Pablo Casado : « Remplissons les places pour remplir les urnes »

Casado entre Abascal et Rivera dimanche 10 février à Madrid.

La tribune de Pablo Casado (PP) traduite ci-dessous a été publiée par le journal El Mundo le 8 février 2019. Il s’agit d’un appel à manifester le dimanche 10 février à Madrid (place Colomb) afin de réclamer la démission de Pedro Sánchez et la convocation d’élections. L’appel, lancé en compagnie d’Albert Rivera (Ciudadanos), a été soutenu par l’extrême droite espagnole de Vox et de la Phalange. Manuel Valls, candidat à la mairie de Barcelone, y a également participé.

Cet appel à manifester fait suite à l’annonce du gouvernement Sánchez selon laquelle les négociations mises en route entre l’exécutif espagnol et le Govern de la Généralité catalane disposeraient d’un relator, c’est-à-dire d’un genre de médiateur dont le nom et le rôle exact restait à définir. La droite espagnole a durement réagi à cette annonce, ainsi qu’une partie du PSOE. Le gouvernement Sánchez, mis sous pression, a finalement annoncé qu’il cessait les négociations avec la Généralité catalane le même jour. La manifestation de la droite espagnoliste a réuni environ 50 000 personnes sur la place Colomb le 10 février et a été l’occasion d’une photo inédite avec les 3 leaders Santiago Abascal, Pablo Casado et Albert Rivera.

La réaction de la droite espagnole ne doit pas surprendre. Elle a été préparée et coordonnée. À quelques jours du début du procès des leaders indépendantistes à Madrid, du vote sur le budget et en pleine campagne électorale pour les européennes de mai 2019, les trois droites espagnoles se sont lancées dans une surenchère nationaliste. Depuis les élections andalouses de décembre qui ont vu l’importante percée de Vox et alors que les sondages montrent une progression rapide de ce parti à l’échelle nationale aux dépens du jeune leader du PP Pablo Casado, ce dernier tente de récupérer ses électeurs par un discours droitier. Depuis le départ de Mariano Rajoy, considéré comme un représentant de l’aile la plus centriste du PP, l’élection de Pablo Casado comme chef du parti a ainsi été marquée par un virage à droite. Avec Pablo Casado, le PP tente aujourd’hui de reprendre par la droite l’avantage qu’il avait perdu devant Ciudadanos pendant la crise catalane de 2017 (moment où ce dernier parti avait opté pour un discours radical qui s’éloignait de ses fondements libéraux) et qu’il perd désormais face à Vox. Les trois partis PP, Ciudadanos et Vox se sont unis en Andalousie pour mettre fin à la domination historique du PSOE. Aujourd’hui, ils ont des positions très dures contre l’indépendantisme catalan et ils se disputent en partie un même électorat. Aussi, il n’est pas étonnant que, même si le ton et la véhémence des propos peuvent varier, leurs idées sur cette question soient assez proches.

L’objectif que poursuit la droite espagnole est d’affaiblir Sánchez afin qu’il convoque des élections anticipées que la droite espère remporter, comme en Andalousie. Sánchez est arrivé au pouvoir en juin 2018 à la suite du succès de la motion de censure présentée contre Rajoy (PP) dont le parti venait d’être condamné par la justice espagnole pour corruption dans l’affaire Gürtel. Sánchez disposait alors de l’appui de Podemos et des partis nationalistes basques et catalans. Depuis cette motion de censure, la droite reproche donc à Sánchez d’avoir vendu l’Espagne aux indépendantistes catalans et de ne pas avoir la légitimité des urnes. On retrouve ces arguments dans la tribune de Pablo Casado. 

Cette tribune est intéressante en ce qu’elle synthétise les principaux arguments habituellement utilisés par les espagnolistes contre l’indépendantisme catalan et qu’elle fait montre des usages rhétoriques du leader du PP (alternance de l’exaltation de la patrie espagnole et défense de la liberté, du dialogue et de la concorde). On notera la virulence du propos et l’usage du champ lexical de la guerre. Le choix des mots est évidemment important et Pablo Casado parle de coup d’État à propos de la crise politique du mois d’octobre 2017. L’indépendantisme catalan est accusé d’être totalitaire et xénophobe. De plus, le mot de nationalisme n’est utilisé qu’à propos de l’indépendantisme catalan bien qu’à l’évidence, le texte soit l’expression d’un autre nationalisme, espagnol celui-là (« La nation espagnole est un fait moral », écrit l’auteur). Mais il est vrai que le nationalisme espagnol ne se reconnaît pas comme tel. Néanmoins, ce texte est bien l’expression d’un patriotisme constitutionnaliste (Jürgen Habermas), ce nationalisme espagnol qui ne dit pas son nom (1). En effet, le texte constitutionnel de 1978 est sacralisé et présenté comme indépassable.

Les mots et expressions en gras reprennent ceux du texte original.

À peine quelques heures après que le gouvernement de Pedro Sánchez a confirmé son intention de mettre à genoux la Nation espagnole devant la minorité qui la défie, nous avons convoqué les Espagnols à la place Colomb de Madrid. La présence d’un dénommé relator pour faire l’intermédiaire dans les négociations que le gouvernement d’Espagne maintient avec les sécessionnistes afin de poursuivre son occupation du pouvoir, situe la relation entre Sánchez et Torra non plus dans le bilatéralisme, mais fait de l’Espagne une incitatrice coupable des événements pour lesquels les putschistes sont sur le point d’être jugés. Cela doit être appelé par son nom : une trahison.

Dans quelques jours, le Tribunal Suprême commencera à juger le coup d’État que les indépendantistes ont voulu mettre en œuvre à partir de la propre Généralité de Catalogne. Avec cette incroyable cession, le Gouvernement de Pedro Sánchez arrache à la Justice son épée lorsqu’elle en a le plus besoin et il la plante dans le dos de la Nation.

Nous voulons que ce dimanche Madrid soit le centre et le début d’un mouvement civique qui se diffuse dans toute l’Espagne, un mouvement qui, au-delà des partis et des sigles, secoue la conscience politique de l’immense majorité, celle qui aime son pays et qui n’accepte ni les offenses ni les humiliations.

Unis par la liberté autour de notre drapeau comme seul symbole, nous allons dire haut et fort que l’Espagne restera debout malgré son Gouvernement. Qu’elle ne s’agenouille pas et qu’on ne l’abandonne pas. Que le Gouvernement est à la Nation et que la Nation a dit assez. Qu’on ne peut pas ne pas tenir la promesse de respecter et de faire respecter la Constitution qu’on a formulée solennellement devant le Chef de l’État. Que les Espagnols demandent à ce que leur pleine souveraineté soit immédiatement rétablie dans les urnes, comme cela devrait être le cas. Que nous voulons remplir les places de toute l’Espagne pour remplir les urnes de liberté.

La parole des Espagnols exprimée dans notre Constitution est sacrée, mais elle a été dégradée par un Gouvernement qui prétend faire de l’Espagne une monnaie d’échange pour une ambition personnelle pathologique. Tout spécialement aujourd’hui, est sacrée la parole des Catalans qui subissent directement la répression d’un Gouvernement autonomique électoralement et socialement minoritaire, moralement et idéologiquement corrompu. Un gouvernement autonomique putschiste, xénophobe, suprémaciste qui a bloqué les institutions légitimes et le pluralisme qu’on y trouve, pour imposer une sécession de facto dans une absurde négociation entre partis qui intègre une médiation que Sánchez a acceptée pour se perpétuer au pouvoir alors qu’il est incapable de l’exercer.

Cette négociation ne représente pas la Catalogne et rien de ce qui s’y fera ne peut se faire en son nom. Dans cette négociation, on prétend concéder au délinquant l’alibi de sa déloyauté. On prétend l’absoudre en détruisant la vérité sur l’Espagne, une histoire de réconciliation, de générosité, d’intelligence et de transparence démocratique qui a été un exemple pour le monde. En Espagne, il n’existe pas d’autre exception à la démocratie que celle que représente le nationalisme [catalan].

Cela fait 40 ans que nous faisons des efforts d’intégration mais le nationalisme a déjà explicité, de manière obscène et brutale, qu’il ne prétend pas à son intégration mais à notre désintégration. Voilà le défi et il faut l’accepter comme tel. Sans nuances. Et il faut le vaincre avec les mêmes mots avec lesquels il se présente. De la même façon, sans nuances. Nous avons été disposés à cohabiter mais en aucun cas nous ne sommes disposés à perdre. Le prochain geste doit venir d’eux.

Ou bien les lois viennent des urnes et le pouvoir vient des lois ou bien nous avons perdu la démocratie. Il n’y a pas de démocratie sans loi ni d’autre pouvoir légitime que celui que les lois octroient. Mais le nationalisme prétend convertir son délit en une source de droit et de pouvoir et le Gouvernement a dit oui. Parce que cela l’arrange.

L’ultra est celui qui dépasse les limites et Sánchez n’a pas cessé de le faire. Et nous ne parlons pas seulement d’excéder les limites, nous parlons de le faire en âme et conscience. Nous parlons de liquider la souveraineté nationale entendue comme un pouvoir politique soumis au droit, limité et contrôlé par les juges et les médias, un pouvoir pluraliste et ouvert, européiste et coopératif. Nous ne parlons pas seulement d’altérer les délimitations géographiques du pouvoir, nous parlons de sa nature même : la Catalogne des nationalistes est une Catalogne totalitaire et pour cette raison, la Catalogne ne peut être libre que si elle reste espagnole. La Nation espagnole est un fait moral que l’immoralité nationaliste ne peut supporter.

Aujourd’hui la Nation espagnole ne peut compter sur le fait que son Gouvernement la défende. Les menaces directes lancées jusqu’au cœur de notre démocratie et livrées en mains propres au Gouvernement, sont l’une des scènes politiques les plus lamentables de notre histoire récente. Elles exigent non seulement une rectification mais une réaction civique puissante qui redéfinisse de façon univoque et irrévocable la frontière entre ce qui est admissible et ce qui ne l’est pas, au point exact où la volonté souveraine des Espagnols l’a située. Le Gouvernement ne peut modifier cette frontière.

La Constitution que nous défendons est celle de 2019. Elle naît en 1978 mais c’est la nôtre, celle d’aujourd’hui. Nous ne parlons pas seulement de notre histoire, nous parlons de notre liberté, aujourd’hui et maintenant. Si nous la perdons, nous ne perdons pas un souvenir, nous perdons notre citoyenneté, nous perdons nos droits, notre dignité politique, nous perdons notre voix et notre vote. Nous perdons notre vivre-ensemble, notre lieu dans le monde et notre futur. Notre paix. Nous perdons les nôtres.

C’est pourquoi nous n’acceptons ni la menace nationaliste ni la reddition socialiste. J’insiste, nous allons remplir les places parce que nous voulons remplir les urnes de liberté et de dignité, de souveraineté espagnole et de respect à la loi, d’européisme et de modernité, de droits et d’opportunité, d’égalité et de concorde. Nous allons les remplir de patrie, d’une patrie qui contient toute notre histoire, y compris les erreurs et l’engagement de ne pas les répéter, une patrie qui contient notre pacte de vivre-ensemble et l’orgueil de l’avoir bâti. La patrie qui protège et rend possible tous nos espoirs. La patrie comme un bien que nous partageons.

Nous découvrons avec tristesse que le parti de Sánchez a cessé d’être un parti constitutionnaliste. Le PSOE, un parti qui a gouverné avec davantage de pouvoir que personne et durant plus de temps qu’aucun autre et ce, dans un système politique de liberté impeccable, européen, a muté à présent en quelque chose de différent, c’est devenu le parti de Sánchez. Il n’a pas été sur les balcons (2), il ne veut pas aller sur les places ni non plus aux urnes. Être constitutionnaliste, c’est préférer être dans l’opposition au sein d’un système constitutionnel plutôt que de gouverner sans cette Constitution. Mais Sánchez préfère gouverner dans un système imposé par les nationalistes plutôt que d’être dans l’opposition au sein d’un système qui respecte la Constitution. Et lorsque l’on est plus à l’aise avec ceux qui attaquent la Constitution qu’avec ceux qui lui obéissent, c’est que l’on a cessé d’être constitutionnaliste. Il est lamentable que lors des prochaines élections, on ne puisse compter sur le parti de Sánchez pour obtenir une claire majorité constitutionnaliste.

Celui qui a honte de l’Espagne ne peut pas présider le Gouvernement de l’Espagne. Ne peut présider le Gouvernement espagnol celui qui croit que la volonté des Espagnols est un obstacle sur son chemin, celui qui n’a pas ressenti le chantage nationaliste comme une menace pour l’Espagne mais comme une menace pour sa propre ambition.

Ils vont nous provoquer car ils veulent nous diviser. Et ils vont échouer. Nous allons répondre sans haine et sans peur. D’abord dans les places et ensuite dans les urnes. Comme toujours. Et dimanche, la Nation sera dans la rue.

(1) Voir à ce propos : Xosé M. Núñez Seixas, Los suspiros de España. El nacionalismo español 1808-2018, Barcelona, Crítica, 2018.

(2) Référence à l’appel du PP à arborer un drapeau espagnol sur les balcons, une demande que n’avait pas secondé le PSOE.

Fuir de leur terrain (Carod-Rovira)

Dans cette tribune[1] publiée le 23 mai 2018 dans le journal indépendantiste en ligne NacióDigital, l’ancien président d’ERC et vice-président du gouvernement catalan entre 2006 et 2010, Josep-Lluís Carod-Rovira, établit une distinction entre le nationalisme espagnol défendu par les « unionistes », xénophobe et ethnique, et l’indépendantisme catalan dont il essaie de montrer qu’il n’est pas et ne doit pas être un nationalisme du même genre. Il défend ainsi l’existence d’un indépendantisme catalan non nationaliste, de caractère civique et intégrateur et invite à le mettre en avant au moment où le nationalisme espagnol cherche à diviser les Catalans sur des questions identitaires.

On peut lire ce texte comme une réponse aux nombreuses critiques que la presse espagnole a adressées à Quim Torra au moment de son arrivée à la présidence de la Généralité. Elles visaient à discréditer le nouvel homme fort de la Catalogne en le présentant comme un xénophobe. D’anciens écrits de Torra, en particulier, avaient suscité la polémique. Le texte est également une critique voilée du discours nationaliste conservateur porté par Torra et une manière pour ERC de prendre ses distances avec celui-ci.

Au-delà des conseils stratégiques discursifs adressés par l’auteur au mouvement indépendantiste, le texte permet donc de s’interroger sur l’indépendantisme défendu par ERC ainsi que, de façon plus générale, sur la nature, la diversité et l’origine du mouvement indépendantiste catalan. Peut-il exister un nationalisme uniquement intégrateur ? L’indépendantisme présuppose-t-il nécessairement le nationalisme ? Qu’est-ce que cette nation civique dont parle Carod-Rovira qui ne semble prendre ses racines ni dans la langue, ni dans la culture, ni dans l’identité ? Ce type de « souverainisme territorial » progressiste qui semble articuler revendications démocratiques, sociales et nationalistes trouve-t-il ses racines dans la lutte antifranquiste ? Qu’est-ce qui lui a permis de connaître le succès dont parle l’auteur ? Comment a-t-il muté ou non jusqu’à aujourd’hui ? Au-delà de la rhétorique, ce souverainisme pensé simplement comme une lutte pour le pouvoir, est-il le seul moteur de l’indépendantisme d’ERC?

 

« Lorsque le président Companys proclama l’État catalan, le 6 octobre 1934, trois Catalans moururent au siège du CADCI[2] pour l’avoir défendu contre l’armée espagnole qui réprimait la proclamation. Il s’agissait de Jaume Compte, Amadeu Bardinas et Manuel González Alba, l’Alba comme se faisait appeler cet ami de Joan Sales. Fils de père andalou et de mère catalane, né à Valls, il était professeur de catalan, éditeur et collaborait avec Pompeu Fabra. Durant la longue nuit du franquisme, les revendications sociales, démocratiques et nationales, faisaient partie d’un tout inséparable et on ne pouvait imaginer défendre les unes en oubliant les autres. Pendant la répression, une notion civique de la nation se construisit, l’idée d’un seul peuple au sein duquel les origines variées de chacun des membres n’avaient pas d’importance. Cette idée se consolida grâce à certains discours de l’époque comme ceux de Jordi Pujol, de Francesc Candel ou bien du PSUC [Partit Socialista Unificat de Catalunya], et culmina avec la création de l’Assemblée de Catalogne[3].

Avec la mort de Franco – qui ne fut pas celle du franquisme -, la revendication d’une école catalane, de langue et de contenus, surgit avec force, notamment dans certains lieux emblématiques pour leur grande diversité sociale comme par exemple Santa Coloma de Gramenet. La reconnaissance officielle du catalan, alors de statut inférieur à la langue espagnole qui était la seule dont la connaissance était obligatoire, progressa peu à peu, chose qui était bien vue, notamment parce que beaucoup d’Espagnols avaient mauvaise conscience après la persécution dont la culture catalane et l’identité nationale catalane avaient souffert de la part de la dictature. La radio, la télévision, le cinéma dans une moindre mesure et, de façon encore plus marginale, les produits de consommation, réservèrent une place au catalan ; même s’il est vrai que, dans certains milieux, ceux dotés d’une forme de dimension symbolique comme le Parlement et la Généralité, l’usage du catalan était déjà habituel et normalisé. Le climat était alors serein puisque l’indépendantisme obtenait des résultats électoraux suffisants pour décider de l’orientation politique du Govern mais pas assez élevés pour être considérés comme une menace à l’idée uniformisante de l’État.

À partir de 2003 une option indépendantiste non nationaliste commença à prendre forme. De caractère certes nationale, elle n’était pourtant ni essentialiste, ni ethnique mais civile et inclusive. Une nouvelle proposition de vie collective qui, sans faire table rase du passé dont beaucoup avaient souffert, regardait cependant davantage vers le futur qui nous intéressait tous. Un projet qui ne vivait pas de la nostalgie du passé immuable d’antan mais de l’espoir d’un lendemain national, ouvert et libre que l’ensemble des Catalans de toutes les origines pourraient construire. Dès lors, ni le lieu de naissance ni le nom de famille n’indiquaient plus grand-chose : on ne pouvait en déduire avec certitude un positionnement politique concret quant au futur du pays. S’appeler Sánchez ou Borrell, par exemple, ou bien Comín ou Illa, Trapero ou Puigserver, ne permettait plus d’identifier quelqu’un et, au contraire, pouvait donner lieu à des positionnements inattendus…

La spectaculaire progression de l’indépendantisme en un peu moins de six ans ne peut être expliquée sans le succès évident de ce discours national intégrateur. L’arrivée de forces vives a rempli de civisme et d’espoir l’espace public en Catalogne : en quelque sorte, c’est le démenti le plus total et absolu du supposé caractère suprémaciste, xénophobe et raciste que certains souhaiteraient accoler au mouvement indépendantiste. Au contraire, de façon claire et évidente et en contraste avec les partisans de la continuité de la dépendance de la Catalogne à l’Espagne, les personnes favorables à l’établissement d’une République Catalane représentent bien mieux la grande diversité de l’univers social existant aujourd’hui dans le Principat : ils sont de tous les âges, ont ou n’ont pas le catalan pour langue maternelle et votent du centre droit jusqu’à la gauche la plus combative. On est bien loin du portrait-robot de la majorité des membres du bloc dépendantiste qui ont généralement l’espagnol pour langue maternelle, votent à droite et au centre droit et ont une moyenne d’âge élevée.

C’est conscient de cela que, depuis ce bloc, Citoyens[4] a opté pour la voie nationaliste radicale, la voie choisie également par le PP et par ceux qui un jour furent socialistes. Ils portent un discours qui est, quant à lui, clairement ethnique et xénophobe, et qui rejette durement tout ce qu’il perçoit comme catalan. Voyant que par la voie de la raison, ils perdaient chaque jour davantage de soutiens, sans hésiter, ils ont frappé au ventre, un organe d’où peuvent venir beaucoup de choses, exceptées la rigueur, la sérénité et l’intelligence. En faisant référence aux origines géographiques des gens et de leurs ancêtres – chose que, soit dit en passant, Pablo Iglesias fit également à une certaine époque – ils tentent consciencieusement de diviser la société catalane, d’y créer une fracture profonde et de détruire, avec l’aluminose espagnoliste, la cohabitation pacifique et respectueuse des différences qui, bâtie collectivement, avait régné jusqu’à présent sous nos latitudes.

Ce n’est pas sur ce terrain que doivent se situer non seulement les indépendantistes mais aussi, disons-le clairement, les démocrates de Catalogne. Nous devons fuir de leur terrain, nous devons éviter à tout prix le discours démagogique des émotions identitaires, nous ne devons pas tomber dans le piège qui nous est tendu afin qu’y chute bêtement l’un ou l’autre de nos compatriotes au sang chaud et à la répartie facile car, sur ce terrain, nous nous perdrons. Nous devons éviter autant que possible les généralisations négatives, toujours inexactes, du type « les Espagnols sont, disent, font… », tout simplement parce que tous les Espagnols ne sont pas, ne disent pas et ne font pas tous la même chose, de même que cela est vrai pour les Catalans, les Français, les Russes et tous les peuples du monde. Nous devons de nouveau dire, autant de fois que nécessaire, que notre problème n’est pas identitaire, car d’identité, chacun a la sienne et elle n’est réellement connue que des individus eux-mêmes, mais de souveraineté : ici, qui commande et qui décide ? Ceux d’ici, nous qui travaillons ou sommes au chômage et vivons ici ? Ou bien acceptons-nous, comme d’éternels vaincus, que l’on commande et décide pour nous à 600 kilomètres de distance ?

Pour vouloir l’indépendance, il n’est pas nécessaire d’être nationaliste. Moi je ne l’ai jamais été et je suis pourtant partisan de l’indépendance depuis l’adolescence. Il n’est pas nécessaire d’être né ici, ni d’avoir un nom de famille catalan, ni d’avoir le catalan pour langue maternelle. Il suffit de la vouloir et de la défendre, et, cela va sans dire, de le faire à la manière catalane : pacifiquement, démocratiquement, politiquement. Notre plus grande forteresse est le peuple, les gens, ces personnes font vivre la Catalogne d’aujourd’hui et veulent un pays sans discriminations, avec une meilleure qualité de vie, plus d’égalité et d’opportunités, plus de culture, de justice et de liberté…C’est pour cela que nous devons prendre nos distances avec ce nationalisme qu’ils brandissent à chaque instant, parce que notre combat n’est pas un combat entre nationalismes, mais entre les citoyens d’une nation qui veut être libre en le décidant par le vote et un État qui s’y oppose, à coups de matraques, à coups de loi, à coups de journaux télévisés. Contre leur nationalisme ethnique, arborons notre nation civique, inclusive et démocratique, qui ne ferme ses portes à personne malgré un État qui ferme les siennes pour nous empêcher d’exister. C’est justement pour cela que nous gagnerons ! »

 

 

[1] Ce texte a été traduit du catalan par Hervé Siou. Nous remercions Josep-Lluís Carod-Rovira de nous avoir permis de publier une traduction de son article sur notre site.

[2] Le Centre Autonomista de Dependents del Comerç i de la Indústria est une association et un syndicat de commerçants catalaniste fondé au début du XXe siècle. Le siège de l’institution se situe sur la rambla de Santa Mónica à Barcelone.

[3] L’Assemblée de Catalogne (Assemblea de Catalunya) est fondée à la fin des années 1960 et formée de différentes forces politiques nationalistes catalanes, de groupes de l’opposition antifranquiste et de personnalités de la société civile. Elle est favorable au rétablissement de la démocratie, lutte pour la libération des prisonniers politiques et demande une large autonomie politique pour la Catalogne.

[4] Le texte original n’évoque pas le parti Citoyens mais y fait allusion par un jeu de mots ironique autour de la consonnance entre « rivera » (rive) et Albert « Ribera » (le nom du leader de ce parti).