour ne pas mettre en péril le procès des prisonniers. Côté politique, Puigdemont a imposé dimanche l’intégration du PDeCat à son nouveau mouvement, la Crida.

Scène 1 : la Crida se présente

C’est lundi 16 juillet au matin qu’a eu lieu la présentation officielle et publique du nouveau mouvement indépendantiste « transversal » lancé par l’ancien président catalan (en exil) Carles Puigdemont, l’actuel président Quim Torra et l’ancien président de l’ANC (en prison) Jordi Sànchez. Dans une réunion à l’Athénée Barcelonais (1), Ferran Mascarell et Gemma Geis (2) lisent le manifeste de la Crida Nacional per la República (Appel National pour la République) déjà lu aux candidats de JxCat le samedi 14 (nous en publions une traduction ici). À part les traditionnels rappels des fondements démocratiques, pacifiques et sociaux de l’indépendantisme, peu de marqueurs idéologiques dans cet appel ni d’éléments concrets à part une « convention nationale constituante » à l’automne pour décider « la forme et le contenu de ce nouvel espace politique », l’engagement d’être présent à  tous les « rendez-vous électoraux qui auront lieu jusqu’à la pleine instauration de la république » et de se dissoudre une fois cet objectif atteint. Pas non plus de feuille de route très précise pour atteindre cet objectif à part un refus des « stratégies individuelles ou de quelques uns » qui peut sembler incantatoire quand on sait la part prise par Puigdemont dans l’opération.

Les réactions dans l’indépendantisme, théoriquement destiné à confluer dans ce nouveau mouvement, sont elles aussi déterminées par le rapport des différentes formations à Puidgemont. ERC, qui avait envoyé un observateur à la présentation, botte aussitôt en touche en renvoyant la Crida à son espace d’origine ex-convergent : « Le pays et l’indépendantisme ont besoin d’un centre-droit fort et puissant, dit la porte-parole Marta Vilalta (3), chacun doit croître dans son espace pour pouvoir ensuite se rassembler tous et être plus forts ». La CUP ne daigne pas exprimer de position officielle et fait dire qu’il ne s’agit que d’une refondation de la CDC tout en critiquant l’appropriation de la symbolique républicaine par l’ancien président. Mais la bataille ne se jouera pas pour l’instant du côté de l’indépendantisme de gauche puisque le lancement de l’opération, une semaine avant l’assemblée du PDeCat, est d’abord destiné à intégrer le parti centriste et l’empêcher de jouer une partition à part.

Le PDeCat est l’héritier direct de la CDC de Jordi Pujol et n’a changé de nom en 2016 que pour tenter de se libérer d’un lourd fardeau juridique : les multiples affaires de corruption mettant en cause des membres du parti dominant en Catalogne jusqu’aux années 2000. Dirigé par Artur Mas depuis 2003, de retour au pouvoir depuis 2010, indépendantiste et allié à ERC depuis 2012, le parti représente traditionnellement le monde des petits entrepreneurs catalans catalanistes, plus ou moins proches du catholicisme, mais sa base militante s’est diversifiée avec le passage à l’indépendantisme. Depuis 2016 et le pas de côté d’Artur Mas, forcé de quitter le pouvoir par la CUP, le parti est de fait divisé : d’un côté une direction encore sous l’influence de Mas (qui ne l’a officiellement quittée qu’en janvier dernier), à la ligne idéologique plus traditionnelle et pragmatique dans la tradition pujolienne, de l’autre Puigdemont, désigné par Mas pour le remplacer à la présidence du Govern mais qui s’impose très rapidement comme un leader plus imprévisible et aussi plus populaire. Depuis l’automne 2017, la distance s’est encore accentuée avec la création de JxCat, une marque électorale créée par Puigdemont, ouverte aux personnalités indépendantes et qui préfigure la Crida. Face à l’activisme et aux succès de Puigdemont, vainqueur inespéré des élections du 21-D, la direction du PDeCat a fait le dos rond mais peut de nouveau jouer un rôle fin mai et début juin à l’occasion de la motion de censure au Congrès espagnol. Un moment propice pour deux raisons : Puigdemont est réduit au silence dans l’attente de la décision des juges allemands, la direction du PDeCat a, comme celle du PNV, une longue expérience de faiseurs de rois à Madrid (4). Une fois de plus, ce sont donc les centristes basques et catalans, en position de force, qui ont décidé de la couleur politique du locataire de la Moncloa du fait de l’absence de majorité parlementaire pour la droite comme pour la gauche espagnoles, de plus divisées toutes les deux entre un parti traditionnel (PP et PSOE) et un nouveau parti plus radical (Citoyens et Podemos). Le rôle dans cette opération de Marta Pascal (5), coordinatrice du PDeCat depuis sa refondation et patronne de fait du parti depuis le départ de Mas, a été souligné par les commentateurs (6), de même que la position contraire de Puigdemont qui ne voulait pas d’un retour des socialistes au pouvoir. Déjà en mauvais termes, les deux dirigeants se seraient alors définitivement brouillés.

Scène 2 : picabaralles (7) au Parlement entre ERC et JxCat

On se rappelle que mardi 10 juillet, le juge Llarena avait clos son instruction par la suspension de 6 députés indépendantistes poursuivis (Puigdemont, Junqueras, Romeva, Rull, Turull et Sànchez) en s’appuyant sur un fondement juridique contesté et en laissant au Parlement catalan le choix d’une formule pour que cela ne remette pas en cause la majorité actuelle. Déjà en désaccord sur la réponse à donner au juge, les groupes ERC et JxCat s’étaient mis d’accord jeudi 12 pour demander d’abord leur avis aux juristes (lletrats) du Parlement. Ceux-ci ont rendu leur avis lundi 16 (8) : tout en doutant du bien-fondé juridique de la mesure dictée par Llarena, ils approuvaient faute de mieux le système proposé avec un député JxCat et un député ERC votant chacun pour les députés suspendus du groupe. Ce qui permettrait de maintenir le droit de vote des députés suspendus mais pas leur salaire. Une solution déjà appuyée par le président du Parlement Roger Torrent la semaine passée et déjà contestée par JxCat qui penchait alors pour la désobéissance. L’avis des juristes ne modifie pas le désaccord qui éclate au grand jour mercredi matin lors de la réunion du Bureau avec un match nul inédit : ERC (2 votes) et le PSC (1 vote) approuvent l’avis des juristes, Citoyens (2 votes) et le vice-président Josep Costa (JxCat) le rejettent tandis que l’autre représentant JxCat Eusebi Campdepadrós s’abstient. À midi, devant le bloquage, le Bureau et la Junte des porte-paroles (hors Citoyens et la CUP) s’accordent pour déconvoquer la séance de l’après-midi en attendant de trouver un accord.

Mais ce sont les déclarations d’Eduard Pujol (JxCat(9) qui vont déclencher l’incendie : il reproche à ERC de s’être allié aux socialistes et l’accuse de ne pas avoir appliqué un accord qui aurait permis à Puigdemont de conserver son droit de vote et donc de pouvoir être de nouveau être investi président. Réaction furieuse de Sergi Sabrià (ERC) (10) : « Ce qui s’est passé est gravissime. On en arrive à mentir. JxCat sait parfaitement qu’il n’y avait aucun accord et c’est pour cela qu’on a proposé un Bureau et pour cela que nous nous sommes réunis ce matin. Tout le monde aujourd’hui à 9 heures savait qu’il n’y avait pas d’accord. Il est intolérable qu’ils mentent ». Puis, appuyant là où ça fait mal (les tensions avec le PDeCat), il accuse JxCat de vouloir « cacher ses divergences internes » : « Aujourd’hui, le désaccord principal a été au sein d’un groupe, non entre groupes. Un groupe qui a voté de deux façons différentes au Bureau. Ce n’est pas à nous de résoudre les problèmes internes de JxCat. S’ils ont une fin de semaine difficile, ce n’est pas notre problème » (11). Il faudra une réunion en urgence des deux têtes du Govern Quim Torra et Pere Aragonès pour calmer le jeu et obtenir un cessez-le-feu, confirmé jeudi par Albert Batet côté JxCat (« Nous avons instaurés plus de mécanismes pour que ce qui s’est passé hier ne se reproduise pas ») et par Sabrià côté ERC (« Nous devons passer à une autre phase et recoudre »(12) mais aussitôt fragilisé vendredi matin par Torrent qui revient sur l’incident : « On ne peut pas mentir comme cela. Il est évident qu’il n’y avait pas d’accord et quelqu’un a dit que si. Tout cela ne nous apporte rien. Cela nous diminue » (13). Un incident qui confirme en tout cas la nervosité des indépendantistes au Parlement (la communication est beaucoup plus maitrisée au Govern), due en partie sans doute à la difficulté qu’ont les référents de Puigdemont pour y négocier en son nom.

Scène 3 : Llarena jette l’éponge côté exilés

Les choses se sont peut-être aussi calmées du côté des députés JxCat jeudi grâce à un nouvel opus du juge Llarena dont ils ont appris la teneur en pleine visioconférence avec Puigdemont. Mis en grande difficulté par la décision des juges allemands la semaine précédente de n’accepter l’extradition de Puigdemont que pour le délit mineur de malversation et leur rejet argumenté des accusations de rébellion et de sédition sur lesquelles se base toute la procédure espagnole, Llarena retire tous ses mandats d’arrêt européens contre les exilés catalans (14). L’essentiel de son texte est dirigé contre les juges allemands accusés de « manque de solidarité » (falta de compromiso) face à des « faits qui auraient pu briser l’ordre constitutionnel espagnol », de s’être prononcés sur le fond des accusations alors qu’on ne leur demandait de le faire que sur la forme et d’avoir « conféré une valeur probatoire définitive » à la version défendue par Puigdemont. Les exilés jusque là coincés dans leur pays de résidence (libres pour Puig, Serret et Comín en Belgique et Rovira en Suisse, en attente de décision sur leur extradition pour Ponsatí en Écosse et Puigdemont en Allemagne) peuvent donc désormais circuler librement hors d’Espagne. C’est tout le volet extérieur de la procédure contre les dirigeants indépendantistes qui s’effondre, « tombe comme un château de cartes » selon les mots de Torra, pour ne pas avoir à juger de façon différente Puigdemont (qui, étant donnée la faiblesse de l’accusation de malversation, aurait pu s’en sortir avec une peine symbolique et même se faire rapidement réinvestir président catalan) et les 9 prisonniers qui risquent jusqu’à 30 ans de prison. Des prisonniers qui ne pourront eux apparemment compter sur aucune clémence de la justice si l’on en croit le Parquet du Tribunal Suprême qui rejette durement ce même jour la dernière demande de mise en liberté de Carme Forcadell, Jordi Sànchez et Jordi Cuixart en affirmant que la prison provisoire est « une mesure de précaution obligatoire » (cautela imprescindible) pour qu’ils ne quittent pas l’Espagne. En attendant, Puigdemont fait dire qu’il rejoindra la Belgique dès la semaine suivante.

Scène 4 : psychodrame entre ex-convergents

C’est le lendemain vendredi dans une ambiance très incertaine qu’a débuté l’assemblée du PDeCat au Palais des Congrès de la via Diagonal à Barcelone, personne ne pouvant dire qui allait se présenter à la direction le dimanche ni quel serait le rapport de forces parmi les délégués présents. La veille, Marta Pascal avait en tout cas confirmé qu’elle se présenterait et tenté une voie de compromis en affirmant sur TV8 qu’elle avait « toujours maintenu une relation de loyauté » vis à vis de Puigdemont, qu’elle avait « envie de rassembler » et qu’elle ne voyait pas d’incompatibilité entre la Crida et un PDeCat « fort et organisé ». Des mots qu’elle a répété en ouverture de l’assemblée vendredi, considérant que l’on peut à la fois « militer pour le pays » (au sein de la Crida) et « militer pour le parti » (au sein du PDeCat). Mais ce n’était pas le projet de Puigdemont et de ses proches qui réussissent vendredi à rallier les prisonniers et exilés JxCat à ce qu’on va appeler le pacte de Lledoners (la prison au nord de Barcelone où sont détenus Rull, Turull, Forn et Sànchez depuis leur rapprochement) : Pascal ne sera maintenue qu’à un rang secondaire dans la direction qui intègrera les membres du secteur dit critique (c’est à dire proche de Puigdemont) et ceux de la direction actuelle souhaitant rester. Cette direction sera menée par le n°2 actuel du parti David Bonvehí qui a l’avantage rare d’avoir la confiance à la fois de Pascal et de Puigdemont. Une commission composée de Rull, Turull, Forn et Puig sera chargée de piloter l’intégration du PDeCat au sein de la Crida.

Après plusieurs visites des uns et des autres à Lledoners vendredi, la pression sur Pascal s’accentue samedi et, face au refus catégorique de Puigdemont (15) qu’elle fasse partie de la nouvelle direction, elle renonce dans l’après-midi, déclarant sobrement devant les caméras : « Il est évident qu’il n’est pas possible que la coordinatrice n’ait pas la confiance du président Puigdemont. Je ne l’ai pas ». Pascal sortie du jeu, la gestation de la nouvelle direction va être plus compliquée que prévu. Et quand, dimanche à midi, la liste est finalisée après une rude négociation entre la direction sortante menée par Bonvehí et les partisans de Puigdemont (qui n’ont pu y placer une partie des leurs à cause du rejet d’un amendement assouplissant les incompatibilités), une autre liste spontanée issue des membres de la base n’appréciant pas que tout se soit réglé en coulisse se présente aussi et parvient à rassembler 29 % des votes. Le parti sera donc dirigé par David Bonvehí épaulé par Míriam Nogueras, membre du courant critique et députée à Madrid (16). La commission sur l’intégration dans la Crida est elle approuvée par 94 % des présents et l’assemblée se clot avec les interventions de Mas, Puigdemont (par vidéo), l’ancien premier ministre écossais Alex Salmond et Torra qui fait un discours aux accents churchilliens en avertissant que dans les prochains mois, « viendront des moments difficiles » qui demanderont « le sacrifice de tous ». Bonvehí, lui, s’était contenté de dire, mais plutôt à propos de l’intégration du PDeCat dans la Crida : « Ça ne va pas être simple tout ça … »

Quelques autres évènements ont animé l’actualité catalane dont, en Catalogne même :

L’agression subie, en sortant de la présentation de la Crida lundi 16 juillet, par le célèbre photographe indépendantiste et spécialiste de l’extrême-droite espagnole Jordi Borràs : il s’est fait attaquer à coups de poings par un policier national en civil, en poste depuis longtemps à Barcelone dans une brigade chargée du renseignement. Le fait (avec les photos du visage tuméfié du photographe et du policier exhibant sa plaque d’identification) a suscité l’indignation alors que les opérations anti-indépendantistes violentes commencent à inquiéter.

La suspension par le Tribunal Constitutionnel mardi 17 et à l’unanimité de la fameuse motion CUP réaffirmant les objectifs de la déclaration de rupture du 9 novembre 2015. Mais à la différence des précédentes suspensions de l’ère Rajoy, celle-ci n’est pas accompagnée, à l’initiative du Gouvernement, d’un rappel (et donc d’une menace) aux membres du Bureau du Parlement de leurs obligations pénales pour avoir accepté que le texte soit soumis au vote.

Le baromètre du CEO (17) qui a confirmé vendredi 20 la baisse de forme sondagière de JxCat et de Citoyens à l’inverse d’ERC, du PSC et de la CUP. Ainsi que la stabilité de l’indépendantisme avec une majorité parlementaire en cas d’élections et toujours un légère avantage au oui à l’indépendance en cas de référendum.

L’irruption dimanche 22 sur la grande place de Vic d’une voiture qui renverse une partie des 2 500 croix jaunes placées là samedi par des indépendantistes pour protester contre la judiciarisation. Selon son avocat,  le conducteur n’avait a priori pas agi par anti-indépendantisme mais à cause d’une soudaine angoisse à la vue des croix. L’évènement ravive une nouvelle fois les polémiques sur l’occupation politique de l’espace public tout en provoquant un début de remise en question sur le sens de ces opérations, en particulier avec des croix (18).

Et dans le reste de l’Espagne :

La fragilité parlementaire du Gouvernement Sánchez testée lundi 16 juillet : deux erreurs de vote et deux absences (parmi les députés socialistes) ont suffi pour repousser le renouvellement du nouveau conseil d’administration de la RTVE, le groupe audiovisuel public d’État.

Le programme de gouvernement exposé mardi 17 par Pedro Sánchez devant les députés. Sur la Catalogne, il veut un « dialogue sans obstacles » mais avertit que « dialoguer n’est pas céder ». Pour lui, le problème ne sera résolu qu’en « votant » non « la rupture » mais un « accord ». Il annonce par ailleurs que l’exhumation de Franco aura lieu « très bientôt », qu’il propose une hausse de 0,1 à 0,3 % du plafond de déficit des autonomies, une durée minimum des baux de location repassant de 3 à 5 ans (et la construction de 20 000 logements sociaux), des impôts spéciaux pour les banques et les entreprises technologiques, un impôt sur les sociétés majoré pour les grands groupes.

Mais l’évènement majeur côté espagnol cette semaine a été l’élection samedi de Pablo Casado à la tête du PP réuni en congrès extraordinaire pour désigner le successeur de Mariano Rajoy. Le jeune député, qui avait obtenu le ralliement de l’ex-ministre de la Défense Cospedal lundi 16, a nettement battu l’ex-vice-présidente Soraya Sáenz de Santamaría en étant préféré par 58 % des délégués. Il a délivré un discours offensif d’affirmation des valeurs nationales et catholiques qui promet un retour aux conceptions de José María Aznar dont Casado s’affirme un partisan : refus d’un examen de conscience sur le franquisme, attaques contre la liberté d’avortement, soutien à l’école privée … Sur la Catalogne, qui promet d’être son principal angle d’attaque contre le Gouvernement Sánchez, il menace d’un retour au 155, de rendre illégaux les partis indépendantistes et de transformer le Principat en « Tabarnia pour de vrai ». Les commentateurs ont vu cette radicalisation du PP en parallèle de la radicalisation du PDeCat désormais mené par Puigdemont. Le vendredi, Rajoy (qui avait pris grand soin à ne pas trop montrer sa préférence pour Santamaría) avait été fêté par les congressistes au cours d’un discours d’adieu où il s’était montré ému et très content de lui.  À propos de la Catalogne, il a ainsi estimé avoir marié « la prudence et la fermeté » puisque « les responsables de ces actes en répondent devant les tribunaux ou ont fui la justice, et Monsieur Puigdemont n’est plus président de la Généralité ».

(1) Centre culturel renommé fondé en 1860 et qui a son siège au Palau Savassona, carrer de la Canuda, dans la vieille ville de Barcelone, non loin de la Place de Catalogne.

(2) Ferran Mascarell (1951) est un historien et activiste culturel qui a été conseiller municipal socialiste de Barcelone  (et responsable de la culture) de 1999 à 2006 puis deux fois conseiller catalan à la Culture : en 2006 dans le second Govern Maragall (il se fait élire député PSC au Parlement cette année-là mais renonce à son siège dès 2007), de 2010 à 2016 dans le Govern Mas cette fois comme indépendant dans une équipe CiU. Puigdemont le nomme en 2016 Délégué du Govern à Madrid où il est donc chargé des très tendues relations avec le Gouvernement Rajoy jusqu’à son limogeage l’automne dernier suite à l’entrée en vigueur du 155. Candidat JxCat aux élections du 21-D, il a été rétabli dans ses fonctions de Délégué à Madrid par le Govern Torra. Gemma Geis (1979) est professeure de droit administratif à l’Université de Gérone et, choisie par Puigdemont comme tête de liste JxCat pour Gérone, en est députée depuis le 21-D.

(3) Marta Villalta (1984), originaire de la petite ville de Torregrossa (Pla d’Urgell, près de Lérida) et très tôt engagée dans ERC, elle commence sa carrière dans le journalisme et la communication avant de devenir une permanente du parti dont elle est députée au Parlement de 2012 à 2015. Elle est directrice de la Jeunesse à la Généralité en 2016, porte-parole nationale d’ERC depuis début 2018.

(4) Jusqu’en 2011, chaque fois que l’un des deux grands partis était en tête mais sans majorité absolue au Congrès, ce sont CiU et le PNV qui lui ont permis de gouverner : ainsi pour Felipe González (PSOE) de 1993 à 1996, José María Aznar (PP) de 1996 à 2000, José Luis Zapatero (PSOE) de 2004 à 2011. Pour le gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy de 2016 à 2018, c’est l’abstention du PSOE qui a été déterminante.

(5) Marta Pascal (1983), originaire de Vic et fonctionnaire spécialiste des politiques éducatives (mairie de Vic puis Généralité), a milité depuis 2006 à la Joventut Nacionalista de Catalunya (le mouvement de jeunesse de la CDC) dont elle a été présidente de 2012 à 2015. En 2016, lorsque la CDC se transforme en PDeCat, Artur Mas la choisit pour mener la refondation du parti comme coordinatrice puis elle devient dirigeante de faite après le retrait de Mas en janvier 2018. Elle est députée au Parlement depuis 2013, sénatrice à Madrid depuis 2018.

(6) Lire l’article La mujer que hizo caer a Rajoy d’Enric Juliana dans La Vanguardia du 23 juillet.

(7) Quand les discrepàncies (désaccords) sont publiques et que les esprits s’échauffent, cela devient des picabaralles (disputes, altercations, brouilles).

(8) L’avis des juristes du Parlement peut être lu et téléchargé dans l’article du 16 juillet Els lletrats del Parlament defensen que els diputats suspesos mantinguin el dret a vot sur NacióDigital.

(9) Eduard Pujol (1969) fait partie du noyau dur des partisans de Puigdemont (avec Quim Torra, Elsa Artadi, Albert Batet et Josep Costa). Il n’a rien à voir avec l’ancien président catalan Jordi Pujol et a fait presque toute sa carrière dans le journalisme sportif radiophonique, d’abord sur Catalunya Ràdio jusqu’en 2004 puis, après un passage au service de presse du Barça, sur RAC1 de 2010 à 2017 dont il devient directeur à partir de 2012. En novembre 2017, il est candidat sur la liste JxCat pour Barcelone et est élu député le 21-D.

(10) Sergi Sabrià (1975) a d’abord été fonctionnaire de la Généralité en particulier au Département de l’Éducation puis à la Délégation de Gérone. De 2008 à 2012, il s’occupe du secteur du liège dont sa ville natale de Palafrugell est l’une des capitales tout en débutant sa carrière politique : maire ERC de Palafrugell en 2009, président du Conseil national d’ERC en 2011, député ERC de Gérone en 2012, porte-parole du groupe ERC au Parlement depuis cette année.

(11) Voir la dépêche ACN reprise par El Punt Avui ce jour-là.

(12) Sergi Sabrià: «És imprescindible formalitzar per escrit una estratègia comuna», entretien avec Roger Tugas sur NacióDigital, 19 juillet 2018.

(13) Voir ses principales citations sur le site de RAC1 : Torrent carrega contra JxCat: “No es pot mentir com es va fer, no tot s’hi val, això ens empetiteix”.

(14) Voir le communiqué du Tribunal Suprême et l’acte du juge : El juez del Tribunal Supremo Pablo Llarena rechaza la entrega de Carles Puigdemont solo por el delito de malversación. Nous publions ici ses extraits les plus significatifs.

(15) Selon l’article de Neus Tomàs Las tres llamadas de Puigdemont que decidieron el futuro del PDeCAT sur El Diario le 22 juillet, c’est au militant Francesc Sànchez que Puigdemont aurait exprimé ce refus samedi : « Quand il demanda à Puigdemont quel rôle il voulait que Marta Pascal joue dans cette nouvelle étape, l’ex-président lui expliqua qu’il considérait incompatible qu’elle assume un mandat particulier dans la direction parce que la désormais ex-coordinatrice ne croit pas au projet que veut lancer Puigdemont. « Nous pensons très différemment », résuma-t-il depuis Hambourg ». Pour un bon résumé de ces trois journées très agitées, lire l’article de Ferran Casas et Joan Serra Carné sur NacióDigital ce même 22 juillet : Puigdemont posa data de caducitat al PDECat: quatre claus d’una assemblea convulsa.

(16) Míriam Nogueras (1980) est à l’origine créatrice d’entreprises (sa famille travaillait à la fois dans la boucherie et le textile à Dosrius, dans le Maresme) et membre de la direction du Cercle Català de Negocis, l’association patronale indépendantiste. Elle s’est fait connaitre  à partir de 2012 par sa participation à la campagne No vull pagar contre les péages autoroutiers puis sa participation régulière à des débats télévisés. Depuis 2015, elle est députée de Barcelone au Congrès pour la CDC puis le PDeCat. Elle est candidate à la mairie de Mataró (124 000 habitants), capitale du Maresme au nord-est de l’agglomération de Barcelone, dont le maire est depuis 2015 le socialiste David Bote.

(17) Le baromètre d’opinion politique (BOP) du Centre d’Estudis d’Opinió (l’institut de sondages de la Généralité) sort trois fois par an et est une source riche et précieuse de renseignements sur l’état de l’opinion catalane. On peut consulter ici toutes les données du 2e BOP de 2018.

(18) Voir l’éditorial de Vicent Partal sur VilaWeb le 27 juillet : Podriem repensar això de les creus grogues  ? (Pourrions-nous réfléchir à cette histoire de croix jaunes ?)

Action, réaction

Semaine du 9 au 15 juillet 2018

Ce devait être la semaine du dialogue renoué entre Madrid et Barcelone avec une réunion à la Moncloa qui a rempli ses modestes objectifs mais dès mardi, ce fut le retour au match entre le Tribunal suprême espagnol et l’indépendantisme avec comme résultat dès vendredi un retour en force de Puigdemont sur la scène politique catalane. 

Lundi, la réunion Sánchez-Torra

Le tweet de Pedro Sánchez en catalan

Tout a bien commencé lundi avec la très attendue réunion des deux présidents à la Moncloa  : l’espagnol (et socialiste) Pedro Sánchez, le catalan (et indépendantiste) Quim Torra. Les amateurs d’histoire ont appelé cela un Taradellas en souvenir de la première rencontre tendue entre le président en exil de la Généralité Josep Taradellas et le chef du gouvernement espagnol Adolfo Suárez en juin 1977. Une rencontre au ton très franc où Suárez n’avait voulu s’engager sur rien (1) mais que Taradellas avait eu la sagesse en sortant de qualifier de « très cordiale, très agréable », ce qui avait surpris Suárez et permis de véritablement lancer les négociations entre Madrid et Barcelone en vue d’un rétablissement effectif de l’autonomie catalane.

Cette fois non plus, il n’y a pas eu d’accord sur le contenu : Torra a affirmé le lendemain qu’il avait parlé essentiellement de l’autodétermination, Sánchez lui a répété que l’on ne sortirait pas de la Constitution. Aucun point d’accord non plus sur la judiciarisation (même si Torra a trouvé Sánchez « préoccupé » par cette question) mais la rencontre a été cordiale avec de bonnes photos, des cadeaux (dont une bouteille de ratafia (2) qui a beaucoup fait parler), une promenade dans les jardins jusqu’à la fontaine où le poète républicain Antonio Machado rencontrait sa Guiomar (3) et même, pour finir, un tweet de Sánchez en catalan (4). Car l’essentiel était que la réunion ait eu lieu, ait duré un peu plus que celle avec le président basque Urkullu il y a deux semaines, et surtout qu’une deuxième soit prévue car Sánchez a accepté l’invitation de Torra à Barcelone à la rentrée. Ces 3 objectifs atteints, les 2 désaccords majeurs (sur l’autodétermination et la judiciarisation) exposés et acceptés, il y a tout de même eu quelques résultats concrets comme l’accord pour rapidement réactiver les commissions bilatérales mises en sommeil depuis 2011. Chacune des deux parties a donc pu se montrer satisfaite en soulignant ce qu’elle avait le plus apprécié : pour Carmen Calvo (la vice-présidente espagnole qui a participé à une partie de la réunion et s’est ensuite exprimée devant les journalistes à la place de Sánchez), la réunion a été « courtoise et fluide », « longue et franche » pour Quim Torra, content d’avoir pu parler autant qu’il voulait de tout ce qu’il voulait.   

Mardi, Llarena suspend les députés poursuivis et crée un nouveau labyrinthe

Cette tolérante éclaircie n’a pas duré longtemps et le nuage noir de la judiciarisation a de nouveau éclaté dès  le lendemain mardi avec un autre acte interlocutoire du juge Llarena, très attendu lui aussi mais que le magistrat avait un peu retardé pour ne pas gêner la rencontre Sánchez-Torra de la veille et ses délicats préparatifs. Un acte de « conclusion » (5) sensé clore l’instruction contre les dirigeants indépendantistes dirigée par le juge depuis début décembre dernier et donc suspendre les mandats de ceux qui sont députés (6) en attendant le jugement que l’on prévoit désormais au plus tôt à la fin de l’hiver prochain. Mais, à son habitude, le juge du Tribunal Suprême a été créatif et il s’est appuyé pour cette suspension sur un article de la loi de procédure criminelle qui s’applique à des « personnes faisant partie ou liées à des bandes armées ou des individus terroristes ou rebelles » dont le mandat peut être suspendu « tant qu’ils sont en prison ». La première partie peut encore passer selon la doctrine Llarena qui voit de la violence (et donc de la rébellion) dans le fait de pouvoir provoquer des situations violentes mais pas la deuxième pour les députés exilés puisqu’ils ne sont pas en prison. Autre bizarrerie, pour que les « groupes parlementaires dont font partie les accusés ne soient pas privés de leur majorité parlementaire pendant la période de suspension des mandats » et que ces accusés ne  soient pas forcés de « renoncer définitivement » à leurs sièges, Llarena crée un système ad hoc et inédit où ils pourraient être substitués temporairement par d’autres candidats de leurs listes … et laisse le choix de la formule au Parlement. Bref, un nouveau labyrinthe juridique, sans doute imaginé par Llarena pour éviter les accusations récurrentes d’ingérence politique mais qui est bien parti pour devenir un problème politique à part entière puisque dès jeudi, la majorité indépendantiste du Bureau du Parlement s’est divisée sur la réponse à apporter et a demandé un rapport à ses juristes très sollicités.

Jeudi, les juges allemands atomisent Llarena et remettent Puigdemont en piste

C’est justement pendant cette réunion agitée du Bureau du Parlement qu’est tombée, jeudi en fin de matinée, une décision elle aussi plus qu’attendue et qui a fait encore plus de bruit, celle des juges du Tribunal du Schleswig-Holstein sur la demande d’extradition de Puigdemont par l’Espagne. Des juges qui auraient sans doute répondu plus tôt si le juge Llarena ne leur avait pas envoyé une imposante documentation supplémentaire sensée étayer son accusation de rébellion mais qui ne les a pas convaincus : puisqu’il n’y a eu violence de son fait ni avant ni pendant ni après le référendum, Puigdemont n’est pas le « leader intellectuel des actions violentes » et « les accusations d’activités délictives dont est accusé l’ancien président catalan ne correspondent pas avec le délit de haute trahison ni avec celui de perturbation de l’ordre public du Code pénal allemand ». Pour la malversation, par contre, les juges acceptent l’extradition car le mandat d’arrêt européen n’impose pas de trouver obligatoirement un équivalent dans le droit local et car Puigdemont, en tant que président, avait une « corresponsabilité » sur l’usage des fonds publics et pouvait « prévoir sans difficultés que la réalisation d’un référendum coûterait de l’argent ». Les juges laissent Puigdemont en liberté en considérant qu’il n’y a pas de risque de fuite puisqu’il s’est conformé jusqu’ici aux mesures qu’ils lui ont imposé (7).

Une fois digérée la stupeur (les informations ont d’abord surtout retenu le fait que l’extradition pour malversation était acceptée et il a fallu un peu de temps avant de comprendre qu’elle n’était pas du tout à l’avantage de la justice espagnole), les réactions ont été très diverses. Grande satisfaction dans le monde indépendantiste puisque la rébellion, principale accusation qui a permis l’emprisonnement des dirigeants est annihilée par les juges allemands après les rejets moins clairs et moins vexants des justices belge et suisse. Grande incompréhension et même colère dans le monde anti-indépendantiste le plus virulent, avec certains élus et même le candidat à la direction du PP Pablo Casado appelant à punir l’Allemagne en retirant l’Espagne de l’espace Schengen. Silence ou satisfaction discrète dans le vaste entre-deux souhaitant un apaisement du conflit et en particulier Pedro Sánchez qui, depuis Bruxelles où il participe à un sommet agité de l’OTAN, souligne simplement que le plus « important » est que les « personnes impliquées » dans les faits du 1-O soient jugées par des tribunaux espagnols et que « c’est ce qui se passera ». Or, on le comprend assez vite, accepter l’extradition de Puigdemont pour malversation serait accepter un procès du 1-O particulièrement inéquitable puisque Puigdemont, principal responsable, ne pourrait encourir que 5 ans de prison alors que les membres de son Govern, toujours accusés de rébellion, risqueraient jusqu’à 30 ans. En plus, selon certains, Puigdemont ne pourrait être maintenu en détention pour malversation et, en attendant son éventuelle condamnation, pourrait même se faire réinvestir président catalan … On comprend que dès jeudi soir, le discours dominant entendu au Tribunal Suprême, en plus d’une crainte d’être lâché par la Moncloa, était « qu’il vaut mieux pour tout le monde que Puigdemont reste hors d’Espagne ».

Vendredi, Puigdemont lance son nouveau mouvement

Très discret jusque là pour ne pas compliquer sa cause en Allemagne (on ne le voyait quasiment plus que lors de ses rencontres régulières avec Torra), Puigdemont revient donc tout à coup au premier plan et à un moment important pour son espace politique puisque c’est justement du 20 au 22 juillet que le PDeCat, la formation héritière de la CDC de Jordi Pujol et d’Artur Mas dont il fait de plus en plus théoriquement partie, réunit son assemblée pour décider à la fois de sa ligne politique et de sa direction. La semaine précédente, on avait appris qu’il avait refusé la présidence du parti proposée par l’actuelle coordinatrice générale Marta Pascal. Ce vendredi, c’est apparemment la décision du PDeCat d’enregistrer la dénomination Junts per Catalunya comme parti qui suscite le lancement précipité d’une offensive en règle de la part des proches de Puigdemont pour absorber le PDeCat dans quelque chose de plus vaste. On apprend ainsi vendredi après-midi (8) que Puigdemont, Torra et Sànchez veulent lancer un « nouveau mouvement »  pour « rétablir l’idée originelle de Junts per Catalunya, la transversalité idéologique et l’engagement ferme pour la constitution de la République ». Le but n’est rien moins que « regrouper tout l’indépendantisme » dans quelque chose qui s’inspire du SNP écossais et donc d’inclure, en plus du PDeCat, des « secteurs d’ERC » et de Démocrates, la petite formation indépendantiste issue de l’UDC. Les 3 initiateurs du mouvement auraient l’appui d’Elsa Artadi, la n°3 du Govern, et des députés prisonniers Rull et Turull.

Samedi, juste avant la manifestation pour la liberté des prisonniers et des exilés sur le carrer Tarragona (110 000 participants selon la Garde Urbaine), tous les candidats JxCat du 21-D sont convoqués à huis clos à l’hôtel Barcelona Sants pour parler de ce nouveau mouvement avant une réunion plus formelle le lundi où sera lu un manifeste de ce qui semble devoir s’appeler la Crida Nacional per la República (Appel national pour la République). On apprend qu’un congrès fondateur est prévu en septembre ou octobre. La direction du PDeCat se montre discrètement et aimablement sceptique (soulignant que l’idée n’aurait pas de sens si ERC, comme c’est prévisible, refuse de s’y joindre) et on ne peut s’empêcher de penser que sont liés au déclenchement de cette opération en gestation depuis l’automne à la fois le « désarroi » de l’indépendantisme face au nouveau cours à Madrid (9), la baisse de JxCat dans les sondages au profit d’ERC et de la CUP (10) et le récent raidissement des leaders d’ERC face aux ex-convergents (11).

Et aussi …

Malgré la rebondissante actualité catalane, la semaine a surtout été marquée en Espagne à partir de mercredi 11 juillet par la publication par étapes du contenu de conversations entre Corinna zu Sayn-Wittgenstein, l’ancienne maitresse du roi Juan Carlos, avec le sulfureux commissaire Villarejo (longtemps électron libre des services espagnols) en 2015 et dans lesquelles elle met gravement en cause l’ancien monarque, en particulier dans des affaires de commissions de gros contrats publics à l’étranger et de fraude fiscale. L’affaire fragilise encore un peu plus la position du roi Felipe VI, cette fois depuis des médias très à droite (El Español, OK Diario), et tend les relations entre Podemos (qui demande une commission d’enquête) et Sánchez (qui défend le roi actuel et refuse aussi bien la commission d’enquête que la publication des noms des amnistiés fiscaux du Gouvernement PP parmi lesquels on suppose celui de l’ancien roi).

Côté catalan, on aura noté mardi 10 juillet la nomination tardive comme nouveau chef des Mossos du commissaire Miquel Esquius après des tensions entre la police catalane et le nouveau conseiller à l’Intérieur Miquel Buch (JxCat), la fin mercredi 11 du rapprochement des prisonniers avec l’arrivée de Josep Rull, Jordi Turull et Joaquim Forn à la prison catalane de Lledoners et le voyage de Quim Torra en Écosse où il a pu rencontrer la Première ministre indépendantiste Nicola Sturgeon et l’exilée Clara Ponsatí, la première rencontre officielle jeudi 12 du n°2 du Govern Pere Aragonès (ERC) avec les ministres espagnoles Calvo (vice-présidente) et Montero (Finances) pour  demander la levée totale du contrôle des comptes de la Généralité et un assouplissement des plafonds de déficit. Une rencontre bilatérale qui confirme la nette préférence du Govern pour ce format face à face dans les relations avec Madrid, une exigence qui commence à inquiéter d’autres régions qui craignent de faire les frais de cette exclusivité comme l’a montré la demande du président socialiste valencien Ximo Puig mardi 10 que la Catalogne ne jouisse d’aucun « privilège » au détriment de son voisin du sud.

(1) Suárez aurait dit à Taradellas qui lui demandait que son titre de président de la Généralité soit mentionné sur le communiqué final : « Vous n’êtes personne. Vous serez ce que je dirai que vous serez. Rien de plus ». Selon le journaliste Enric Juliana, faire un Taradellas, c’est « l’art de retourner une mauvaise situation avec quelques paroles bien choisies » (lire sa chronique du 8 juillet dans La Vanguardia : Las visitas a la Moncloa de los presidentes de la Generalitat son un acto litúrgico desde 1977).

(2) En Catalogne, c’est une liqueur traditionnelle à base de noix et d’autres végétaux (herbes, citrons, clous de girofle, muscade, cannelle …).

(3) Célèbre poète et littérateur d’origine andalouse (1875-1939), il prend parti pour la République durant la Guerre d’Espagne et meurt à Collioure (où il est enterré) à la fin de celle-ci. Son amour pour Pilar de Valderrama (Guiomar) lui a inspiré de nombreux poèmes et leur correspondance a été publiée en 1994. C’est Torra, grand amateur de littérature mais surtout grand connaisseur des républicaines années 1930, qui a demandé à Sánchez ce passage devant la fontaine.

(4) « Una crisi política requereix una solució política. Aquesta reunió és un punt d’arrencada constructiu per a la normalització de les relacions. » (Une crise politique exige une solution politique. Cette réunion est un point de départ constructif pour la normalisation des relations). Le tweet en catalan avait toutefois été précédé de sa version en espagnol : « Una crisis política requiere de una solución política. Esta reunión es un punto de arranque constructivo para la normalización de las relaciones. ». Le tweet est illustré d’une photo prise d’au-dessus représentant les deux hommes montant tranquillement un escalier ensoleillé de la Moncloa.

(5) Voir ici le communiqué du Tribunal Suprême du mardi 10 juillet et les différents actes du juge Llarena ce jour-là.

(6) Il y a 5 députés parmi les prisonniers : 2 ERC (Oriol Junqueras et Raul Romevas) et 3 JxCat (Jordi Sànchez, Josep Rull et Jordi Turull). Et 2 députés parmi les exilés : 1 ERC (Toni Comín) et 1 JxCat (Carles Puigdemont). Comín n’est pas concerné pour l’instant par la suspension car ses recours ne sont pas épuisés.

(7) Lire le communiqué du Tribunal du Schleswig-Holstein en allemand, en anglais et l’acte lui-même (en allemand). 

(8) Lire sur le média indépendantiste VilaWeb la version actualisée de l’article de Pere Martí  Puigdemont, Torra i Sànchez presentaran dilluns un nou moviment polític, qui a été l’un des premiers à relayer la nouvelle.

(9) Désarroi souligné samedi 14 juillet par le leader des Comuns Xavier Domènech dans un intéressant tour d’horizon avec Guillem Martínez sur le site Contexto : « En Catalunya hay un 60 % de gente que valora la monarquía con un cero ».

(10) Sondage GESOP pour El Periódico dimanche 15 juillet qui voit ERC (23,5 %), le PSC (15,5 %), les Comuns (8,5 %) et la CUP (6,5 %) nettement améliorer leurs résultats du 21-D tandis que Cs (21,5 %) et JxCat (16,5 %) voient les leurs très nettement baisser.

(11) Voir la lettre d’Oriol Junqueras (traduction ici) lue lors de l’assemblée du parti.

Je te tiens, tu me tiens

Semaine du 2 au 8 juillet 2018

L’arrivée des prisonniers à Lledoners le 4 juillet.

Il y a toujours conflit entre l’indépendantisme catalan et le Gouvernement espagnol mais il se déroule dans un nouveau cadre où les acteurs dépendent aujourd’hui davantage les uns des autres. De nouveau au pouvoir à Barcelone, les indépendantistes dépendent du bon vouloir du Gouvernement espagnol pour appliquer leurs politiques. De nouveau au pouvoir à Madrid, le PSOE dépend du bon vouloir des indépendantistes pour faire passer ses projets les plus emblématiques. D’où la subtilité et le pragmatisme qui dominent en ce moment et dont témoignent les 3 évènements marquants de la semaine : le transfert mercredi de 6 des 9 leaders emprisonnés dans des prisons gérées par la Généralité, le vote le même jour au Congrès espagnol du changement de direction de la télé publique nationale en échange d’un dialogue « sans exclusives » entre Torra et Sánchez, le vote jeudi au Parlement catalan d’une motion rappelant les objectifs de l’indépendantisme.

Les prisonniers en Catalogne, dans des prisons gérées par la Généralité

C’est José María Aznar qui, à sa manière extrême, a peut-être le mieux résumé la bizarrerie mardi 3 juillet : « Et maintenant, les prisonniers putschistes sont transférés dans des prisons de Catalogne dirigées administrativement par des putschistes » (1). La Catalogne est en effet la seule autonomie espagnole à avoir voulu et obtenu dès les années 1980 la compétence pénitentiaire : les prisons catalanes sont donc construites, entretenues et gérées par la Généralité et son département de la Justice alors que toutes les autres prisons espagnoles dépendent du ministère de la Justice à Madrid dont les règlements s’appliquent toutefois également en Catalogne. Dans ce cadre contraint, la Généralité a pourtant peu à peu tenté de créer un modèle pénitentiaire catalan plus humaniste (2) et axé sur la réinsertion des détenus. Un modèle dont la prison de Lledoners, construite en 2008, se veut le terrain d’essai privilégié pour « normaliser les prisons selon le concept du modèle scandinave, avec l’idée que plus la vie à l’intérieur ressemble à la vie à l’extérieur, plus à même seront les centres pénitentiaires d’atteindre leurs buts. Plus la personne est autonome, plus elle a la capacité de décision et plus son niveau de responsabilité est élevé, plus préparée elle sera à reprendre la vie en société » (3). Un modèle on le voit assez éloigné de celui choisi par la France.

C’est justement à Lledoners, près de Manresa au nord de Barcelone, que sont arrivés mercredi 4 juillet Oriol Junqueras (député et président d’ERC, ancien vice-président catalan), Raul Romeva (député ERC et ancien conseiller), Jordi Cuixart (président d’Òmnium) et Jordi Sànchez (député JxCat et ancien président de l’ANC), partis de la prison madrilène d’Estremera lundi 2 juillet, le transfert ayant nécessité une nuit dans un autre centre madrilène et une autre à Saragosse. Un deuxième convoi avec Carme Forcadell (ancienne présidente du Parlement catalan et de l’ANC) et Dolors Bassa (ancienne conseillère) est allé directement mercredi de la prison de femmes d’Alcalá-Meco à celle de Puig de les Basses près de Figuères. Il est prévu que les 3 derniers prisonniers restés à Madrid, Josep Rull, Jordi Turull et Quim Forn (tous anciens conseillers, les deux premiers encore députés JxCat), rejoignent eux aussi Lledoners la semaine suivante, leur demande de rapprochement ayant été faite plus tard. Désormais responsable de leur maintien en détention, la conseillère catalane à la Justice Ester Capella (ERC) a tenu à préciser mardi matin (4) que les dirigeants indépendantistes transférés ne bénéficieraient d’aucun traitement de faveur et que d’ailleurs ils le lui avaient spécifié eux-mêmes : mêmes 40 minutes de visites autorisées par semaine comme à Madrid avec en plus, spécificité catalane pour les détenus parents d’enfants de moins de 10 ans (Junqueras, Cuixart et Rull), une réunion avec ceux-ci de 90 minutes par trimestre.

Le dilemme du Govern a été bien résumé par Arturo Puente : « Les dirigeants indépendantistes sont soulagés par le rapprochement au niveau humain, mais ne manquent pas d’être conscients que la nouvelle situation ajoute des complications politiques sur différents plans. D’un côté parce que le Gouvernement de Pedro Sánchez leur transmet la garde. D’un autre parce qu’ils désirent éviter à tout prix qu’il y ait des manifestations massives ou hors de contrôle qui donneraient l’excuse au pouvoir judiciaire pour les placer de nouveau dans des prisons hors de Catalogne » (5) ou même aggraver les peines à l’issue du procès. On s’explique donc pourquoi les manifestations ont été très limitées cette semaine et pourquoi la protestation populaire a été canalisée vers la manifestation barcelonaise du 14 juillet. La protestation officielle s’est elle bornée à une déclaration solennelle devant le Parlement mercredi (6) et à des visites immédiates des autorités aux prisonniers. Pour les indépendantistes de gouvernement, ce rapprochement est strictement « légal » puisque les prisonniers y ont droit une fois l’instruction judiciaire terminée. Mais dans les faits, comme cela n’avait pas vraiment été dit lors de la polémique sur le sujet début juin (quand les socialistes faisaient mine que cela dépendait du juge Llarena et quand le juge Llarena prétendait que cela dépendait du Gouvernement), la mesure dépendait bien à la fois des deux : du bon vouloir du Gouvernement puisque l’avis favorable des directeurs de prison a été nécessaire mais aussi du bon vouloir du juge Llarena puisqu’il a fallu attendre son quitus pour déclencher le transfert.

RTVE ou comment ERC a obtenu un « dialogue sans exclusives » entre Torra et Sánchez

Cette complexité de toute prise de décision s’est retrouvée dans un autre feuilleton, celui du changement de direction de l’audiovisuel public national (RTVE), qui a été le moyen pour ERC de forcer Sánchez à assouplir son refus de parler de l’autodétermination lors de la réunion du 9 juillet avec Torra. Il faut savoir qu’après une inédite période de liberté sous le gouvernement Zapatero, l’audiovisuel public est retombé sous la coupe directe du Gouvernement depuis le retour du PP au pouvoir en 2011 et s’est fait remarquer par une couverture particulièrement biaisée de l’actualité, pas seulement à propos de la crise catalane. Pour protester, les journalistes et présentateurs de TVE attachés à une information plus objective et professionnelle ont pris l’habitude de s’habiller de noir chaque vendredi (jour du conseil des ministres). Cet automne, tous les partis à part le PP s’étaient accordés pour un retour à un audiovisuel public plus autonome mais le PP tenant la présidence du Congrès et le Sénat, le processus législatif s’est rapidement enlisé. Sans pouvoir encore changer la loi, le nouveau Gouvernement Sánchez a décidé en attendant de renouveler radicalement le conseil d’administration de RTVE. Un renouvellement qui doit avoir l’aval du Congrès des députés où sa majorité dépend à la fois de Podemos et des partis régionaux et indépendantistes.

Pour présider l’entité, le PSOE avait d’abord proposé Arsenio Escolar (ancien directeur de 20 Minutos) et Podemos Ana Pardo de Vera (directrice de Público) pour finalement s’accorder vendredi 29 juin sur le journaliste d’El Diario Andrés Gil, un nom aussitôt refusé par le PNV sous prétexte que le PSOE et Podemos n’avaient consulté ni les autres partis ni les salariés du groupe public. ERC, encore fâchée que le PSOE ait joint ses votes à ceux du PP et de Citoyens le mardi précédent pour repousser sa motion appelant à un dialogue « sans conditions ni renoncements » entre l’Espagne et la Catalogne, rappelle alors que ses votes seront eux aussi nécessaires et y met une condition nouvelle. Selon El Diario, « Ce n’est pas une question de noms. Le PSOE avait cru qu’il obtiendrait facilement notre appui en échange d’un siège au conseil de RTVE », assurait-on vendredi dernier dans le groupe républicain au Congrès. Pourraient-ils changer d’avis dans les jours qui viennent ? « Oui », assure-t-on, « quand le PSOE aura rectifié son erreur d’empêcher le dialogue entre les gouvernements sans conditions ni renoncements comme le demandait notre motion » (7). Bref, la nouvelle direction de l’audiovisuel public ne pourrait entrer en fonction que si Pedro Sánchez faisait un geste sur l’ordre du jour de sa rencontre avec Quim Torra.

Comme par miracle mardi matin, devant une commission du Congrès, la vice-présidente du Gouvernement Carmen Calvo revient sur le refus affiché jusque là par Pedro Sánchez de parler de l’autodétermination lors de la réunion du 9 juillet : selon elle, le dialogue entre les présidents sera « ouvert, franc, démocratique et sans exclusives » (8), Torra pourra venir « en toute liberté » parler de ce qu’il veut, y-compris d’un référendum même si, s’empresse-t-elle d’ajouter, « le droit à l’autodétermination n’existe pas dans notre Constitution parce qu’il n’existe dans aucune démocratie ». ERC se montre aussitôt satisfaite et n’exige plus que la confirmation de cette liberté de parole le lendemain mercredi par la ministre compétente Meritxell Batet toujours au Congrès mais devant cette fois la Commission de politique territoriale. Ce qu’elle fait (le Gouvernement « respectera le droit » du président catalan « d’exposer tout ce qui lui semble convenable ») et qui permet donc dans l’après-midi l’approbation à la majorité absolue par le Congrès du décret nommant le nouveau conseil d’administration de RTVE avec le journaliste Tomás Fernando Flores (directeur de la station culturelle et musicale publique Radio 3, nom accordé avec le PNV lundi) comme futur président. Une première démonstration de la difficulté qu’aura le Gouvernement Sánchez à faire passer ses projets sans l’accord des indépendantistes, mais aussi du pragmatisme de ceux-ci.

La motion de la CUP

Le troisième exemple de la complexité des jeux politiques à l’œuvre à Madrid comme à Barcelone a été le feuilleton de la motion présentée par la CUP au Parlement catalan. Désormais dans l’opposition, le parti anticapitaliste et indépendantiste ne manque pas une occasion de mettre ses anciens alliés de JxCat et d’ERC devant leurs contradictions. Ainsi avec cette motion voulant réaffirmer solennellement la déclaration de rupture votée par le Parlement le 9 novembre 2015 qui avait ensuite été censurée par le Tribunal Constitutionnel. Ni JxCat ni surtout ERC n’étaient très disposés à revenir à ce texte en ce moment, d’où une suite d’aller-retours et de négociations complexes entre les 3 groupes pour atténuer les aspects du texte les plus conflictuels juridiquement et en profiter pour rappeler l’exigence de récupérer toutes les lois suspendues par le TC. Le vote jeudi 5 juillet a lui aussi été complexe puisque l’opposition constitutionnaliste (Cs, PSC et PP) a refusé d’y prendre part et que les Comuns ont eux fait leur marché, votant contre les parties les plus sensibles juridiquement, s’abstenant ou approuvant le reste (9). Dès le lendemain, le Gouvernement Sánchez a annoncé qu’il recourrait contre la motion devant le TC, ce qui a occasionné un duel à fleurets mouchetés entre les deux exécutifs qui ne voulaient surtout pas remettre en question la réunion cruciale du 9 juillet.

Autres évènements marquants de l’actualité catalane cette semaine : le paiement mardi 2 juillet par l’ANC et Òmnium de la caution express de 2,1 millions d’euros demandée par le juge Llarena aux dirigeants indépendantistes poursuivis, la victoire le même jour avec 64 % des voix de la liste Domènech-Colau à l’issue du scrutin pour désigner la nouvelle direction des Comuns, le refus mardi de Puigdemont de prendre la présidence du PDeCat comme le lui avait proposé la direction actuelle, le bon score du très à droite (et très anti-indépendantiste) Pablo Casado jeudi lors du scrutin pour la direction du PP qui va lui permettre de défier Soraya Sáenz de Santamaría devant le congrès du parti, la présentation vendredi du programme de la manifestation de la Diada du 11 septembre prochain par l’ANC et Òmnium sur le slogan « Faisons la République Catalane », la polémique entre les avocats des dirigeants indépendantistes, l’un d’entre eux (Gonzalo Boye) ayant alerté vendredi sur le danger de négocier avec le Parquet pour réduire les peines.

(1) « Y ahora, presos golpistas están siendo trasladados a prisiones de Cataluña dirigidas administrativamente por los golpistas », 39e minute de l’entretien mardi 3 juillet 2018 sur Onda Cero avec Carlos Alsina.

(2) Dans un modèle espagnol déjà plus ouvert que la moyenne européenne, la loi pénitentiaire de 1979 s’inspirant directement de ce qui se faisait en Suède mais que les habitudes de fonctionnement et le conflit basque n’ont pas permis de déployer totalement.

(3) Lire Ser reclús a Catalunya, la tribune d’Esther Giménez-Salinas, spécialiste de la justice sociale et restaurative, dans l’Ara du 5 juillet 2018.

(4) Entretien avec Mònica Terribas sur Catalunya Ràdio.

(5) Inquietud en el Govern por la gestión política del internamiento de los presos independentistas en cárceles catalanas, El Diario, 4 juillet 2018.

(6) Cette Déclaration institutionnelle a été prononcée par les deux présidents aux côtés des députés des deux partis du Govern mais aussi de ceux de la CUP et des Comuns.

(7) Lire l’article El dilema de ERC: apoyar a Sánchez para influir en Madrid o bloquear la legislatura d’Arturo Puente, El Diario, 2 juillet 2018.

(8) «  Nos disponemos a intensificar un diálogo abierto, franco, democrático y sin cortapisas  » a dit Carmen Calvo. Sur quoi Joan Tardà (ERC) lui a demandé  : «  ¿’Sin cortapisas’ es sinónimo de ‘sin condiciones’?  » (Sans exclusives est synonyme de sans conditions ?), la motion d’ERC la semaine précédente ayant utilisé cette expression. Réponse de Calvo  : «  Sin cortapisas significa libertad para hablar. Queremos hablar con libertad. Pero el derecho a la autodeterminación no existe porque no existe en ninguna Constitución democrática  » (Sans exclusives signifie liberté de parole. Nous voulons parler librement. Mais le droit à l’autodétermination n’existe pas parce qu’il n’existe dans aucune Constitution démocratique). Voir l’article d’El Confidencial sur cette séance de la Commission constitutionnelle du Congrès.

(9) Lire cette motion ici avec le détail des votes des partis. Pour bien montrer que leur position ne se résume pas à cette motion indépendantiste, JxCat et ERC ont joint leurs votes le même jour à ceux des Comuns pour approuver une motion du PSC appelant à la création d’un « espace de dialogue » entre les partis catalans. Sergi Sabrià (ERC) a bien résumé la position de son parti lors du débat de la motion « symbolique » de la CUP : « Il ne s’agit pas d’être les plus indépendantistes mais que les indépendantistes soient plus » (No es tracta de ser els més independentistes, sinó que els independentistes siguin més).

Attendre des «fenêtres d’opportunité» pour un «nouveau 1er octobre»?

Semaine du 25 juin au 1er juillet

Après le brusque et double changement concomitant à Madrid et à Barcelone début juin, les partis commencent à adapter leurs lignes à la nouvelle donne. Les remue-méninges les plus visibles sont ceux à l’œuvre dans les deux pôles du nouveau Govern catalan, ERC et le difficile binôme PDeCat/JuntsxCat. Mais cela discute aussi ferme chez les Comuns et même au PP qui expérimente pour la première fois une transition démocratique après le retrait de Rajoy sans désigner de successeur.

Un concept lancé depuis le Govern 

Quim Torra avait déjà, en passant et en parlant seulement de « moments » et « opportunités », évoqué l’idée d’un double rendez-vous prometteur lors de son premier discours d’investiture en mai (1). Mais ni les médias ni l’opinion publique n’y avaient alors vraiment prêté attention car le fait d’avoir de nouveau un président indépendantiste et les querelles qui ont suivi avec Madrid sur les nominations puis le coup de tonnerre de la motion de censure absorbaient toute l’attention. Le concept apparaît en tant que tel lors de la rencontre du mardi 12 juin entre Torra (dans le cadre de ses consultations de début de mandat avec les partis catalans) et les 2 représentants d’ERC Sergi Sabrià et Anna Caula : dans la conférence qui suit, Sabrià et Caula parlent de la nécessité de trouver une nouvelle « fenêtre d’opportunité » pour obtenir l’indépendance.

Torra développe l’idée lundi 25 juin lors d’une causerie à la librairie Calders de Barcelone pour la sortie de son livre El quadern suís (2) : en plus d’encourager les leaders du 1-O à écrire leurs mémoires pour savoir « ce qu’ils ont bien fait ou non », le président catalan affirme que l’indépendantisme doit « créer un autre 1er octobre » lors d’une « nouvelle fenêtre d’opportunité ». Le même jour, devant les journalistes, Elsa Artadi tente d’expliquer ce qu’a voulu dire Torra et précise que la première « fenêtre d’opportunité » pour l’indépendance ouverte le 1-O étant refermée, il faut désormais attendre la prochaine qui ne prendra pas forcément la forme d’un référendum.

La balle est renvoyée par ERC dimanche 1er juillet lors de la journée de clôture de la Conférence nationale du parti, dans la tonalité quelque peu critique dont elle a été marquée vis à vis des partenaires de coalition : selon le numéro 2 du Govern Pere Aragonès, « les fenêtres d’opportunité ne sortent pas de nulle part, les fenêtres d’opportunité se créent et se font. Nous nous mettons à la disposition du pays avec un burin et un marteau pour ouvrir la fenêtre d’opportunité et construire la République » (3).

Tentant de résumer l’affaire à ses lecteurs, l’Ara reprenait dans son numéro du lundi 2 juillet (4) le calendrier minimal cité par Torra le 12 mai : « Des sources de JxCat et d’ERC expliquent que ce nouveau concept se réfère à des « moments » qui peuvent générer une nouvelle mobilisation populaire. Mais on ne précise pas sur quoi ils doivent déboucher. Dans la chronologie des 12 mois qui viennent, deux au moins des ces rendez-vous sont détectés : le verdict du procès des responsables du référendum du 1-O et les élections municipales et européennes. À quoi doivent conduire ces moments ? À une nouvelle déclaration d’indépendance ? À un accord avec l’État ? Ou à un nouveau référendum ? « Nous ne pouvons pas répondre à la question », reconnaissent les sources souverainistes ». On voyait bien là résumé l’intérêt du concept : puisque toute feuille de route (avec des engagements précis et datés) est désormais exclue après l’échec de la DUI mais qu’il faut malgré tout contenter des bases tentées par l’unilatéralisme et les garder mobilisées, les fenêtres d’opportunité sont des objectifs de toute façon obligés et auxquels il faut se préparer sans préjuger de ce qu’on pourra en obtenir. Samedi 30 juin, le côté flou et selon elle trompeur du concept avait été critiqué par la porte-parole de la CUP Mireia Boya : « Le nouveau mantra commence à fatiguer : fenêtre d’opportunité. Il rappelle celui d’avant : de la loi à la loi. » (5). À noter que l’expression est un calque de l’anglais window of opportunity et est depuis longtemps très utilisée par les politiciens espagnols comme catalans.

… et qui semble convenir au pragmatisme d’ERC

La Conférence Nationale d’ERC a donc eu lieu à L’Hospitalet de Llobregat samedi 30 juin et dimanche 1er juillet. La première journée a été marquée par la lecture d’une lettre d’Oriol Junqueras par Gabriel Rufián (lire notre traduction ici). Une lettre dont le ton assez vif n’a pu qu’irriter les alliés du PDeCat et de JuntsxCat même si les militants d’ERC ont dit aux médias ne pas l’avoir entendu comme ça. Dans ce plaidoyer apparemment à usage interne, Junqueras fait de son parti une sorte de modèle inversé de ses partenaires de coalition (ERC a toujours été indépendantiste, a toujours été inclusive, n’est pas corrompue …) auxquels il n’épargne effectivement pas ses flèches. En dehors des reproches forcément controversés sur leur moindre participation au Procés et le prix moins lourd payé à la répression, les deux principales récriminations du leader d’ERC tiennent à l’actualité récente : ils ont trop tardé à rétablir le Govern indépendantiste et ils ont hésité à faire tomber Rajoy (6). Le fond du reproche et qui peut résumer tous les autres, Junqueras l’exprime en une phrase : « Nous n’avons pas la foi des convertis, nous savons que l’on n’avance que lorsqu’on travaille pour avancer, quand on cherche des résultats effectifs au lieu de chercher à faire de l’effet » (7). Bref, ERC travaillerait et préparerait l’avenir pendant que JxCat brillerait sur le devant de la scène en se limitant à faire des coups …     

On sait que la réalité est un peu plus complexe mais c’est peut-être justement la difficile mise au point de la motion (ponència) politique d’ERC votée ce week-end qui explique que Junqueras ait voulu serrer les rangs et marquer d’un trait un peu appuyé les différences par rapports aux alliés. Après une première version issue de la direction insistant sur la nécessité d’élargir le soutien à l’indépendantisme grâce à des politiques sociales et un rapprochement avec les autres formations de gauche, les très nombreux amendements déposés par les militants ont abouti à un texte beaucoup plus combatif et laissant toutes les voies ouvertes, y-compris l’unilatéralisme (même s’il n’est pas cité en tant que tel) : « Nous savons que le processus qui devra nous conduire à la victoire est complexe et impliquera une multitude d’acteurs politiques et sociaux ; aussi bien, et surtout, en Catalogne, comme, pour des aspects aucunement négligeables, dans l’État espagnol et en Europe. Tout ceci fait que la stratégie indépendantiste doit être soigneusement planifiée en tenant compte de ces différents scénarios. Une stratégie qui, naturellement, ne doit renoncer sous prétexte de quelque concept que ce soit à aucune voie démocratique et pacifique pour obtenir la République catalane en tant qu’état indépendant. Et, dans ce sens, en tant que force politique centrale de l’indépendantisme, nous avons l’obligation d’être préparés à profiter de toute fenêtre d’opportunité nous permettant d’atteindre notre objectif de rendre réelle la République catalane ». 

… comme au « possibilisme » du PDeCat

Si ERC a réussi in fine à aplanir les vives différences apparues en son sein et s’accorder sur une ligne politique pragmatique mais n’excluant pas l’unilatéralisme, ce n’est pas encore le cas pour le PDeCat qui réunira ses militants du 20 au 22 juillet pour définir une ligne politique écartelée depuis cet automne entre l’imprévisibilité de Carles Puigdemont et la prévisibilité convergente incarnée par la direction du parti. Un écartèlement accentué par les deux structures qui se chevauchent et ont un peu de mal à se coordonner : le parti (PDeCat) et le groupe parlementaire ouvert aux indépendants (JuntsxCat(7). La ligne politique sensée faire fonctionner et, qui sait, réunifier tout cela est exposée dans la ponència envoyée par le parti aux militants mercredi 27 et que ceux-ci pourront amender jusqu’au 14 juillet. Le texte affirme que « sans renoncer à rien », est arrivé le moment de « l’action possibiliste » « pour consolider de manière progressive les étapes vers un nouvel État ». Le possibilisme, c’est « choisir à chaque instant ce qui peut s’appliquer de façon immédiate sans renoncer à son idéologie ». Le document ne précise pas si la voie vers l’indépendance doit être accordée avec l’Espagne ou unilatérale mais affirme que toute action doit être basée sur le « respect de la démocratie et de la liberté » et « un engagement de pacifisme et de non-violence ». On voit que la tactique est assez souple pour laisser une large marge de manœuvre à une direction où les fidèles de Puigdemont devraient normalement être plus nombreux depuis que le parti a officialisé jeudi 28 son souhait de la renouveler et de l’élargir. Et qu’elle s’accorde parfaitement avec les fenêtres d’opportunité dont on a tant parlé en juin. Reste à savoir si les bases, toujours plus radicales que les directions, ne vont pas comme chez ERC, insister sur l’unilatéralisme.

Nouvelles directions pour les Comuns et le PP

ERC et l’ensemble PdeCat/JuntsxCat ne sont pas les seuls à redéfinir leurs lignes. Divers par nature, les Comuns (issus à la fois des partis ex-communistes et des mouvements sociaux nés de la crise de 2008) ont toujours eu du mal à s’accorder sur une ligne face à l’indépendantisme puisqu’ils sont majoritairement favorables au droit à décider mais majoritairement hostiles à l’indépendance. Ils y voient un peu plus clair depuis que l’indépendantisme, revenu au Govern, a besoin d’eux pour voter son budget et depuis que le PSOE, revenu à la tête du Gouvernement espagnol, a besoin de Podemos pour voter le sien. Dans son nouveau rôle de « constructeur de pont » entre les deux gouvernements, Pablo Iglesias est ainsi venu lundi 25 juin à Barcelone rencontrer Torra et est allé mardi 26 visiter Jordi Cuixart à la prison de Soto del Real. Très proche d’Iglesias et tête de liste aux élections du 21-D, Xavier Domènech avait déjà pris la tête de la petite antenne locale de Podemos (Podem) en Catalogne en mai. Après avoir présenté mardi 26 un projet de plateforme pour le dialogue en Catalogne, il va aussi désormais incarner, en tandem avec Ada Colau, la nouvelle direction de l’ensemble des Comuns puisque leur liste a toutes les chances de l’emporter à l’issue du scrutin auprès des militants. L’occasion d’unifier un peu une structure complexe et de profiter d’une conjoncture politique soudainement favorable avant des municipales cruciales pour le mouvement, particulièrement à Barcelone.

Le PP, pour la première fois obligé de se choisir un chef (Fraga avait choisi Aznar et Aznar avait choisi Rajoy mais Rajoy n’a désigné personne), vit lui une élection inédite et qui semble ouverte entre les trois principaux candidats : l’ancienne vice-présidente Soraya Sáenz de Santamaría, l’ancienne ministre de la défense María Dolores de Cospedal et le député Pablo Casado. Si les profils idéologiques des trois sont assez différenciés (Santamaría incarnant l’aile la plus centriste et pragmatique, Cospedal l’appareil traditionnel du parti, Casado l’aile la plus à droite encore sous l’influence d’Aznar), les nécessités de la campagne les ont obligé à une course à la radicalisation, en tout cas en ce qui concerne la Catalogne, qui augure d’une opposition acharnée sur ce plan au Gouvernement Sánchez comme du temps du Gouvernement Zapatero.

À noter aussi cette semaine :

Pour les signes de tension entre Madrid et Barcelone, la nomination mardi 26 de l’ex-conseillère exilée Meritxell Serret à la tête de la Délégation catalane à Bruxelles, les confirmations mercredi et jeudi des  accusations judiciaires contre les dirigeants indépendantistes (qui pourraient amener à suspendre les mandats de député de 7 d’entre eux dont Puigdemont) et l’état-major des Mossos, l’esclandre entre l’ambassadeur d’Espagne à Washington (qui a lu un discours extrêmement anti-indépendantiste) et Quim Torra (qui a quitté la salle) lors d’une réception jeudi au Smithsonian, la diffusion le même jour par TV3 du documentaire 20-S démontant l’accusation judiciaire contre Jordi Cuixart et Jordi Sànchez, la caution solidaire de 2,136 milllions d’euros ordonnée par Llarena vendredi que les accusés indépendantistes doivent payer d’ici 2 jours ouvrables sous peine de saisie de leurs biens

Pour les signes de détente, la très productive réunion de Sánchez avec le président basque Urkullu lundi 25 qui va permettre un rapprochement individualisé des prisonniers basques et une reprise des transferts de compétences, la notification mardi 26 du transfert imminent des prisonniers catalans vers des prisons catalanes et l’accord explicite de Llarena jeudi 28 à ce propos, le discours accommodant du roi Felipe le même jour lors de la remise des prix Princesse de Gérone.

(1) Le samedi 12 mai, alors que son objectif est principalement de convaincre la CUP de ne pas voter contre lui au second tour le lundi suivant, Torra énumère les deux « grands moments » : « Il ne peut échapper à personne que nous avons devant nous un premier rendez-vous essentiel : les procès contre les politiques démocrates catalans. Le pays sera mis à l’épreuve et tous –Govern, institutions et citoyens – nous devrons savoir être à la hauteur de ce moment. Sachons en être dignes et que le sacrifice de tant d’amis et camarades privés de liberté et en exil ne soit pas vain. Et prenons aussi en compte un second grand moment qui sera les élections municipales, que nous devons regarder comme une nouvelle et magnifique opportunité pour renforcer la souveraineté et pour compter avec les municipalités pour faire la République, la République des municipalités. » (à lire ici page 9 du compte-rendu de la séance).

(2) Sur ses 18 années de carrière chez Winterthur, Torra a passé les 2 dernières en Suisse au siège de l’assureur. Le Cahier suisse est son journal de ces deux années (de 2005 à 2007) où, selon l’éditeur, il en profite pour « se plonger dans la culture, la société et le paysage de la Confédération alpine et aussi pour contempler de loin la Catalogne » (El Quadern suís, éditions Proa 2018).

(3) « Les finestres d’oportunitat no apareixen del no res, les finestres d’oportunitat es creen i es fan. Ens posem a disposició del país amb una escarpa i un martell per obrir la finestra d’oportunitat per construir la República. »

(4) « Dels fulls de ruta a les « finestres d’oportunitat », Núria Orriols et Aleix Moldes, Ara, 2 juillet 2018.

(5) « Comença a cansar el nou mantra: finestra d’oportunitat. Recorda a l’anterior: de la llei a la llei. ». Le concept de la loi à la loi était avancé par l’état-major indépendantiste avant le 1-O pour expliquer que la transition entre la Catalogne espagnole et la Catalogne indépendante se ferait sans vide juridique.

(6) Dès le dépôt de la motion de censure par Sánchez, ERC a effectivement annoncé son intention de la voter (même si des nuances et des conditions ont ensuite été évoquées) alors que le PDeCat a, comme le PNV et apparemment en liaison avec lui, attendu la veille du vote et la teneur du discours de Sánchez pour s’y rallier.

(7) Une troisième structure, Junts per República (JuntsxRep, Ensemble pour la République), visant à regrouper les indépendants non-PDeCat de JuntsxCat, a même failli se concrétiser lors des épisodes de plus grande tension entre Puigdemont et le parti mais reste pour l’instant en sommeil.

Rendez-vous à Tarragone

Semaine du 18 au 24 juin 2018

La scène entre les trois hommes a résumé les avancées et les tensions du moment : vendredi soir 22 juin, Pedro Sánchez, Quim Torra et le roi Felipe VI ont assisté ensemble à l’inauguration des Jeux Méditerranéens à Tarragone. S’ils ont figuré tous les trois sur une photo (avec un Torra visiblement mal à l’aise), il ne s’agissait pas d’une rencontre mais de deux mises en présence d’une portée quelque peu différente.

Torra et le Roi : on se voit mais c’est la dernière fois

Si tension il y a eu jusqu’à vendredi sur la question de la présence ou non de Quim Torra à Tarragone, cela tient au fait que le Roi avait lui prévu d’y être. Depuis son discours télévisé du 3 octobre dernier, le Roi est persona non grata en Catalogne pour les indépendantistes qui considèrent qu’il a alors abandonné son rôle institutionnel d’arbitre en condamnant les dirigeants catalans, en promettant son soutien aux unionistes et en n’ayant pas un mot pour les violences policières et les victimes du 1er octobre. Après un message télévisé de Noël légèrement plus conciliant où il appelait au « respect mutuel », le Roi a dû subir un premier retour mouvementé en Catalogne le 25 février pour l’inauguration du Mobile World Congress, le président du Parlement Torrent (ERC) et la maire de Barcelone Ada Colau (Comuns) refusant d’accueillir le monarque et se limitant au strict minimum lors de la soirée tandis qu’une foule bruyante occupait les alentours du Palau de la Música où elle avait lieu. Deuxième passage plus discret des deux côtés le 9 avril à l’occasion d’une cérémonie judiciaire avec le juge Llarena et alors que la Généralité n’a toujours pas de président ni même de Govern et que l’autonomie est donc encore suspendue. On apprendra ensuite que le Roi en a profité pour dîner avec des grands patrons catalans (1) favorables à une détente à la fois juridique (par une amnistie) et politique (par une réforme constitutionnelle). Il semble que cette discussion assez franche, où le Roi avait aussi défendu son discours du 3 octobre, ait influé sur sa position : il n’est plus intervenu depuis sur la question catalane.

Après tout juste quatre années bien chahutées sur le trône, Felipe VI peut sans doute apprécier les avantages du retour des socialistes au pouvoir, synonyme d’accalmie au moins temporaire avec la Catalogne, mais il peut aussi craindre la fragilité de leur situation, à la merci d’alliés clairement républicains comme Podemos ou les partis catalans. L’incarcération lundi 18 juin de son beau-frère Iñaki Urdangarin pour trafic d’influence dans l’affaire Nóos démontre que la justice espagnole peut frapper tout le monde mais rappelle l’affairisme passé d’une partie de la famille royale dont le roi émérite Juan Carlos, qui aurait apparemment incité son gendre à se lancer dans cette aventure illégale, même si le nouveau roi a pris de sérieuses mesures pour que cela ne se reproduise plus. Samedi 23, conséquence de cette mauvaise image de la famille royale mais peut-être aussi influence catalane, une consulta republicana sur la fin de la monarchie a été organisée dans le quartier madrilène de Vallecas … (2)

Le feuilleton tarragonais entre Torra et le Roi a commencé à agiter les esprits lundi 18 juin au soir quand, pendant son entretien sur TVE, Sánchez a confirmé qu’il assisterait à l’inauguration des Jeux Méditerranéens avec le Roi et qu’il espérait bien y voir Torra. Dès le lendemain mardi, la question devient majeure en Catalogne. La porte-parole du Govern Elsa Artadi laisse planer un sérieux doute sur la présence du président catalan puisque les relations avec la Couronne « ne peuvent pas se normaliser » à cause de son rôle dans la répression du Procés : « La Couronne n’a rien rectifié ni nuancé. Il n’est pas possible qu’il y ait une rencontre protocolaire avec un sourire et une poignée de mains ». Certains partis prennent position comme la CUP naturellement partisane du boycott et les Comuns de l’avis contraire.

Mercredi, Torra tente un coup. Le matin au Parlement, pour sa première session de contrôle, il affirme que la présence du Roi à Tarragone « exige une réponse de pays » après la « répression indiscriminée » subie par la Catalogne le 1-O. Et le soir, après avoir inauguré le nouveau Palais des Sports à Tarragone, il rend publique une lettre qu’il a envoyé à Felipe VI et fait signer par ses deux prédécesseurs Mas et Puigdemont. Dans cette lettre (que l’on peut lire ici), il lui reproche d’avoir le 3 octobre « considérablement offensé de nombreux citoyens qui n’auraient jamais imaginé que le Chef de l’État donnerait son approbation à la violente répression de la part de la police contre des citoyens totalement pacifiques ». Mais il lui demande aussi de jouer son rôle « d’arbitre et de modérateur entre les pouvoirs de l’État » et de « profiter » de « l’opportunité que nous offre l’histoire » avec cette inauguration des Jeux pour « réparer et recoudre ce que la violence, la répression et la persécution » ont provoqué. Et il conclut : « Nous ne demandons rien qui ne soit à votre portée. Écoutez-nous sans a prioris ni préventions ; et aidez à faciliter un processus d’ouverture, de modernisation et d’affirmation démocratique. Si vous le faites, nous répondrons présents ». Dans un post scriptum signé seulement de lui, Torra ajoute : « Nous devons parler. Je dois pouvoir vous expliquer tout ce que nous avons écrit avec les présidents Mas et Puigdemont dans cette lettre. C’est pour moi, dans ma situation de Président de Catalogne, un devoir moral. Je suis donc convaincu que vous voudrez bien trouver un moment lors de votre venue en Catalogne ce vendredi pour le faire et pour nous voir. »

Mais le Roi transmet aussitôt la lettre à la Moncloa (3) où Sánchez fait dire qu’il n’est pas question d’une réunion  entre le Roi et Torra … Irrité, Torra réagit sur Twitter : « Si le 3 octobre il a fait le discours qu’il a fait, autorisé par Rajoy, pourquoi est-ce que Sánchez ne l’autorise pas maintenant à parler avec le président de Catalogne ? Est-ce que nous voulons un dialogue, oui ou non ? » (4). Le Roi muet, Torra penche alors pour ne pas assister à la cérémonie puisqu’il n’y aura pas de discours pendant celle-ci pour exprimer sa position face au monarque. C’est la position qu’il partage avec Puigdemont lorsqu’il va le voir jeudi à Berlin.

Tout va changer très vite le vendredi matin à son retour à Barcelone : à 10 heures c’est non, à 11 heures 10 « tout est ouvert » alors que Torra se réunit avec son équipe dont Artadi qui aurait alors milité pour le oui. D’après la presse catalane, ce serait le lobby tarragonais (indépendantistes compris), très actif depuis le début de la semaine, qui aurait fait pencher la balance in extremis. La décision prise, Torra appelle Puigdemont pour l’en informer puis fait à 12h30 une déclaration institutionnelle (que l’on peut lire ici) où il annonce qu’il assistera le soir à la cérémonie d’inauguration avec le Roi parce que ces Jeux « se font en Catalogne et ont été organisés et surtout payés dans notre pays, Et nous y serons parce que c’est chez nous. Ils n’expulseront pas de chez nous le président et le Govern du pays. Plus jamais. ». Contrepartie à cette présence décidée dans la douleur, désormais ni lui « ni aucun membre du Govern n’assistera à aucun acte convoqué par la Monarchie espagnole ». Et pour éviter tout nouvel épisode de ce genre, il démissionne de son titre de vice-président de la Fondation Princesse de Gérone (5) qui doit décerner ses prix en présence du couple royal le 28 juin. Bref, une ouverture (il rencontrera le Roi) contre une fermeture (ce sera la dernière fois). Le soir, comme annoncé, il remet au Roi le rapport du Médiateur catalan sur les violences du 1-O et un livre de photographies sur l’évènement mais doit supporter toute la soirée d’être photographié et filmé à la tribune à deux pas du Roi dont Sánchez seulement le sépare. Les dirigeants indépendantistes convenaient tous vendredi que la décision avait été prise beaucoup trop tard mais que c’était aussi leur division à ce propos (et le souci de Torra de les écouter) qui en était la cause.

Torra et Sánchez : quel menu pour la (première) réunion du 9 juillet ?

On a vu que Sánchez a joué un rôle lui aussi décisif dans l’affaire en mettant la pression sur Torra dès lundi et en refusant mercredi toute rencontre particulière entre le Roi et le Président catalan. Malgré cela, et même si son attitude et ses déclarations pendant toute la période du 155 ont été tout aussi dures envers les indépendantistes que celles du Roi sinon beaucoup plus, ce premier contact entre lui et Torra s’est passé sans accrocs puisqu’on est ici dans le politique et non plus dans le symbolique. Difficile de spéculer sur ce que les deux hommes ont pu se dire : interrogé samedi à Paris, Sánchez s’est diplomatiquement borné à préciser qu’ils avaient « échangé des phrases et des paroles » … Le grand sujet entre eux est de toute façon l’ordre du jour de la réunion du lundi 9 juillet (la date a été annoncée par la Moncloa mercredi et suivra donc de deux semaines la rencontre entre Sánchez et le président basque Urkullu lundi 25 juin). On sait déjà que les deux hommes sont d’accord pour y parler des lois catalanes suspendues par le Gouvernement Rajoy et pour que cette réunion soit « la première de beaucoup d’autres ». Mais on sait aussi que Sánchez refuse absolument que l’on parle du droit à décider que Torra veut absolument aborder. Rien non plus sur les prisonniers maintenant que le rapprochement dans des prisons catalanes cet été semble acté, Sánchez l’a confirmé lors de son interview télévisée de lundi. Une interview qui aura surtout marqué par l’annonce du transfert rapide des restes de Franco hors de la basilique du Valle de los Caídos (6).

À noter aussi dans l’actualité catalane de la semaine :

La confirmation du rapprochement entre la Généralité et les Comuns/Podemos avec la rencontre entre Torra et Colau lundi 18 juin, juste avant que la maire de Barcelone réussisse à faire approuver par son Conseil municipal l’obligation de 30 % de logements sociaux dans toutes les nouvelles constructions d’immeubles (pour obtenir l’aval d’ERC et du PSC, elle a dû reculer l’application de la mesure à l’automne) et l’annonce mercredi d’une rencontre de Torra avec Pablo Iglesias lundi 25.

Le programme du Govern qui se précise au fur et à mesure des annonces pour l’instant plus sociales qu’indépendantistes selon le principe affiché du « Nous voulons gouverner pour tout le monde » : entre autres la renationalisation du premier distributeur d’eau ATLL (privatisé par la Généralité Mas en 2012), la nouvelle politique pénitentiaire plus « ouverte », le logement social (en accord avec la mairie de Barcelone) et le financement des crèches publiques (abandonné aux seules députations par la même Généralité Mas en 2011).

Les frictions qui continuent entre les proches de Puigdemont (regroupés parmi les indépendants de JuntsxCat) et le PDeCat. Après l’annonce par le parti ex-convergent qu’il serait favorable à concourir sous la « marque » JuntsxCat aux prochaines municipales, quelques députés se sont énervés en début de semaine sur Twitter. La réunion du groupe parlementaire jeudi 21 à Valls a tenté de calmer le jeu mais les hostilités ont repris dès dimanche 24 avec les déclarations d’Eduard Pujol appelant le PDeCat à cesser de considérer JuntsxCat comme une « marque » alors qu’il s’agit d’un « projet politique » transversal.

Le passage mercredi 20 juin de la ville de Badalone au PSC grâce au soutien du PP de l’ancien maire Xavier García Albiol qui a tenu a faire comprendre de façon un peu humiliante au nouveau maire Àlex Pastor que sa position dépendait désormais de la droite. D’où peut-être un transfert de pouvoir plus cordial que prévu entre Pastor et l’ex-maire Dolors Sabater (Comuns, alliée aux indépendantistes y-compris la CUP). En Catalogne, au niveau municipal, presque toutes les coalitions semblent encore envisageables.

(1) Voir l’article El rei Felip defensa davant dels empresaris el discurs del 3-O d’Àlex Font Manté dans l’Ara du 11 avril 2018.

(2) Organisée par le collectif Vallekas Decide, la consultation comportait deux questions : « ¿Quiere usted poder decidir la forma de Estado? » (Voulez-vous pouvoir décider de la forme de l’État ?) et « En caso afirmativo, ¿quiere que ésta sea una República? » (Si oui, voulez-vous que ce soit une République ?). La participation n’a pas été massive mais supérieure aux attentes avec 7 270 votants dont 6 490 (89 %) ont voté oui à la République.

(3) Dans l’accusé de réception du chef de la Maison royale, il est écrit que, « en application de l’article 64.1 de la Constitution, la lettre a été transmise au Président » du Gouvernement. Cet article précise que « les actes du Roi seront ratifiés par le Président du Gouvernement central ».

(4) « Una qüestió: si el rei el dia 3 d’octubre va fer el discurs que va fer, autoritzat pel Sr. Mariano Rajoy, ara per què el Sr. Pedro Sánchez no l’autoritza a parlar amb el president de Catalunya? Volem diàleg o no volem diàleg? »

(5) Princesse de Gérone est l’un des titres portés par l’infante Leonor, héritière du trône d’Espagne (il était porté traditionnellement par les héritiers de la Couronne d’Aragon). La Fondation a été créée par des entrepreneurs catalans en 2009, lorsque le prince de Gérone était l’actuel Felipe VI, pour « soutenir les jeunes dans leur développement professionnel et personnel ». Elle décerne chaque année des prix récompensant le « talent créatif » des jeunes Espagnols. Cette année, la municipalité (PDeCat) de Gérone a déjà annoncé qu’elle n’hébergerait pas la cérémonie des prix qui a du coup été délocalisée dans une municipalité voisine.

(6) Le dictateur repose depuis sa mort en 1975 dans la nef de cette basilique bâtie dans les années 40 au nord de Madrid en partie avec les os de milliers de victimes de la Guerre d’Espagne. Sánchez s’est expliqué sur la question et sur beaucoup d’autres, dont son appréciation de l’affaire de Tarragone et ses attentes pour la réunion du 9 juillet, dans un long entretien à El País dimanche 24 juin.

Le social et le dialogue pour «soigner» les blessures ?

Semaine du 11 au 17 juin 2018

Avec un procès des dirigeants indépendantistes à l’automne et des élections locales au printemps prochain, Sánchez doit faire vite pour imprimer sa marque et donner un peu de cohérence à l’hétéroclite coalition qui a permis son arrivée surprise au pouvoir. D’où le ton très social des premières mesures annoncées et les gestes discrets mais significatifs en direction de la Catalogne.

Logement, expulsions, sans papiers

Le mouvement des retraités en fin d’hiver avait déjà alerté  : la sortie de la crise économique s’accompagnait en Espagne d’un réveil des revendications sociales. L’actualité aussi bien catalane qu’espagnole de cette semaine le confirme : le social revient au premier plan.

En Catalogne, c’est, après la très cordiale rencontre Torra-Domènech lundi, l’annonce jeudi de deux lignes de crédit d’un total de 250 millions d’euros pour les municipalités et les promoteurs afin de favoriser le logement social. Domènech, qui s’est dit disposé à ce que les Comuns votent le budget 2019 s’il remplit certaines conditions, va sans doute servir d’intermédiaire pour que Torra rencontre prochainement à la fois Colau et Iglesias (qui ne l’avaient pas épargné au moment de son élection). Colau a annoncé vendredi qu’elle allait mettre aux voix de son conseil municipal lundi 18 une obligation de construire au moins 30 % de logements à prix sociaux à Barcelone. La thématique du logement est prioritaire à Barcelone (Colau s’étant elle-même fait connaître comme militante du droit au logement)  : le suicide d’un habitant de Cornellà jeudi 14 alors qu’il allait être expulsé est venu tragiquement le rappeler. Les mesures sociales sont aussi un moyen pour l’indépendantisme de gouvernement d’élargir sa base et de faciliter l’entente avec la CUP mais surtout avec les Comuns comme le PSC.

À Madrid, l’affichage de la priorité sociale s’est fait sous la forme d’un rapprochement entre Sánchez et Iglesias. La Vanguardia a révélé samedi que les deux hommes s’étaient vus jeudi matin 14 juin pour discuter de possibles lois préparées en collaboration. Ce qui explique la proposition d’Iglesias vendredi d’un accord de législature entre Podemos et le PSOE sur 20 mesures économiques et sociales. Annonce aussitôt suivie par la levée du blocage gouvernemental sur 17 propositions de loi de Podemos. Convictions et calculs font ici bon ménage. Pour la gauche espagnole, le social est un bon moyen de serrer des rangs très divisés et d’affirmer sa différence avec la droite tout en faisant passer au second plan la crise catalane qui a poussé le PSOE à faire front commun avec le PP.

En Europe enfin, Sánchez a fait briller l’image de l’Espagne en proposant d’accueillir les passagers de l’Aquarius, le navire humanitaire dont l’accostage a été refusé d’abord par Malte puis par le nouveau gouvernement populiste italien. À noter que la proposition de Sánchez lundi 11 juin après-midi avait été précédée par les propositions formelles des maires de Valence Joan Ribó (socialiste) et de Barcelone Ada Colau (Comuns). Dans la foulée, 10 régions dont la Catalogne de Quim Torra (qui a proposé d’accueillir à elle seule 600 personnes) ont proposé leurs services. L’Aquarius, accompagné de deux navires militaires italiens, est arrivé dimanche matin 17 juin à Valence. Confirmant cette tendance accueillante vendredi, le Gouvernement espagnol a annoncé qu’il engagerait d’ici l’automne le rétablissement de l’assistance sanitaire universelle et allait consulter les communautés autonomes à ce propos. Il faut savoir que ce dispositif qui permettait aux sans-papiers d’avoir accès aux soins publics avait été annulé par le gouvernement Rajoy. Des communautés, comme la Catalogne et Valence, avaient voté des lois pour le rétablir sur leurs territoires mais le gouvernement Rajoy les avait fait suspendre par le Tribunal Constitutionnel.

Sánchez qui garde ses distances avec l’indépendantisme catalan…

Le feuilleton du dialogue entre Pedro Sánchez et Quim Torra continue pendant ce temps sans que l’on sache encore quelle sera la date de la rencontre très attendue entre les deux nouveaux présidents espagnol et catalan. Depuis le Conseil des ministres de vendredi, on sait toutefois que le catalan ne sera que le deuxième chef d’exécutif régional reçu après le basque Iñigo Urkullu, Sánchez ayant décidé de respecter l’ordre d’antériorité des autonomies (1). Une façon de récompenser le PNV pour son rôle décisif dans le succès de la motion de censure du 1er juin et de mettre sous tension les indépendantistes catalans, déjà prévenus la semaine dernière que la rencontre avec Torra était vue par Sánchez comme une simple prise de contact loin de la négociation rêvée. Torra n’a pas tardé à réagir sur Twitter : « La relation entre la Catalogne et l’État espagnol doit être bilatérale, de gouvernement à gouvernement. Si le gouvernement du PSOE considère qu’il n’est pas urgent de nous réunir et nous met dans le même paquet que les communautés autonomes, c’est qu’il ne comprend rien de rien. » (2). Ce sont en tout cas deux femmes, la porte-parole Elsa Artadi côté catalan, la ministre Meritxell Batet côté espagnol, qui sont chargées de préparer cette réunion très sensible.

… Mais fait malgré tout quelques pas significatifs

Une troisième femme va désormais elle aussi jouer un rôle crucial dans les relations hispano-catalanes : nommée vendredi 15 juin, la nouvelle Déléguée du Gouvernement en Catalogne Teresa Cunillera remplace le politicien PP Enric Millo, en poste depuis 2016 et qui avait piloté sur place la mise sous tutelle de la Catalogne depuis le 27 octobre. Le poste, qui correspond vaguement à celui de préfet mais avec un rôle plus politique d’interface entre l’exécutif régional et le Gouvernement central, est traditionnellement occupé par des politiciens locaux du parti au pouvoir. Très longtemps députée PSC de Lérida (elle est originaire du val d’Urgell), Cunillera a un profil tout indiqué pour le poste puisqu’elle connait bien le Congrès, le PSOE (partisane de Sánchez, elle a représenté le PSC dans l’exécutif provisoire mis en place après son renversement par les barons socialistes en 2016) et le PSC (elle a soutenu Iceta lors de la primaire de 2016). A priori fédéraliste (elle a dit avoir fait tout son possible pour convaincre les socialistes espagnols que la Catalogne est une nation), elle sera le relais de Meritxell Batet à Barcelone.

Un autre catalan auquel Sánchez a confié un poste important, Josep Borrell, a de nouveau fait parler de lui en demandant à l’opposition dimanche soir 10 juin sur La Sexta qu’elle arrête « de couper les cheveux en quatre » (« buscar tres pies al gato ») et ne complique pas la tâche du Gouvernement Sánchez alors que la Catalogne « est au bord de l’affrontement civil ». Expression naturellement très critiquée par le camp indépendantiste mais qui était accompagnée de nuances et de propositions beaucoup plus pacificatrices, comme son souhait de voir rétabli l’Estatut censuré en 2010 et de pouvoir parler politique avec Junqueras (3). Il a ensuite déclaré dès mercredi (en réaction aux annonces d’Artadi mardi) que le Gouvernement ne mettrait pas d’obstacle au redéploiement du Diplocat, les délégations de la Généralité à l’étranger qui avaient été fermées sur ordre du Gouvernement Rajoy en novembre. Jeudi, le conseiller catalan aux Affaires extérieures Ernest Maragall (cet ancien socialiste, frère de Pasqual Maragall, a rejoint ERC) en a profité pour annoncer depuis la seule délégation laissée en place par Rajoy, à Bruxelles, le plan rapide de redéploiement du Diplocat, d’abord à Londres, Rome, Berlin, Genève et Washington afin d’aller « aussi loin qu’il sera possible » pour se « rapprocher de l’objectif de la République ». Le rétablissement de la délégation à Paris aura lieu dans un deuxième temps.

Autre nomination, qui laisse quant à elle augurer d’une judiciarisation moins acharnée du Procés indépendantiste, celle vendredi de la nouvelle Procureure générale María José Segarra qui remplace Julián Sánchez Melgar. En poste jusqu’ici à Séville, elle est l’une des figures de l’association progressiste des procureurs.

… Particulièrement sur le dossier test du rapprochement des prisonniers

S’il paraît entendu que Sánchez ne veut pas que la question soit abordée lors de sa réunion avec Torra, c’est pourtant sur les prisonniers que s’est une nouvelle fois focalisée la tension entre le camp indépendantiste et le pouvoir espagnol cette semaine. Rappelons que des images volées de trois d’entre eux (Junqueras, Forn et Romeva) ont été diffusées la semaine dernière. Dimanche 10 juin, on apprenait que le juge chargé de l’enquête allait interdire la diffusion des images de Junqueras et Romeva, ceux-ci ayant porté plainte la veille. Dimanche aussi, El Periódico révélait que l’enquête soupçonnait un prisonnier sur parole qui aurait filmé les scènes avec une montre-caméra avant de disparaître dans la nature. Lundi, Catalunya Ràdio diffusait un entretien par écrit avec Junqueras où le leader d’ERC expliquait que laisser diffuser les images (même « non dégradantes ») des prisonniers était accepter « une violation de nos vies privées ». Sans évoquer des mesures en faveur des prisonniers mais en se plaignant de « l’acharnement » judiciaire qui « fait souffrir nos proches, nos enfants qui sont petits encore », il demandait seulement du « respect » à Sánchez vis à vis de la Catalogne et signalait que celui-ci n’avait encore donné « aucun signe » indiquant une libération prochaine.

Depuis la semaine dernière, les affirmations les plus contradictoires circulaient sur qui avait le pouvoir de rapprocher les prisonniers catalans, Junqueras, Romeva et Cuixart ayant demandé à être transférés dans des prisons catalanes car ils ont des enfants en bas âge. Du côté indépendantiste, on affirmait que c’était une décision gouvernementale par l’intermédiaire de l’administration responsable des prisons, Institutions Pénitentiaires. Du côté gouvernemental espagnol, on évacuait la question en déclarant que tout dépendait du juge Llarena puisqu’il s’agissait de prison préventive. Le juge Llarena, justement, s’est fait un plaisir jeudi d’embarrasser le nouveau Gouvernement pour son premier acte depuis le changement de pouvoir : répondant par la négative à la nouvelle demande de liberté de Forcadell, Junqueras et Romeva, il s’est longuement étendu sur la question du rapprochement et a conclu exemples à l’appui que la responsabilité en la matière incombait totalement à Institutions Pénitentiaires et donc au ministre Grande-Marlaska. Celui-ci a réagi le même jour en ajustant la ligne officielle : certes, le Gouvernement est responsable mais le juge instructeur peut s’y opposer tant que les audiences ne sont pas terminées. La dernière à l’agenda du juge Llarena étant le 23 juin, un rapprochement serait donc envisageable au début de l’été. Une ligne confirmée vendredi 15 par la porte-parole Isabel Celaá et dimanche 17 par deux autres ministres de poids, Margarité Robles (Défense) et Dolores Delgado (Justice).

(1) Une antériorité toute symbolique puisque le Pays Basque et la Catalogne ont approuvé leur statut d’autonomie par référendum le même 25 octobre 1979 et qu’ils ont tous les deux été promulgués le 18 décembre de cette année-là, mais le statut basque juste avant le statut catalan …

(2) « La relació entre Catalunya i l’estat espanyol ha de ser bilateral, de govern a govern. Si el govern del PSOE considera que no és urgent reunir-nos i ens situa en el paquet de les comunitats autonòmiques, és que no ha entès res de res. »

(3) Il est aussi revenu sur ses déclarations de décembre : « Je n’ai jamais dit qu’il fallait désinfecter les Catalans, j’ai parlé des blessures. Il faut les soigner pour qu’elles puissent cicatriser. Et ce Gouvernement, à la différence du précédent, dialoguera. »

Le dialogue ne va pas être simple entre les deux nouveaux gouvernements

Semaine du 4 au 10 juin 2018

Entre le 30 mai et le 2 juin, tout a changé : les indépendantistes sont de nouveau au pouvoir à Barcelone (dans une Catalogne qui a retrouvé son autonomie) et le socialiste Pedro Sánchez a renversé Mariano Rajoy à Madrid (grâce aux voix indépendantistes). Si l’on fait la chronique de la semaine qui a suivi, la véritable nouveauté est que le pouvoir espagnol et l’indépendantisme catalan semblent disposés à se parler même si les positions sont toujours aussi éloignées.

Borrell et Batet, deux catalans très dissemblables dans le Gouvernement Sánchez

La semaine a mal commencé pour les indépendantistes qui, après l’euphorie provoquée par la chute de Rajoy le vendredi 1er juin et la prestation de serment du nouveau Govern Torra le samedi 2, ont appris lundi 4 que le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Sánchez serait leur vieil adversaire Josep Borrell.

Borrell est un catalan basé à Madrid depuis la fin de ses études et qui a donc des liens très distendus avec le PSC. Après une belle carrière ministérielle durant l’ère González et quelques étapes prestigieuses ensuite (vainqueur des primaires du PSOE en 1998, président du Parlement européen de 2004 à 2007), il s’est un peu spécialisé dans la lutte contre l’indépendantisme et a même écrit en 2015 un livre sur la question intitulé Les comptes et les contes de l’indépendance. Il s’est signalé lors de la campagne pour les élections du 21 décembre en déclarant lors d’un meeting aux côté de Miquel Iceta qui venait de proposer une amnistie pour les leaders indépendantistes emprisonnés : « Je sais que tu es très gentil et que tu voudrais leur pardonner tout de suite, mais c’est qu’ils ont fait une grosse bêtise, Miquel, une très grosse bêtise. Moi je crois que je ne suis pas aussi gentil que toi, je dirais que c’est une bonne idée de soigner les blessures, c’est vrai, c’est une société blessée et il faut la soigner. Mais avant de cicatriser les blessures, il faut les désinfecter » (1). Ce « désinfecter » a beaucoup fait parler. Le choix de nommer Borrell a donc été salué par les adversaires de l’indépendantisme (dont le PP et Citoyens) et inquiété au PSC qui a obtenu le lendemain mardi 5 la nomination attendue d’une autre catalane, Meritxell Batet, l’une de ses députées au Congrès.

À la différence de Borrell qui n’aura pas directement à s’occuper du conflit catalan (à part au niveau européen où le discours espagnol ne devrait donc pas changer), Batet sera normalement la véritable ministre de Catalogne puisqu’elle est nommée ministre des Administrations territoriales et donc chargée d’une très hypothétique réforme du système. À la différence aussi de Borrell qui a toujours été centraliste, Batet est fédéraliste et c’est ce qu’elle a réaffirmé lors de sa première intervention officielle sur la question à Barcelone samedi 9, appelant à une réforme constitutionnelle « urgente, viable et désirable » et demandant aux partis qui l’avaient boycottée (Podemos, ERC, PDeCat, PNV) de participer à la Commission sur le modèle territorial créée au Congrès des députés cet automne (proposée par le PSOE au PP en échange de son soutien au 155 et qui a vite pris l’eau après le départ de Citoyens). Mais une réforme où il ne serait de toute façon pas question d’autodétermination.

Un contrôle financier à double détente

Après Borrell, l’autre sujet de crispation entre Barcelone et Madrid a été dès lundi la question du contrôle des comptes de la Généralité par le ministère des Finances espagnol. Ce contrôle, total jusqu’à la semaine dernière, s’était établi en deux temps : un contrôle mensuel depuis novembre 2015 alors que s’engageait la feuille de route du Procés, un contrôle total (avec relevé hebdomadaire et interdiction de paiements directs) depuis le 15 septembre 2017, après le vote des lois de séparation par le Parlement catalan. Lundi, pour sa première journée en poste, le nouveau numéro deux du Govern Pere Aragonès (ERC) prévenait d’office l’administration catalane que ce contrôle total était caduc du fait de la levée samedi du 155. Les socialistes espagnols (Ábalos) comme catalans (Iceta) réagissaient aussitôt en prévenant que la levée de ce contrôle dépendrait de l’attitude légaliste (ou non) du Govern, sans préciser s’ils parlaient du contrôle établi en 2015 ou de celui établi en 2017. C’est finalement vendredi 8 seulement que la porte-parole du Gouvernement espagnol Isabel Celaá a officiellement annoncé la levée du contrôle de 2017, le présentant comme un « geste » de bonne volonté du nouvel exécutif en faveur de la « normalisation ». Les indépendantistes ne se sont pas privés de rappeler que cette levée est légalement automatique puisque le ministre des Finances Montoro l’avait liée en décembre à la suspension de l’autonomie catalane par l’article 155 (suspension tout aussi automatiquement levée par la formation effective du Govern catalan samedi 2 juin).

Un dialogue plus facile en Catalogne qu’avec Madrid ?

Affichée par Sánchez lors de son discours au Congrès jeudi 31 mars, la volonté de « dialogue » entre Madrid et l’indépendantisme lui avait permis de convaincre le PDeCat de voter sa motion de censure. Aussitôt reprise au vol par Torra, elle a mis quelques jours à se concrétiser et, depuis lundi, la question était de savoir qui appellerait le premier. C’est finalement Sánchez qui a appelé Torra vendredi et les deux hommes sont convenus de se voir à la Moncloa « rapidement ». Mais Sánchez (dans son souci constant de se prémunir des attaques du PP et de Citoyens sur la question catalane) a fait savoir qu’il avait aussi appelé les autres présidents régionaux et que sa rencontre avec Torra se ferait dans le cadre de cette prise de contact générale.

En Catalogne même, la séance du Parlement de jeudi avec, pour la première fois depuis octobre, le Govern au grand complet sur le premier banc de l’hémicycle, a permis de constater que Torra tenterait d’appuyer sa courte majorité sur la CUP pour les questions indépendantistes, sur les Comuns et le PSC pour le reste, les relations semblant cordiales entre le président, Domènech et Iceta. Principal perdant de la nouvelle donne à Madrid comme à Barcelone, Citoyens se retrouve isolé et a pour l’instant du mal à trouver le bon ton. En a témoigné le refus d’Inès Arrimadas de rencontrer Torra vendredi au Palais de la Généralité comme les autres chefs des partis catalans sous prétexte de la bannière accrochée au balcon réclamant la liberté des prisonniers. Une attitude qui a été critiquée par Albiol (« Nous avons le devoir de nous assoir et de nous écouter ») comme par Iceta (« Ce ne sera pas une bannière qui empêchera le dialogue »).

La difficile question des prisonniers

La question des prisonniers continue à cimenter le camp indépendantiste : après la visite mardi 5 de Pere Aragonès et Ernest Maragall à Estremera pour une cérémonie symbolique de transfert des pouvoirs avec Junqueras et Romeva, l’Ara a publié mercredi 6 une courte vidéo montée avec soin montrant pour la première fois des images volées de Junqueras (donnant un cours de philosophie), Forn (écrivant) et Romeva (assistant au cours) dans leur vie quotidienne de prisonnier. Des images complémentaires et moins précautionneuses (avec une discussion à propos de la motion de censure) ont été diffusées jeudi par La Sexta. La diffusion de ces images n’a pas été critiquée par les proches des prisonniers mais une enquête est en cours (en partie sur leur demande et celle du Govern) pour identifier leur source. La question du rapprochement dans des prisons catalanes, souhaité par Batet mais visiblement pas une priorité de Sánchez, dépendrait à la fois d’une proposition du Gouvernement et de l’accord du juge Llarena sans toutefois que les spécialistes s’accordent sur la question. Elle aurait été l’une des principales exigences d’ERC et du PDeCat lors des discrets pourparlers avec Sánchez avant la motion de censure.

Autres faits marquants : les tensions chez les Comuns avant le scrutin sur leur future direction à la fin du mois (en partie sur la question du souverainisme avec le pas de côté mardi 5 de la députée Elisenda Alamany qui ne figurera pas sur la liste favorite menée par Domènech et Colau); le scepticisme de Puigdemont (interviewé sur RAC1 vendredi) sur le dialogue avec Sánchez puisque « les paroles ne suffisent pas en politique » et que les « espérances » qu’on place dans le socialiste « vont au-delà de ses possibilités » ainsi que son refus de participer à d’éventuelles élections anticipées cet automne au moment du procès des prisonniers; le refus également du major Trapero (chef des Mossos démis par Rajoy en novembre) de reprendre son poste comme le lui a proposé Torra vendredi soir.

(1) Citation en catalan et espagnol lors du meeting du PSC à L’Hospitalet de Llobregat le 16 décembre 2017 : « Jo sé que tu ets molt bona persona i els voldries perdonar de seguida, però l’han feta molt grossa, Miquel, molt grossa (applaudissements) … jo crec que no soc tan bona persona com tu, diria que està bé això de cosir les ferides, recoser las heridas, es verdad, está una sociedad herida y hay que sanarla. Pero antes de cerrar las heridas, hay que desinfectarlas (rires et applaudissements) »