La presse / Presse catalane papier et en ligne / Presse espagnole papier et en ligne / Presse catalane et presse espagnole « toute en ligne » / Radios et télévisions

Sans visée exhaustive, nous présentons ici les principaux médias auxquels ce blog recourt pour informer sur la question catalane. Il s’agit de donner quelques indications pour pouvoir se repérer. Rien de mieux, bien évidemment, que d’aller y voir par soi-même.

Précisons tout d’abord qu’en français, il existe peu de médias qui suivent spécifiquement l’actualité catalane. Néanmoins, Équinox, radio destinée aux Français vivant à Barcelone, dispose d’une page web sur laquelle un suivi de l’actualité politique catalane est proposé. De plus, Roser Cusso anime un blog d’abonné du journal Le Monde consacré spécifiquement à l’actualité catalane. Aucun de ces deux médias ne propose cependant d’analyses approfondies sur la question catalane.

Dans les lignes qui suivent, nous présentons donc les principaux médias catalans et espagnols qui couvrent de près la situation politique. Concernant la presse, nous avons privilégié ici les journaux les plus importants en termes de diffusion et ceux qui proposent des articles d’opinion.

La presse

Presse catalane papier et en ligne

On distingue en Catalogne quatre grands quotidiens papier. La Vanguardia et El Periódico, originellement en espagnol, publient aussi une édition identique en catalan (depuis 1997 pour El Periódico et 2011 pour La Vanguardia). Ils sont les plus vendus. El Punt avui et Ara sont quant à eux exclusivement en catalan. Tous ces journaux bénéficient de subventions importantes versées par la Generalitat de Catalogne. Comme pour le reste de la presse papier, leurs ventes s’effritent ces dernières années (sauf dans le cas de l’Ara). Elles restent cependant supérieures, en Catalogne, à tous les journaux espagnols. Tous ces journaux disposent de versions en ligne.

La Vanguardia est le principal journal catalan. Né en 1881, il appartient au groupe familial de télécommunications Godó qui possède également la radio Rac 1. Le journal tire environ à 80 000 exemplaires chaque jour. Sa ligne éditoriale est de centre et catalaniste. Durant la crise de la fin de l’année 2017, le journal a tout à la fois critiqué les décisions de la majorité indépendantiste et celles du gouvernement de Rajoy, appelant à un retour à la légalité et invitant les deux parties à négocier. Le journal publie de nombreux articles d’opinion. Parmi ses intervenants, on trouve Pilar Rahola, Quim Monzó, Sergi Pàmies ou encore son directeur adjoint Enric Juliana.

El Periódico se situe sur une ligne politique un peu plus à gauche, proche des idées du PSC. Il tire à un peu plus de 45 000 exemplaires en Catalogne et est présent également en Aragon, à Valence, en Andalousie et en Estrémadure. Il appartient au groupe de communication Zeta dirigé par Antonio Mosbah, fils du fondateur du groupe. La place accordée aux opinions et tribunes y est moins importante que dans La Vanguardia. Néanmoins, on peut distinguer parmi ses principaux chroniqueurs, Jordi Évole, célèbre journaliste et présentateur de télévision, ou encore l’écrivaine Najat El Hachmi. Depuis l’automne 2017, il a glissé d’un positionnement centriste vers des positions plutôt plus favorables au gouvernement espagnol.

Fruit de la fusion entre El Punt et Avui, El Punt Avui  est né en 2011. Ce quotidien en catalan est d’orientation indépendantiste et tire à environ 20 000 exemplaires. Il appartient au groupe Hermes Comunicacions, le groupe de télécommunications en catalan le plus important. Basé à Gérone et présidé par Joaquim Vidal i Perpinyà, entrepreneur et homme politique de CDC, le groupe possède également le mensuel Catalonia Today qui propose, en anglais, des informations sur l’actualité catalane et qu’a dirigé Marcela Topor, l’épouse de Carles Puigdemont.

Le journal Ara est également indépendantiste. Né en 2010 avec les débuts du procés, il a soutenu ses différentes évolutions tout en proposant toujours une mise à distance critique. Soutenu par de nombreux intellectuels, ses principaux chroniqueurs sont Esther Vera, Empar Moliner, Joan B. Culla, Josep Ramoneda, Antoni Bassas, Toni Soler… Il est possédé par Antoni Bassas ainsi que d’autres entrepreneurs liés aux médias et le groupe familial Carulla implanté dans les secteurs de l’alimentaire et de la restauration. Sa version en ligne est l’un des journaux les plus consulté en catalan tandis que sa version papier est environ tirée à 13 000 exemplaires quotidiennement. C’est le seul journal qui connaît une augmentation de ses ventes ces dernières années.

Presse espagnole papier et en ligne

Outre ces quatre grands quotidiens catalans, on trouve en Catalogne tous les principaux journaux espagnols. El País est le plus lu d’entre eux et il est le journal le plus vendu dans le reste de l’Espagne (environ 150 000 exemplaires chaque jour). Fondé en 1976 après la mort de Franco, de centre gauche, il a évolué ces dernières années vers des positions plus conservatrices. Il a ainsi été très dur avec Pedro Sánchez lors de la crise qu’a connue le PSOE à l’automne 2016. Son positionnement très anti-indépendantiste a provoqué de nombreuses polémiques et le départ du chroniqueur John Carlin en octobre 2017, licencié pour avoir publié dans The Times un article qui critiquait l’attitude de Madrid et ne suivait donc pas la ligne éditoriale d’El País. Durant cette crise, le journal a parfois publié des éditoriaux plus critiques que les journaux de droite traditionnels, en soutenant le plus souvent l’attitude de Madrid. Cependant, au-delà des titres et des éditoriaux tranchés, ses nombreux chroniqueurs offrent une plus grande diversité d’opinion. Lluís Bassets et Josep Ramoneda interviennent par exemple régulièrement sur la question catalane. Possédé par le groupe mondial de communications PRISA que dirige Juan Luis Cebrián,  le journal a une diffusion internationale puisqu’il est également distribué en Amérique latine. Il possède une version en ligne en catalan ainsi qu’en anglais et en portugais.

Parmi les autres grands journaux espagnols papier, tous sont publiés en espagnol et ont une orientation politique marquée à droite. Ils ont donc pris des positions opposées au mouvement indépendantiste catalan. Le journal El Mundo, fondé par Pedro J. Ramírez, a un tirage qui avoisine les 80 000 exemplaires quotidiens. Journal se définissant comme libéral, il se montre très critique avec la gauche en général ainsi qu’avec tous les partis régionalistes, même si l’on compte une plus grande diversité d’opinion parmi ses chroniqueurs que chez ses autres confrères de droite. Il a été à plusieurs reprises très critiqué pour avoir diffusé des informations non vérifiées portant sur des adversaires politiques du PP – Podemos  et les partis indépendantistes catalans notamment – qui se seront révélées être de faux scandales que le ministre de l’Intérieur Jorge Fernández Díaz montait de toutes pièces puis faisait « fuiter ».

ABC et La Razón sont marqués à droite. Monarchiste et catholique, ABC a été fondé en 1903. Il tire aujourd’hui à environ 70 000 exemplaires chaque jour. Le journal appartient au groupe d’origine basque Vocento qui possède de nombreux journaux régionaux. Parmi ses principaux chroniqueurs on trouve Ignacio Camacho qui a consacré un ouvrage à la question catalane. La Razón  tire à environ 45 000 exemplaires. Il est la propriété du groupe éditorial Planeta et est dirigé depuis 2008 par Francisco Marhuenda, un polémiste très souvent présent dans les tertulias (débats) du petit écran. Depuis qu’il en est directeur, le journal s’est fait remarquer par de nombreuses unes polémiques.

Presse catalane et presse espagnole « toute en ligne »

Parmi les journaux catalans que l’on trouve seulement en ligne, la plupart sont indépendantistes. Il s’agit de Naciódigital, Vilaweb, Elnacional (également disponible en espagnol) ou encore elMón, El Matí Digital, Crític. Tous proposent de nombreux articles d’opinion. Par ailleurs il existe plusieurs journaux en espagnol qui offrent souvent un grand nombre d’articles fouillés et intéressants. La plupart d’entre eux sont classés à gauche et offrent une vision plutôt modérée de la « question catalane ». On peut ainsi distinguer Público (avec une version aussi en catalan) ainsi que Infolibre et Eldiario.es, fondés par d’anciens journalistes de Público. Lié également à Público, Ctxt propose de nombreux articles de fond sur la question catalane. Par ailleurs, Agenda_pública donne la parole aux chercheurs en sciences sociales.

Radios et télévisions

Les radios et télévisions publiques catalanes émettent en catalan. Elles sont souvent accusées, notamment par la droite et les opposants au souverainisme catalan, de proposer une ligne éditoriale indépendantiste. Ce n’est pas totalement faux et la querelle entre ERC et le PdeCAT autour du contrôle de ces médias au lendemain des élections du 21-D 2017 illustre bien cette forte politisation. Cela étant, il convient d’être très prudent lorsqu’il s’agit de mesurer leur impact. En premier lieu, parce qu’il est impossible d’établir un lien entre une ligne éditoriale et l’évolution du vote des Catalans. De plus, les niveaux d’audience des médias publics, bien qu’élevés, ne touchent toujours qu’une frange réduite de la population catalane. Enfin et surtout, parce que cette ligne éditoriale n’est pas toujours si nette. Elle dépend beaucoup des émissions proposées et ne s’affirme qu’épisodiquement. À cela, il faut ajouter que si politisation des médias publics catalans il y a, c’est aussi le cas de toutes les chaînes et radios publiques espagnoles, nationales ou régionales, à des degrés divers il est vrai. Cela vaut également pour la plupart des médias privés qui proposent un traitement de l’actualité politique. Notons à ce propos qu’il n’existe pas l’équivalent du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) en Espagne.

Concernant les médias publics catalans, l’accusation de partialité est plus vraie pour la radio publique que pour la télévision. Ainsi, Catalunya ràdio et sa présentatrice vedette, Mònica Terribas, proposent une ligne fermement nationaliste. En termes d’audiences, elle se situe aux coudes à coudes avec RAC1, une radio privée propriété du groupe Godó avec une ligne éditoriale plus nuancée.

Concernant la télévision, TV3 est la chaîne la plus regardée en Catalogne. À la différence de ses consœurs des autres communautés autonomes, elle dispose d’un budget conséquent ce qui lui permet de proposer de nombreux programmes de grande qualité. Si les informations sont plutôt équilibrées, certaines émissions ont un ton plus nettement partisan en faveur du nationalisme catalan. La Generalitat finance également une chaîne d’information en continue : 3/24.

Concernant les médias nationaux, la télévision publique espagnole TVE a été très critiquée ces derniers mois pour sa couverture pour le moins partiale de la crise d’octobre 2017. Elle a adoptée une ligne éditoriale très en faveur des décisions du gouvernement central au point que des journalistes du groupe public espagnol se sont plaints de la censure sur les événements catalans. Dans une ligne similaire, on trouve la chaîne privée Antena 3 du groupe Atresmedia. Du même groupe, La Sexta propose un regard marqué à gauche et quant à lui assez équilibré sur la question catalane.

Pour ce qui est de la radio, celles qui sont les plus écoutées en Espagne sont la radio généraliste Cadena Ser du groupe PRISA, plutôt centriste, la COPE du groupe du même nom marquée à droite et Radio Nacional de España, la radio publique qui suit la même ligne éditoriale que la télévision publique espagnole concernant la question catalane.

par Hervé Siou

Chronologie politique récente du mouvement indépendantiste catalan

20002008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut  / 20082012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme / Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015 / Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés entre octobre 2017 et mai 2018  / Depuis la motion de censure et la levée du 155

Les spécialistes, les politologues et les historiens ne sont pas forcément d’accord sur les causes et les phases de ce que les indépendantistes, et désormais aussi les autres, appellent le Procés (prononcer proussèss), c’est à dire le processus d’indépendance de la Catalogne. Le démarrage officiel de ce Procés a clairement eu lieu à l’automne 2012 avec le passage à l’indépendantisme de la coalition CiU d’Artur Mas (officiellement provoqué par le non de Rajoy à l’autonomie fiscale de la Catalogne) puis l’accord de gouvernement qu’elle signe avec l’ERC d’Oriol Junqueras prévoyant un référendum d’indépendance. Mais d’autres points de départ sont souvent cités comme la censure du nouveau Statut (Estatut) d’autonomie de la Catalogne par le Tribunal Constitutionnel espagnol en juin 2010 ou même la première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Mar en septembre 2009. Quant au changement d’atmosphère politique qui a permis cette montée de l’indépendantisme (très minoritaire jusque là), beaucoup le font partir du deuxième mandat de José María Aznar entre 2000 et 2004 qui rompt le consensus fragile issu de la transition démocratique de 1975-82 et alimente la tension entre la droite espagnole et des partis catalans qui se sentaient jusque là intégrés au système.

2000-2008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut

2000

12 mars. Les élections espagnoles donnent pour la première fois la majorité absolue au PP de José María Aznar (183 sièges), qui n’a donc plus besoin de l’appui du PNV basque et surtout de CiU comme c’était le cas depuis son arrivée au pouvoir en 1996. Aznar entame une politique de tension avec les partis basques et catalans et d’alignement inconditionnel sur les États-Unis de George Bush.

2001

17 janvier. Le président catalan depuis 1980 Jordi Pujol nomme Artur Mas conseller en cap (premier conseiller), le désignant ainsi comme son successeur à la tête de CiU et du Govern.

2003

16 novembre. Les premières élections catalanes de l’après-Pujol (63 % de participation) enregistrent la forte baisse des deux grands partis. CiU perd 10 sièges (46), le PSC 10 également (42) tandis que les autres formations progressent : plus 11 sièges pour ERC (23), plus 6 pour ICVEUiA (9), plus 3 pour le PP (15). Lors du grand meeting du PSC au Palau Sant Jordi le 13 novembre, le chef du PSOE Zapatero avait assuré qu’il appuierait le nouvel Estatut (statut d’autonomie) que voterait le Parlement catalan.

14 décembre. Accord du Tinell : le PSC de l’ancien maire de Barcelone Pasqual Maragall, l’ERC de Josep Lluís Carod-Rovira et la coalition ICVEUiA signent leur « accord pour un Govern catalaniste et de gauche » qui permet la coalition du Tripartit.

18 décembre. Maragall devient le premier président socialiste de la Généralité de Catalogne. Carod-Rovira est conseller en cap.

2004

27 janvier. Démission de Carod-Rovira après les révélations sur ses entretiens avec des membres d’ETA. Il est remplacé par Josep Bargalló.

9 février. Constitution de la commission parlementaire chargée de rédiger le nouvel Estatut.

11 mars. Attentats de Madrid (191 tués). La tentative d’Aznar de les attribuer à ETA (alors que la responsabilité d’Al Qaeda se confirme rapidement) entraine la défaite surprise du PP, mené par Mariano Rajoy, aux élections législatives du 14 mars. Le PSOE de Zapatero (164 sièges) passe devant le PP (148) et peut gouverner grâce au soutien de CiU (10 sièges) et du PNV (7). ERC obtient 8 sièges.

2005

27 janvier. Effondrement du tunnel du Carmel lors des travaux de prolongation de la ligne 5 du métro à Barcelone. Il marque le début de polémiques sur le sous-investissement en matière d’infrastructures en Catalogne depuis les années Aznar et les pratiques politiques en la matière.

30 septembre. Le Parlement catalan vote le nouvel Estatut par 120 voix pour (CiU, PSC, ERC, ICVEUiA) et 15 contre (PP).

2 novembre. Le projet d’Estatut arrive en discussion au Congrès des députés espagnol malgré le recours en inconstitutionnalité du PP.

19 décembre. Formation de la Plataforma pel dret de decidir (Plateforme pour le droit à décider, PDD) regroupant entités et municipalités en faveur de l’autodétermination de la Catalogne.

2006

21 janvier. Accord de la Moncloa entre Mas (CDC), Duran Lleida (UDC) et Zapatero, modifiant l’Estatut (en échange de promesses de hausse de l’investissement public en Catalogne) pour permettre son approbation au Congrès.

18 février. Manifestation « Som una nació i tenim el dret de decidir » (Nous sommes une nation et nous avons le droit de décider) pour contester l’accord de la Moncloa avec plus de 100 000 personnes, à l’appel de la PDD et soutenue par ERC.

30 mars. Le Congrès des députés vote l’Estatut modifié par 189 voix pour (PSOE, IU, PNV, BNG, CC), 154 contre (PP, ERC, EA) et 2 abstentions (CHA, NB).

10 mai. Le Sénat approuve de justesse l’Estatut modifié : 128 voix pour (PSOE, CiU, IU), 125 contre (PP) et 6 abstentions (ERC, EA, PAR).

11 mai. ERC appelle à voter non au référendum. Maragall démet les conseillers ERC et ne garde le soutien d’ICVEUiA qu’en échange de la promesse d’élections anticipées après le référendum.

18 juin. L’Estatut est approuvé par référendum : 78,1 % des électeurs catalans pour, 21,9 % contre, 6,2 % de blancs et nuls, 50,6 % d’abstention.

21 juin. Maragall annonce qu’il ne mènera pas le PSC aux prochaines élections.

19 juillet. La loi organique réformant l’Estatut est promulguée. Il entre en vigueur le 9 août.

31 juillet. Federico Trillo et 98 autres députés PP déposent un recours contre l’Estatut devant le Tribunal Constitutionnel. Ce recours est accepté le 28 septembre. D’autres recours sont déposés par le Médiateur (Defensor del Pueblo) et par plusieurs gouvernements régionaux (Murcie, Rioja, Aragon, Valence et Baléares).

1er novembre. Élections catalanes anticipées (57 % de participation). CiU regagne 2 sièges (48), le PSC en perd encore 5 (37), ERC 2 (21), le PP 1 (14) tandis qu’ICVEUiA en gagne 3 (15) et qu’apparait le nouveau parti Citoyens d’Albert Rivera (3). Le Tripartit est reconduit entre le PSC, ERC et ICVEUiA sous la présidence de José Montilla (PSC), investi par le Parlement le 24. Il forme un Govern le 28 avec de nouveau Carod-Rovira (ERC) en n°2.

2007

1er décembre. Manifestation « Som una nació i diem PROU ! Tenim dret a decidir sobre les nostres infraestructures » (Nous sommes une nation et nous disons ASSEZ ! Nous avons le droit de décider sur nos infrastructures) à l’appel de la PDD et soutenue par CiU, ERC, ICVEUiA et la CUP. Y assistent plus de 200 000 personnes.

2008

9 mars. Le PSOE de Zapatero reste en tête aux élections législatives espagnoles avec 169 sièges contre 154 au PP de Rajoy. Il est réélu président grâce à l’abstention des partis régionaux (sauf ERC) et de IU.

2008-2012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme

7 octobre. Le Gouvernement Zapatero doit prendre des mesures exceptionnelles pour sauver le système financier espagnol menacé de naufrage après le déclenchement de la crise financière mondiale. La crise économique, très sévère, durera officiellement jusqu’en 2014.

2009

13 septembre. Première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Munt (sur les 6517 électeurs, 41 % de participation et 96 % pour l’indépendance).

13 décembre. Après une deuxième consultation municipale sur l’indépendance à Sant Jaume de Frontanyà, 166 autres municipalités suivent l’exemple.

2010

28 février. Deuxième vague de consultations sur l’indépendance dans 80 municipalités.

25 avril. Troisième vague de consultations sur l’indépendance dans 210 municipalités.

12 mai. Zapatero annonce un plan drastique d’austérité qui n’est voté que grâce à l’abstention de CiU.

16 juin. Zapatero décide une réforme radicale du marché du travail. Elle est approuvée par le Congrès le 22 grâce à l’abstention du PP et provoquera une grève générale le 29 septembre.

20 juin. Quatrième vague de consultations sur l’indépendance dans 48 municipalités.

28 juin. Avec un grand retard dû au blocage entre le PP et le PSOE sur les nouvelles nominations, le Tribunal Constitutionnel annule un certain nombre de dispositions sensibles du nouvel Estatut.

10 juillet. Convoquée par tous les partis catalans sauf le PP et Citoyens, la manifestation « Som una nació, nosaltres decidim » (Nous sommes une nation, c’est nous qui décidons) réunit plus d’un million de personnes à Barcelone.

28 novembre. Les élections catalanes (60 % de participation) mettent fin au Tripartit et entrainent le retour de CiU (62 sièges, +14) au pouvoir mais sans majorité absolue. Le PSC continue sa chute à 28 sièges (-9), le PP remonte à 18 (+4), ICVEUiA descend à 10 (-2) comme ERC (-11). Le nouveau parti indépendantiste Solidaritat Catalana per l’Independència obtient 4 sièges, Citoyens reste à 3.

23 décembre. Mas est élu président catalan grâce à l’abstention du PSC au second tour.

2011

2 avril. Zapatero annonce qu’il ne se représentera pas.

10 avril. Dernière consultation municipale sur l’indépendance à Barcelone. En tout, plus de 800 000 électeurs ont voté dont plus de 90 % pour l’indépendance.

30 avril. Conferencia Nacional per l’Estat Propi (Conférence nationale pour l’État propre) à Barcelone qui réunit plus d’un millier de partisans de l’indépendance et constitue un conseil permanent.

15 mai. Début du mouvement des Indignés à Madrid et dans les grandes villes d’Espagne et de Catalogne.

22 mai. Élections locales et municipales. Le PSC perd Barcelone au profit de CiU (Xavier Trias).

25 mai. Fondation formelle de l’Assemblea Nacional Catalana (ANC) par les participants à la Conferencia Nacional per l’Estat Propi. Dolors Marin en est la première présidente.

23 août. Accord entre Zapatero et Rajoy pour modifier la constitution afin de limiter le déficit public.

11 septembre. Manifestation « Som una nació, volem estat propi » (Nous sommes une nation, nous voulons un État à nous) à l’occasion de la Diada.

1er octobre. Oriol Junqueras est élu président d’ERC avec Marta Rovira en n°2.

20 novembre. Le PP de Mariano Rajoy remporte la majorité absolue aux élections législatives espagnoles avec 186 sièges. Le PSOE s’effondre à 110 sièges. CiU a 16 sièges, ERC 3.

14 décembre. Constitution officielle à Vic de l’Associació de Municipis per l’Independència (AMI) avec les maires de 156 municipalités. Le mouvement avait été lancé par les municipalités d’Arenys de Munt le 8 septembre et de Vic le 12.

2012

10 mars. Assemblée constitutive de l’ANC au Palau Sant Jordi de Barcelone. Carme Forcadell devient sa présidente en avril.

25 juillet. Le Parlement approuve la résolution demandant pour la Catalogne un accord fiscal comparable à ceux du Pays Basque et de la Navarre. Ont voté pour les députés CiU, ICVEUiA et ERC. Les députés PSC et PP en votent certaines dispositions.

11 septembre. Marche « Catalunya, nou estat d’Europa » (Catalogne, nouvel état d’Europe) organisée par l’ANC à l’occasion de la Diada à Barcelone et qui rassemble au moins 1,5 million de personnes.

20 septembre. À la Moncloa, Mas voit Rajoy qui refuse définitivement ses propositions d’accord fiscal. Selon Mas, « il est absurde de continuer sur un chemin qui est fermé ». Ne pouvant plus gouverner avec le soutien du PP (qui a appuyé ses sévères coupes budgétaires), il dissout le Parlement qui vote le 27 une résolution sur la « nécessité pour le peuple de Catalogne de pouvoir déterminer librement et démocratiquement son avenir collectif ».

Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015

25 novembre. Élections catalanes anticipées (68 % de participation). CiU obtient 50 sièges (-12), ERC prend la deuxième place avec 21 (+11), le PSC passe en troisième position à 20 (-8), juste devant le PP à 19 (+1). Les petits partis progressent  : ICV-EUiA à 13 (+3), Citoyens à 9 (+6), la CUP fait son entrée avec 3 sièges.

21 décembre. Après avoir signé avec Junqueras le 19 un « Accord pour la liberté » qui prévoit une consultation sur l’indépendance, Mas est réélu président catalan (71 voix) grâce au soutien sans participation d’ERC.

2013

23 janvier. Le Parlement vote une « Déclaration de souveraineté et du droit à décider pour le peuple de Catalogne » qui affirme « débuter un processus (procés) pour rendre effectif l’exercice du droit à décider afin que les citoyens et citoyennes de Catalogne puissent décider leur avenir politique collectif ». Elle obtient 85 votes (50 CiU, 21 ERC, 13 ICV-EUiA, 1 CUP).

8 mai. Le TC suspend préventivement la Déclaration de souveraineté (elle sera finalement partiellement censurée le 25 mars 2014).

5 septembre. Mas propose des élections catalanes plébiscitaires pour surmonter l’opposition du Gouvernement à un référendum d’indépendance.

11 septembre. À l’occasion de la Diada, organisation d’une chaine humaine de 400 km en faveur de l’indépendance avec 1,6 million de participants, la Via Catalana.

12 décembre. Mas annonce un référendum consultatif pour le 9 novembre 2014 avec 2 questions. Il demande au Congrès des députés de transférer à la Généralité la compétence pour organiser ce genre de consultation.

2014

16 janvier. Le Parlement vote une motion demandant au Congrès des députés de lui permettre d’organiser un référendum sur l’indépendance (87 voix avec les députés CiU, ERC, ICV-EUiA et 3 PSC).

8 avril. Le Congrès des députés refuse l’examen de la demande du Parlement par 299 voix (dont PP et PSOE) contre 47 (dont CiU, IU, PNV, ERC, ICV-EUiA, BNG). Mas dit que ce non « ne pourra arrêter la volonté du peuple de Catalogne ».

25 mai. Les élections européennes enregistrent d’excellents résultats pour les partis indépendantistes : la liste menée par ERC arrive en tête (24 %), suivie par celle à laquelle participe CiU (22 %).

11 septembre. Nouvelle Via Catalana à l’occasion de la Diada avec un grand V sur la Diagonal et la Gran Via de les Corts.

19 septembre. Le Parlement approuve la loi sur les consultations populaires non référendaires avec les voix des députés de tous les partis sauf le PP et Citoyens.

29 septembre. Le Gouvernement Rajoy recourt au TC contre la loi sur les consultations et le décret de convocation signé le 25 par Mas. Réuni le même jour, le TC suspend préventivement la loi et le décret.

14 octobre. Mas décide de finalement organiser un processus de participation citoyenne avec les mêmes questions que la consultation prévue.

4 novembre. Le TC suspend le processus de participation citoyenne sur demande du Gouvernement Rajoy. La Généralité maintient son organisation.

9 novembre. Consultation sur l’indépendance : 2,305 millions d’électeurs y participent dont 80,8 % pour une Catalogne indépendante, 10,1 % pour une Catalogne souveraine mais pas indépendante, 4,5 % opposés à ces deux possibilités.

25 novembre. Mas propose une liste unie de l’indépendantisme aux prochaines élections catalanes.

2015

14 janvier. Accord entre CiU, ERC et les autres entités indépendantistes pour des élections anticipées le 27 septembre.

30 mars. Signature d’un pré-accord entre les partis et entités indépendantistes sur la feuille de route du Procés.

16 mai. Jordi Sànchez remplace Carme Forcadell à la présidence de l’ANC.

24 mai. Les élections locales consacrent l’irruption des listes soutenues par Podemos qui s’emparent de Madrid (Ahora Madrid) avec Manuela Carmena et de Barcelone (Barcelona en Comú) avec Ada Colau qui prend la mairie à Xavier Trias (CiU).

18 juin. Dissolution de CiU. La CDC (désormais indépendantiste) et l’UDC (partagée) reprennent leur indépendance.

11 septembre. L’ANC et Òmnium organisent une Via Lliure (Voie libre) le long de la Diagonal à Barcelone à l’occasion de la Diada.

Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017

27 septembre. Élections catalanes anticipées (77 % de participation). La liste plébiscitaire d’union indépendantiste Junts pel Sí avec des représentants de la CDC, d’ERC et des entités civiles n’obtient pas la majorité avec 62 sièges (et 40 % des voix) et dépend donc des 10 sièges de la CUP (+7) pour arriver au pouvoir. Citoyens progresse fortement à 25 sièges (+16) tandis que les autres listes sont à la baisse : le PSC à 16 (-4), Catalunya Sí Que es Pot (union d’ICV-EUiA et des Comuns alliés à Podemos) à 11 (-2), le PP à 11 (-8).

26 octobre. Ancienne présidente de l’ANC, Carme Forcadell est élue présidente du Parlement.

9 novembre. Le Parlement vote une déclaration « de début du processus d’indépendance de la Catalogne ».

10 novembre. Mas ne parvient pas à se faire réélire président à cause du refus de la CUP de voter pour lui.

20 décembre. Les élections législatives espagnoles privent le PP de sa majorité absolue avec 123 sièges (-63). Le PSOE est au plus bas à 90 sièges (-20). De fortes baisses qui s’expliquent par l’irruption à gauche de Podemos (69) et à droite de Citoyens (40). En Catalogne, la coalition En Comú soutenue par Podemos arrive en première position avec 12 députés et un quart des votes.

2016

9 janvier. Mas accepte de faire un « pas de côté » et retire sa candidature au profit du maire de Gérone Carles Puigdemont qui est investi président le lendemain par 70 voix (62 Junts pel Sí et 8 CUP). Le nouveau Govern est constitué le 14 avec Oriol Junqueras (ERC) en n°2 et conseiller à l’économie.

26 juin. Élections législatives espagnoles anticipées du fait de l’impossibilité pour le PP comme pour le PSOE d’obtenir une majorité. Léger rebond du PP qui remonte à 137 sièges et effritement du PSOE (85) tandis que Podemos se maintient grâce à son alliance avec IU (73) et que Citoyens reflue (32). En Comú garde la première place en Catalogne (12 députés).

23 juillet. Congrès fondateur du PDeCat (Partit Demòcrata Europeu  Català) qui prend la suite de la CDC et élit Mas comme président.

28 septembre. Puigdemont annonce que la Généralité organisera un référendum d’indépendance en septembre 2017. Le même jour, les barons du PSOE renversent Pedro Sánchez et obtiennent ainsi que le PSOE s’abstienne et que Rajoy puisse être investi à la tête du Gouvernement le 29 octobre.

6 octobre. Le Parlement vote une résolution demandant au Govern d’organiser un référendum d’indépendance au plus tard en septembre 2017. Cette résolution est suspendue préventivement en décembre par le TC sur demande du Gouvernement puis annulée le 13 février suivant.

2017

21 mai. Pedro Sánchez remporte les primaires socialistes avec 50 % du vote des militants (dont 80 % de ceux du PSC) et reprend la tête du PSOE.

14 juillet. Remaniement du Govern pour préparer la dernière ligne droite avant le référendum. Les conseillers PDECat Jordi Jané (Intérieur), Neus Munté (Présidence), Meritxell Ruiz (Enseignement) et Jordi Baiget (Entreprise et Connaissance) s’en vont.

26 juillet. La Garde Civile commence à interroger certains dirigeants indépendantistes.

17 août. Attaques jihadistes en Catalogne : 15 personnes tuées l’après-midi sur la Rambla de Barcelone et plus d’une centaine blessées par une camionnette. La nuit, 5 membres du même groupe tentent une autre attaque à Cambrils où ils tuent une personne et en blessent 5. Le lendemain, 100 000 personnes (dont Puigdemont, Rajoy et le roi Felipe VI) participent à une minute de silence à Barcelone. Le 26, 500 000 personnes (et les mêmes personnalités) y participent à la manifestation « No tinc por » (Je n’ai pas peur).

6 septembre. Le Parlement vote la loi du référendum d’autodétermination par 72 voix (Junts pel Sí et la CUP) et 11 abstentions (CSQP). Après avoir vainement protesté, les députés PSC, Cs et PP boycottent le vote. Puigdemont signe le décret convoquant le référendum pour le 1er octobre.

8 septembre. Le Parlement vote dans les mêmes conditions la loi de transitorialité juridique et fondationnelle de la République qui prévoit le passage à la République si le oui l’emporte, de nouvelles élections catalanes si c’est le non.

11 septembre. « Diada del Sí » (Diada du oui) à Barcelone avec environ 1,5 million de participants.

15 septembre. Le Gouvernement espagnol prend le contrôle des finances de la Généralité.

20 septembre. Opération de la Garde Civile contre la Généralité pour perturber la préparation du référendum. Arrestation de 15 hauts fonctionnaires catalans et confiscation de 10 millions de bulletins. Rassemblement de protestation devant la Conseillerie à l’Économie.

1er octobre. Référendum unilatéral d’indépendance : 2,286 millions d’électeurs (43 % du corps électoral) y participent malgré les interventions de nombreuses forces de police espagnoles et des centaines de blessés. Le oui obtient 90,2 %, le non 7,8 %.

3 octobre. Grève générale contre la répression policière lors du référendum. Le soir, intervention télévisée du roi Felipe VI très hostile aux indépendantistes.

10 octobre. Puidgemont transmet les résultats du référendum au Parlement mais suspend la déclaration d’indépendance prévue par les lois votées en septembre pour laisser la possibilité de négociations avec le Gouvernement espagnol.

16 octobre. Jordi Sànchez (ANC) et Jordi Cuixart (Òmnium) comparaissent devant la juge Lamela de l’Audience Nationale à Madrid et sont emprisonnés pour sédition à cause du rassemblement du 20 septembre devant la Conseillerie à l’Économie.

26 octobre. Estimant que cela ne changera rien à la décision de Rajoy de suspendre l’autonomie, Puigdemont renonce à convoquer de nouvelles élections et annonce le vote d’une Déclaration unilatérale d’indépendance (DUI) le lendemain.

27 octobre. Le Parlement vote une résolution contenant en préambule la DUI votée le 10 octobre mais suspendue. Le Sénat espagnol vote lui la suspension de l’autonomie catalane par l’application de l’article 155.

Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés

28 octobre. En vertu du 155, Rajoy démet le Govern. Le lendemain, il dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections catalanes le 21 décembre.

29 octobre. Grande manifestation unioniste à Barcelone avec au moins 300 000 personnes.

30 octobre. Puigdemont arrive à Bruxelles avec la moitié du Govern.

2 novembre. Les 8 conseillers restés en Catalogne (Junqueras, Forn, Turull, Rull, Romeva, Bassa, Borràs et Mundó) comparaissent devant la juge Lamela qui les fait tous incarcérer préventivement sauf Santi Vila qui peut sortir le lendemain après avoir payé une caution.

11 novembre. Une manifestation en soutien aux prisonniers rassemble au moins 750 000 personnes Carrer de la Marina à Barcelone.

4 décembre. Le juge Llarena du Tribunal Suprême reprend l’enquête contre le référendum à l’Audience Nationale et libère sous caution 6 des 8 conseillers : Turull, Rull, Romeva, Mundó, Bassa et Borràs.

11 décembre. Grâce au 155, l’Aragon récupère les œuvres du monastère de Sixena exposées au musée de Lérida.

21 décembre. Les élections catalanes anticipées (79 % de participation) confirment la majorité parlementaire indépendantiste (70 sièges) mais Citoyens devient le premier parti avec 36 députés (+11). La liste menée par Puigdemont et soutenue par le PDeCat vient derrière avec 34 sièges, puis ERC (32). Le PSC reprend un siège à 17, les petits partis perdent tous des voix : Catalunya en Comú-Podem (-3 à 8), la CUP (-6 à 4), le PP (-7 à 4).

2018

9 janvier. Mas fait un nouveau « pas de côté » et démissionne de la présidence du PDeCat.

17 janvier. Séance constitutive du nouveau Parlement qui élit Roger Torrent (ERC) comme son nouveau président à la place de Carme Forcadell qui, poursuivie par la justice, ne souhaitait pas continuer.

22 janvier. Puigdemont sort pour la première fois de Belgique pour le Danemark. Llarena refuse d’émettre un nouveau mandat d’arrêt européen.

27 janvier. Saisi par le Gouvernement Rajoy, le TC décide que Puigdemont ne pourra être investi président que s’il se présente physiquement au Parlement après y avoir été autorisé par Llarena.

30 janvier. Torrent suspend la séance d’investiture de Puigdemont à cause des mesures prescrites par le TC.

15 février. Début d’une offensive médiatique du Gouvernement contre l’enseignement en catalan (qui avortera finalement faute de possibilité légale de changer le système sans l’approbation du Parlement).

20 février. L’ex-députée CUP Anna Gabriel, convoquée par Llarena, s’exile en Suisse. Llarena dicte le lendemain un ordre d’arrestation contre elle si elle rentre en Espagne.

25 février. Premier retour du roi Felipe VI en Catalogne depuis août à l’occasion de l’inauguration du Mobile World Congress. Il est vivement contesté dans la rue.

1er mars. Après le vote de résolutions de soutien par le Parlement, Puigdemont annonce qu’il renonce provisoirement à sa candidature (contestée par ERC qui veut un Govern « effectif ») et désigne Sànchez pour le remplacer.

3 mars. La CUP refuse de voter l’investiture de Sànchez car ce serait un retour à « l’autonomisme ».

12 mars. Llarena refuse la sortie de Sànchez pour assister à sa séance d’investiture.

22 mars. Échec de l’investiture de Turull (désigné par JuntsxCat après le veto de Llarena) à cause de l’abstention de la CUP.

23 mars. Llarena prononce son acte d’accusation contre 25 dirigeants indépendantistes et fait réincarcérer Turull, Rull, Romeva, Bassa et Forcadell. Rovira, convoquée elle aussi devant Llarena, s’exile en Suisse. Un mandat d’arrêt européen est relancé contre les exilés.

25 mars. Revenant d’une visite en Finlande, Puigdemont est arrêté après avoir passé la frontière entre le Danemark et l’Allemagne. Nombreux heurts à Barcelone entre manifestants et Mossos.

5 avril. Considérant qu’il n’y a pas eu rébellion puisqu’il n’y a pas eu violence, la justice du Schleswig-Holstein libère sous caution Puigdemont qui sort de prison le lendemain et s’installe à Berlin en attendant l’issue de la procédure d’extradition pour  malversation.

7 avril. Torrent propose de nouveau Sànchez comme candidat à l’investiture (la Commission des droits de l’homme de l’ONU ayant demandé à l’Espagne le 23 mars de respecter ses droits politiques).

12 avril. Llarena refuse de nouveau l’investiture de Sànchez à cause d’un risque de récidive.

15 avril. Au moins 350 000 personnes à Barcelone contre les emprisonnements à l’appel d’une plateforme réunissant entités indépendantistes et syndicats.

14 mai. Quim Torra, choisi par Puigdemont le 10 mai (le lendemain de la suspension par le TC de la nouvelle loi catalane votée le 4 qui aurait pu permettre son investiture à distance), est élu président catalan au second tour grâce aux 66 voix de JxCat et d’ERC (dont les 2 votes délégués de Comín et Puigdemont) contre les 65 de Cs, du PSC, des Comuns et du PP. Après avoir songé à voter contre, la CUP (4 députés) s’est finalement abstenue mais annonce son passage dans l’opposition.

16 mai. La justice belge repousse l’extradition de Comín, Serret et Puig pour vice de forme (dont elle avait averti Llarena qui n’a pas souhaité rectifier).

19 mai. Torra nomme le nouveau Govern JxCat-ERC qui comprend 2 conseillers prisonniers (Rull et Turull) et 2 exilés (Comín et Puig) aux mêmes portefeuilles que dans le Govern légitime de Puigdemont. Pere Aragonès (ERC) est vice-président et conseiller à l’Économie. Le Gouvernement espagnol bloque la publication des nominations, ce qui empêche la mise en route du Govern et la levée du 155.

29 mai. Torra renonce «  sur leur demande » aux nominations de conseillers prisonniers et exilés, ce qui débloque la publication des nominations.

1er juin. Le gouvernement Rajoy est renversé par la motion de censure socialiste proposée par Iglesias et initiée par Sánchez le 25 mai (le lendemain du verdict de l’affaire Gürtel) et finalement soutenue par ERC, le PDeCat et le PNV (sauveur du budget PP le 23 mai) qui ont annoncé tous deux leur soutien capital le 31 mai après les ouvertures en leur faveur faites par le leader socialiste.

Depuis la motion de censure et la levée du 155

2 juin. Pedro Sánchez devient président du Gouvernement espagnol tandis que les conseillers du Govern Torra peuvent prendre possession de leurs postes, ce qui met fin à la suspension de l’autonomie catalane (en application de l’article 155) décidée le 27 octobre.

4 juillet. Rapprochement des prisonniers catalans : Junqueras, Romeva, Cuixart et Sànchez sont transférés à la prison catalane de Lledoners, Forcadell et Bassa à celle de Puig de les Basses. Rull, Turull et Forn seront transférés eux aussi à Lledoners le 11 juillet.

9 juillet. Première rencontre à la Moncloa entre Pedro Sánchez et Quim Torra (qui est autorisé à parler d’autodétermination). Le Gouvernement va lever ses recours contre les lois sociales catalanes et réactiver les commissions bilatérales. Le lendemain, le juge Llarena suspend 6 députés catalans prisonniers ou exilés dont Junqueras et Puigdemont.

12 juillet. La justice du Schleswig-Holstein rejette l’extradition de Puigdemont pour rébellion et sédition mais accepte celle pour malversation. Dans la foulée, Puigdemont lance le 16 avec Torra et Sànchez un nouveau mouvement politique, la Crida Nacional per la República (auquel le PDeCat accepte de se joindre le 22). Et le juge Llarena renonce le 19 à tous ses mandats d’arrêt européens contre les exilés, ce qui permet à Puigdemont de rentrer en Belgique le 28.

1er août. Première réunion de la Commission bilatérale Généralité/État depuis 2011 présidée par Ernest Maragall et Meritxell Batet. La délégation espagnole refuse un groupe de travail sur l’autodétermination mais lance une série de réunions sectorielles. Opération le lendemain des CDR contre les sièges des partis indépendantistes.

29 août. Point d’orgue de la querelle de l’espace public, Rivera et Arrimadas viennent à Alella retirer des rubans jaunes devant les caméras. La querelle a été attisée par le contrôle par les Mossos d’une expédition armée de décrocheurs de rubans à Ribera d’Ebre la nuit du 18 au 19 août et par la querelle entre deux passants au Parc de la Citadelle de Barcelone le 25.

4 septembre. Dans sa conférence de rentrée, Torra dit qu’il n’acceptera « aucun verdict qui ne soit pas un acquittement » dans le procès de l’indépendantisme. La veille, Sánchez a proposé à la Catalogne un « référendum sur l’autonomie » pour « briser la dynamique des blocs ».

Le leader des Comuns Xavier Domènech annonce qu’il quitte ses fonctions car il est « épuisé politiquement et personnellement » (il sera remplacé le 18 par Jéssica Albiach à la tête du groupe parlementaire et le 24 par Noe Bail à la tête de Podem).

6 septembre. Première réunion de la Junte de sécurité Généralité/Gouvernement espagnol depuis juillet 2017. Après les polémiques sur les dysfonctionnements entre Mossos et corps policiers nationaux ayant marqué l’anniversaire des attaques du 17 août à Barcelone et Cambrils, le ton est à l’apaisement et à la concertation puisque la Généralité participera désormais à l’organisme antiterroriste national et aura accès à ses données.

11 septembre. La manifestation de la Diada rassemble environ 1 million de personnes sur la Diagonal de Barcelone.

21 septembre. Le candidat ERC à la mairie de Barcelone Alfred Bosch laisse sa place au conseiller à l’Extérieur Ernest Maragall.

25 septembre. Pressentie depuis l’été, la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone à la tête d’une « plateforme citoyenne transversale » ayant le soutien de Citoyens est officialisée.

29 septembre. La manifestation (3 000 personnes) du syndicat policier espagnol Jusapol dans le centre de Barcelone suscite une contre-manifestation indépendantiste (6 000 personnes) et des heurts avec les Mossos (24 blessés). La CUP demande la démission du conseiller à l’Intérieur Miquel Buch.

1er octobre. L’anniversaire du référendum est célébré par des manifestations l’après-midi dans les 4 capitales provinciales dont 180000 personnes à Barcelone. Le soir, incidents devant le Parlement (mais aussi à Gérone et Lérida) entre les Mossos et des manifestants.

2 octobre. Dans son discours de politique générale au Parlement, Torra avertit que « s’il n’y a pas de proposition pour exercer de manière négociée l’autodétermination de la Catalogne en novembre, l’indépendantisme ne pourra garantir aucune sorte de stabilité au Congrès » (ultimatum dont se désolidarise ERC le lendemain). Après des négociations ardues entre ERC et JxCat depuis l’été, le Parlement rejette la suspension des députés prisonniers et exilés par le juge Llarena mais leur laisse la possibilité de confier leur voix à un autre membre de leur groupe (ce que font Junqueras et Romeva pour ERC mais pas les députés JxCat suspendus).

4 octobre. Journée de confusion au Parlement sur la suspension des députés, ERC et JxCat n’ayant apparemment pas compris dans le même sens le vote de la veille et un accord in extremis n’étant pas validé par les juristes. Le lendemain, Torra et Aragonès doivent convoquer une conférence de presse pour s’engager à « renforcer l’accord stratégique de législature » et nier une crise entre les deux partenaires du Govern.

9 octobre. L’indépendantisme perd sa majorité absolue au Parlement, le Bureau (votes ERC et PSC) ayant suivi les indications des juristes et Puigdemont, Turull, Rull et Sànchez (qui perdent leur siège) ayant refusé la formule de délégation de vote initiale. La majorité gouvernementale n’est plus que de 61 députés et dépend donc de l’attitude de la CUP, des Comuns et du PSC.

12 octobre. Les unionistes rassemblent 65 000 personnes à Barcelone à l’occasion de la Journée de l’Hispanité.

19 octobre. Iglesias (qui a conclu avec Sánchez un pacte budgétaire le 11 octobre) va visiter Junqueras à la prison de Lledoners. Junqueras lui dit qu’ERC ne votera le budget espagnol que si Sánchez fait « un geste ». Iglesias téléphone aussi à Puigdemont le 21.

23 octobre. Elisenda Alamany (porte-parole du groupe Comuns) et Joan-Josep Nuet (EUiA) présentent une nouvelle plateforme critique vis à vis de la direction des Comuns appelée Sobiranistes. Alamany démissionne de son poste de porte-parole le 29.

27 octobre. Réunion de lancement à Manresa de la Crida qui, selon Puigdemont, doit être un « nouvel outil » qui devra « disparaitre » dès l’obtention de l’indépendance. Le mouvement aurait enregistré 51 000 adhérents qui auront droit à la double appartenance.

30 octobre. Lancement officiel au Palais de la Généralité du Conseil de la République qui doit piloter le « débat constituant » et est ouvert à toute personne « sans limite d’âge ni d’origine » désireuse de participer à la « construction » de la République. Le Conseil est une entité privée de droit belge et ne sera pas subventionnée, elle est gérée au jour le jour par Toni Comín.

2 novembre. Publication des actes d’accusation pour le procès de l’indépendantisme, l’instruction étant close depuis le 25 octobre. À la différence du Parquet du Tribunal Suprême, l’Avocat de l’État (qui dépend directement du Gouvernement espagnol) ne retient pas la rébellion ni donc la violence, ce qui réduit les peines de prison demandées à peu près de moitié (25 années pour Junqueras selon le Parquet, 12 selon l’Avocat de l’État). Torra et Torrent lisent une déclaration de protestation devant le Parlement avec tous les députés indépendantistes.

16 novembre. Torra et Aragonès réunissent au Palais de la Généralité tous les partis catalans sauf le PP, Cs et la CUP. Le « consensus minimal » auquel ils parviennent est que le conflit entre l’État et la Catalogne nécessite une « solution politique ».

19 novembre. Publication de conversations sur Whatsapp du porte-parole PP au Sénat Ignacio Cosidó où il tente de convaincre ses collègues de l’avantage de l’accord du 12 novembre avec le PSOE sur le renouvellement du CGPJ puisqu’il permet de mettre à sa tête le juge Marchena qui contrôlera « la deuxième chambre du TS par derrière » (celle chargée de juger les indépendantistes). Le lendemain, Marchena annonce qu’il refuse sa nomination à la tête du CGPJ et présidera donc le procès du 1-O. Mort-né, l’accord sur le CGPJ aurait permis par ricochet une composition plus progressiste du tribunal. L’affaire n’améliore pas l’image de la haute justice espagnole après celle de l’impôt sur les hypothèques (le TS ayant statué en octobre que c’était aux banques et non aux emprunteurs de le payer avant de se raviser le 6 novembre).

29 novembre. Le Govern signe un accord (prévoyant 250 embauches) avec les médecins des centres de santé publics en grève depuis le 26.

1er décembre. Deux des prisonniers, Jordi Sànchez et Jordi Turull, annoncent commencer une grève de la faim pour protester contre la lenteur du Tribunal Constitutionnel qui retarde leurs recours à la justice européenne. La veille, Òmnium a diffusé une photo des 7 prisonniers ensemble à Lledoners pour affirmer leur solidarité. Le 3, Josep Rull et Quim Forn se joignent à la grève de la faim.

2 décembre. Défaite du PSOE de Susana Díaz aux élections andalouses. Après une campagne où il a été beaucoup question de la Catalogne, la droite est pour la première fois majoritaire, le parti d’extrême-droite Vox obtenant 11 % des suffrages. Un gouvernement régional dirigé par Juan-Manuel Moreno (PP) en coalition avec Cs et avec le soutien de Vox est investi le 16 janvier.

8 décembre. Deux jours après de nouveaux heurts entre Mossos et manifestants antifascistes à Gérone et Terrassa (des dizaines de blessés) à l’occasion du 40anniversaire de la Constitution espagnole, le blocage de l’autoroute AP-7 et des opérations péages gratuits organisées par les CDR se déroulent sans opposition de la police catalane. Les différents évènements alimentent la polémique entre la CUP qui exige la démission de Buch, Torra qui lui demande des explications, les Mossos qui demandent plus de soutien du Govern, la justice et le Gouvernement espagnols qui demandent aux Mossos d’agir contre les agissements des CDR.

11 décembre. Menacé d’une grève des fonctionnaires de la Généralité, le Govern accepte de leur payer d’ici 4 ans leurs primes suspendues en 2013 et 2014 à cause des économies budgétaires (il l’avait déjà promis en juin 2017).

20 décembre. Après des semaines de négociation sur le format de la réunion (le Govern voulant un sommet intergouvernemental, le Gouvernement espagnol surtout pas), Pedro Sánchez rencontre Quim Torra au palais de Pedralbes à Barcelone et ils publient un communiqué commun reconnaissant qu’il y a un « conflit politique » qu’il faut résoudre par un « dialogue effectif ».

ARTICLES ET ANALYSES

 

– Autour du vote du 1-O, un répertoire d’articles en ligne réalisé par Élodie Pietriga pour le site La clé des langues (ENS-Lyon / Direction générale de l’Enseignement Scolaire) dont l’objectif est de fournir des ressources aux professeurs de langue du secondaire [français, espagnol, anglais] :

http://cle.ens-lyon.fr/espagnol/civilisation/histoire-espagnole/societe-contemporaine/referendum-en-cataluna

-Une analyse de la crise de l’automne 2017 sous l’angle des relations internationales par le think thank Terra Nova (Yann Mens et Marc-Olivier Padis) publiée le 21/11/2017 [français]

http://tnova.fr/notes/enseignements-de-la-crise-catalane

– Les articles publiés par le doctorant en droit Anthony Sfez sur le blog juspoliticum [français] :

http://blog.juspoliticum.com/author/asfez/

 

SOURCES EN LIGNE

 

– La page web du Parlament pour consulter les transcriptions des sessions (1) et une sélection de ressources sur l’Estatut de 2006 (2) [catalan] :

1- https://www.parlament.cat/web/documentacio/publicacions/diari-ple/index.html

2-     https://www.parlament.cat/web/documentacio/estatut/index.html

– Un répertoire avec toutes les sentences judiciaires liées au Procés dans la Revista catalana de dret públic (n°54) par Gerard Martín Alonso [catalan] :

http://revistes.eapc.gencat.cat/index.php/rcdp/article/view/10.2436-rcdp.i54.2017.2996

Bibliographie en français / Bibliographie en espagnol / Bibliographie en catalan / Bibliographie en anglais / Parutions depuis la crise du mois d’octobre 2017 (toutes langues confondues)

BIBLIOGRAPHIE EN FRANÇAIS

BARRIO, Astrid, RODRÍGUEZ-TERUEL, Juan, « Pour quelles raisons les partis politiques en Catalogne se sont-ils radicalisés ? Le système des partis et la montée du souverainisme ( 1999 – 2012) », Pôle Sud, 40, 2014, p. 99-119.

BIZOUXAngélique, Catalogne, l’émergence d’une politique extérieure, Paris, L’Harmattan, 2006.

CASTEX-EY, Joan-Francesc, L’action du gouvernement catalan en Catalogne française (2000-2014). Une politique extérieure du dedans, Paris, L’Harmattan, 2014.

DE LAGUERIEHenry, Les Catalans, Paris, Ateliers Henry Dougier, 2014.

FERNÁNDEZ GARCÍA, Alicia, PETITHOMME, Mathieu, Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine (1975-2011). Compétition politique et identités nationales, Paris, Armand Colin, 2012.

GARCIA, Marie-Carmen, L’identité catalane. Analyse de processus de production de l’identité nationale en Catalogne, Paris, L’Harmattan, 1998.

HOARAUChristian, La Catalogne dans tous ses États, Paris, L’Harmattan, 2017.

ITHURRALDEMarianick, Le Pays Basque, la Catalogne et l’Europe. Stratégies politiques des autonomies basque et catalane, Paris, L’Harmattan, 2002.

PASQUIERRomain, La capacité politique des régions, une comparaison France-Espagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

TRÉPIERCyril, Géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne, Paris, L’Harmattan, 2015.

BIBLIOGRAPHIE EN ESPAGNOL

ALONSO ZARZA, Martín, El catalanismo, del éxito al éxtasis, Barcelona, El viejo topo, 3t., 2014-2017.

BAÑOS, Antonio, La rebelión catalana, Barcelona, Roca, 2014.

BASSETS, Lluís, Lecciones españolas: siete lecciones políticasde la secesión catalanay la crisis de la España constitucional (2012-2016), Barcelona, Economía Digital, 2017.

BASTIDA FREIXEDO, Xacobe, La nación española y el nacionalismo español, Barcelona, Ariel, 1998.

BASTIDA FREIXEDO, Xacobe, « Nacionalismos y transiciones. Los polvos y los lodos », Gerónimo de Uztariz, 20, 2004, p. 161-187.

BEL, Germà, Anatomia de un desencuentro. La Cataluña que es y la España que pudo ser, Barcelona, Destino, 2013.

BERAMENDI, Justo, « Cataluña y el derecho a decidir », Ayer, 99, 2015, p.267-280.

BOLAÑO, Toni, Extremo nordeste. La CUP: los últimos bolcheviques de Occidente, Barcelona, Península, 2016.

CAMACHO LÓPEZ DE SAGREDO, Ignacio, Cataluña, la herida de España. Mitos y claves de la revolución independentista, Córdoba, Almuzara, 2017.

CAMPABADAL, Josep, MIRALLESFrancesc, De Ciutadans a Ciudadanos. La otra cara del liberalismo, Barcelona, Foca, 2015.

CASALSXavier, El Oasis catalán (1975-2010): ¿espejismo o realidad?, Barcelona, Edhasa, 2010.

CASALSXavier, El pueblo contra el Parlamento. El nuevo populismo en España. 2009-2013, Barcelona, Pasado & Presente, 2013.

CASALSXavier, La Transición española. El voto ignorado de las armas, Barcelona, Pasado & Presente, 2016.

CLARET MIRANDA, Jaume, SANTIRSOManuel, La construcción del catalanismo. Historia de un afán político, Madrid, Libros de la Catarata, 2014.

DOMÈNECHXavier, Hegemonías. Crisis, movimientos de resistencia y procesos políticos (2010-2013), Madrid, Akal, 2014.

Eldiario.es, Monographie 12 « La relación entre España y Cataluña » (marzo 2016).

FORTI, Steven, GONZÁLEZ I VILALTA, Arnau, UCELAY-DA CAL, Enric (eds.), El proceso separatista en Cataluña. Análisis de un pasado reciente (2006-2017), Granada, Comares Historia, 2017.

JULIANAEnric, Modesta España : paisaje después de la austeridad, Barcelona, RBA, 2012.

LÓPEZ ARNAL, Salvador, CANDELMiguel, Derechos torcidos. Conversación sobre el “derecho a decidir”, la soberanía, la libre determinación y la España federal, Barcelona, El Viejo Topo, 2017.

MARCETJoan, Auge y declive de la derecha nacionalista. Del Palau de la Música al PDeCAT, Madrid, Libros de la Catarata, 2017.

MARCET, Joan, MEDINA, Lucía (eds.), La política del proceso: actores y elecciones (2010 – 2016) El sistema político catalán en tiempos de crisis y cambio, Barcelona, ICPS, 2017.

MARCET, Joan, CASALS, Xavier (eds.), Partidos y elecciones en la Cataluña del siglo XXI, Barcelona, ICPS, 2011.

MARTÍNEZGuillem, La gran ilusión. Mito y realidad del proceso indepe, Barcelona, Debate, 2016.

MOLINERO, Carme, YSÀSPere, La cuestión catalana. Cataluña en la transición española, Barcelona, Crítica, 2014.

MULLER, John (ed.), Ciudadanos. Deconstruyendo a Albert Rivera, Barcelona, Deusto, 2015.

MUÑOZ, Jordi, GUINJOANMarc, Procesando el “procés”: sobre la ola independentista catalana, dossier monographique, Tiempo devorado. Revista de Historia Actual, 3 / 2015.

NAVARROVicenç, El subdesarrollo social en España. Causas y consecuencias, Madrid, Público, [2006] 2009.

RAHOLAPilar, La máscara del rey Arturo. El enigma Artur Mas, 2010.

RIERAMiguel, « Soberanismo, independentismo, autodeterminación. Entrevista a Ferran Gallego / III », El Viejo Topo, 399, 2016, p. 13 – 21.

RIVERA OTERO, José Manuel, MONTALBES PEREIRA, Juan, LAGARES DÍEZ Nieves (eds.), Cataluña en proceso: las elecciones autonómicas de 2015, Valencia, Tirant Lo Blanch, 2017.

ROMERO DE TEJADA, Ricardo, ¿Por qué hemos llegado hasta aquí? Geopolítica y política de la cuestión catalana, Barcelona, Núvol, 2017.

RUBERT DE VENTÓSXavier, De la identidad a la independencia, Barcelona, Anagrama, 1999.

TOBEÑAAdolf, La pasión secesionista, ¿El ímpetu secesionista nació a partir de un enamoramiento colectivo?, Barcelona, Economía Digital, 2017.

VIDAL-FOLCHXavier, Cataluña ante España, Madrid, Libros de la Catarata, 2014.

BIBLIOGRAPHIE EN CATALAN

ÁLVARO, Francesc-Marc, Per què hem guanyat. 127 dies que van canviar Catalaunya. Del 24-M al 27-S, Barcelona, Comanegra, 2015.

AMATJordi, El llarg procés: cultura i politica a la Catalunya contemporania (1937-2014), Barcelona, Tusquets editores, 2016.

ARGULLOL MURGADASEnric, Criteris per a un desenvolupament institucional, Barcelona, Generalitat de Catalunya, 1999.

BELGermà, Espanya capital París, Barcelona, Destino, 2013.

BUCHRoger, L’esquerra independentista avui, Barcelona, Columna, 2007.

CANDEL, Francesc, CUENCAJosep Maria, Els altres catalans del segle XXI, Barcelona, Planeta, 2001.

CASASSAS, Jordi, TERMESJosep, El futur del catalanisme, Barcelona, Proa editorial, 2016.

CIVIT I CARBONELL, Roger, Anàlisi dels efectes de l’edat, la generació i el període en el suport a la independència de Catalunya 1991 – 2011, Barcelona, ICPS working paper, 312, 2013.

CULLAJoan B., El Tsunami. Com i per què el sistema de partits català ha esdevingut irreconeixible, Barcelona, Pòrtic, 2017.

DEULONDER, Xavier, Historia del MDT. Una organització independentista radical durant els anys 80 i 90, Barcelona, Llibres de l’Índex, 2005.

LO CASCIOPaola, Nacionalisme i Autogovern. Catalunya, 1980 – 2003, Barcelona, Afers, 2008.

LO CASCIO, Paola, « El Procés i el final d’un cicle polític », L’Espill, 51, 2016, p. 26-46.

DOWLINGAndrew, La reconstrucció nacional de Catalunya 1939 – 2012, Barcelona, Pasado & Presente, 2012.

FONTANA, Josep, La formació d’une identitat. Una història de Catalunya, Vic, Eumo, 2014.

GINER, Salvador, HOMS, Oriol, La raó de Catalunya. La societat catalana al segle XXI, Barcelona, Enciclopedia catalana, Institut d’Estudis Catalans, 2016.

GONZÀLEZ I VILALTAArnau, La nació imaginada: els fonaments dels Països Catalans, 1931 – 1939, Barcelona, Afers, 2006.

GONZÀLEZ I VILALTAArnau, Les Joventuts d’Esquerra Republicana de Catalunya (1973 – 2013), Barcelona, Base, 2013.

GUIMERÀ I ORTS, Josep Àngel, Les polítiques de mitjans de comunicació durant els governs de Jordi Pujol. Premsa, ràdio i televisió en el procés de reconstrucció nacional de Catalunya, Barcelona, Proa, 2014.

JÒDAR, Julià, FERNÀNDEZDavid, Cop de CUP. Viatge a l’ànima i a les arrels de les candidatures d’Unitat Popular, Barcelona, L’Arquer, 2012.

LÓPEZ TENA, Alfons, Catalunya sota Espanya, Barcelona, Dèria Editors, 2007.

MARTÍPere, El Dia que Catalunya va dir prou: la història de l’ANC des de la seva fundació fins a l’acord sobre la consulta per la Independència, Barcelona, Columna, 2014.

MONNÉ, Enric, SELGALluïsa, Història de la Crida a la Solidaritat: en defensa de la llengua, la cultura i la nació catalanes, Barcelona, La Campana, 1991.

NADAL FARRERASJoaquim, Testimoni de càrrec. Vint anys al servei de Catalunya (1993 – 2012), Barcelona, Proa, 2014.

PARTAL, Vicent, Nou homenatge a Catalunya, Barcelona, Ara Llibres, 2018.

DE RIQUERBorja, Anar de debò. Els catalans i Espanya, Barcelona, Rosa dels Vents, 2016.

RÚA FERNÁNDEZJosé Manuel, Nacionalisme i món sindical a Catalunya [1974 – 1990], Barcelona, Consell del Treball Econòmic i Social de Catalunya, 2008.

RUBIRALTAFrancesc, Una història de l’independentisme polític català: de Francesc Macià a Josep Lluís Carod-Rivera, Lleida, Pagès Eds., 2014.

UBASARTGemma, Candidatures alternatives i populars a Catalunya: construint democracia, Barcelona, Icaria, 2012.

VALLÈS, Josep Maria, Una agenda imperfecta: amb Maragall i el projecte de canvi, Barcelona, Edicions 62, 2008.

VIDAL-FOLCH, Xavier, Catalunya independent?, Madrid, Libros de la Catarata / Fundación Alternativas, 2013.

VILAREGUTRicard, Terra Lliure: La temptació armada a Catalunya, Barcelona, La Campana, 2004.

BIBLIOGRAPHIE EN ANGLAIS

BARRIO, Astrid, RODRÍGUEZ-TERUELJuan, « Reducing the Gap Between Leaders and Voters ? Elite Polarization, Outbidding Competition and the Rise of Secessionism in Catalonia », Ethnic and Racial Studies, 40 / 10, 2017.

BARRIO, Astrid, RODRÍGUEZ-TERUEL, Juan,  « Going National: Ciudadanos from Catalonia to Spain », South European Society and Politics, 21 / 4, 2016, pp. 587 – 607.

CUADRAS MORATÓ, Xavier, Catalonia : A New Independent State in Europe? A Debate on Secession within the European Union, Londres, Routledge, 2016.

HIERRO, María Jesús, « Crafting Identities in a Multinational Context : Evidence from Catalonia », Nations and Nationalism, 21 / 3, 2015, p. 461-482.

MARTÍDavid, « The 2012 Catalan Election: The First Step Towards Independence ? », Regional & Federal Studies, 23 / 4, 2013, p. 507 – 516.

MINDERRaphael, The Struggle for Catalonia : Rebel Politics in Spain, C Hurst & Co Publishers Ltd, 2017.

MUÑOZ, Jordi, GUINJOANMarc, « Accounting for Internal Variation in Nationalist Mobilization : Unofficial Referendums for Independence in Catalonia (2009 – 2011) », Nations and Nationalism, 19, 2013, p. 44 – 67.

SERRANO, Ivan, « Just a Matter of Identity ? Support for Independence in Catalonia », Regional & Federal Studies, 23 / 5, 2013.

THOMSEN, Eric, Catalonia : Way to conflict, 2017.

 

 

PARUTIONS DEPUIS LA CRISE DU MOIS D’OCTOBRE 2017

 

On trouvera dans la liste qui suit des publications très variées dont certaines ont fait l’objet de comptes rendus détaillés. Il s’agit aussi bien de récits à chaud, de textes hagiographiques ou critiques du Procés ou bien d’analyses plus distanciées. L’indication des mois de publication donne une idée de la précipitation avec laquelle certains textes ont été écrits, de l’effort plus ou moins important de prise de recul sur les événements, mais aussi de la façon dont se construit le récit de l’événement « 1-0 » et de l’opportunité que la crise politique peut représenter pour le secteur de l’édition. Ces publications émanent d’acteurs très différents. Témoignages d’hommes politiques, de journalistes, d’observateurs, de militants et d’universitaires, leurs points de vue variés et leur grand nombre montrent que la bataille du récit autour de l’interprétation des événements de l’automne 2017 a commencé.

 

[Auteurs multiples], Terra de ningú. Perspectives feministres sobre la independència, Barcelona, Pol.len Edicions, 2017.

[Auteurs multiples], Per la llibertat, Barcelona, Ara Llibres, 2018 (février).

AMATJordi, La confabulació dels irresponsables, Barcelona, Cuadernos anagrama, 2017 (décembre) [Compte rendu ici]

AMAT, Jordi, La conjura de los irresponsables, Barcelona, cuadernos anagrama, 2017 (décembre). (traduction du catalan) [Compte rendu ici]

AMAT, Jordi, Largo proceso, amargo sueño. Cultura y política en la Cataluña contemporánea, Barcelona, Tusquets Editores, 2018 (avril).

BARRET, Christophe, La guerre de Catalogne, Paris, éditions du Cerf, 2018 (mai).

BARTOMEUS, Oriol, El terratrèmol silenciós. Relleu generacional i transformació del comportament electoral a Catalunya, Vic, Eumo Editorial, 2018 (mars).

BORRÀS, Jordi, Dies que duraran anys, Barcelona, Ara Llibres, 2018 (février).

BOADELLA, Albert, ¡Viva Tabarnia!, Barcelona, Espasa, 2018 (avril).

BRANDOLINI, Elena Marisol, Il Piolín imbavagliato. Cronaca dell’autunno catalano, Roma, Ediesse, 2018 (mai).

CAMPUZANOCarles, Cataluña, una desconexión anunciada. Crónica de 6 años desde un escaño, Madrid, Ediciones El Siglo, 2017 (novembre).

CANAL, Jordi, Con permiso de Kafka. Revisión crítica del procés independentista en Cataluña, Barcelona, Península, 2018 (avril).

CANOSA, Francesc, Sixena: la croada de la memòria, Lleida, Fonoll, 2018 (janvier).

CARRERAS, Albert, MAS-COLELL, Andreu, PLANAS, Ivan, Turbulències i tribulacions, Barcelona, Edicions 62, 2018 (mars).

CASTRO SANZ, Carles, El poder catalán en su laberinto. Viaje electoral a la destrucción de un oasis político, Barcelona, ED Libros, 2018 (mai).

CASTROLiz, Els carrers seran sempre nostres, Barcelona, Pòrtic, 2017 (novembre).

CAROD-ROVIRA, Josep-Lluís, BARRULL CASTELLVI, Jaume, SABATÉ, Anna-Gabriel, GARCÍA, Gemma, GRAUPERA, Jordi, VILA, Maria, BAYER, Edu, IGLESIAS, Sani, PRIM, Toni, VAN DEL MEULEN Tjerk, Els fets de l’1 d’octubre, Lleida, Pagès editors, 2018 (février).

COSCUBIELAJuan, Empatanados. Una alternativa federal al sóviet carlista, Barcelona, Península, 2018 (février).

COSTA I SAVOIAErnest, Hem votat! Cartells, pancartes, murals i banderes de l’1-O, La Bisbal d’Empordà, Sidillà, 2017.

COTARELO, Ramón, España quedó atrás, Barcelona, Ara Llibres, 2018 (mars).

CURBET, Quim, La tardor catalana, Girona, Curbet Edicions, 2018 (février).

DANTE FACHIN, Albano, MARTÍNEZ CASTELLS, Àngels, Informe urgent des dels escons 4 i 5, Barcelona, Pol.len edicions, 2018.

FREIXES SANJUÁN, Teresa, 155. Los días que estremecieron a Cataluña, Madrid, Doña Tecla, 2018 (avril).

GABRIEL, Anna, I parlarem de vida. Discursos i conferències, Manresa, Tigre de paper, 2018.

GASCÓN, Daniel, El golpe posmoderno : 15 lecciones para el futuro de la democracia, Madrid, Debate, 2018 (avril).

GILART, Pere, GONZÁLEZ, Imma, MARTÍNEZ, Gerard, PUJOL, Abel, 1-0. Basat en fets reals, Lleida, Fonoll, 2018 (mars).

LUQUE, Pau, La secesión en los dominios del lobo, Madrid, Catarata, 2018 (juin).

MARCH, Oriol, Los entresijos del procés, Madrid, Catarata, 2018 (mars).

MARCO, Francisco, De la operación Cataluña al 155, Barcelona, Urano, 2017 (novembre).

MARTÍ BLANCH, Josep, Cómo ganamos el proceso y perdimos la república. Una crónica íntima de la crisis de Estado desde dentro y desde fuera, Barcelona, ED Libros, 2018 (avril).

MARTÍNEZ, Guillem, 57 días en el Piolín, Madrid, Lengua de Trapo, 2018 (mai).

MOREL, Sandrine, En el huracán catalán, Una mirada privilegiada al laberinto del Procés, Barcelona, Planeta, 2018 (juin).

MENDOZAEduardo, ¿Qué está pasando en Cataluña?, Barcelona, Seix Barral, 2017 (novembre).

NAVARRO, Jordi, República i ecologia, Girona, Curbet Edicions, 2018 (mars).

PARTAL, Vicent, Nou homenatge a Catalunya, Barcelona, Ara Llibres, 2018 (mars).

PELÁEZ, Roger, El procés explicat als idiotes, Barcelona, Males Herbes, 2018 (mars).

PELLISTRANDI, Benoît, « La Catalogne : une révolution antilibérale ? », Le Débat, 2018/1 (n° 198), p. 137-144.

PUJOL MAS, Andreu, Vam fer un referèndum, Barcelona, Edicions Saldonar, 2018 (février).

RICO, Francisco, Paradojas del independentismo, Madrid, Visor, 2018 (mai).

SALLÉS, Quico, On eres l’1-O?, Barcelona, La Rosa dels vents, 2018 (avril).

SÁNCHEZ-CUENCA, Ignacio, La confusión nacional. La democracia española ante la crisis catalana, Madrid, Catarata, 2018 (mars). [Compte rendu ici]

SAVATERFernando, Contra el separatismo, Barcelona, Ariel, 2017 (novembre).

SOBREQUÉS I CALLICÓ, Jaume, La gran ignomínia. Exiliats i presos polítics a la Catalunya del segle XXI, Barcelona, Base, 2018 (mars).

ELLIOTT, John H., Scots and Catalans. Union and desunion, New Haven, Yale University Press, 2018 (juillet).

TORRA, Quim, Quadern suís, Barcelona, Proa, 2018 (juin).

TRIAS, Xavier, Tot el que no es volia dir, Barcelona, Pòrtic, 2018 (mars).

TURAMontserrat, República pagesa. Vindicació del catalanisme rabassaire, Barcelona, Pòrtic, 2018 (janvier).

UBASART-GONZÁLEZ, Gemma, MARTÍ I PUIG, Salvador (coords.), Política i govern a Catalunya: de la transició a l’actualitat, Madrid, Catarata, 2018 (mai).

UCELAY-DA CAL, Enric, GARCÍA-PLANASPlàcid, Tumulto. Meditacions sobre l’octubre català, Barcelona, Editorial Gregal, 2017 (novembre).

VELA NORIEGA, Corsino, LÓPEZ PETIT, Santiago, IBÁÑEZ, Tomás, AMORÓS, Miquel, MADRID, Paco, No le deseo un Estado a nadie. A propósito del “conflicto catalán”, seguido de algunas consideraciones para entenderlo, Logroño, Pepitas de Calabazas, 2018 (mars).

VICENS ESTARAN, Laia, TEDÓ GRATACÓS, Xavier, Operació urnes, Barcelona, Columna Edicions, 2017 (décembre).

VIDALSanti, D’herois i traïdors. El dilema de Catalunya, atrapada entre dos focs, Editorial Pòrtic, 2018 (mars). [Traduction de l’espagnol]

VIDALSanti, De héroes y traidores. El dilema de Cataluña o los diez errores del procès, Barcelona, Ediciones Península, 2018 (mars).

VILALTA I TORRES, Marta, La centralitat en joc, Lleida, Pagès editors, 2018 (mars).

par Hervé Siou

1-O9-N / 11-S15-M17-A21-D23-F27-S155 / ACM / AdoctrinamientoAMB / AMI / ANC / Andorra / Aran / Audiencia Nacional / Autodeterminació / Autonomisme / Ayuntamiento/Ajuntament / Barça / Barcelona / Barcelona en Comú / Bloc constitucional/del 155/monàrquic / Café para todos / Carlismo / Català / Catalanisme / Catalunya / Catalunya en Comú-Podem / Catalunya Nord / Catalunya Sí que es Pot / Caverna / CCMA / CDC / CDR / CGE / CGPJ / Choque de trenes/Xoc de trensCinturo roig/Cinturo rojo / CiU / Ciudadanos/Ciutadans/C’s / Comarca / Comissió bilateral/Comisión bilateralCompromís / Comunidad autonoma/Comunitat autonoma/CA / Comuns / Congreso / Consejo de Estado / Conseller/Consellera / Constitución/Constitució / Constitucionalismo/Constitucionalisme / Corrupción/Corrupció / CUP / Delegación del Gobierno / Deputación/Deputació / Diada / Districte / Dret a decidir / DUI / Elecciones/Eleccions / En Comú-Podem / Equidistant / ERC / Església Catòlica/Iglesia Católica / Espanyol / Espanyolisme / Estat / Estatut / Estatuto d’autonomía / Estelada / EUiA / Exili / Federalisme/Federalismo / Fiscalía / Foment / Franja de Ponent / FranquismoFuerzas Armadas EspañolasGDRGeneralitat / GironaGobierno de España / Govern / Groc / Grup mixt / Guardia Civil / Guàrdia Urbana / Guerra Civil / ICV / Illes Balears / Immersió lingüistica / Independentisme / Judicialización/Judicialització / Junta Electoral / Junta de gobierno/Junta de govern / Junts pel Sí/JxSí / Junts per Catalunya/JxCat / Lleida / Malversación/Malversació / Memoria histórica/Memoria històrica / Mesa del Parlament / Més per Mallorca / Mossos d’Esquadra / Municipalisme/Municipalismo / Nova Planta / Òmnium Cultural / País / Paísos Catalans / Parlament / PDeCat / Ple/Pleno / PNV / Podemos/Podem / Policía Nacional / PP / President de la Generalitat / President del Parlament / Presidente del Gobierno / Presos / Presupuestos/Pressupostos / Principat / Procés / Provincia / PSC / PSOE / Pujolisme / Rebelión/Rebelió / Referèndum / Regidor / Rey/Rei / Rojigualda / Els Segadors / Senado/Senat / Senyera / Síndic de Greuges / Sobiranisme / Societat Civil Catalana/SCC / Tabàrnia / Tarragona / Tercera viaTransición española/Transició democràtica / Tribunal Constitucional / Tribunal Supremo / TSJC / Tripartit / UDC / Ultras/Ultres / Unilateralisme / Unionisme / València

1-O

Référendum unilatéral d’indépendance du 1er octobre 2017. Décidé par le Parlement catalan le 6 septembre 2017 (les 72 voix de Junts pel Sí et de la CUP pour, 11 abstentions de Catalunya Sí que es Pot, 52 députés de l’opposition PSC, Citoyens et PP n’ont pas pris part au vote) dans une loi suspendue le lendemain par le Tribunal Constitutionnel espagnol, il est organisé par le gouvernement indépendantiste catalan malgré les opérations des Mossos, de la Police et de la Garde civile espagnoles pour l’en empêcher. À la question « Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous forme de république ? », 2,286 millions d’électeurs (43 % du total) se présentent dans les bureaux de vote le 1er octobre alors que les forces de police espagnoles tentent de les en dissuader : il y aurait eu 1 066 blessés parmi les électeurs, 33 parmi les forces de l’ordre alors qu’un total de 319 bureaux de vote auraient été fermés (dont 227 par les Mossos d’Esquadra). Sur les 99,1 % de votes valides, 90,2 % sont des oui (soit 2,044 millions de votes), 7,8 % des non et 2 % des votes blancs. C’est en s’appuyant sur ces résultats que les députés indépendantistes signent une déclaration unilatérale d’indépendance (DUI) le 10 octobre et votent une résolution où elle figure en préambule le 27 octobre suivant, jour où le Sénat espagnol vote la suspension de l’autonomie de la Catalogne en vertu de l’article 155 de la Constitution.

9-N

Consultation sur l’indépendance du 9 novembre 2014. Organisée après le refus d’un référendum d’indépendance (prévu dans le Pacte pour la liberté entérinant le soutien d’ERC au gouvernement CiU d’Artur Mas après les élections catalanes de 2012) par le Gouvernement, le Congrès des Députés et le Tribunal Constitutionnel espagnols, elle comprend deux questions : « Voulez-vous que la Catalogne devienne un État » et « Si oui, voulez-vous que cet état soit indépendant ? ». Un total de 2,344 millions d’électeurs y participent dont 80,9 % répondent oui aux deux questions, 10 % oui à la première et non à la seconde, 4,5 % non à la première. Elle a entraîné des poursuites  judiciaires pour Artur Mas (procédure toujours en cours).

15-M

Mouvement espagnol des Indignés (Indignados ou Indignats), qui a débuté le 15 mai 2011 sur la place de la Puerta del Sol à Madrid. C’est le choix du PSOE alors au pouvoir de privilégier un consensus avec le PP pour affronter la très sévère crise de 2008 qui a poussé une partie de la jeunesse à rejeter l’offre politique et contester les mesures approuvées par la très grande majorité de celle-ci comme l’article 135 de la Constitution (faisant de la réduction du déficit une priorité budgétaire) ou la réforme du droit du travail de 2010. Le 15-M est à l’origine de Podemos/Podem au niveau espagnol et des Comuns au niveau catalan.

17-A

Attaques jihadistes du 17 août 2017 à Barcelone et Cambrils. Après la mort de leur chef Abdelbaki es-Satty, tué le 16 avec un complice à Alcanar par un explosif alors qu’il préparait un attentat majeur, des membres de son groupe (tous de la communauté marocaine de Vic) improvisent une attaque le 17 avec un camionnette sur la Rambla où ils tuent 13 personnes et en blessent plus d’une centaine. Puis tentent une autre attaque la nuit suivante à Cambrils (bilan total de 16 victimes et 8 jihadistes tués). En pleine préparation du référendum du 1-O, les attaques imposent une courte trêve tendue jusqu’à la manifestation No tinc por (je n’ai pas peur) du 26 août mais accentuent les polémiques entre l’indépendantisme et ses adversaires, que ce soit sur la gestion de l’enquête par les Mossos, les relations entre ceux-ci et les autres forces de sécurité espagnoles ou les liens de celles-ci avec Abdelbaki es-Satty (un ancien délinquant et prisonnier devenu imam de Vic qui aurait un temps servi d’informateur aux services espagnols).

21-D

Élections catalanes du 21 décembre 2017. Convoquées par Mariano Rajoy le 28 octobre dans la foulée de la suspension de l’autonomie de la Catalogne le 27 par l’article 155 de la Constitution, elles sont organisées alors que les deux leaders de l’indépendantisme, le vice-président Junqueras (ERC) et le président Puigdemont (PDeCat) sont l’un en prison et l’autre en Belgique. Malgré cela et une forte participation (79 %), l’indépendantisme y confirme sa majorité parlementaire avec 70 sièges (2 de moins qu’en 2015) dont 34 pour la coalition de partisans du président Puigdemont Junts per Catalunya, 32 pour ERC (soit un total de 66 pour la coalition gouvernementale sortante contre les 62 obtenus par les listes Junts pel Sí en 2015), 4 pour la CUP (moins 6 sièges). Côté unioniste, l’autre fait notable est la nouvelle forte progression de Citoyens qui passe de 25 à 36 sièges (devenant ainsi le premier parti du Parlement) alors que le PP descend de 11 à 4. Le PSC regagne 1 siège à 17, la coalition Catalunya en Comú-Podem descend de 11 à 8. Les élections sont suivies par un long vide institutionnel dû à la judiciarisation, le groupe JxCat tentant de faire investir d’abord Carles Puigdemont (exilé), puis Jordi Sànchez (prisonnier) et Jordi Turull (la veille de son incarcération). Pressé par les délais qui auraient pu provoquer de nouvelles élections anticipées, Puigdemont choisit finalement Quim Torra, qui est investi le 14 mai à la tête d’un Govern JxCatERC sans le soutien de la CUP mais grâce à son abstention.

23-F

Tentative de putsch militaire du 23 février 1981. Un groupe de policiers mené par le lieutenant-colonel de la Garde Civile Antonio Tejero s’empare ce jour-là du Congrès des Députés en pleine séance d’investiture tandis qu’une partie de l’Armée occupe des points névralgiques de Madrid et de Valence. L’action du Roi Juan Carlos Ier permet d’assurer la fidélité du reste de l’Armée et de mettre fin à cette opération le lendemain. Le président de la Généralité Jordi Pujol, prévenu par le Roi, avait tranquillisé les Catalans dès la fin de soirée.

27-S

Élections catalanes du 27 septembre 2015. Elles sont considérées comme plébiscitaires par les partis indépendantistes CDC et ERC qui fusionnent leurs listes au sein de la coalition électorale Junts pel Sí (Ensemble pour le Oui) avec de nombreuses personnalités civiles. Mais avec 62 sièges, celle-ci n’obtient pas la majorité absolue (alors que CiU et ERC totalisaient 72 sièges en 2012) qui dépend des 10 sièges de la CUP (+7). À part Citoyens (qui passe de 9 à 25 sièges), tous les autres partis sont à la baisse : le PP passe de 19 à 11, le PSC de 20 à 16, la coalition Catalunya Sí Que Es Pot (Catalogne Oui c’est possible, qui réunit les Comuns, Podem et les ex-communistes d’ICV et d’EUiA) de 13 à 11. Le blocage de la CUP empêchera Artur Mas de rester à la présidence de la Généralité et aboutira en janvier 2016 à son « pas de côté » et à l’investiture de Carles Puigdemont à la tête d’un Govern JxSi.

155

Article 155 de la Constitution espagnole. Il prévoit que le Gouvernement espagnol puisse « prendre les mesures nécessaires » contre une communauté autonome qui « ne remplit pas les obligations que la Constitution et les autres lois lui imposent » ou agit d’une façon « qui attente gravement à l’intérêt général de l’Espagne ». Cette intervention nécessite seulement un préavis au président de la Communauté autonome et l’accord de la majorité absolue du Sénat. L’article a été appliqué pour la première fois en Catalogne après le référendum du 1-O : déclaration de Mariano Rajoy le 21 octobre 2017, vote le 27 (jour de la DUI) au Sénat où le PP avait la majorité absolue mais où il a pu compter sur le soutien du PSOE et de Citoyens. Durant toute la période du 155, l’administration de la Généralité a été placée sous le contrôle direct du Gouvernement espagnol représenté sur place par le Délégué Enric Millo. Le 155 a été levé le 2 juin 2018 avec la prestation de serment des conseillers du Govern Torra. La nouvelle direction du PP et Citoyens sont partisans d’un 155 « renforcé » (avec contrôle des médias publics comme TV3) pour empêcher les indépendantistes  d’exercer le pouvoir en Catalogne.

ACM (Associació Catalana de Municipis)

Association Catalane de Municipalités. Créée en 1981, elle regroupe plus de 95 % des municipalités catalanes (qui ont chacune une voix lors des prises de décision, ce qui favorise les plus petites) et s’est dès le départ affirmée catalaniste. Par rapport à l’AMI, clairement indépendantiste, elle est d’abord une association d’aide technique aux petites et moyennes municipalités mais elle accompagne le mouvement souverainiste. Depuis janvier 2018, son président est le maire PDeCat de Sallent (Bages) David Saldoni qui a succédé à Miquel Buch (maire PDeCat de Premià de Mar, Maresme) qui occupait le poste depuis 2011 et a souhaité se retirer du fait des poursuites judiciaires engagées contre lui après le 1-O.

Adoctrinamiento (adoctrinament)

Endoctrinement. Nom donné par les anti-indépendantistes et les médias madrilènes aux dispositifs institutionnels de la Généralité qu’ils accusent d’avoir fait monter l’indépendantisme dans la population catalane. Les deux principaux accusés (qui s’en défendent vigoureusement) sont le système éducatif catalan qui, comme les systèmes basque, galicien, valencien et baléare, utilise l’immersion linguistique dans la langue locale mais de façon systématique, et les médias audiovisuels publics dont Catalunya Ràdio mais surtout TV3, en tête de l’audience télévisée en Catalogne, et dépendant toutes deux de la CCMA.

AMB (Àrea Metropolitanea de Barcelona)

Aire Métropolitaine de Barcelone. Communauté d’agglomération de Barcelone, comptant 36 communes et 3,225 millions d’habitants (soit près de la moitié des Catalans), créée en 2011 pour unifier et remplacer les 3 collectivités d’agglomération existantes (la première plus étendue pour les infrastructures et l’urbanisme, la deuxième pour les transports et la troisième pour l’eau et les déchets) créées en 1987. Sa présidente depuis 2015 est la maire de Barcelone Ada Colau (Barcelona en Comú), même si 38 % des membres du Consell Metropolità (Conseil métropolitain) désignés par les municipalités sont socialistes (17 % Comuns, 13 % PDeCat, 11 % ERC, 9 % CUP, 6 % Citoyens, 4 % PP). La Junta de Govern est une coalition entre le PSC, les Comuns et ERC.

AMI (Associació de Municipis per l’Independència)

Association de Municipalités pour l’Indépendance. Association des collectivités locales catalanes indépendantistes fondée en 2011 et qui comprend plus de 80 % des municipalités (mais aucune grande ville à part Gérone) et 90 % des conseils comarcaux de Catalogne. Carles Puigdemont (alors maire de Gérone) en a été président de 2015 à 2016 et Neus Lloveras (maire de Vilanova i la Geltrú, Garraf) lui a succédé mais elle a annoncé son départ en janvier 2018 à la suite des poursuites judiciaires lancées contre elle après le 1-O et a été remplacée par le maire du Port de la Selva (Haut Empordà) Josep Maria Cervera.

ANC (Assemblea Nacional de Catalunya)

Assemblée Nationale de Catalogne. Mouvement civil de soutien à l’indépendantisme fondé en 2012 et comptant plus de 80 000 membres. Il a été présidé de 2012 à 2015 par Carme Forcadell (élue ensuite au Parlement sur les listes Junts pel Sí dont elle a été la présidente jusqu’à janvier 2018 avant d’être emprisonnée le 23 mars 2018) puis de 2015 à 2017 par Jordi Sànchez, (emprisonné depuis le 16 octobre 2017 puis élu député sur la liste Junts per Catalunya le 21-D). L’ANC s’est spécialisée avec Òmnium dans les grandes mobilisations populaires du Procés et des Diades. Depuis la démission de Sànchez en novembre et le vote des adhérents en mars, elle est dirigée par l’universitaire et économiste Elisenda Paluzie.

Andorra

Andorre. Principauté catalane pyrénéenne de 78 000 habitants (dont 36 000 Andorrans) ayant sauvegardé son indépendance depuis le Moyen-âge grâce à un compromis entre le Comte de Foix (au nord) et l’évêque d’Urgel (au sud) devenus ses coprinces en 1278/88. Le comte de Foix Henri de Navarre étant monté sur le trône de France en 1589, c’est son héritier le Président de la République française qui est aujourd’hui l’un des deux coprinces et chefs d’État. Depuis 1993, l’Andorre a renforcé son indépendance en adhérant à l’ONU et en faisant voter une constitution qui a modernisé son système démocratique. Son parlement est le Consell General d’Andorra : 28 membres élus tous les 4 ans (14 à la proportionnelle nationale plus les 2 candidats en tête dans chacune des 7 paroisses) qui désignent un Govern et un cap de Govern (premier ministre). Les dernières élections en 2015 ont été remportées comme en 2011 par Demòcrates per Andorra, un nouveau parti de centre-droit, avec 37 % des voix et 15 consellers sur 28 menés par le cap de Govern Antoni Martí. L’Andorre ne fait pas partie de l’UE mais sa monnaie est l’euro. La langue officielle y a toujours été le catalan même si une forte population hispanophone s’y est installée depuis la modernisation des années 1960 et la création d’une économie basée sur le différentiel de taxes avec l’Espagne et la France ainsi que le secret bancaire. Les pressions de l’UE (mais surtout de la France et de l’Espagne) depuis la crise de 2008 ont forcé la principauté à revenir sur le secret bancaire, accélérant la diversification de son économie, en particulier vers le tourisme. Depuis août 2018, l’ambassadeur d’Espagne en Andorre est l’ancien maire socialiste de Lérida Àngel Ros.

Aran

Val d’Aran. Territoire à statut particulier à l’intérieur de la Catalogne car il n’est pas catalanophone mais occitanophone. Il est gouverné par son Conselh Generau (Conseil Général) et la version locale de l’occitan gascon (dite aranais, aranès) y est langue officielle à côté du catalan et de l’espagnol (très parlé depuis l’ouverture du tunnel de Viella en 1948). On y est nettement moins indépendantiste qu’ailleurs en Catalogne. C’est la présence du Val d’Aran qui oblige la Généralité à publier la plupart de ses documents également en occitan.

Audiencia Nacional

Audience Nationale. Héritière du Tribunal de Orden Público (TOP, Tribunal d’Ordre Public) du franquisme chargé de la justice politique, elle juge depuis 1977 principalement les délits politiques les plus graves et les faits de crime organisé (dont le terrorisme et l’essentiel des faits de corruption politique). C’est ce tribunal (et sa juge Carmen Lamela) qui s’est d’abord saisi des poursuites contre les dirigeants indépendantistes après le 1-O avant que presque toute l’enquête (sauf ce qui concerne les services administratifs, comme les poursuites contre l’état-major des Mossos) passe au Tribunal Suprême.

Autodeterminació (autodeterminación)

Autodétermination. En droit international, le droit à l’autodétermination peut se définir comme le droit collectif d’un peuple ou d’une nation sans État de décider, s’il le souhaite, de se constituer en État indépendant. Le droit à l’autodétermination, aussi appelé droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, a été restreint aux peuples soumis à la subjugation, à une domination et à une exploitation étrangère, c’est-à-dire essentiellement aux territoires colonisés. Ainsi, le droit international de la séparation n’existe que pour les peuples à qui les Nations Unies reconnaissent une vocation à l’indépendance, c’est-à-dire aux peuples colonisés dont la Catalogne ne fait pas partie. Par ailleurs, le droit constitutionnel de l’immense majorité des États démocratiques, Espagne comprise, ne reconnait pas non plus le droit à l’autodétermination. Au Canada, la Cour suprême de justice, en 1998, sans consacrer explicitement le droit à l’autodétermination, a cependant jugé que la Fédération canadienne ne pourrait pas « rester insensible » à une revendication clairement majoritaire de la population du Québec allant dans le sens de l’indépendance. De même, au Royaume-Uni, le Parlement britannique a accepté d’organiser un référendum d’autodétermination sur l’avenir de l’Écosse sans qu’on puisse pour autant affirmer que l’organisation de ce référendum découle d’un véritable droit. En France, la constitution a dû être révisée afin de permettre un référendum d’autodétermination en Nouvelle Calédonie qui aura lieu le 4 novembre 2018. C’est pour palier cette absence juridique que les partis souverainistes ou séparatistes espagnols défendent un droit à décider

Autonomisme (autonomismo)

Autonomisme. Qualificatif dépréciatif utilisé par les tenants d’un indépendantisme radical pour désigner la politique de rétablissement des institutions autonomes catalanes après la parenthèse du 155. Ils soupçonnent les partis indépendantistes de gouvernement (JxCatPDeCat et ERC) de se satisfaire d’un retour au système de collaboration institutionnelle avec le pouvoir central madrilène, ceux-ci se défendant par la nécessité de faire cesser les attaques contre l’autogovern (la gestion par la Catalogne des affaires catalanes), d’élargir la base indépendantiste et d’être mieux préparé à une prochaine crise avec Madrid (stratégie des fenêtres d’opportunité).

Ayuntamiento (ajuntament)

Mairie.  Aussi appelé consistori, c’est le corps dirigeant le municipi (la municipalité). Il est constitué d’un Ple de l’ajuntament (conseil municipal) composé des regidors (conseillers municipaux) désignés par les électeurs. Les regidors élisent l’alcalde (maire, appelé aussi batlle). Dans les très petites communes de moins de 100 habitants, l’alcalde est directement désigné par les électeurs. Dans celles de 5 000 habitants et plus, le Ple délègue les fonctions de gestion quotidienne à la Junta de govern (Junte de gouvernement, appelée aussi govern) composée de l’alcalde et des adjoints qu’il a choisi, les tinents d’alcalde. En Catalogne où le paysage politique est très morcelé, il est fréquent que ce soit la liste en tête, quel que soit son pourcentage, qui désigne l’alcalde, à charge pour lui ensuite de trouver les soutiens nécessaire parmi les regidors pour faire voter ses décisions ou ses budgets. À Lérida (et dans la petite ville voisine de Cervera), on parle de paeria. Les élections municipales ont lieu tous les 4 ans, les prochaines auront lieu au printemps 2019. Le système municipal ne diffère pas entre la Catalogne et le reste de l’Espagne mais il a suscité en Catalogne une pratique politique particulière que l’on appelle ici municipalisme.

Barça (Futbol Club Barcelona, FCB)

Football Club de Barcelone. Club emblématique de Barcelone fondé en 1899 et qui, avec son grand rival espagnol le Real de Madrid, comme lui l’un des clubs les plus titrés au monde, domine les footballs espagnol et européen. Il est la propriété de ses 176 000 socis (associés) et a toujours été lié au catalanisme. Sa direction actuelle tient toutefois à rester neutre dans le débat entre l’indépendantisme et ses adversaires, même si elle soutient le droit à décider. Ses supporteurs sont surnommés les culers et il joue à domicile au stade du Camp Nou (près de 100 000 places). Il dispose aussi d’autres sections sportives dont deux fameuses en basket et en handball. Son rival barcelonais est l’Espanyol.

Barcelona

Barcelone. La capitale catalane compte 1,6 million d’habitants, soit plus d’un catalan sur cinq. Son Ajuntament (Mairie) est situé place Sant Jaume, en face du Palais de la Généralité. Elle est divisée en dix districts et fait partie de l’AMB. Son alcadessa (ou batllessa) est Ada Colau (Barcelona en Comú) depuis 2015. Le Consell Municipal est constitué de 41 regidors (11 de Barcelona en Comú, 9 du PDeCat, 5 de Citoyens, 5 d’ERC, 4 du PSC, 3 du PP, 3 de la CUP, 1 de Demòcrates de Catalunya). Ada Colau a gouverné avec le soutien du PSC jusqu’à l’automne 2017 où, en raison de l’appui des socialistes au 155, elle a choisi de privilégier un soutien du camp indépendantiste (ERC et PDeCat) sans grand succès puisque celui-ci espère bien pouvoir lui prendre la ville aux élections de 2019, ce qui force Colau à gouverner en minorité. Avant elle, Barcelone avait longtemps été un fief socialiste avec les maires Narcís Serra (1979-82), Pasqual Maragall (1982-1997), Joan Clos (1997-2006) et Jordi Hereu (2006-2011), le centre-droit (CiU) ne l’ayant gouvernée que sous le mandat de Xavier Trias de 2011 à 2015.

Barcelona en Comú (BComú, BEC)

Barcelone en Commun. Plateforme citoyenne créée en juin 2014 (d’abord avec le nom Guanyem Barcelona !) pour les élections municipales de 2015 à Barcelone avec des militants des mouvements sociaux et alliée aux partis de gauche dont ICV, EUiA et Podem. L’une de ses  initiatrices et porte-paroles, la militante pour le droit au logement (au sein de la PAH, Plataforma d’Afectats per la Hipoteca) Ada Colau, est devenue maire de la ville après la victoire surprise aux élections avec 25 % des voix et 11 regidors sur 41.

Bloc constitucional/del 155/monàrquic

Bloc constitutionnel/du 155/monarchique. Noms donnés pendant la période du 155 à l’alliance de fait entre 3 des 4 grands partis espagnols (PP, PSOE et Citoyens) d’accord pour s’opposer au Procés indépendantiste en Catalogne et refuser d’envisager un référendum d’autodétermination ou des négociations avec les dirigeants séparatistes sur cette question. L’appellation bloc monarchique appliquée aux 3 mêmes partis était plus particulièrement utilisée par les indépendantistes (favorables à une république catalane) et Podemos (favorable à une république espagnole). L’arrivée au pouvoir du PSOE en juin 2018 grâce au soutien de Podemos et des partis basques et catalans a brisé l’unité de ce bloc déjà mise à mal par la rivalité pour la première place à droite entre Citoyens et le PP.

Café para todos

Café pour tout le monde. Expression résumant le choix fait lors de la Transition démocratique de donner à toutes les régions espagnoles des pouvoirs importants pour atténuer la différence entre les communautés historiques revendiquant des droits particuliers (Pays Basque, Navarre, Catalogne, Galice et Andalousie) et les autres.

Carlismo (carlisme)

Carlisme. Nom donné à partir de 1833 à la ligne politique des partisans du prétendant au trône d’Espagne Carlos (contre sa nièce la reine Isabelle) et de ses descendants. La première Guerre carliste (la plus importante) eut lieu de 1833 à 1840, la deuxième de 1846 à 1849 et la troisième de 1872 à 1876. Les carlistes ont été particulièrement nombreux au Pays Basque et en Catalogne, où ont eu lieu l’essentiel des Guerres carlistes et où le mouvement a été soutenu par une grande partie des paysans et du clergé rural hostiles à l’industrialisation, au libéralisme et au centralisme. Favorable par conservatisme aux droits anciens des territoires, le carlisme est à l’origine d’une partie de la revendication autonomiste conservatrice (et catholique) au Pays Basque et (mais c’est plus débattu) en Catalogne.

Català

Catalan. Langue issue du latin tel qu’il était parlé par les populations de la côte méditerranéenne de l’Hispanie romaine. Écrit dès le 11e siècle (conjointement avec l’occitan dont il est resté identique à l’écrit jusqu’au 15e siècle), le catalan est la langue administrative de la Couronne d’Aragon jusqu’à sa disparition après les décrets de Nova Planta au début du 18e siècle. Marginalisé ensuite au profit de l’espagnol (appelé généralement castillan en Catalogne), il continue pourtant à être largement utilisé et bénéficie de la Renaixença littéraire de la fin du 19e siècle et de la force du mouvement catalaniste à partir de 1899. Après avoir souffert de l’interdiction de son usage officiel sous le franquisme qui a causé la chute rapide de son usage au profit de l’espagnol,  son enseignement par immersion linguistique depuis la Transition démocratique en Catalogne, à Valence et aux Baléares a permis une certaine stabilisation, toujours fragile. Il est langue officielle unique en Andorre, langue co-officielle privilégiée de fait par rapport à l’espagnol en Catalogne, langue co-officielle avec l’espagnol aux Baléares et à Valence (sous le nom de valencien). Si la majorité des habitants de ces 3 communautés autonomes peut le parler et le lire, il n’est la première langue d’usage que d’environ un tiers de ceux-ci. La littérature catalane est particulièrement riche au Moyen-âge (avec des auteurs comme Ramon Llull, Ausiàs March ou Joanot Martorell) et depuis le 19e siècle (Joan Maragall, Mercè Rodoreda, Josep Pla, Manuel de Pedrolo, Jaume Cabré …). Les linguistes identifient deux dialectes : le catalan occidental (parlé dans l’ouest de la Catalogne et le Pays Valencien) et le catalan oriental (parlé dans le reste de la Catalogne , en Catalogne Nord et aux Baléares) dont les différences sont mineures. On estime qu’il est parlé par environ 9 millions de personnes dont 4 millions de langue maternelle catalane. Ses normes sont établies par l’Institut d’Estudis Catalans (IEC) et l’Academia Valenciana de la Llengua (AVL) sur la base du travail réalisé par Pompeu Fabra (1868-1948). C’est son aire linguistique qui définit pour les catalanistes et indépendantistes l’étendue des Pays Catalans.

Catalanisme

Longtemps consensuel parmi les partis catalans, il ne l’est plus depuis la montée de l’indépendantisme. Il repose sur un soutien à la langue, à la culture et aux institutions catalanes comme facteurs d’intégration des diverses populations arrivant en Catalogne et sur une affirmation de la différence catalane par rapport au reste de l’Espagne et de la proximité avec les autres territoires de même langue appelés Paisos Catalans (Pays Catalans). Tous les partis indépendantistes sont naturellement catalanistes mais aussi la gauche non-indépendantiste avec le PSC, ICV, EUiA et les Comuns.

Catalunya

Catalogne. Communauté autonome espagnole à statut particulier. Unifiée politiquement au 12e siècle sous l’autorité des comtes de Barcelone (et qualifiée plus tard de Principat, principauté), elle a fait partie de la Couronne d’Aragon (avec les royaumes d’Aragon, de Valence et de Majorque, puis de Naples et Sicile) enfin du royaume d’Espagne lorsque la Couronne d’Aragon s’associe à la Couronne de Castille à la fin du 15e siècle. Elle a disparu en tant que telle lors de l’arrivée des Bourbons qui ont unifié l’administration espagnole avec les décrets de Nova Planta au début du 18e siècle, été divisée en provinces comme le reste de l’Espagne en 1833, avant de réapparaitre comme entité politique au 20e siècle, d’abord avec la Mancomunitat de Catalogne (de 1914 à 1925) puis le rétablissement de la Généralité (de 1931 à 1939 et depuis 1980). Peuplée de 7,4 millions d’habitants (16 % des Espagnols), elle représente 19 % du PIB espagnol, 20 % des étrangers, 25 % de l’industrie et du tourisme. Son drapeau est la Senyera, son hymne le chant des Segadors, sa fête nationale la Diada.

Catalunya en Comú-Podem (CEC-Podem)

Catalogne en Commun-Podemos. Coalition formée pour les élections catalanes de 2017 (21-D) entre Catalunya en Comú (alliance entre les Comuns et les formations ex-communistes ICV et EUiA) et la fédération catalane de Podemos (Podem). Menée par Xavier Domènech, elle a obtenu 7,5 % des voix (un peu moins que les 8,9 % de Catalunya Sí que es Pot en 2015) et 8 députés (contre 11 en 2015).

Catalunya Nord

Catalogne du Nord. Nom donné par les catalanistes à la partie de la Catalogne (comprenant le Roussillon, le Conflent, le Vallespir, le Capcir et une partie de la Cerdagne) annexée par la France en 1659 après la Guerre des Segadors et devenue, à partir de la Révolution Française, la plus grande partie du département des Pyrénées Orientales (augmentée du Fenouillèdes occitanophone pris au Languedoc).

Catalunya Sí que es Pot

Catalogne Oui c’est Possible. Nom sous lequel les Comuns, Podem et les deux fédérations ex-communistes ICV et EUiA ont concouru aux élections catalanes du 27 septembre 2015, obtenant 8,9 % des voix et 11 députés.

Caverna

Caverne. Surnom donné par les indépendantistes à l’ensemble des entités et médias très anti-indépendantistes basés à Madrid : Famille royale, Gouvernement, PP, Citoyens, PSOE, journaux, radios et télévisions. Et même l’IBEX (indice des bourses espagnoles, symbolisant les grandes entreprises du pays).

CCMA (Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuals)

Corporation Catalane de Médias Audiovisuels. Entité publique dépendant de la Généralité et chargée de gérer les radios et télévisions publiques en catalan, soit essentiellement Catalunya Ràdio et TV3. Elle a pris la suite en 2007 de la CCRTV (Corporació Catalana de Ràdio i Televisió) créée par la Généralité de Jordi Pujol en 1983. Un quart de son financement provient de la publicité, le reste de subventions de la Généralité. Elle est considérée par les anti-indépendantistes et les médias madrilènes comme une place-forte de l’indépendantisme et un outil majeur de l’endoctrinement.

CDC (Convergència Democràtica de Catalunya, Convergència)

Convergence Démocrate de Catalogne. Parti fondé par Jordi Pujol en 1974 et qui évolua du centre-gauche catholique au centre-droit libéral, toujours sur une ligne très catalaniste mais accommodante avec le pouvoir espagnol jusqu’aux années 2000 où, après le retrait de Pujol en 2003 et le passage au premier plan de son dauphin Artur Mas, il va passer à l’indépendantisme et devenir le pilier centriste du Procés. Alliée à la petite formation historique des chrétiens-démocrates catalanistes UDC au sein de la coalition CiU dès 1978, la CDC a dominé la vie politique catalane de 1980 à 2003, Jordi Pujol réussissant à rester 23 ans président de la Généralité et à jouer un rôle clé dans la politique espagnole puisqu’il permettra au PSOE de Felipe González de gouverner de 1993 à 1996 avant de faciliter l’arrivée au pouvoir du PP de José María Aznar (pacte du Majestic) qui gouvernera avec son soutien de 1996 à 2000. Sous Artur Mas à partir de 2003, la CDC devra faire une cure d’opposition pour cause de Tripartit jusqu’en 2010, année où elle retrouve le pouvoir mais en minorité et avec le soutien du PSC ou du PP. Le revirement se fait officiellement en 2012, lorsque le refus par Mariano Rajoy du pacte fiscal proposé par Mas pousse celui-ci à passer à l’indépendantisme avec ses troupes. La CDC (au sein de CiU) gouverne encore de 2012 à 2015 avec le soutien cette fois d’ERC (ce qui permet la consultation du 9-N) avant de se présenter conjointement avec elle au sein de la coalition Junts pel Sí aux élections de 2015 pour imposer un référendum d’indépendance, position qui entraine un peu avant la rupture avec l’UDC et la fin de CiU. En même temps, les poursuites judiciaires pour les affaires de corruption de l’ère Pujol (comme l’affaire Palau) forcent en 2016 la CDC à se rebaptiser PDeCat. Les membres du parti sont toutefois encore appelés convergents (ou ex-convergents).

CDR (Comitès de Defensa de la República)

Comités de Défense de la République. Rassemblements locaux de partisans de l’indépendance apparus en 2017 d’abord pour organiser le référendum du 1-O (sous le nom de Comitès de defensa del Referèndum) puis mettre en œuvre la République Catalane après la DUI du 27 octobre et résister à l’application de l’article 155 (actions de propagande et d’animation indépendantiste) en se préservant par leur organisation informelle des poursuites judiciaires qui freinent depuis septembre l’activité des grandes organisations civiles comme l’ANC ou Òmnium. Les CDR ont été l’objet d’une offensive médiatique et judiciaire entre mars et mai 2018 les accusant d’être violents et les comparant à la kale borroka (agitation de rue dans les années 1990 et 2000 par les jeunes partisans d’ETA au Pays Basque). Une membre d’un CDR a ainsi été arrêtée sur ordre du Parquet en avril sous l’accusation de terrorisme mais cette qualification a été rejetée au profit du simple désordre public par un juge de l’Audience Nationale. Les CDR se sont spécialisés dans les actions de propagande contre la judiciarisation dans les espaces publics (rubans jaunes, affiches) et sont donc confrontés à l’opposition active des GDR. Le 2 août 2018, des membres des CDR s’en sont pris aux sièges des partis indépendantistes à Barcelone (et particulièrement celui d’ERC) pour protester contre leur manque de « désobéissance » face à l’État espagnol.

CGPJ (Consejo General del Poder Judicial, Consell General del Poder Judicial)

Conseil Général du Pouvoir Judiciaire. Organe suprême d’administration de la Justice espagnole et sensé garantir son indépendance. Il est présidé par le président du Tribunal Suprême Carlos Lesmes et composé de 20 autres membres nommés pour 5 ans par le Roi et le ministre de la Justice dont 12 magistrats (6 proposés par le Congrès aux 3/5 et 6 par le Sénat pareillement) et 8 avocats (4 proposés par le Congrès et 4 par le Sénat selon les mêmes modalités). C’est lui qui représente la justice espagnole face aux autres pouvoirs comme par exemple lorsqu’il a demandé en juillet 2018 une protection de l’État pour le juge du Tribunal Suprême Pablo Llarena (sur sa demande) face à la procédure menée contre lui par les exilés en Belgique.

Choque de trenes (xoc de trens)

Choc de trains (collision ferroviaire). Expression utilisée à partir de la fin 2016 pour caractériser la prévisibilité d’un affrontement entre d’un côté la volonté apparemment déterminée du Govern Puigdemont d’organiser un référendum d’autodétermination à l’automne 2017 et de proclamer l’indépendance dans la foulée, de l’autre le refus du Gouvernement Rajoy de toute négociation politique pour parvenir à un compromis. Les deux démarches s’alimentaient l’une l’autre, les indépendantistes arguant du refus de négocier du pouvoir espagnol pour mener leur Procés à son terme, le pouvoir espagnol arguant de la poursuite du Procés pour refuser toute négociation. Le choc a eu lieu en septembre et octobre 2017, ses effets les plus marquants étant la répression policière lors du référendum du 1-O, la déclaration unilatérale d’indépendance et la suspension de l’autonomie catalane le 27 octobre, suivies par l’exil de la moitié du Govern et de l’emprisonnement de l’autre.

Cinturó roig (Cinturo rojo)

Ceinture rouge. Surnom donné aux banlieues de Barcelone, principal lieu d’accueil des familles venues du reste de l’Espagne et fief des partis de gauche (surtout du PSC) depuis la Transition démocratique, de plus en plus du parti Citoyens (mais aussi des Comuns et d’ERC) depuis la montée de l’indépendantisme. À la différence de l’intérieur de la Catalogne, l’espagnol y est la langue la plus couramment utilisée.

CiU (Convergència i Unió)

Convergence et Union. Coalition rassemblant de 1978 à 2015 la Convergència Democràtica de Catalunya (CDC, Convergence Démocrate de Catalogne) et l’Unió Democràtica de Catalunya (UDC, Union Démocrate de Catalogne). Elle a gouverné la Catalogne de 1980 à 2003 et de 2010 à 2015 avec les présidents de la Généralité Jordi Pujol et Artur Mas. Elle s’est dissoute en 2015 lorsque l’UDC a refusé de suivre la CDC dans le Procés indépendantiste.

Ciudadanos (Ciutadans, Cs)

Citoyens. Parti fondé en juin 2005 par des personnalités catalanes hostiles au catalanisme et à l’indépendantisme et souhaitant une recentralisation de l’Espagne. Originellement non nationaliste et de centre-gauche, il a progressivement évolué vers la droite nationaliste espagnole. Dirigé par Albert Rivera depuis 2006 et devenu un parti national à partir de 2008, il est désormais en Catalogne (où il est dirigé par Inés Arrimadas) le principal représentant de l’anti-indépendantisme et de l’unionisme en cherchant de plus en plus à s’affirmer comme le représentant des Catalans hispanophones d’origine non-catalane. Au niveau espagnol, il tente de remplacer le PP comme principal représentant de la droite et semble soutenu pour cela par l’ancien président Aznar (et sa fondation FAES), le monde des affaires et une partie des médias madrilènes (en particulier le quotidien ABC). Le parti a 32 députés au Congrès des Députés (13, 1 % des voix) depuis les élections législatives du 26 juin 2016, 36 députés au Parlement de Catalogne (25, 4 % des voix) depuis les élections catalanes du 21 décembre 2017. Mais seulement 4 sièges au Sénat car, à la différence des 3 autres grands partis nationaux, il n’exerce nulle part de responsabilités, se contentant de soutenir sans s’impliquer certains exécutifs PP ou PSOE en minorité pour éviter des coalitions avec Podemos ou les partis régionaux. Après avoir soutenu de façon de plus en plus critique le Gouvernement Rajoy de 2016 à 2018, il est dans une opposition déterminée au Gouvernement Sánchez puisque celui-ci est arrivé au pouvoir grâce aux voix indépendantistes. Il est partisan d’une recentralisation de l’Espagne et d’une économie libérale.

Comarca

Comarque. Unité territoriale de taille réduite créée par la Généralité républicaine de 1936 à 1939 et réinstaurée (avec un découpage un peu différent) en 1987. Elle est administrée par un consell comarcal (conseil comarcal) formé d’un ple (avec des regidors des municipalités de la comarque selon leur population) qui élit un president chargé de le diriger. La Catalogne en compte 41 plus le Conseil Général d’Aran qui a un statut particulier.

Comissió bilateral (Comisión bilateral)

Commission bilatérale Généralité/État. C’est le « cadre général et permanent de la relation entre la Généralité et l’État » espagnol selon l’Estatut de 2006 (article 183) qui spécifie qu’elle se réunit « au moins deux fois par an et à la demande d’une des deux parties » et qu’elle est « composée d’un nombre égal de représentants de l’État et de la Généralité ». Dans les faits, pourtant, elle ne s’est réunie que 8 fois entre 2007 et 2011, le retour du PP au pouvoir cette année-là et la montée de l’indépendantisme ayant ensuite extraordinairement tendu la relation entre Madrid et Barcelone. Elle s’est de nouveau réunie le 1er août 2018 pour piloter concrètement le processus de dialogue entre le Govern Torra et le Gouvernement Sánchez et lancer les travaux des commissions et sous-commisisions spécialisées (Transferts, Affaires économiques et fiscales, Infrastructures, Conflictivité …). La Commission est présidée par la ministre Meritxell Batet côté espagnol et le conseiller Ernest Maragall côté catalan.

Compromís

Engagement. Coalition de partis valencianistes et de gauche radicale et écologiste créée en 2010 et qui gouverne la Généralité valencienne depuis 2015 avec les socialistes du président Ximo Puig. Elle est composée du Bloc Nacionalista Valencià (BNV, valencianiste), d’Iniciativa del Poble Valencià (IdPV, scission en 2007 d’Esquerra Unida del País Valencià, EUPV, la formation ex-communiste valencienne) et Verds-Equo (écologistes). Ses leaders sont Monica Oltra (vice-présidente de la Généralité, IdPV) et Enric Morera (président des Corts, BNV). Compromís a obtenu 19 députés (+13) sur 99 aux élections valenciennes de 2015 (18,7 % des voix contre 7,4 en 2011). L’EUPV (toujours liée à Izquierda Unida) s’était alliée à ERPV, la fédération valencienne d’ERC, à d’autres écologistes et des ex-socialistes au sein de Acord Ciutadà qui n’avait obtenu que 4,4 % des voix, pas assez pour obtenir des députés. Aux élections générales du 26 juin 2016, Compromís s’est allié à Podem/Podemos et à l’EUPV avec un résultat de 25,4 % et 9 députés espagnols dont 4 pour Compromís.

Comunitat autònoma (Comunidad autonoma ou CA)

Communauté autonome. Région créée par la constitution espagnole de 1978 (jusque là, l’Espagne était uniquement divisée administrativement en provinces depuis le 19e siècle). Si certaines ont été dotées de compétences renforcées (le Pays Basque, la Navarre, la Catalogne, la Galice et l’Andalousie), les autres ont bénéficié du café para todos (café pour tous) et obtenu de gérer elles aussi une grande partie des dépenses sociales, éducatives et culturelles mais également les infrastructures de transport, l’urbanisme, l’environnement et l’agriculture. La Navarre et le Pays Basque sont les deux seules communautés à disposer de l’autonomie fiscale : elles perçoivent elles-mêmes tous les impôts et négocient chaque année la part versée (le cupo) à l’État espagnol, selon le système dit du concierto vasco, concert basque ou régime foral. Les autres reçoivent de l’État une part variable de l’impôt sur le revenu (IRPF), 50 % de la TVA (IVA) et les taxes sur les alcools. Chaque communauté autonome est formée d’un parlement (dont le nom  varie selon les traditions locales) qui vote les lois et investit un président nommant un gouvernement. La Catalogne, le Pays Basque, la Galice, l’Andalousie et désormais Valence sont les seules communautés où le président peut dissoudre le parlement, ce qui explique que leurs élections n’aient pas lieu en même temps que les autres communautés (où elles sont célébrées le même jour que les élections municipales).

Comuns

Communs. Nom donné aux militants des mouvements sociaux apparus en Catalogne dans la foulée du mouvement des Indignés de 2011 (dit 15-M) et qui ont ensuite formé l’aile catalane du parti Podemos en s’alliant avec l’antenne catalane de ce parti (Podem) et les deux formations ex-communistes ICV et EUiA. L’ensemble a concouru aux élections espagnoles du 20 décembre 2015 sous le nom En Comú-Podem (remportées en Catalogne avec le score de 24,7 % des voix et 12 députés, 24,5 % et toujours 12 députés lors des élections du 26 juin 2016). Les résultats ont été moins brillants aux élections catalanes : 8,9 % et 11 députés le 27 septembre 2015 (coalition Catalunya Sí que es Pot), 7,5 % et 8 députés le 21 décembre 2017 (coalition Catalunya en ComúPodem). Le nom Comuns est de plus en plus utilisé pour désigner l’ensemble de la mouvance, ex-communistes compris.

Congreso de los Diputados (Congrés dels Diputats)

Congrès des députés. Chambre basse des Cortes Generales (le Parlement espagnol), la chambre haute étant le Sénat. La Catalogne y envoie 47 députés sur 350 (soit 13 % du total) dont, depuis les dernières élections législatives (eleccions generals, elecciones generales) du 26 juin 2016 : 12 députés En Comú-Podem (24,5 % des voix), 9 ERC (18,2 %), 8 PDeCat (13,9 %), 7 PSC (16,1 %), 6 PP (13,4 %) et 5 Citoyens (10,9 %). Depuis les élections du 20 décembre 2015, il n’y a pas de majorité au Congrès, d’où les élections anticipées du 26 juin 2016 qui ont confirmé la première place du PP (137 députés) mais aussi son absence de majorité, y-compris avec Citoyens (32 députés). C’est l’abstention du PSOE (85 députés) qui a permis un temps au PP de gouverner en minorité jusqu’à ce que Pedro Sánchez présente une motion de censure après le verdict de l’affaire Gürtel. Votée le 1er juin 2018 par le PSOE, Podemos et ses alliés (71 députés), les partis basques (5 députés PNV, 2 EH-Bildu) et catalans (ERC et PDeCat), elle a entrainé le retour au pouvoir des socialistes. Les élections au Congrès ont lieu tous les 4 ans (en même temps que celles pour le Sénat) à la proportionnelle par province. C’est le Congrès des Députés qui investit le Gouvernement espagnol et a le dernier mot face au Sénat en matière législative et pour le budget.

Consejo de Estado (Consell d’Estat)

Conseil d’État. Organisme chargé de conseiller légalement le Gouvernement espagnol qui peut lui demander des avis consultatifs sur ses projets de loi ou décisions. Il est formé de 8 conseillers permanents et 10 électifs choisis par le Gouvernement plus un certain nombre de natos (nés : anciens présidents du Gouvernement, présidents des académies, chef d’état-major, procureur général, président du Conseil national des avocats, gouverneur de la Banque d’Espagne …).

Consell de Garanties Estatutàries (CGE)

Conseil de Garanties Statutaires. Appelé Consell Consultiu (Conseil Consultatif) jusqu’en 2009, il s’agit d’une instance autonome de la Généralité chargée de contrôler que les actes de celle-ci sont conformes à l’Estatut catalan et à la Constitution espagnole. Ses avis (dictàmens) sont  consultatifs (une disposition de l’Estatut de 2006 les rendant contraignants en ce qui concerne les droits énoncés par celui-ci a été annulée en 2010 par le Tribunal Constitutionnel). Ses 9 membres sont nommés pour 9 ans parmi des juristes d’expérience dont 6 par les 3 cinquièmes du Parlement et 3 par le Govern. Il siège au Palau Centelles, tout près de la place Sant Jaume à Barcelone.

Conseller/consellera

Conseiller/Conseillère. Ministre du Gouvernement (Govern) de la Généralité. Chacun est à la tête d’un departament ou conselleria (ministère). Ils sont nommés et démis par le Président de la Généralité. Il arrive que le Président désigne un conseller en cap, un conseller primer ou un vicepresident qui joue le rôle de n°2 du Govern, que ce soit parce qu’il s’agit de mettre en valeur un successeur (comme pour Artur Mas, conseller primer de Jordi Pujol de 2001 à 2003) ou pour rendre effectif le partage du pouvoir avec le deuxième parti de la coalition (comme pour Josep Lluís Carod Rovira et Josep Bargalló consellers primers de 2003 à 2006, de nouveau Josep Lluís Carod Rovira conseller de la Vicepresidència de 2006 à 2010 ou Oriol Junqueras vicepresident de 2015 à 2017 et Pere Aragonès depuis 2018, tous ERC).

Constitución (Constitució)

Constitution. Adoptée par référendum le 6 décembre 1978, d’où le nom de regim de 78 (regimen del 78, régime de 78) donné au système politique régissant l’Espagne depuis, elle a été rédigée par 7 députés (surnommés les Padres de la Constitución) désignés par le Congrès des députés élu en 1977 : 4 issus du franquisme dont 3 réformistes de l’UCD (Gabriel Cisneros, José Pedro Pérez-Llorca et Miguel Herrero de Miñón) et 1 conservateur de l’AP (Manuel Fraga), 2 de la gauche (Gregorio Peces Barba du PSOE et Jordi Solé Tura du PSUC, le parti communiste catalan) et 1 centriste catalan (Miquel Roca). Elle ne peut être modifiée que sur initiative du Gouvernement ou du Congrès des députés et du Sénat (à la majorité des 3/5 des deux chambres ou à la majorité absolue du Sénat et des 2/3 du Congrès), un dixième des députés et des sénateurs pouvant exiger un référendum sur cette modification. Une partie de la Constitution (celle traitant du Roi et des droits et libertés fondamentales) ne peut être modifiée que par les 2/3 des deux chambres qui doivent alors être dissoutes, les deux chambres suivantes devant confirmer cette modification aux 2/3 puis un référendum être organisé.

Constitucionalisme

Constitutionnalisme. Appellation dont se désignent les partis catalans anti-indépendantistes (Citoyens, le PP et le PSC) qui ont approuvé entre le 1-O  et la motion de censure, la suspension de l’autonomie au nom d’un strict respect de la Constitution.

Corrupción (corrupció)

Corruption. Une grande partie de l’actualité politique espagnole est consacrée depuis les années 1990 aux multiples affaires de corruption politique, de financement illégal des partis et de passe-droits (comme l’affaire du diplôme de la présidente madrilène Cristina Fuentes, forcée à la démission en avril 2018, puis de celui du nouveau chef du PP Pablo Casado) . Les partis au pouvoir nationalement et localement sont naturellement les premiers impliqués, soit le PSOE et surtout le PP au niveau espagnol (affaires Gürtel, dont le verdict a entrainé la motion de censure et la chute du Gouvernement Rajoy le 1er juin 2018, et Barcenas), la CDC (affaires Palau et Pujol), l’UDC (affaires Turisme et Pallerols) et le PSC (affaire Filesa) au niveau catalan. Même la famille royale a été touchée avec l’affaire Nóos qui a provoqué l’incarcération d’Iñaki Urdangarin, beau-frère du Roi en juin 2018.

CUP (Candidatura d’Unitat Populara)

Candidature d’Unité Populaire. Mouvement issu de l’extrême gauche indépendantiste catalane des années 1980 et 1990 et actif également (mais à un niveau bien moindre) dans les autres Pays Catalans. La CUP a pour principe de prendre toutes ses décisions au niveau de ses assemblées de militants. Elle est divisée en deux grandes tendances, une avec des militants de Poble Lliure (Peuple Libre, plutôt pour l’unité d’action avec tous les mouvements de gauche) et l’autre avec des militants d’Endavant (En avant, plutôt pour l’unité d’action avec tous les mouvements indépendantistes) et est liée à d’autres mouvements comme l’organisation de jeunesse indépendantiste Arran. La CUP est entrée au Parlement catalan en 2012 (3 députés) et est, depuis 2015 (10 députés) mais aussi 2017 (4 députés), l’appoint indispensable à une majorité parlementaire indépendantiste, ce qui lui a permis par exemple d’obtenir le retrait d’Artur Mas (jugé trop lié aux pratiques du pujolisme) de la présidence de la Généralité en janvier 2016. Depuis l’investiture du Govern Torra en mai 2018 qu’elle a permis grâce à son abstention, la CUP se considère dans l’opposition car elle refuse l’autonomisme et prône depuis toujours l’unilatéralisme, au nom duquel elle ne participe pas aux élections législatives espagnoles. Ses membres sont appelés cupaires (cuperos).

Delegación del Gobierno de España (Delegació del Govern d’Espanya)

Délégation du Gouvernement d’Espagne. Organisme représentant le Gouvernement espagnol en Catalogne et dans les autres communautés espagnoles. Celle de Barcelone (dans le Palau Ramon Montaner, carrer Mallorca) a eu un rôle particulièrement important lors la suspension de l’autonomie en vertu de l’article 155 entre le 27 octobre 2017 et le 2 juin 2018 avec Enric Millo, qui a assuré un rôle majeur dans la coordination entre le Gouvernement espagnol et les services de la Généralité placés sous son contrôle. Depuis juin 2018, elle est dirigée par Teresa Cunillera, longtemps députée PSC de Lérida.

Diada

Journée. Fête nationale de la Catalogne commémorant chaque 11 septembre (11-S) la chute de Barcelone en 1714 et donc la fin de l’autonomie catalane puisque les Bourbons, vainqueurs de la Guerre de Succession contre les Habsbourg (pour lesquels avaient pris parti les Catalans et autres habitants des états de la Couronne d’Aragon), ont en représailles aboli les droits de ces territoires et radicalement unifié à cette occasion l’administration espagnole avec les décrets de Nova Planta. Depuis la mise en chantier de l’Estatut mais surtout depuis 2011 (après la censure en 2010 de celui-ci par le Tribunal Constitutionnel), la Diada est chaque année l’occasion d’une grande démonstration de force indépendantiste dans les rues de Barcelone.

Districte

District. Nom donné aux 10 arrondissements de Barcelone (Ciutat Vella, Eixample, Sants-Montjuïc, Les Corts, Sarrià-Sant Gervasi, Gràcia, Horta-Guinardó, Nou Barris, Sant Andreu et Sant Martí), chacun gouvernés par un regidor de districte (nommé par l’alcalde) qui préside une Comissió de Govern et un Consell Municipal de Districte (avec une représentation proportionnelle de chaque parti). Chaque district est divisé en un certain nombre de barris (quartiers).

Dret a decidir

Droit à décider. Conscients de l’inexistence en droit constitutionnel espagnol d’un droit à l’autodétermination pour la Catalogne et le Pays Basque, des juristes, essentiellement issus de ces deux communautés autonomes, ont tenté de forger un nouveau concept qui se veut distinct : le droit à décider. Ce concept, qui a acquis une grande popularité dans le discours politique catalan et dans l’opinion publique catalane, est considéré par ces juristes comme un véritable droit, distinct du droit à l’autodétermination et existant dans l’ordre constitutionnel espagnol. Il peut se définir comme un droit individuel d’exercice collectif, ce qui le différencie du droit à l’autodétermination qui serait un droit purement collectif, des membres d’une communauté politique territoriale démocratiquement organisée d’exprimer et de réaliser, par l’intermédiaire d’un processus démocratique, la volonté de redéfinir le statut politique et le cadre constitutionnel fondamental de la dite communauté, incluant la possibilité de se constituer en État indépendant. Pour l’heure, le droit à décider n’a pas été reconnu en droit espagnol ni ailleurs à l’exception, peut-être et au cas par cas, du Royaume-Uni et du Canada. La plupart des juristes en dehors du Pays Basque et de la Catalogne jugent que le droit à décider ne diffère pas, en réalité, du droit à l’autodétermination et en rejettent par conséquent l’existence.

DUI (Declaració Unilateral d’Independència)

Déclaration unilatérale d’indépendance votée le 27 octobre 2017 (27-O) par le Parlement catalan. Il s’agit en fait d’une résolution votée (71 voix pour, 2 blancs, 10 contre, 52 absents) pour protester contre la future application de l’article 155 (votée en conséquence de cette DUI le même jour par le Sénat espagnol) et comprenant dans son préambule une proclamation d’indépendance de la Catalogne signée par les députés indépendantistes le 10 octobre précédent pour prendre en compte les résultats du référendum du 1-O.

Elecciones (eleccions)

Élections. Elles ont lieu tous les 4 ans en Espagne. Les eleccions generals (elecciones generales) sont les élections législatives nationales dont les dernières ont eu lieu le 26 juin 2016. Sur proposition du Président du Gouvernement espagnol, le Roi peut dissoudre le Congrès des députés et donc avancer ces élections qui ont lieu à la proportionnelle par province (mais selon un mode différent pour le Sénat). Les eleccions al Parlament de Catalunya sont les élections catalanes dont les dernières ont eu lieu le 21 décembre 2017 (21-D). Le Président de la Généralité peut dissoudre le Parlement et donc avancer ces élections, pouvoir dont ne disposent que les présidents des communautés à voie rapide et qui explique que leurs élections ne se déroulent pas en même temps que celles des autres communautés qui sont organisées en même temps que les élections municipales. Ces élections municipales se déroulent en Catalogne en même temps que dans le reste de l’Espagne, les dernières ayant eu lieu le 24 mai 2015. En plus des députations, elles permettent aussi en Catalogne la formation des conseils comarcaux, du Conseil Général d’Aran et du Conseil Métropolitain de l’AMB.

En Comú-Podem

En Commun-Podemos. Nom utilisé par l’alliance entre les Comuns (avec les ex-communistes d’ICV et EUiA) et la fédération catalane de Podemos (Podem) pour concourir aux élections législatives espagnoles du 20 décembre 2015 (remportées en Catalogne avec le score de 24,7 % des voix et 12 députés) et du 26 juin 2016 (également remportées avec 24,5 % des voix et toujours 12 députés). Ces députés siègent au Congrès des Députés en coordination avec le groupe Unidos Podemos et les deux autres confluencias (confluences) régionales alliées de Podemos : CompromísValence) et En Marea (en Galice).

Equidistant

Équidistant. Qualificatif donné (souvent par leurs adversaires) à ceux qui se considèrent à égale distance des indépendantistes et des unionistes et qui préfèrent souvent se qualifier de partisans de la troisième voie ou fédéralistes.

ERC (Esquerra Republicana de Catalunya)

Gauche Républicaine de Catalogne. Parti créé en 1931 pour rassembler la gauche nationaliste catalane et qui a gouverné la Généralité (avec le soutien de la gauche non indépendantiste et en particulier des communistes du PSUC) durant toute la période républicaine y-compris la Guerre civile avec les présidents Francesc Macià (de 1931 à sa mort en 1933) puis Lluís Companys (de 1933 à 1939). Interdit sous le franquisme (réfugié en France, Lluís Companys est livré par Hitler à Franco et fusillé en 1940), le parti est dirigé d’abord par Josep Taradellas (qui abandonne la fonction en 1954 lorsqu’il devient président en exil de la Généralité) puis Heribert Barrera qui l’incarne dans la clandestinité jusqu’au retour de la démocratie et aux années 1980 où ERC peine à retrouver son aura. C’est la prise en main par une nouvelle génération à partir de 1987 sous la houlette de Àngel Colom (qui quittera ERC en 1996 pour finalement rejoindre la CDC en 2000) et Josep-Lluís Carod Rovira qui relance le parti dans les années 1990 et lui permet à la fois d’attirer une bonne partie des micro-mouvements de la gauche indépendantiste et de s’implanter sur tout le territoire. ERC parvient à rassembler un dixième des votes au début des années 2000 et à ainsi participer au Tripartit sous direction socialiste de 2003 à 2010 et à l’élaboration du nouvel Estatut contre lequel le parti appelle finalement à voter non au référendum de 2006 à cause des modifications décidées à Madrid. Après un passage à vide dû à sa présence au Govern, c’est la forte hausse du mouvement indépendantiste à partir de 2011 et la nouvelle direction avec Oriol Junqueras et Marta Rovira qui lui fait grimper un nouveau palier et atteindre près du cinquième des votes, alors que de nombreuses figures à la fois du PSC (comme Ernest Maragall) et de l’UDC rejoignent ses rangs lorsque ces deux formations s’opposent clairement au Procés. Le parti soutient le Govern CiU de Mas de 2012 à 2015 contre la promesse d’un référendum sur l’indépendance (finalement la consultation du 9-N) puis retourne au pouvoir après le 27-S sous la bannière de Junts pel Sí. Après avoir été l’un des maitres d’œuvre du référendum du 1-O et de la DUI, ERC, handicapée par l’emprisonnement de Junqueras, est arrivée deuxième du camp indépendantiste aux élections du 21-D avec 32 députés et 21,4 % des voix (son score le plus haut depuis le rétablissement de la démocratie). La période qui suit est marquée par de difficiles négociations avec JuntsxCat, ERC accordant désormais la priorité au rétablissement des institutions pour pouvoir mettre fin au 155, ce que le parti obtient finalement avec la formation du Govern Torra en mai et juin 2018. En plus de la moitié des conseillers de ce Govern (dont le vice-président Pere Aragonès), ERC occupe la présidence du Parlement depuis janvier avec Roger Torrent. Menacée d’emprisonnement, la n°2 Marta Rovira s’est exilée à Genève depuis fin mars 2018.

Església Catòlica (Iglesia Católica)

Église Catholique. Église d’État en Espagne où ce n’est que depuis la Transition démocratique que la liberté religieuse est effective. Comme dans le reste de l’Espagne, les formations de gauche ou républicaines (en particulier les anarchistes) ont longtemps été en Catalogne extrêmement anticléricales du fait de l’alliance traditionnelle entre la hiérarchie catholique et la monarchie. Mais le rôle protecteur en matière aussi bien politique que culturelle du clergé catalan (comme du clergé basque) pendant le franquisme a mis fin à cet antagonisme. La figure de l’abbé de Montserrat Aureli Escarré, exilé après des déclarations très critiques contre le régime dans Le Monde en 1963, est emblématique de ce clergé catholique catalaniste et démocrate qui a favorisé l’éclosion de partis comme la CDC. Dans la lignée de cet engagement, plusieurs centaines de prêtres et diacres ont signé en septembre 2017 un manifeste soutenant le référendum du 1-O. Même s’il s’oppose régulièrement au reste du clergé espagnol (très proche du PP) sur la question catalane, le clergé catalan actuel est lui-même très divisé sur la question du Procés avec l’évêque de Solsona Xavier Novell en meneur de l’aile la plus proche de l’indépendantisme (il a défendu publiquement le droit à décider) et le cardinal archevêque de Barcelone Juan José Omella en médiateur entre son clergé et le reste de la hiérarchie espagnole et même officieusement entre la Généralité et Madrid lors de la crise d’octobre 2017. Si la Catalogne est aujourd’hui la région espagnole avec le moins de croyants et que le catholicisme y est aujourd’hui sérieusement concurrencé par les Églises protestantes et l’islam, il continue de jouer un rôle important, en particulier dans les élites politiques (voir les méditations du leader d’ERC Oriol Junqueras depuis sa prison d’Estremera). La Catalogne est divisée en 10 évêchés et 2 archevêchés, Barcelone (uniquement l’agglomération avec aussi les deux évêchés de Terrassa et Sant Feliu de Llobregat) et Tarragone (tout le reste de la Catalogne avec les évêchés de Gérone, Lérida, Vic, Tortosa – qui comprend également une partie du territoire valencien -, Urgell et Solsona) dont le titulaire est aussi qualifié de Primat des Espagnes. Les 2 archevêques et 8 autres évêques se réunissent depuis 1969 au sein de la Conferència Episcopal Tarraconense qui fait office d’Église catholique catalane et est présidée par l’archevêque de Tarragone Jaume Pujol Balcells.

Espanyol (Reial Club Deportiu Espanyol de Barcelona)

L’autre grand club de foot de Barcelone, fondé en 1900. Les couleurs de son maillot sont le blanc et le bleu et ses supporteurs sont surnommés les Periquitos. Il joue au stade RCDE à Cornellà de Llobregat. Il est traditionnellement nettement moins catalaniste que son rival local le Barça mais compte aussi des supporteurs indépendantistes. Depuis 2015, le club est la propriété du groupe chinois Rastar.

Espanyolisme

Espagnolisme. Nom souvent donné par l’indépendantisme au mouvement antagoniste militant activement pour un maintien de la Catalogne en Espagne (qui préfère se faire appeler unionisme quand il s’agit du PP et de Citoyens, ou constitutionnalisme quand il comprend aussi le PSC).

Estat

État. En Catalogne, ce terme signifie toujours l’Espagne, aussi bien l’ensemble géographique que ses institutions nationales (par opposition à país, pays, signifiant la Catalogne, ou même terra).

Estatut d’autonomia de Catalunya (Estatut)

Statut d’autonomie de la Catalogne. La Catalogne a pour l’instant connu 3 estatuts  : celui de 1932 (dit de Núria), celui de 1979 (dit de Sau) et celui de 2006 (dit de Miravet). L’Estatut de 1932 (après le triomphe électoral d’ERC) fut approuvé par référendum le 2 août 1931 (99 % de oui pour environ 75 % de participation) mais fut très fortement modifié lors de son passage aux Cortes à Madrid qui éliminèrent entre autres les notions d’État et d’autodétermination. Il définissait la Catalogne comme région autonome au sein de la République espagnole et les nouvelles et larges compétences de la Généralité mais fut suspendu dès 1933 puis rétabli de la victoire du Front Populaire en 1936 à la conquête militaire franquiste début 1939. L’Estatut de 1979 connut lui aussi d’importants changements à Madrid par rapport à sa version initiale (qui prévoyait le catalan comme seule langue officielle et la disparition des députations). Il a été approuvé par référendum le 25 octobre 1979 (88 % de oui pour 60 % de participation). L’Estatut de 2006, actuellement en vigueur (même si une partie de son contenu n’est pas appliquée faute d’accord avec le Gouvernement espagnol), a été le fruit du consensus parlementaire catalan au temps du Tripartit (seul le PP catalan a voté contre). Son passage à Madrid (négocié directement entre Mas et Zapatero) a forcé à déplacer la notion de nation dans le préambule (non contraignant juridiquement) et modifier le financement. Le refus d’ERC d’approuver ces modifications a entrainé son départ temporaire du Govern et son non (avec le PP) au référendum du 18 juin 2006 où le nouvel Estatut a été approuvé à 74 % (mais seulement 49 % de participation). Le PP a aussitôt déposé (le 31 juillet) un recours au Tribunal Constitutionnel contre la moitié du texte. Le 28 juin 2010, celui-ci a confirmé l’inefficacité juridique de la notion de nation et censuré 14 articles (dont ceux très sensibles sur la langue, la justice et les impôts). C’est cette censure qui a provoqué la manifestation du 10 juillet (10-J) à l’appel de tous les partis catalans sauf Citoyens et le PP et qui a rassemblé 1 million et demi de personnes à Barcelone avec le slogan Som una nació, nosaltres decidim (Nous sommes une nation, c’est nous qui décidons) souvent considérée comme l’un des points de départ de la mobilisation indépendantiste et du Procés. Depuis le retour au pouvoir des socialistes en juin 2018, ceux-ci proposent un rétablissement des dispositions censurées de l’Estatut comme base d’un compromis avec l’indépendantisme.

Estatuto de autonomía (Estatut d’autonomia)

Statut d’autonomie. Texte établissant la norme particulière d’une communauté autonome et ses rapports avec l’État. Les premières à en avoir disposé sont les communautés historiques dites à voie rapide : Catalogne et Pays Basque dès 1979, Galice et Andalousie en 1981 (la Navarre, qui a un statut encore plus particulier puisqu’elle a conservé ses droits de communauté forale sous le franquisme, ayant adapté le sien en 1982). Les autres communautés (à voie lente) ont suivi de 1981 à 1983, les anciens présides de Ceuta et Melilla fermant le rang en 1995. Les statuts des communautés à voie lente sont plus facilement réformables puisqu’il suffit d’un accord du parlement local et du Congrès des Députés. La procédure pour les communautés à voie rapide est plus difficile puisqu’elle oblige à un référendum local. La Catalogne l’a réussi en 2006 (mais son nouveau statut a été en partie censuré par le Tribunal Constitutionnel en 2010), l’Andalousie en 2007. Le nouveau statut valencien de 2006 (5e réforme depuis le statut initial) prévoit lui un référendum pour toute nouvelle modification.

Estelada

Étoilée. Nom du drapeau catalan indépendantiste composé des 4 bandes sang sur or de la Senyera avec un triangle et une étoile (inspirés du drapeau cubain) symbolisant la République. Il en existe deux versions : l’estelada blava (bleue) plus officielle et l’estelada roja (rouge) plus récente et marquée à gauche (utilisée en particulier par la CUP). L’estelada a été créé dans la foulée de la crise de 1898, lorsque l’Espagne a perdu la plupart de ses dernières colonies (Cuba, Porto Rico et les Philippines) après la guerre contre les États-Unis, ce qui a provoqué une grave crise de conscience et le véritable démarrage du mouvement catalaniste.

EUiA (Esquerra Unida i Alternativa)

Gauche Unie et Alternative. Coalition issue d’ICV en 1998 (par désaccord sur la question de l’unité d’action avec Izquierda Unida, la coalition formée autour du PCE espagnol, avec laquelle ICV avait rompu l’année précédente) mais qui concourt avec elle aux élections depuis 2003 tout en gardant son indépendance (et en restant liée à Izquierda Unida). Comme ICV, EUiA participe donc aux coalitions électorales avec les Comuns et Podem depuis 2015 : Catalunya Sí que es Pot, En Comú-Podem (2 députés sur les 12 élus en juin 2016 au Congrès des Députés) et Catalunya en Comú-Podem (1 député sur les 8 élus au Parlement de Catalogne le 21-D). Son coordinateur national est Joan Josep Nuet.

Exili

Exil. Sept dirigeants indépendantistes ont préféré quitter la Catalogne et l’Espagne pour ne pas avoir à répondre devant la justice espagnole de leurs responsabilités dans l’organisation du référendum du 1-O et pour internationaliser leur cause. L’indépendantisme et eux-mêmes parlent d’exilés (exiliats), leurs adversaires les appelant eux fugitifs (prófugosfugits).  Trois sont actuellement en Belgique (les conseillers Toni Comín, Meritxell Serret et Lluís Puig depuis fin octobre 2017), deux en Suisse (l’ancienne députée CUP Anna Gabriel depuis février 2018 et la n°2 d’ERC Marta Rovira depuis fin mars), un en Allemagne (le président Carles Puigdemont, en Belgique depuis fin octobre mais arrêté alors qu’il venait de passer la frontière danoise de retour d’un voyage en Finlande le 25 mars 2018 et libéré sous caution par la justice du Schleswig-Holstein le 5 avril), une en Écosse (la conseillère Clara Ponsatí, elle aussi d’abord en Belgique de la fin octobre à mars).  Six d’entre eux ont élé élus députés lors des élections du 21-D : 3 sur les listes JxCat (Puigdemont, Ponsatí et Puig), 3 sur les listes ERC (Comín, Serret et Rovira). Ponsatí, Puig et Serret ont renoncé à leur siège fin janvier pour faciliter la majorité indépendantiste, Rovira l’a fait la veille de son départ le 22 mars, Comín et Puigdemont ont eux conservé leur siège et même réussi à obtenir la délégation de vote en avril grâce au nouveau mandat d’arrêt européen lancé contre eux par le juge Llarena du Tribunal Suprême le 23 mars qui les a mis à la disposition de la justice (un premier mandat d’arrêt européen lancé début novembre par la juge Lamela de l’Audience Nationale avait été retiré début décembre par Llarena). Tous, sauf Anna Gabriel, encourent de très lourdes peines de prison pour rébellion s’ils sont extradés ou rentrent en Espagne. Le rapeur baléare Valtònyc, condamné à 3 ans et demi de prison ferme en février 2018 par l’Audience Nationale pour les paroles de ses chansons, s’est lui aussi exilé fin mai en Belgique.

Federalisme (Federalismo)

Fédéralisme. Solution proposée par une partie de la gauche espagnole (et catalane) aux difficultés du système territorial espagnol actuel. Il s’agirait de donner plus de pouvoirs aux communautés autonomes (ou seulement à celles qui seraient volontaires) et de faire du Sénat une réelle chambre des régions avec pouvoir sur la législation concernant leurs compétences comme le Bundesrat allemand. Il est principalement défendu par une partie du PSOE et par son représentant en Catalogne le PSC. Podemos défend lui une Espagne plurinationale avec un fort fédéralisme différencié.

Fiscalía (Fiscalia)

Parquet ou Ministère public espagnol. Ses différents niveaux vont du Fiscal General de Estado (Procureur Général de l’État), depuis décembre 2017 Julián Sánchez Melgar, aux fiscalías devant les cours supérieures nationales (Tribunal Suprême, Tribunal Constitutionnel, Audience Nationale, Tribunal des Comptes) et aux fiscalías territoriales dont celles des Communautés autonomes (celle de Catalogne est la Fiscalía Superior de Cataluña au TSJC), des provinces et locales.

Foment del Treball Nacional (Foment)

Promotion du Travail National. Confédération patronale catalane fondée en 1889 (mais issue de l’ancienne association des industriels textiles) et faisant partie de la CEOE (Confederación Española de Organizaciones Empresariales, fondée elle en 1977). Son siège à Barcelone est Via Laietana et son président depuis 2011 est Joaquín Gay de Montellà. Opposé à l’indépendantisme qu’elle juge dangereux pour l’économie catalane, Foment représente plutôt les grandes entreprises, les moins grandes (plus sensibles à l’indépendantisme) étant regroupées au sein de PIMEC (Micro, Petita i Mitjana Empresa de Catalunya) ou même des clairement indépendantistes Cecot (l’ancienne Confederació Empresarial Comarcal de Terrassa) et Cercle Català de Negocis (CCN).

Franja de Ponent

Frange d’Aragon ou Frange du Ponant. Nom donné à la zone catalanophone aragonaise presque tout le long de la frontière catalane. Elle existe en partie parce que l’évêché de Lérida incluait une partie de ces zones jusqu’à la fin du 20siècle. Près de 9 habitants sur 10 y parlent le catalan sans que celui-ci y ait eu un statut officiel jusqu’en 2009 où une loi aragonaise a reconnu son existence et son statut conjointement avec l’Aragonais encore parlé résiduellement dans le tiers nord du territoire. Revenu au pouvoir à Saragosse de 2011 à 2015, le PP a modifié cette loi et effacé en 2013 toute mention du catalan, devenu officiellement dans cette zone la LAPAO (Lengua Aragonesa Propia del Área Oriental, Langue aragonaise propre de l’aire orientale). Le vif contentieux entre la Catalogne et l’Aragon (redevenu socialiste depuis 2015) à propos des œuvres du monastère de Sigena (Sixena en catalan) vendues en 1982 par ses moines à la Généralité (qui les a déposées au musée de Lérida et au MNAC de Barcelone) n’a rien arrangé : le Tribunal Constitutionnel avait donné raison à la Catalogne en 1998 mais le Tribunal Suprême a lui donné raison à l’Aragon en 2016 qui a pu accélérer la saisie des œuvres du musée de Lérida en novembre 2017 grâce à l’article 155.

Franquismo (Franquisme)

Franquisme. Régime dictatorial issu du putsch militaire de juillet 1936 mené par une partie de l’Armée espagnole contre la République et qui a déclenché la Guerre d’Espagne, remportée par les franquistes début 1939. Le régime, dirigé par le caudillo Francisco Franco, a contrôlé l’Espagne jusqu’à sa mort en 1975. D’abord allié des régimes nazi et fasciste (qui l’avaient aidé durant la guerre), le franquisme s’est prudemment rapproché des puissances occidentales dès la fin de la Seconde Guerre mondiale et, après une première décennie marquée par la répression et les difficultés d’approvisionnement, s’est ouvert économiquement au monde extérieur à partir des années 1950. D’idéologie ultra-conservatrice, ultra-catholique, centraliste et nationaliste espagnole, le franquisme était d’abord une dictature personnelle regroupant une bonne partie des conservatismes espagnols autour d’un appareil d’État appelé Movimiento Nacional (Mouvement National). Le choix de la monarchie entériné en 1969 et le combat contre ETA (qui tue en 1973 le bras droit de Franco, l’amiral Carrero Blanco) marquent les dernières années du régime. En Catalogne, le franquisme a toléré l’usage du catalan mais empêché toute officialisation de son rôle et réprimé toute expression d’un catalanisme politique. La résistance anti-franquiste, protégée par une partie de l’Église catholique locale, a été principalement artistique (Nova Cançó) et intellectuelle (Tancada (enfermement) à l’abbaye de Montserrat en décembre 1970 pour protester contre le procès anti-ETA de Burgos) mais aussi étudiante et armée.

Fuerzas Armadas Españolas (Forces Armades d’Espanya)

Forces Armées Espagnoles. Armée espagnole, divisée en Ejército de Tierra (Armée de Terre), Armada (Marine) et Ejército del Aire (Armée de l’Air) et comptant 126 000 militaires. Son chef est le Roi Felipe VI et sa responsable la ministre de la Défense María Dolores de Cospedal qui nomme le chef d’état-major (Jefe de Estado Mayor de la Defensa, JEMAD), le général Fernando Alejandre Martínez depuis 2017. Le Gouvernement espagnol a plusieurs fois indiqué qu’il était prêt à faire intervenir l’Armée en Catalogne en cas de désordre ou de sécession active.

GDR (Grupos de defensa y resistencia)

Groupes de défense et résistance. Collectifs anti-indépendantistes anonymes créés en avril 2018 sur le modèle des CDR et qui se sont spécialisés depuis dans les expéditions nocturnes de décrochage des « symboles séparatistes » comme les rubans jaunes ou les estelades.

Generalitat

Généralité. Ensemble de l’administration autonome de la Catalogne, issue des Corts (Cours), l’assemblée d’ordres (braços) instituée au cours du 13e siècle et qui s’accompagne à partir de 1289 d’un exécutif nommé Diputació del General de Catalunya (car chargé de la perception des drets del general, l’impôt négocié avec le comte-roi), devenu permanent avec les guerres du troisième quart du 14e siècle et finalement supprimé après les conflits civils du 17e siècle et l’arrivée des Bourbons au début du 18e siècle qui unifient le territoire espagnol avec les décrets de Nova Planta. La Généralité, préfigurée par la Mancomunitat de 1914-25, est rétablie pendant la Seconde République espagnole de 1931 à 1939 puis à partir du 29 septembre 1977, Josep Taradellas (qui l’avait dirigée jusque là depuis l’exil) en devenant officiellement le président le 17 octobre suivant. La Généralité comprend donc le Parlement, le Govern et son président et toutes les autres institutions autonomes catalanes qui en dépendent (dont le Conseil de Garanties Statutaires et le Médiateur). Le même système ayant existé dans les 3 principaux états de la Couronne d’Aragon, Valence a elle aussi retrouvé depuis 1982 sa Généralité et le gouvernement aragonais est officiellement depuis la même année la Diputación General de Aragón, les parlements de ces deux communautés ayant conservé le nom de Corts (Cortes en Aragon).

Girona

Gérone. La grande ville du nord de la Catalogne a été gouvernée depuis la Transition démocratique par le PSC (Joaquim Nadal de 1979 à 2002, Anna Pagans de 2002 à 2011) et CiU (puis le PDeCat) avec Carles Puigdemont de 2011 à 2016 et Marta Madrenas depuis.

Gobierno de España (Govern d’Espanya)

Gouvernement espagnol. Il est dirigé par un Président du Gouvernement nommé par le Roi et qui doit être investi par le Congrès des Députés. Le Président nomme ensuite un ou plusieurs vice-présidents et les ministres. Le Consejo de ministros (Conseil des ministres) se réunit ordinairement le vendredi à La Moncloa, résidence du Président à Madrid. Tous les gouvernements espagnols ont pour l’instant été monocolores même lorsque le gouvernement ne disposait pas de la majorité absolue au Congrès des Députés (grâce au soutien de certains partis régionaux au PSOE de 1993 à 1996, au PP de 1996 à 2000, de nouveau au PSOE de 2004 à 2011, à l’abstention ou au soutien du PSOE et de Citoyens en faveur du PP depuis 2016). En Catalogne, le Gouvernement est représenté, comme dans les autres communautés autonomes, par une Délégation dont les pouvoirs sont particulièrement importants depuis l’instauration de l’article 155.

Govern

Gouvernement de la Généralité catalane, appelé aussi Consell executiu (Conseil exécutif). Son siège est dans le Palais de la Généralité place Sant Jaume, en face de la Mairie de Barcelone. Il doit être investi par une majorité (pas nécessairement absolue) des députés du Parlement. Depuis la restauration de la Généralité en 1980, il a été entre les mains des centristes de CiU (avec Jordi Pujol) jusqu’en 2003, du Tripartit entre PSC, ERC et ICVEUiA (avec Pasqual Maragall puis José Montilla) de 2003 à 2010, de nouveau de CiU (avec Artur Mas) de 2010 à 2015, de Junts pel Sí (coalition indépendantiste entre la CDC et ERC avec Carles Puigdemont) de 2016 à la DUI et la suspension de l’autonomie par le 155 le 27 octobre 2017.

Groc

Jaune. Couleur symbole de l’indépendantisme depuis l’automne 2017 et les emprisonnements préventifs de leaders indépendantistes par la justice espagnole. Le succès du llaç groc (ruban jaune) arboré pour protester contre ces détentions multiplie les occasions d’afficher du jaune, particulièrement après les interdictions en la matière décrétées par la Junte Électorale Centrale en novembre. L’indépendantisme avait déjà un penchant le jaune, l’une des deux couleurs du drapeau catalan, car l’autre, le rouge, avait déjà été préemptée par les supporteurs de l’équipe de football espagnole (surnommée La Roja depuis les années 2000).

Grup mixt

Groupe mixte. Structure dont font partie les députés du Parlement catalan élus sur des listes ayant obtenu moins de 5 sièges. Il se partage depuis les élections du 21-D entre les 4 députés de la CUP et les 4 du PP.

Guardia Civil

Garde Civile. Corps militaire dépendant des ministères espagnols de la Défense et de l’Intérieur. Ses 81 000 fonctionnaires constituent le principal corps de police espagnol avec quelques compétences exclusives (trafic d’armes, frontières, routes interurbaines hors Catalogne, Pays Basque et Navarre …).

Guàrdia Urbana

Garde Urbaine.  Nom de l’importante police municipale de Barcelone (3 000 personnes), principalement chargée de la sécurité sur les voies publiques. C’est elle qui publie les estimations de participation aux manifestations dans la ville. Ailleurs en Catalogne, les polices municipales sont généralement appelées Policia local.

Guerra civil

Guerre d’Espagne. Conflit armé entre les Nationalistes (nom donné aux forces soutenant le putsch militaire, appelées ensuite franquistes) et les Républicains (forces loyalistes) de 1936 à 1939. La Catalogne, bastion républicain, a été l’une des dernières régions conquises par les Nationalistes entre la fin 1938 et le début 1939 et a fourni une grande partie des troupes lors des combats décisifs en Aragon en 1937 et 1938 avec les batailles de Teruel (Terol) puis de l’Èbre qui provoquèrent l’occupation de la Catalogne début 1939 et la fuite d’un demi-million de républicains en France. En plus d’une répression anti-conservatrice principalement dirigée contre le clergé et les secteurs catholiques (environ 8 000 tués), la Catalogne a vécu pendant la guerre des combats sanglants à l’intérieur du camp républicain entre d’un côté les forces de la Généralité (ERC et communistes du PSUC) et de l’autre les anarchistes de la CNT-FAI et les marxistes non stalinistes du POUM lors des Fets de Maig (Journées de mai), du 3 au 7 mai 1937 à Barcelone (environ un millier de tués). L’ensemble du conflit espagnol, qui précède la Seconde Guerre mondiale, aurait provoqué près de 500 000 morts (combats et exécutions sommaires). La victoire des Nationalistes, dirigés par le général Francisco Franco, a permis l’instauration du régime dictatorial franquiste et entraîné la suppression de toute autonomie catalane pendant 38 ans.

ICV (Iniciativa per Catalunya Verds)

Initiative pour la Catalogne Verts. Coalition d’abord électorale formée par le PSUC (Partit Socialista Unificat de Catalunya, Parti Socialiste Unifié de Catalogne, le principal parti communiste catalan créé en 1936 et indépendant du PCE, le parti communiste espagnol) et divers alliés de la gauche radicale catalane à partir de 1987 sous le nom d’IC (Iniciativa per Catalunya). Se transformant de plus en plus en parti, il s’adjoint en 1995 la petite formation écologiste Els Verds (Les Verts) mais perd les formations et militants partisans de poursuivre l’unité d’action avec la coalition Izquierda Unida (IU, la coalition de même type héritière du PCE) qui vont former EUiA en 1997-98. Malgré leurs divergences, les deux formations concourent ensemble aux élections depuis 2003. Depuis 2014, ICV comme EUiA se sont alliés aux Comuns et à Podem, ce qui a permis au parti écosocialiste et catalaniste d’avoir 2 députés au Parlement catalan sur les 8 de la coalition CEC-Podem aux élections du 21-D et 2 députés au Congrès des Députés sur les 12 de la coalition En Comú-Podem aux élections du 26 juin 2016. Le parti est actuellement dirigé par Marta Ribas et David Cid.

Illes Balears

Îles Baléares. Communauté autonome espagnole comptant 1,1 million d’habitants (870 000 à Majorque dont 406 000 à Palma ou Ciutat, la capitale) et dont le catalan est langue officielle à côté de l’espagnol. Après avoir été un fief du PP jusqu’en 1999, les îles changent depuis de bord à chaque élection entre le PP d’un côté et le PSIB (le PSOE local) allié à des formations de gauche et catalanistes de l’autre. Depuis les élections de mai 2015, la présidente est la socialiste Francina Armengol qui dirige le Govern en coalition avec Més per Mallorca (Plus pour Majorque, coalition rassemblant les catalanistes et les ex-communistes/écologistes) et Més per Menorca (son homologue de Minorque) plus le soutien de l’antenne locale de Podemos/Podem. Le Parlement baléare compte 59 députés (19 PP, 14 PSIB/PSOE, 9 Més, 8 Podem dont le Président du Parlement, 3 Proposta per les Illes, 2 Citoyens, 1 Gent per Formentera). Les Baléares sont divisées administrativement en 4 Consells Insulars (Conseils Insulaires) responsables des affaires locales pour chacune des îles : Mallorca (Majorque), Menorca (Minorque), Eivissa (Ibiza) et Formentera.

Immersió lingüistica

Immersion linguistique. Nom donné aux systèmes d’enseignement appliqués par les régions espagnoles à langue propre depuis la Transition démocratique et qui favorisent son apprentissage par tous. Pour la Catalogne (hors le Val d’Aran où c’est l’occitan qui bénéficie de l’immersion), le système, décidé en 1978, n’a véritablement démarré qu’au milieu des années 1980 et ne s’est généralisé qu’au début des années 1990. Il privilégie l’enseignement en catalan pour les petites classes jusqu’à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture (afin que tout le monde puisse être au moins bilingue puisque l’espagnol domine largement l’usage), introduisant ensuite progressivement l’espagnol au fur et à mesure des études, catalan et espagnol étant à égalité à partir du primaire mais le catalan restant la langue de communication et d’administration. À Valence comme aux Baléares (et au Pays Basque et en Navarre pour le basque, en Galice pour le galicien), il existe plusieurs modèles au choix des parents entre l’immersion à la catalane et l’enseignement en espagnol avec quelques matières en langue locale. Longtemps objet de consensus, cette immersion linguistique est aujourd’hui contestée en Catalogne (et ailleurs) par Citoyens et le PP qui considèrent ici qu’elle fait partie de l’endoctrinement subi par les jeunes catalans expliquant selon eux la montée de l’indépendantisme.

Independentisme

Indépendantisme. Mouvement favorable à l’indépendance (independència) de la Catalogne. Il comprend aujourd’hui principalement le parti centriste PDeCat (et la coalition électorale JuntsxCat formée autour de Carles Puigdemont), les partis de gauche ERC et d’extrême-gauche CUP. Ainsi que les deux organisations civiles ANC et Òmnium Cultural et l’association des collectivités locales AMI. Les membres du PSC et de l’UDC favorables à l’indépendance ont généralement rejoint ERC ces dernières années. Certains membres des Comuns et des formations de gauche alliées sont aussi indépendantistes mais sans en faire une priorité. L’indépendantisme a très fortement progressé entre les années 2000 et le début des années 2010, d’abord avec la montée d’ERC puis surtout avec le passage de la CDC dans son camp en 2012. Les indépendantistes sont dits indepes.

Judicialización (judicialització)

Judiciarisation. Nom donné au choix fait par le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy de ne pas négocier politiquement avec l’indépendantisme catalan mais de privilégier la voie judiciaire afin de résoudre le défi qu’il représente pour l’État espagnol en éliminant peu à peu ses têtes de file (poursuites, prison préventive, exil ou fuite à l’étranger) et en décourageant ses partisans (poursuites contre l’endoctrinement, les délits de haine et certaines actions des CDR).

Junta electoral

Junte électorale. Organisme chargé de contrôler et réglementer les différentes élections en Espagne. Le système comprend à son sommet la Junta Electoral Central (JEC) qui siège à Madrid (composée de 8 magistrats du Tribunal Suprême et de 5 juristes désignés par les députés) et un certain nombre de juntes locales dont la Junta Electoral de Catalunya. Les réglementations sévères décrétées lors de la campagne du 21-D (en particulier contre la couleur jaune) et les désaccords entre la Junte catalane et la JEC (en particulier à propos des médias publics) ont suscité la polémique.

Junta de govern (junta de gobierno)

Junte de gouvernement. Nom des exécutifs (avec le maire et les conseillers dont il s’entoure pour gouverner) des  municipalités espagnoles de plus de 5 000 habitants. Voir Ajuntament.

Junts pel Sí (JuntsxSí)

Ensemble pour le Oui. Coalition formée par la CDC, ERC et de nombreux indépendants (comme le chanteur Lluís Llach) venus des organisations civiles pour les élections du 27 septembre 2015 (27-S) afin d’obtenir une réponse plébiscitaire des électeurs sur l’indépendance de la Catalogne devant l’impossibilité légale d’organiser un référendum. Le succès est mitigé puisque la coalition obtient 40 % des voix avec 62 députés (6 de moins que la majorité absolue et 9 de moins que l’ensemble des députés CiU et ERC lors des élections de 2012) mais peut imposer son agenda indépendantiste grâce au soutien conditionnel des 10 députés de la CUP (8 % des voix). La coalition n’est pas reconduite pour les élections du 21-D, ERC souhaitant compter ses soutiens, ce qui entraine la formation de la liste Junts per Catalunya derrière Carles Puigdemont avec le soutien du PDeCat.

Junts per Catalunya (JuntsxCat, JxCat)

Ensemble pour la Catalogne. Liste menée par le président catalan Carles Puigdemont (alors à Bruxelles et qui voulait au départ une liste unique avec ERC comme en 2015 avec Junts pel Sí) pour les élections du 21-D avec le soutien du PDeCat et la présence du président de l’ANC Jordi Sànchez (alors en prison préventive à Madrid). Elle est l’une des surprises de ce scrutin hors normes puisque partie d’assez bas dans les sondages, elle prend de peu la tête du camp indépendantiste avec 34 députés et 22 % des voix (contre 32 députés et 21 % pour ERC). Depuis, JuntsxCat s’est singularisé du PDeCat et s’est fréquemment opposé à ERC en faisant tout son possible pour investir Puigdemont, tout en proposant des candidatures alternatives comme celles de Jordi Sànchez et Jordi Turull, toutes empêchées par le Tribunal Constitutionnel et le Tribunal Suprême. Le groupe parlementaire est dirigé par Elsa Artadi et Eduard Pujol.

Lleida

Lérida. La grande ville de l’ouest de la Catalogne a presque toujours été gouvernée par des maires (appelés ici paer en cap) PSC depuis la Transition démocratique : Antoni Siurana de 1979 à 2003 (à part un intermède CiU de 1987 à 1991 avec Manuel Oronich), Àngel Ros depuis 2003. Depuis les élections de 2015 et la forte chute du score socialiste de 42 à 25% des voix, il gouverne avec le PP et Citoyens. On appelle lleidatanisme, la mentalité provinciale anti-barcelonaise en Catalogne, plus forte à Lérida qu’ailleurs, qui a été favorisée et flattée par le centralisme espagnol et particulièrement par le franquisme (il a même été question un temps sous la dictature de rattacher la province de Lérida à l’Aragon).

Malversación (malversació)

Malversation. L’équivalent en droit français du délit de malversación, prévu à l’article 432 du Code pénal espagnol, est le délit de détournement de fonds publics qui suppose, pour une personne dépositaire de l’autorité publique, notamment de détourner des fonds publics à des fins privées ou des fins autres que la fonction publique. Le délit de malversación peut entrainer une peine d’emprisonnement de 3 à 6 ans. Sept des membres du Govern Puigdemont sont aujourd’hui poursuivis non seulement pour rébellion mais, aussi, pour détournement de fond public au motif qu’ils auraient utilisé de l’argent public en vue d’organiser le référendum du 1er octobre 2017, ce qu’ils contestent en affirmant que si les dépenses relatives à ce référendum ont bien été inscrites au budget de la Généralité, elles n’ont jamais été exécutées de sorte que le référendum aurait exclusivement été financé par des fonds privés. Le ministre des Finances espagnol, Cristobal Montoro, est allé dans le sens des indépendantistes en affirmant qu’aucun denier public n’avait utilisé pour le référendum, ce que conteste encore le juge Llarena du Tribunal Suprême.

Memoria històrica (Memoria histórica)

Mémoire historique. En Espagne, il s’agit de l’examen critique de la Guerre d’Espagne et du franquisme, qui avait été peu fait jusque là en raison du compromis de la Transition démocratique, les élites franquistes (et le Roi, imposé par Franco) acceptant et facilitant le retour à la démocratie en échange d’une garantie de non poursuite pour tous les crimes de la dictature. Depuis la loi de mémoire historique votée en 2007 sous le gouvernement Zapatero, les victimes de la Guerre d’Espagne et de la dictature franquiste ont droit à une sépulture digne, ce qui a permis la fouille de certaines fosses communes (mais les budgets pour cela se sont raréfiés depuis le retour du PP au pouvoir en 2011). Autres sujets de crispation : les noms de rues ou monuments en l’honneur de personnalités franquistes comme le sanctuaire catholique du Valle de Los Caídos, près de Madrid où sont enterrés Franco et le fondateur de la Phalange José Antonio Primo de Rivera mais aussi les restes mêlés de près de 34 000 victimes de la Guerre d’Espagne.

Mesa del Parlament

Bureau du Parlement catalan, composé de 7 membres dont le Président du Parlement. Depuis les élections du 21 décembre  2017 (21-D), il est resté à majorité indépendantiste avec 2 députés JuntsxCat, 2 députés ERC, 2 députés Citoyens et 1 député PSC. Le Bureau fixe l’ordre du jour, veille au règlement et peut le modifier. Depuis que la Catalogne est gouvernée par des coalitions, le Président du Parlement est souvent membre du deuxième parti de la coalition, ce qui explique que le poste ait été tenu par des dirigeants d’ERC du temps du Tripartit (Ernest Benach) et du Procés (Carme Forcadell puis Roger Torrent, élu le 17 janvier 2018).

Més per Mallorca

Plus pour Majorque. Coalition formée en 2010 par le Partit Socialista de Mallorca (PSM)-Entesa Nacionalista (catalaniste de tendance indépendantiste) et Iniciativa Verds (ex-communistes issus d’Esquerra Unida de les Illes Balears, la fédération locale de Izquierda Unida). Més per Mallorca participe au gouvernement baléare dirigé par la socialiste Francina Armengol depuis les élections baléares de mai 2015 (6 députés et 13,8 % des voix, 17,5 % à Majorque) conjointement avec la coalition sœur Més per Menorca (3 députés). Son leader (et celui du PSM) est l’ex-vice-président baléare Gabriel Barceló, qui a dû démissionner en décembre 2017 pour un voyage contesté aux Caraïbes et a été remplacé par la secrétaire générale du PSM Bel Busquets.

Mossos

Mossos d’Esquadra. Nom de la police catalane dépendant de la Généralité, créée en 2005 pour remplir l’essentiel des missions de la Policía Nacional espagnole sur le territoire catalan. La Catalogne est l’un des quatre territoires espagnols à avoir sa propre police avec la Navarre (Policía Foral créée dès 1928), le Pays Basque (Ertzaintza depuis 1982) et les Canaries (Policía Canaria depuis 2010). Entre septembre 2017 de fait, mais surtout à partir de l’application du 155 le 27 octobre, les Mossos sont passés sous l’autorité directe du Gouvernement espagnol jusqu’au rétablissement de l’autonomie catalane le 2 juin 2018. Leur chef depuis 2013, le major Josep Lluís Trapero, avait été limogé le 28 octobre 2017 et est depuis poursuivi par l’Audience Nationale pour « sédition ». Il a été remplacé durant la période du 155 par le n°2 Ferran López, remplacé à son tour par son n°2 Miquel Esquius depuis juillet 2018. La direction des Mossos (cúpula dels Mossos) comprend aussi le directeur général et le secrétaire général à l’Intérieur, tous deux dépendant du conseiller à l’Intérieur et dont les titulaires au moment du 1-O (Pere Soler et Cèsar Puig) sont eux aussi poursuivis pour« sédition » et « appartenance à organisation criminelle » à cause de l’attitude des Mossos lors du référendum. Il y a actuellement plus de 16000 Mossos en Catalogne.

Municipalisme (municipalismo)

Municipalisme. Concept politique créé en Catalogne au début du 20e siècle et issu de l’anarchisme révolutionnaire, très puissant à ce moment-là. Il insiste à la fois sur l’importance de l’échelon local et de la participation citoyenne directe et se veut une démocratie construite à partir d’en bas. Il est revendiqué aujourd’hui essentiellement par la CUP et les Comuns mais marque aussi les pratiques des autres partis indépendantistes ou catalanistes pour qui la politique à l’échelon municipal est d’une importance extrême et suscite des coalitions variées. On retrouve cette priorité au local et au municipal dans le dynamisme des associations d’habitants (également dans le reste de l’Espagne) et l’importance des associations de communes comme l’ACM et l’AMI.

Nova Planta (Decrets de)

Décrets de Nova Planta. Ensemble de lois promulguées par le Roi Philippe V entre son accession au trône d’Espagne en 1701 et la pacification après sa victoire dans la Guerre de Succession (1701-1715) en 1719. Ces lois unifient administrativement l’Espagne en mettant fin aux Couronnes de Castille et d’Aragon. Elles conservent toutefois les droits des provinces qui étaient restées fidèles à Philippe V (comme le Pays Basque et la Navarre) mais punissent celles qui avaient pris parti pour le prétendant Habsbourg comme les états de la Couronne d’Aragon, dont la Catalogne, qui perdent toute administration autonome.

Òmnium Cultural

Omnium Culturel. Organisation de promotion de la langue et de la culture catalanes fondée sous le franquisme en 1961 (et clandestine de 1963 à 1967). Depuis la Transition démocratique, elle défend aussi les droits nationaux de la Catalogne et est devenue l’un des acteurs majeurs de l’indépendantisme depuis la manifestation Som una nació du 10 juillet 2010 qu’elle a organisé. En tandem avec l’ANC créée en 2011, elle organise depuis les grandes manifestations indépendantistes et son président(depuis 2015) Jordi Cuixart est en prison à Soto del Real (province de Madrid) avec celui de l’ANC Jordi Sànchez depuis le 16 octobre 2017. Òmnium rassemble aujourd’hui plus de 80000 membres. Sa ligne actuelle est proche de celle d’ERC et insiste sur la nécessité d’élargir la base (transversalisme) et de rétablir les institutions.

País

Pays. Signifie la Catalogne (par opposition à Estat, l’État, qui signifie alors l’ensemble de l’Espagne) lorsqu’il est utilisé en catalan par un Catalan.

Paísos Catalans

Pays Catalans. Nom donné par les catalanistes aux territoires où le catalan est la principale langue traditionnelle d’usage : la Catalogne mais aussi Valence, les Baléares, l’Andorre et la Catalogne-Nord (plus grande partie du département français des Pyrénées Orientales). On y rajoute aussi la Franja de Ponent (les communes catalanophones de l’est de l’Aragon) et la commune sarde de L’Alguer. La gauche indépendantiste (CUP et ERC) défend une union politique de tous ces territoires.

Parlament

Parlement de Catalogne. Héritier des Corts (cours) catalanes actives du 13e au début du 18e siècle, il a été recréé par la Généralité républicaine de 1932 à 1939 et depuis les élections catalanes du 20 mars 1980. Les 135 députés siègent dans l’ancien arsenal puis palais royal du Parc de la Citadelle (Ciutadella) à Barcelone. Ils votent les lois catalanes et le budget de la Généralité, investissent le Président du Govern. Depuis les élections du 21-D (12e législature), il est dominé une nouvelle fois de peu par la majorité indépendantiste formée par JuntsxCat (34 députés), ERC (32) et la CUP (4). L’opposition est menée par Citoyens (premier parti avec 36 députés), suivi du PSC (17), Catalunya en Comú-Podem (8) et le PP (4). Lors de sa première séance, le Parlement élit sa Mesa (son Bureau) et son Président.

PDeCat (Partit Demòcrata Europeu Català)

Parti Démocrate Européen Catalan. Nouveau nom de la CDC depuis juillet 2016 (changement causé à la fois par la fin de CiU après le refus de l’UDC de passer elle aussi à l’indépendantisme et par l’accumulation des affaires de corruption héritées du pujolisme). Dirigé comme elle par Artur Mas (jusqu’à sa démission en janvier 2018), il représente le centre et le centre-droit de l’indépendantisme. Il n’a pas pour l’instant concouru sous ses couleurs mais représente l’essentiel des 34 députés JuntsxCat élus le 21-D.

Ple (Pleno)

Séance plénière. Nom donné à l’ensemble des représentants d’une assemblée lorsqu’ils siègent ensemble, que ce soit le conseil municipal (ple de l’ajuntament) ou le Parlement catalan (ple del Parlament).

PNV (Partido Nacional Vasco, Euzko Alderdi Jeltzalea)

Parti National Basque. Formation historique du nationalisme basque fondée dès 1895 et qui a gouverné le Pays Basque espagnol pendant sa brève période d’autonomie républicaine (1936-37) durant la Guerre d’Espagne et presque constamment depuis la Transition démocratique (1980 à 2009, depuis 2012). D’origine catholique, il est politiquement plutôt situé au centre et centre-droit, ce qui lui permet de pouvoir s’allier à quasiment tous les partis basques avec qui il partage soit des convictions abertzales (nationalistes ou indépendantistes basques), soit des pratiques pragmatiques et modérées. Depuis 2012, le lehendakari (président basque) Iñigo Urkullu gouverne en coalition avec le PSE (les socialistes basques associés au PSOE). Le PNV est allié par nécessité du parti au pouvoir à Madrid (que ce soit le PP ou le PSOE) car il doit chaque année négocier le cupo (la part des impôts basques reversée à l’État) avec le Gouvernement. Mais proche par nature des indépendantistes catalans (particulièrement les ex-convergents, issus du catholicisme comme lui), il a joué un grand rôle dans les contacts informels entre Madrid et Barcelone lors de la crise d’octobre 2017. Ses 5 députés au Congrès des Députés, nécessaires à Rajoy pour voter le budget, permettent aussi au parti basque de faire pression pour que le Gouvernement soit plus conciliant avec l’indépendantisme catalan. Les sympathisants du PNV sont appelés jeltzales.

Podemos (Podem)

Nous pouvons. Parti né en 2014 et issu des revendications sociales du mouvement des Indignés (Indignados, 15-M) de 2011. Il est appelé Podem (traduction de Podemos en catalan) à Valence, en Catalogne et aux Balérares. Dirigé par l’universitaire Pablo Iglesias, il a rapidement disputé la première place à gauche au PSOE au fur et à mesure des élections : 8 % des voix aux européennes du 25 mai 2014, la prise de Madrid (avec Manuela Carmena et Ahora Madrid) et Barcelone (avec Ada Colau et Barcelona en Comú) aux municipales du 24 mai 2015, 21 % et 69 députés (42 Podemos, 12 En Comú-Podem, 9 Podemos-Compromís, 6 En Marea) aux élections législatives du 20 décembre 2015, toujours 21 % et 71 députés (45 Unidos Podemos – alliance avec Izquierda Unida –, 12 En Comú-Podem, 9 Podemos-Compromís, 5 En Marea) aux législatives anticipées du 26 juin 2016. Le parti est présent dans toute l’Espagne mais s’est allié à des formations locales en Galice (coalition En Marea), à Valence (Compromís) et en Catalogne ou Podem a fait partie de la coalition En Comú-Podem pour les élections législatives et Catalunya En Comú-Podem (Catalunya Sí que es Pot en 2015) pour les élections catalanes. Seul grand parti espagnol à ne pas s’opposer à l’autodétermination (sans être partisan de l’indépendance catalane), Podemos a infléchi son discours après le 1-O et forcé sa fédération catalane Podem (alors dirigée par Albano Dante Fachín qui a depuis quitté le parti pour former la plateforme Som Alternativa favorable à une unité d’action avec l’indépendantisme) à mettre cette question au second plan. C’est dans cette optique que la tête de liste de Catalunya En Comú-Podem Xavier Domènech a pris officiellement sa tête en Catalogne en mars 2018.

Policía Nacional (Cuerpo Nacional de Policía, CNP)

Police Nationale. Corps de police dépendant du ministère de l’Intérieur espagnol comptant 65 000 fonctionnaires et qui n’intervient plus régulièrement comme police urbaine en Catalogne depuis le déploiement des Mossos d’Esquadra en 2005, à part sur des faits de délinquance particuliers comme le terrorisme, le crime organisé ou l’immigration illégale. La Police nationale est aussi intervenue pour empêcher la tenue du référendum du 1-O et, depuis le 155, pour certaines opérations sensibles où le ministère préfère ne pas envoyer les Mossos passés sous son autorité.

PP (Partido Popular)

Parti Populaire. Principal parti de la droite espagnole, il est au pouvoir depuis 2011. Il est l’héritier de l’Alliance Populaire (Allianza Popular) fondée par Manuel Fraga en 1976 pour rassembler les ex-franquistes conservateurs (mais d’accord pour participer au jeu démocratique) et qui a profité de l’effondrement rapide des réformistes de l’UCD après 1982. Transformée en Parti Populaire par son dauphin José María Aznar en 1989, la formation, qui s’est alors affirmée de centre-droit, a profité cette fois de l’usure du PSOE de Felipe González et gagné les élections de 1996 (majorité relative) et 2000 (majorité absolue). Après un deuxième mandat marqué par la Guerre d’Irak et les tensions territoriales, en particulier avec le Pays Basque, Aznar laisse la place à Mariano Rajoy pour les élections de 2004 mais les attentats islamistes d’Atocha quelques jours avant (et la tentative de faire croire qu’il s’agissait d’une attaque d’ETA) font gagner le PSOE de Zapatero qui reprend le pouvoir (avec le soutien des partis régionaux) jusqu’en 2011 où il s’effondre du fait de la rude crise économique depuis 2008 et laisse la majorité absolue au Le PP de Mariano Rajoy. Les deux élections de 2015 et 2016 confirment la concurrence de Citoyens et obligent le PP à gouverner en minorité avec son soutien tacite et celui du PSOE. Le PP est le premier parti au Congrès des Députés (134 députés et 33 % des voix en 2016), au Sénat (majorité absolue avec 149 sénateurs) mais ne dirige, en plus des deux anciens présides de Ceuta et Melilla, que 5 communautés autonomes sur 17 : la Galice (majorité absolue), Madrid, Castille et Léon, La Rioja et Murcie avec le soutien de Citoyens. La fédération catalane du PP, parfois appelée PPC (Partit Popular de Catalunya), a toujours eu des résultats bien moindres qu’ailleurs en Espagne. Elle a toutefois réussi à passer au dessus des 10 % des voix en 1995 et de 2003 à 2012 avec un maximum récent à 13 % et 19 sièges cette année-là (après 2 ans à avoir soutenu le Govern CiU d’Artur Mas) avant une chute rapide causée par l’ascension de Citoyens : 8 % et 11 sièges le 27-S, 4 % et 4 sièges le 21-D. Elle est dirigée depuis 2017 par Xavier García Albiol, maire de Badalona de 2011 à 2015.

President de la Generalitat

Président de la Généralité. C’est le chef de l’exécutif catalan qui est investi par le Parlement (majorité absolue au premier tour, majorité simple au second tour 2 jours plus tard) et dirige le Govern (gouvernement) de la Généralité dont il choisit et démet les membres (consellers). Si le Parlement ne réussit pas à désigner un président de la Généralité, il est dissous au bout de deux mois.

President del Parlament

Président du Parlement. Voir Mesa.

Presidente del Gobierno

Président du Gouvernement. C’est le Premier ministre espagnol, nommé par le Roi parmi ceux qu’il pense capables de rassembler une majorité au Congrès des Députés (généralement le leader du parti arrivé en tête des élections législatives). Une fois investi, il nomme vice-président(s) et ministres, représente l’Espagne et dirige l’administration de l’État. Depuis la Transition démocratique, le poste a été occupé par deux réformistes de l’UCD (Adolfo Suárez de 1979 à 1981 et Leopoldo Calvo-Sotelo de 1981 à 1982), deux socialistes du PSOE (Felipe González de 1982 à 1996 et José Luis Rodríguez-Zapatero de 2004 à 2011), deux conservateurs du PP (José María Aznar de 1996 à 2004, Mariano Rajoy depuis 2011). Le Président réside au palais de La Moncloa à Madrid où se réunit aussi le Conseil des ministres.

Presos

Prisonniers. L’un des effets les plus visibles de la judiciarisation du Procés est l’emprisonnement des leaders de l’indépendantisme. Ils sont appelés presos polítics (prisonniers politiques) par les indépendantistes et polítics presos (politiques prisonniers) par leurs opposants. Les deux premiers ont été les leaders de l’ANC Jordi Sànchez et d’Òmnium Jordi Cuixart incarcérés préventivement à partir du 16 octobre 2017 pour leur participation au rassemblement de protestation du 20 septembre contre les arrestations de hauts fonctionnaires catalans. On suivi le 2 novembre (6 jours après la DUI) les 8 membres du Govern Puigdemont présents en Catalogne : le vice-président Oriol Junqueras et les conseillers Joaquim Forn, Josep Rull, Jordi Turull, Dolors Bassa, Meritxell Borràs, Carles Mundó et Raul Romeva, ces 6 derniers étant libérés sous caution le 4 décembre lorsque le juge Llarena du Tribunal Suprême reprend l’affaire à la juge Lamela de l’Audience Nationale. Les 4 conseillers Rull, Turull (celui-ci le lendemain de l’échec de son investiture au Parlement), Bassa et Romeva ont été réincarcérés le 23 mars 2018 avec l’ancienne présidente du Parlement Carme Forcadell. Tous les prisonniers le sont dans des centres pénitientiaires proches de Madrid. La libération de ces prisonniers est désormais l’une des grandes revendications de l’indépendantisme et au-delà (Comuns et syndicats) et se revendique avec la couleur jaune des rubans (llaç groc) et accessoires vestimentaires et des manifestations régulières.

Pressupostos (Presupuestos)

Budget. Voté par le Congrès des députés (et le Sénat) pour celui de l’État espagnol, par le Parlement catalan pour celui de la Généralité, il est souvent l’occasion de tensions dans les majorités fragiles ou les exécutifs en minorité comme pour le budget catalan de 2017 entre Junts pel Sí et la CUP (durant tout l’été 2016) ou pour le budget espagnol de 2018 entre le PP, Citoyens et le PNV. C’est également le cas dans les municipalités comme le montrent les difficultés d’Ada Colau à Barcelone. S’il n’y a pas de majorité pour voter le budget mais que les opposants sont incapables de s’allier, l’exécutif peut le faire passer en demandant la question de confiance (qüestió de confiança) comme ce fut le cas pour le Govern Puigdemont le 29 septembre 2016.

Principat

Principauté. Appellation traditionnelle de la Catalogne qui, bien que centre politique de la Couronne d’Aragon du 13e au 18e siècle, n’était pas un royaume (comme l’Aragon, Valence ou Majorque) mais un ensemble de comtés que l’on a qualifié à partir du 14e siècle de principauté puisque son chef était prince (seigneur souverain) et que le territoire était unifié par la pratique des Corts catalanes.

Procés

Processus (d’indépendance). Nom donné aux multiples expressions de l’indépendantisme catalan à partir de 2010, lorsqu’il devient le thème majeur de la politique catalane après la difficile réforme de l’Estatut entamée en 2003 et qu’il s’impose une feuille de route pour arriver à l’indépendance effective de la Catalogne. Il est marqué par les manifestations monstres de chaque Diada et les étapes majeures que sont pour l’instant le passage de la CDC à l’indépendantisme à la fin 2012 après le refus du Pacte fiscal par Rajoy, l’accord ERCCiU après les élections de cette année-là qui permet le lancement officiel du Procés par le Parlement en janvier 2013, la consultation du 9-N 2014, les élections plébiscitaires du 27-S 2015, le référendum unilatéral d’indépendance du 1-O 2017, la DUI et la suspension de l’autonomie par le 155 le 27 octobre suivant, les élections du 21-D et la judiciarisation (exil et emprisonnement des dirigeants indépendantistes).

Provincia

Province. Unité administrative espagnole correspondant aux départements français et nommée d’après son chef-lieu (sauf pour le Pays Basque et la Navarre). L’organe dirigeant ses services est appelé Députation provinciale (Deputación provincial, Diputació provincial) et est élu par les conseillers municipaux selon le découpage judiciaire intercommunal en partidos judiciales (partits judicials). Le découpage en provinces date de 1833 et ces provinces étaient regroupées, jusqu’à la Transition démocratique, en regiones (régions) correspondant à peu près aux anciens royaumes ou unités territoriales mais sans organes ni administrations propres. Ces régions son devenues ensuite à peu de choses près (le regroupement de la Vieille Castille et du Léon, l’ajout d’Albacete et le retrait de Madrid de la Nouvelle Castille devenue Castille-La Manche) les communautés autonomes actuelles. La Catalogne compte 4 députations : Barcelone, Gérone, Lérida et Tarragone. Les provinces sont moins importantes ici qu’ailleurs en Espagne car la Généralité utilise pour ses services la division en comarques elles-mêmes bientôt regroupées en vigueries. Les provinces catalanes servent toutefois encore à l’organisation des services de l’État espagnol et aussi comme circonscriptions électorales, que ce soit pour les élections espagnoles ou catalanes.

PSC (Partit dels Socialistes de Catalunya)

Parti des Socialistes de Catalogne. Parti associé au PSOE et représentant les socialistes en Catalogne. Il est né en 1978 comme résultat de la fusion de plusieurs nouveaux partis catalanistes de gauche non communiste (dont la branche catalane du PSOE) et a aussitôt joué un rôle important, particulièrement dans les grandes municipalités en captant à la fois la majorité du vote catalaniste de gauche et celui des familles hispanophones arrivées dans les années 1950 et 1960 en majorité du sud de l’Espagne. Principal parti d’opposition au pujolisme (jusqu’à 38 % des voix en 1999), il accède à la Généralité avec l’ex-maire de Barcelone Pasqual Maragall en 2003, dans la coalition du Tripartit avec ERC et les ex-communistes d’ICV et d’EUiA, reconduite, malgré la crise avec ERC due à l’Estatut, de 2006 à 2010 avec José Montilla. Dans l’opposition depuis, il a vu partir les figures les plus sensibles à l’indépendantisme (généralement vers ERC comme Ernest Maragall) et tente d’incarner une troisième voie raisonnable mais un peu solitaire entre l’unionisme recentralisateur et l’indépendantisme. Le parti a souvent été mis en difficulté par les choix nationaux du PSOE, pas toujours favorables aux Catalans, et il est encore difficile de dire s’il a profité ou souffert du suivisme des socialistes espagnols vis à vis du PP dans la crise catalane. Il a en tout cas stabilisé sa chute au Parlement le 21-D en regagnant un siège (à 17 et 14 % des voix) par rapport à son plus bas de 2015 (16 sièges et 13 % des voix). Il est dirigé par Miquel Iceta depuis 2014.

PSOE (Partido Socialista Obrero Español)

Parti Socialiste Ouvrier Espagnol. Fondé dès 1879 comme vitrine politique des syndicats socialistes, il devient rapidement le parti dominant à gauche, en particulier pendant la Seconde République de 1931 à 1939 (alors que les socialistes sont par contre minoritaires en Catalogne face à la rude concurrence d’ERC, du PSUC (communiste) et des anarchistes). C’est Felipe González, à sa tête depuis l’exil dès 1974 (au congrès de Suresnes), qui va en faire d’abord le principal parti de gauche dès les élections de 1977 (29 % des voix contre 9 % au PCE communiste) grâce à un virage social-démocrate et monarchiste, puis le mener au pouvoir en 1982, instaurant un bipartisme de fait avec le PP à partir de la fin des années 1980 qui persiste pour l’instant malgré l’irruption de Citoyens et de Podemos au milieu des années 2010. Sa vie interne est très agitée depuis la fin du felipisme et s’il a pu s’unir à peu près du temps de Zapatero (au pouvoir de 2004 à 2010), il a beaucoup souffert des dures mesures anti-crise prises par ce dernier entre 2008 et 2011 et se déchire depuis entre ses barons favorables à une politique moins marquée à gauche (aujourd’hui représentés par la présidente andalouse Susana Díaz, alliée localement à Citoyens depuis 2015) et son aile gauche tentée par l’unité d’action avec Podemos. Pedro Sánchez, élu secrétaire général par les militants en 2014 sur une ligne anti-PP est ainsi violemment débarqué par les barons en septembre 2016 pour permettre l’investiture de Mariano Rajoy. Revenu à la tête du parti en mai 2017, toujours grâce aux militants, il tente de préserver depuis un très fragile consensus et a approuvé pour cela les mesures prises par Rajoy contre l’indépendantisme comme le 155, même s’il plaide pour une réforme du modèle territorial. À la différence du PP, le PSOE a un fort ancrage en Catalogne grâce au PSC qui a fourni des cadres importants au PSOE comme le longtemps ministre de la défense (de 1982 à 1991) puis vice-président (de 1991 à 1995) espagnol Narcis Serra ou Carme Chacón (elle aussi ministre de la Défense de 2008 à 2011). Le PSOE est le deuxième parti au Congrès des Députés (84 députés et 22,6 % des voix en 2016), au Sénat (62 sénateurs) et dirige 7 communautés autonomes sur 19 mais nulle part avec la majorité absolue à lui tout seul : Andalousie (avec le soutien de Citoyens), Estrémadure (soutien de Podemos), Asturies (en minorité), Castille-La Manche (soutien de Podemos), Aragon (coalition avec la Chunta Aragonesista et soutien de Podemos), Valence (coalition avec Compromís et soutien de Podem/Podemos) et Baléares (coalition avec Més et soutien de Podem/Podemos).

Pujolisme

Nom donné au système de gouvernement de CiU du temps de Jordi Pujol (président catalan à partir de 1980), mélange de sens des affaires, de catalanisme et de négociation constante avec le pouvoir espagnol, qu’il soit tenu par le PSOE ou le PP, avec une apogée entre 1993 et 2000 lorsque Pujol a pu jouer le rôle de faiseur de rois à Madrid. Le virage recentralisateur du PP à partir du deuxième mandat Aznar (de 2000 à 2004) et la victoire du Tripartit en 2003 ont marqué la fin de cette ère dont les côtés peu glorieux ont alimenté depuis la chronique judiciaire (affaires de corruption Palau et Pujol) et forcé la CDC à changer de nom.

Rebelión (rebelió)

Rébellion. Le délit de rébellion est défini à l’article 472 du Code pénal espagnol et suppose un soulèvement « violent et public » afin, notamment, de déroger, suspendre ou modifier partiellement ou totalement la Constitution ou encore de déclarer l’indépendance d’une partie du territoire national. Les chefs de la rébellion sont passibles d’une peine de 15 à 25 ans d’emprisonnement. Treize dirigeants indépendantistes catalans (ici leur liste), dont Carles Puigdemont, sont aujourd’hui poursuivis pour rébellion par la justice espagnole, plus précisément par le Tribunal Suprême, essentiellement en raison de l’organisation du référendum du 1er octobre 2017 réalisé malgré l’interdiction du Tribunal constitutionnel. Le bien-fondé de ces poursuites est cependant contesté par un grand nombre de pénalistes qui considèrent qu’on ne peut pas imputer des actes de violence aux dirigeants catalans et que c’est plutôt sur le fondement du délit de désobéissance, qui implique une forte amende et une interdiction de faire de la politique mais pas de peine de prison, que devraient être poursuivis les leaders séparatistes. En ce sens, le Tribunal du Schleswig-Holstein a refusé en avril de remettre Carles Puigdemont à l’Espagne afin qu’il soit jugé pour rébellion, jugeant qu’aucune violence n’avait été commise par les indépendantistes catalans ce qui a constitué un véritable coup dur pour la justice espagnole.  

Referèndum

Référendum. Depuis celui de 2006 pour approuver le nouvel Estatut, les consultations populaires ont marqué la montée de l’indépendantisme et le Procés :  après la série de consultations municipales sur l’indépendance entre 2009 et 2011, les Catalans ont été appelés à participer à la consultation du 9-N 2014 puis surtout au référendum unilatéral du 1-O 2017. Depuis, une partie des indépendantistes mais aussi des membres des Comuns demandent un referèndum pactat (c’est à dire accordé), fruit d’une négociation entre le Gouvernement espagnol et la Généralité sur le modèle écossais ou québecois, une éventualité absolument exclue par les 3 partis du bloc constitutionnaliste (PP, PSOE et Citoyens).

Regidor

Conseiller municipal. Il est appelé paer à Lérida et conseller à Tarragone. Voir Ajuntament.

Rey (Rei)

Roi. C’est le chef d’État espagnol depuis la mort de Franco en 1975. Le dictateur avait choisi en 1969 de rétablir les Bourbons sur le trône en la personne de Juan Carlos malgré son différend avec le père de celui-ci, Juan, comte de Barcelone et fils du dernier roi Alphonse XIII (qui avait abdiqué en 1931). La monarchie, peu populaire en Espagne depuis le 19siècle, a connu un retour en grâce avec la Transition démocratique menée par Juan Carlos et à son attitude lors du 23-F. Mais elle a souffert des affaires de corruption concernant la famille royale et ses proches (en particulier l’infante Cristina et son mari) et de l’attitude négligente de Juan Carlos dans les dernières années de son règne, avant son abdication en juin 2014 au profit de son fils, l’actuel roi Felipe VI. Le discours de celui-ci après le 1-O (le 3 octobre 2017) a surpris par sa dureté. Sa position reste fragile depuis l’irruption de Podemos, premier grand parti espagnol depuis la Transition démocratique à être ouvertement républicain. Le Roi est chef des armées, représente l’Espagne et surtout nomme le Président du Gouvernement. Il est marié à l’ex-journaliste asturienne Letizia Ortiz depuis 2004 et le couple a deux filles : les infantes Leonor (princesse des Asturies et héritière du trône) et Sofia.

Rojigualda

Nom donné au drapeau espagnol à 3 bandes rouge, jaune et rouge. Le drapeau républicain espagnol (de 1931 à 1939) rouge, jaune et violet (couleur de la Castille) est lui appelé Tricolor. La Rojigualda est très présente sur les balcons des partisans déclarés de l’unionisme (en association ou non avec la Senyera) et dans les manifestations anti-indépendantistes. À noter que les drapeaux au balcon ne sont pas une pratique exclusivement catalane et que les rojigualdas, longtemps associées au franquisme (bien que le motif héraldique des drapeaux officiels ait changé), sont nombreuses aux balcons dans les autres villes espagnoles, particulièrement depuis les succès de la Roja (l’équipe nationale de football espagnole) et la crise catalane.

Els Segadors

Les Moissonneurs. Nom de l’hymne catalan, inspiré du Corpus de Sang du 7 juin 1640, lorsque des paysans révoltés contre les taxes et la présence des troupes étrangères s’emparèrent de Barcelone avec leurs faux et tuèrent le vice-roi, évènement qui déclencha la Guerre des Segadors de 1640-1659, conflit à la fois social et politique dont la France profita pour affaiblir l’Espagne et s’emparer du Roussillon. Recueillie par des folkloristes à la fin du 19e siècle, la chanson est modifiée (avec l’ajout du célèbre refrain «  Bon cop de falç  », bon coup de faux) et simplifiée en 1899 par le poète catalaniste et un temps anarchiste Emili Guanyavents et joue depuis le rôle d’hymne officieux puis officiel (à partir de 1993) de la Catalogne. Il n’est pas consensuel puisque, très utilisé par les partisans de l’indépendantisme (et chanté par ses députés le jour de la DUI), il ne l’est pas du tout par ceux du PP et de Citoyens.

Senado (Senat)

Sénat. Chambre haute des Cortes Générales (le Parlement espagnol). Depuis les dernières élections du 20 décembre 2015, les 266 sénateurs se répartissent en 208 sénateurs élus (4 par députation provinciale quelle que soit sa population, sauf pour les îles et les présides de Ceuta et Melilla qui envoient de 1 à 3 sénateurs) et 58 désignés par les communautés autonomes selon leur population après chaque élection de leur parlement. Le PP y est majoritaire avec 150 sénateurs, suivi du PSOE (63), de Podemos et ses alliés (23), d’ERC (12), du PNV (6), du PDeCat (4) et de Citoyens (4). La Catalogne y envoie 24 sénateurs (9 % du total) dont 16 élus et 8 désignés : 12 ERC, 5 En Comú-Podem, 4 PDeCat, 2 Citoyens, 1 PSC (José Montilla). Le Sénat a moins de pouvoirs que le Congrès des députés puisqu’il n’investit pas le Gouvernement ni n’a le dernier mot en matière législative. Mais il est seul compétent en ce qui concerne la suspension d’une autonomie, ce qui explique que ce soit lui qui ait voté celle de la Catalogne le 27 octobre 2017 en application de l’article 155 de la Constitution.

Senyera

Nom du drapeau catalan à quatre bandes sang sur or créé par les comtes de Barcelone au 12e siècle. Il a inspiré les autres drapeaux de la Couronne d’Aragon, ceux de l’Aragon, de Valence et des Baléares, mais aussi le drapeau espagnol (la Rojigualda). Face à la vogue de l’Estelada (le drapeau républicain catalan) indépendantiste, la Senyera est de plus en plus utilisée, en association avec la Rojigualda, par le mouvement unioniste ou anti-indépendantiste.

Síndic de Greuges

Syndic des Plaintes ou Médiateur catalan (équivalent du Défenseur des droits français). Il fait partie de la Généralité et rend chaque année un rapport au Parlement sur l’état des droits civiques et les relations entre les citoyens et les institutions. Depuis 2004, il s’agit de Rafael Ribó, ancien leader d’ICV. Chaque communauté autonome a son médiateur dont le nom varie (également Síndic de Greuges à Valence et aux Baléares mais Justicia en Aragon) Au niveau espagnol, le médiateur est le Defensor del Pueblo.

Sobiranisme

Souverainisme. Sont souverainistes les partis et entités considérant que la Catalogne doit être un État (indépendant mais aussi fédéré ou confédéré avec l’Espagne). Le mouvement indépendantiste est naturellement souverainiste mais aussi les représentants des Comuns et certains de ceux du PSC, même si la notion est loin d’avoir une définition consensuelle.

Societat Civil Catalana (SCC)

Société Civile Catalane. Association civile militant contre l’indépendantisme, fondée en 2014 sur le modèle de l’ANC. C’est elle qui organise les manifestations unionistes comme celle du 29 octobre 2017.

Tabàrnia

Mot forgé à partir de Tarragona et Barcelona pour inventer un territoire supposé anti-indépendantiste avec les territoires centrés sur ces deux agglomérations supposé rejoindre l’Espagne en cas d’indépendance de la Catalogne. Ce concept mi-satirique, mi-extrémiste est sensé placer l’indépendantisme face à ses contradictions (puisqu’il serait pour l’indépendance de la Catalogne mais contre celle de Barcelone et Tarragone). Créé par des activistes anti-catalanistes et hostiles à une campagne catalane très majoritairement indépendantiste, le concept a été popularisé par les dirigeants de Citoyens (et les médias anti-indépendantistes) après les élections du 21-D.

Tarragona

Tarragone. La grande ville du sud de la Catalogne compte 131 000 habitants. Son maire est depuis 2007 le socialiste Josep Fèlix Ballesteros qui gouverne avec le soutien du PP. Avant lui, la ville avait été dirigée depuis la Transition démocratique par Josep Maria Recasens (PSC) de 1979 à 1989 et par Joan Miquel Nadal (CiU) de 1989 à 2007.

Tercera via

Troisième voix. Nom donné à ceux qui ne se reconnaissent ni dans l’indépendantisme ni dans l’unionisme et soutiennent soit un statut d’autonomie renforcée (comme le statut initial proposé en 2006), soit un fédéralisme espagnol ou une confédération avec l’Espagne. On retrouve cette tendance principalement chez les partisans du PSC et des Comuns qui sont aussi appelés équidistants.

Transición española (Transició democràtica)

Transition espagnole (Transition démocratique). Nom donné à la période intermédiaire commençant avec la mort de Franco en 1975 et s’achevant avec l’arrivée du PSOE au pouvoir en 1982. Franco mort le 20 novembre 1975, Juan Carlos Ier devient roi le 22 et nomme en juillet 1976 Adolfo Suárez président du Gouvernement. C’est celui-ci qui va mener le régime sur la voie de la démocratie, d’abord par le référendum sur la « réforme politique » du 15 décembre 1976 (94 % de oui) qui permet la libéralisation politique et les élections du 15 juin 1977 (les premières élections démocratiques depuis 1936) remportées par l’UCD, le parti formé par Adolfo Suárez. La Constitution (rédigée par 7 députés) fut approuvée par le Congrès des députés puis par référendum le 6 décembre 1978 (92 % de oui). Les élections du 1er mars 1979 confirment les résultats de 1977 mais l’instabilité au sein de l’UCD et le putsch manqué du 23-F accélèrent l’arrivée au pouvoir de Felipe González avec le raz de marée du PSOE (48 % des voix) au élections du 28 octobre 1982. Fruit d’un compromis monarchiste entre les ex-franquistes et la gauche jusque là républicaine, la Transition a permis le rétablissement de la Généralité catalane dès 1977.

Tribunal Constitucional (TC)

Tribunal Constitutionnel espagnol. Institution chargée depuis 1980 de juger les recours pour inconstitutionnalité et d’arbitrer les conflits entre institutions. Il est composé de 12 membres nommés pour 9 ans par le Roi sur proposition du Congrès des Députés (4 à la majorité des 3/5), du Sénat (4 à la majorité des 3/5), du Gouvernement (2), du Conseil Général du Pouvoir Judiciaire (2 à la majorité des 3/5). Actuellement, 7 sont considérés comme faisant partie du secteur conservateur et 5 du secteur progressiste. Son rôle a été particulièrement important depuis le début du Procés puisque c’est lui qui a retoqué en 2010 (sur recours du PP) les parties les plus emblématiques du nouveau Statut d’autonomie de la Catalogne. Et qui a interdit en février 2018 à Puigdemont d’être investi président catalan sans s’être d’abord présenté devant le Tribunal Suprême. Accusé de jouer un rôle politique par les indépendantistes, il se trouve au cœur du conflit institutionnel catalan.

Tribunal Supremo (Tribunal Suprem, TS)

Tribunal Suprême. Tribunal de dernière instance et plus haute cour de justice espagnole siégeant à Madrid. En plus de juger en dernière instance, il est seul compétent pour juger les parlementaires et ministres, magistrats et membres des exécutifs régionaux. C’est lui qui s’est saisi de l’enquête contre le Procés, menée par le magistrat Pablo Llarena contre les dirigeants de l’indépendantisme catalan.

Tribunal Superior de Justicia de Cataluña (Tribunal Superior de Justícia de Catalunya, TSJC)

Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne. Plus haute cour de justice catalane. Le statut d’autonomie de 2006 en avait fait l’instance suprême d’appel, le Tribunal Suprême ne gardant que certains pouvoirs d’unification de doctrine dont la sentence du Tribunal Constitutionnel de 2010 a rétabli le caractère illimité. Son siège est au Palau de Justícia (Palacio de Justicia) de Barcelone, passeig de Lluís Companys (entre l’Arc de triomphe et le Parc de la Citadelle).

Tripartit

Nom donné à la coalition de gauche menée par les socialistes du PSC avec les indépendantistes d’ERC et les ex-communistes ICV et d’EUiA qui a gouverné la Catalogne de 2003 à 2006 avec Pasqual Maragall à la tête de la Généralité et de 2006 à 2010 avec José Montilla. Elle mit fin à la domination de CiU sur la vie politique catalane et fit voter un nouvel Estatut (finalement censuré par le Tribunal Constitutionnel).

UDC (Unió Democràtica de Catalunya, Unió)

Union Démocrate de Catalogne. Fondée en 1931 pour regrouper les catalanistes catholiques, elle est restée dans l’opposition pendant la Généralité républicaine et s’est rapidement alliée à la CDC (elle aussi en partie d’origine catholique) au sein de CiU dès 1979. Ses principaux leaders ont été Miquel Coll puis Josep Antoni Duran Lleida. Plutôt opposée à la CDC sur le passage à l’indépendantisme, elle a quitté CiU en 2015 avant de faire faillite en 2016-17 après ses mauvais résultats aux élections du 27-S (2,5 % des voix et donc aucun député). Ses membres indépendantistes se sont plutôt alliés à ERC (comme Antoni Castellà ou Núria de Gispert avec Demòcrates de Catalunya), les autres (comme Ramon Espadaler avec Units per Avançar) se sont rapprochés du PSC.

Ultres (Ultras)

Ultras. Nom donné aux supporteurs extrémistes de l’unionisme liés aux groupuscules de l’extrême-droite espagnole.

Unilateralisme (unilateralismo)

Unilatéralisme. En Catalogne, il est défendu par ceux qui pensent que l’indépendance ne peut pas être obtenue par la négociation ou que celle-ci ne peut avoir lieu qu’à l’issue d’un bras de fer pacifique. Des actions de désobéissance sont donc envisagées pour rendre l’indépendance et la République effectives. À peu près consensuel dans l’indépendantisme jusqu’au référendum (unilatéral) du 1-O et à la DUI, il est depuis un facteur de division avec des partisans dans tous les partis mais particulièrement chez les militants de la CUP et les partisans de Junts per Catalunya, beaucoup moins dans les rangs d’ERC et du PDeCat. Parmi les organisations civiles, l’ANC est aussi plus unilatéraliste qu’Òmnium Cultural.

Unionisme (unionismo)

Unionisme. Les unionistes sont les Catalans partisans d’une Catalogne unie à l’Espagne. Citoyens et le PP catalan sont des partis unionistes et le qualificatif est aussi appliqué par les indépendantistes au PSC bien que celui-ci préfère se faire qualifier de fédéraliste ou au pire constitutionnaliste, appellation généralement préférée par les représentants des formations anti-indépendantistes. Les unionistes sont aussi appelés plus péjorativement espagnolistes (espanyolistes, españolistas) par les indépendantistes.

València (Valencia)

Valence. La Communauté autonome Valencienne (aussi appelée Pays Valencien) n’a pas bénéficié du même degré d’autonomie que la Catalogne, même si elle a pu instaurer un enseignement en valencien (nom du catalan sur place). Comme la Catalogne, elle est administrée par une Généralité formée par des Corts (parlement), un Consell (gouvernement) dirigé par un président. Longtemps tenu par le PP qui a été particulièrement touché ici par les affaires de corruption, le Consell est depuis 2015 passé à gauche avec la coalition entre le PSPV (le PSOE local) du président Ximo Puig et Compromís, un rassemblement de formations de gauche radicale et valencianistes allié à Podemos. L’accord politique entre ces 3 formations est le Pacte del Botànic (du nom du Jardí Botànic de Valence où il a été signé le 11 juin 2015), d’où le nom de Govern del Botànic donné parfois au Consell actuel. Les élections de 2015 avaient vu une chute spectaculaire des résultats du PP et du PSOE (presque seuls présents jusque là), les Corts valenciennes étant désormais composées de 31 députés PP (-24), 23 socialistes (-10), 19 Compromís (+13), 13 Podem/Podemos (+13) et 13 Citoyens (+13). Pas de catalanisme ici, mais un valencianisme qui, soumis à une pression beaucoup plus forte de l’espagnol, est divisé en partisans de l’unité avec les autres Pays Catalans (minoritaires) et partisans d’une démarche particulière qui font aujourd’hui partie de Compromís.

Notules rédigées par Jean de Saint Blanquat avec l’aide d’Anthony Sfez (Le Débat Catalan).