Chronologie politique récente du mouvement indépendantiste catalan

20002008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut  / 20082012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme / Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015 / Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés entre octobre 2017 et mai 2018  / Depuis la motion de censure et la levée du 155

Les spécialistes, les politologues et les historiens ne sont pas forcément d’accord sur les causes et les phases de ce que les indépendantistes, et désormais aussi les autres, appellent le Procés (prononcer proussèss), c’est à dire le processus d’indépendance de la Catalogne. Le démarrage officiel de ce Procés a clairement eu lieu à l’automne 2012 avec le passage à l’indépendantisme de la coalition CiU d’Artur Mas (officiellement provoqué par le non de Rajoy à l’autonomie fiscale de la Catalogne) puis l’accord de gouvernement qu’elle signe avec l’ERC d’Oriol Junqueras prévoyant un référendum d’indépendance. Mais d’autres points de départ sont souvent cités comme la censure du nouveau Statut (Estatut) d’autonomie de la Catalogne par le Tribunal Constitutionnel espagnol en juin 2010 ou même la première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Mar en septembre 2009. Quant au changement d’atmosphère politique qui a permis cette montée de l’indépendantisme (très minoritaire jusque là), beaucoup le font partir du deuxième mandat de José María Aznar entre 2000 et 2004 qui rompt le consensus fragile issu de la transition démocratique de 1975-82 et alimente la tension entre la droite espagnole et des partis catalans qui se sentaient jusque là intégrés au système.

2000-2008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut

2000

12 mars. Les élections espagnoles donnent pour la première fois la majorité absolue au PP de José María Aznar (183 sièges), qui n’a donc plus besoin de l’appui du PNV basque et surtout de CiU comme c’était le cas depuis son arrivée au pouvoir en 1996. Aznar entame une politique de tension avec les partis basques et catalans et d’alignement inconditionnel sur les États-Unis de George Bush.

2001

17 janvier. Le président catalan depuis 1980 Jordi Pujol nomme Artur Mas conseller en cap (premier conseiller), le désignant ainsi comme son successeur à la tête de CiU et du Govern.

2003

16 novembre. Les premières élections catalanes de l’après-Pujol (63 % de participation) enregistrent la forte baisse des deux grands partis. CiU perd 10 sièges (46), le PSC 10 également (42) tandis que les autres formations progressent : plus 11 sièges pour ERC (23), plus 6 pour ICVEUiA (9), plus 3 pour le PP (15). Lors du grand meeting du PSC au Palau Sant Jordi le 13 novembre, le chef du PSOE Zapatero avait assuré qu’il appuierait le nouvel Estatut (statut d’autonomie) que voterait le Parlement catalan.

14 décembre. Accord du Tinell : le PSC de l’ancien maire de Barcelone Pasqual Maragall, l’ERC de Josep Lluís Carod-Rovira et la coalition ICVEUiA signent leur « accord pour un Govern catalaniste et de gauche » qui permet la coalition du Tripartit.

18 décembre. Maragall devient le premier président socialiste de la Généralité de Catalogne. Carod-Rovira est conseller en cap.

2004

27 janvier. Démission de Carod-Rovira après les révélations sur ses entretiens avec des membres d’ETA. Il est remplacé par Josep Bargalló.

9 février. Constitution de la commission parlementaire chargée de rédiger le nouvel Estatut.

11 mars. Attentats de Madrid (191 tués). La tentative d’Aznar de les attribuer à ETA (alors que la responsabilité d’Al Qaeda se confirme rapidement) entraine la défaite surprise du PP, mené par Mariano Rajoy, aux élections législatives du 14 mars. Le PSOE de Zapatero (164 sièges) passe devant le PP (148) et peut gouverner grâce au soutien de CiU (10 sièges) et du PNV (7). ERC obtient 8 sièges.

2005

27 janvier. Effondrement du tunnel du Carmel lors des travaux de prolongation de la ligne 5 du métro à Barcelone. Il marque le début de polémiques sur le sous-investissement en matière d’infrastructures en Catalogne depuis les années Aznar et les pratiques politiques en la matière.

30 septembre. Le Parlement catalan vote le nouvel Estatut par 120 voix pour (CiU, PSC, ERC, ICVEUiA) et 15 contre (PP).

2 novembre. Le projet d’Estatut arrive en discussion au Congrès des députés espagnol malgré le recours en inconstitutionnalité du PP.

19 décembre. Formation de la Plataforma pel dret de decidir (Plateforme pour le droit à décider, PDD) regroupant entités et municipalités en faveur de l’autodétermination de la Catalogne.

2006

21 janvier. Accord de la Moncloa entre Mas (CDC), Duran Lleida (UDC) et Zapatero, modifiant l’Estatut (en échange de promesses de hausse de l’investissement public en Catalogne) pour permettre son approbation au Congrès.

18 février. Manifestation « Som una nació i tenim el dret de decidir » (Nous sommes une nation et nous avons le droit de décider) pour contester l’accord de la Moncloa avec plus de 100 000 personnes, à l’appel de la PDD et soutenue par ERC.

30 mars. Le Congrès des députés vote l’Estatut modifié par 189 voix pour (PSOE, IU, PNV, BNG, CC), 154 contre (PP, ERC, EA) et 2 abstentions (CHA, NB).

10 mai. Le Sénat approuve de justesse l’Estatut modifié : 128 voix pour (PSOE, CiU, IU), 125 contre (PP) et 6 abstentions (ERC, EA, PAR).

11 mai. ERC appelle à voter non au référendum. Maragall démet les conseillers ERC et ne garde le soutien d’ICVEUiA qu’en échange de la promesse d’élections anticipées après le référendum.

18 juin. L’Estatut est approuvé par référendum : 78,1 % des électeurs catalans pour, 21,9 % contre, 6,2 % de blancs et nuls, 50,6 % d’abstention.

21 juin. Maragall annonce qu’il ne mènera pas le PSC aux prochaines élections.

19 juillet. La loi organique réformant l’Estatut est promulguée. Il entre en vigueur le 9 août.

31 juillet. Federico Trillo et 98 autres députés PP déposent un recours contre l’Estatut devant le Tribunal Constitutionnel. Ce recours est accepté le 28 septembre. D’autres recours sont déposés par le Médiateur (Defensor del Pueblo) et par plusieurs gouvernements régionaux (Murcie, Rioja, Aragon, Valence et Baléares).

1er novembre. Élections catalanes anticipées (57 % de participation). CiU regagne 2 sièges (48), le PSC en perd encore 5 (37), ERC 2 (21), le PP 1 (14) tandis qu’ICVEUiA en gagne 3 (15) et qu’apparait le nouveau parti Citoyens d’Albert Rivera (3). Le Tripartit est reconduit entre le PSC, ERC et ICVEUiA sous la présidence de José Montilla (PSC), investi par le Parlement le 24. Il forme un Govern le 28 avec de nouveau Carod-Rovira (ERC) en n°2.

2007

1er décembre. Manifestation « Som una nació i diem PROU ! Tenim dret a decidir sobre les nostres infraestructures » (Nous sommes une nation et nous disons ASSEZ ! Nous avons le droit de décider sur nos infrastructures) à l’appel de la PDD et soutenue par CiU, ERC, ICVEUiA et la CUP. Y assistent plus de 200 000 personnes.

2008

9 mars. Le PSOE de Zapatero reste en tête aux élections législatives espagnoles avec 169 sièges contre 154 au PP de Rajoy. Il est réélu président grâce à l’abstention des partis régionaux (sauf ERC) et de IU.

2008-2012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme

7 octobre. Le Gouvernement Zapatero doit prendre des mesures exceptionnelles pour sauver le système financier espagnol menacé de naufrage après le déclenchement de la crise financière mondiale. La crise économique, très sévère, durera officiellement jusqu’en 2014.

2009

13 septembre. Première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Munt (sur les 6517 électeurs, 41 % de participation et 96 % pour l’indépendance).

13 décembre. Après une deuxième consultation municipale sur l’indépendance à Sant Jaume de Frontanyà, 166 autres municipalités suivent l’exemple.

2010

28 février. Deuxième vague de consultations sur l’indépendance dans 80 municipalités.

25 avril. Troisième vague de consultations sur l’indépendance dans 210 municipalités.

12 mai. Zapatero annonce un plan drastique d’austérité qui n’est voté que grâce à l’abstention de CiU.

16 juin. Zapatero décide une réforme radicale du marché du travail. Elle est approuvée par le Congrès le 22 grâce à l’abstention du PP et provoquera une grève générale le 29 septembre.

20 juin. Quatrième vague de consultations sur l’indépendance dans 48 municipalités.

28 juin. Avec un grand retard dû au blocage entre le PP et le PSOE sur les nouvelles nominations, le Tribunal Constitutionnel annule un certain nombre de dispositions sensibles du nouvel Estatut.

10 juillet. Convoquée par tous les partis catalans sauf le PP et Citoyens, la manifestation « Som una nació, nosaltres decidim » (Nous sommes une nation, c’est nous qui décidons) réunit plus d’un million de personnes à Barcelone.

28 novembre. Les élections catalanes (60 % de participation) mettent fin au Tripartit et entrainent le retour de CiU (62 sièges, +14) au pouvoir mais sans majorité absolue. Le PSC continue sa chute à 28 sièges (-9), le PP remonte à 18 (+4), ICVEUiA descend à 10 (-2) comme ERC (-11). Le nouveau parti indépendantiste Solidaritat Catalana per l’Independència obtient 4 sièges, Citoyens reste à 3.

23 décembre. Mas est élu président catalan grâce à l’abstention du PSC au second tour.

2011

2 avril. Zapatero annonce qu’il ne se représentera pas.

10 avril. Dernière consultation municipale sur l’indépendance à Barcelone. En tout, plus de 800 000 électeurs ont voté dont plus de 90 % pour l’indépendance.

30 avril. Conferencia Nacional per l’Estat Propi (Conférence nationale pour l’État propre) à Barcelone qui réunit plus d’un millier de partisans de l’indépendance et constitue un conseil permanent.

15 mai. Début du mouvement des Indignés à Madrid et dans les grandes villes d’Espagne et de Catalogne.

22 mai. Élections locales et municipales. Le PSC perd Barcelone au profit de CiU (Xavier Trias).

25 mai. Fondation formelle de l’Assemblea Nacional Catalana (ANC) par les participants à la Conferencia Nacional per l’Estat Propi. Dolors Marin en est la première présidente.

23 août. Accord entre Zapatero et Rajoy pour modifier la constitution afin de limiter le déficit public.

11 septembre. Manifestation « Som una nació, volem estat propi » (Nous sommes une nation, nous voulons un État à nous) à l’occasion de la Diada.

1er octobre. Oriol Junqueras est élu président d’ERC avec Marta Rovira en n°2.

20 novembre. Le PP de Mariano Rajoy remporte la majorité absolue aux élections législatives espagnoles avec 186 sièges. Le PSOE s’effondre à 110 sièges. CiU a 16 sièges, ERC 3.

14 décembre. Constitution officielle à Vic de l’Associació de Municipis per l’Independència (AMI) avec les maires de 156 municipalités. Le mouvement avait été lancé par les municipalités d’Arenys de Munt le 8 septembre et de Vic le 12.

2012

10 mars. Assemblée constitutive de l’ANC au Palau Sant Jordi de Barcelone. Carme Forcadell devient sa présidente en avril.

25 juillet. Le Parlement approuve la résolution demandant pour la Catalogne un accord fiscal comparable à ceux du Pays Basque et de la Navarre. Ont voté pour les députés CiU, ICVEUiA et ERC. Les députés PSC et PP en votent certaines dispositions.

11 septembre. Marche « Catalunya, nou estat d’Europa » (Catalogne, nouvel état d’Europe) organisée par l’ANC à l’occasion de la Diada à Barcelone et qui rassemble au moins 1,5 million de personnes.

20 septembre. À la Moncloa, Mas voit Rajoy qui refuse définitivement ses propositions d’accord fiscal. Selon Mas, « il est absurde de continuer sur un chemin qui est fermé ». Ne pouvant plus gouverner avec le soutien du PP (qui a appuyé ses sévères coupes budgétaires), il dissout le Parlement qui vote le 27 une résolution sur la « nécessité pour le peuple de Catalogne de pouvoir déterminer librement et démocratiquement son avenir collectif ».

Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015

25 novembre. Élections catalanes anticipées (68 % de participation). CiU obtient 50 sièges (-12), ERC prend la deuxième place avec 21 (+11), le PSC passe en troisième position à 20 (-8), juste devant le PP à 19 (+1). Les petits partis progressent  : ICV-EUiA à 13 (+3), Citoyens à 9 (+6), la CUP fait son entrée avec 3 sièges.

21 décembre. Après avoir signé avec Junqueras le 19 un « Accord pour la liberté » qui prévoit une consultation sur l’indépendance, Mas est réélu président catalan (71 voix) grâce au soutien sans participation d’ERC.

2013

23 janvier. Le Parlement vote une « Déclaration de souveraineté et du droit à décider pour le peuple de Catalogne » qui affirme « débuter un processus (procés) pour rendre effectif l’exercice du droit à décider afin que les citoyens et citoyennes de Catalogne puissent décider leur avenir politique collectif ». Elle obtient 85 votes (50 CiU, 21 ERC, 13 ICV-EUiA, 1 CUP).

8 mai. Le TC suspend préventivement la Déclaration de souveraineté (elle sera finalement partiellement censurée le 25 mars 2014).

5 septembre. Mas propose des élections catalanes plébiscitaires pour surmonter l’opposition du Gouvernement à un référendum d’indépendance.

11 septembre. À l’occasion de la Diada, organisation d’une chaine humaine de 400 km en faveur de l’indépendance avec 1,6 million de participants, la Via Catalana.

12 décembre. Mas annonce un référendum consultatif pour le 9 novembre 2014 avec 2 questions. Il demande au Congrès des députés de transférer à la Généralité la compétence pour organiser ce genre de consultation.

2014

16 janvier. Le Parlement vote une motion demandant au Congrès des députés de lui permettre d’organiser un référendum sur l’indépendance (87 voix avec les députés CiU, ERC, ICV-EUiA et 3 PSC).

8 avril. Le Congrès des députés refuse l’examen de la demande du Parlement par 299 voix (dont PP et PSOE) contre 47 (dont CiU, IU, PNV, ERC, ICV-EUiA, BNG). Mas dit que ce non « ne pourra arrêter la volonté du peuple de Catalogne ».

25 mai. Les élections européennes enregistrent d’excellents résultats pour les partis indépendantistes : la liste menée par ERC arrive en tête (24 %), suivie par celle à laquelle participe CiU (22 %).

11 septembre. Nouvelle Via Catalana à l’occasion de la Diada avec un grand V sur la Diagonal et la Gran Via de les Corts.

19 septembre. Le Parlement approuve la loi sur les consultations populaires non référendaires avec les voix des députés de tous les partis sauf le PP et Citoyens.

29 septembre. Le Gouvernement Rajoy recourt au TC contre la loi sur les consultations et le décret de convocation signé le 25 par Mas. Réuni le même jour, le TC suspend préventivement la loi et le décret.

14 octobre. Mas décide de finalement organiser un processus de participation citoyenne avec les mêmes questions que la consultation prévue.

4 novembre. Le TC suspend le processus de participation citoyenne sur demande du Gouvernement Rajoy. La Généralité maintient son organisation.

9 novembre. Consultation sur l’indépendance : 2,305 millions d’électeurs y participent dont 80,8 % pour une Catalogne indépendante, 10,1 % pour une Catalogne souveraine mais pas indépendante, 4,5 % opposés à ces deux possibilités.

25 novembre. Mas propose une liste unie de l’indépendantisme aux prochaines élections catalanes.

2015

14 janvier. Accord entre CiU, ERC et les autres entités indépendantistes pour des élections anticipées le 27 septembre.

30 mars. Signature d’un pré-accord entre les partis et entités indépendantistes sur la feuille de route du Procés.

16 mai. Jordi Sànchez remplace Carme Forcadell à la présidence de l’ANC.

24 mai. Les élections locales consacrent l’irruption des listes soutenues par Podemos qui s’emparent de Madrid (Ahora Madrid) avec Manuela Carmena et de Barcelone (Barcelona en Comú) avec Ada Colau qui prend la mairie à Xavier Trias (CiU).

18 juin. Dissolution de CiU. La CDC (désormais indépendantiste) et l’UDC (partagée) reprennent leur indépendance.

11 septembre. L’ANC et Òmnium organisent une Via Lliure (Voie libre) le long de la Diagonal à Barcelone à l’occasion de la Diada.

Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017

27 septembre. Élections catalanes anticipées (77 % de participation). La liste plébiscitaire d’union indépendantiste Junts pel Sí avec des représentants de la CDC, d’ERC et des entités civiles n’obtient pas la majorité avec 62 sièges (et 40 % des voix) et dépend donc des 10 sièges de la CUP (+7) pour arriver au pouvoir. Citoyens progresse fortement à 25 sièges (+16) tandis que les autres listes sont à la baisse : le PSC à 16 (-4), Catalunya Sí Que es Pot (union d’ICV-EUiA et des Comuns alliés à Podemos) à 11 (-2), le PP à 11 (-8).

26 octobre. Ancienne présidente de l’ANC, Carme Forcadell est élue présidente du Parlement.

9 novembre. Le Parlement vote une déclaration « de début du processus d’indépendance de la Catalogne ».

10 novembre. Mas ne parvient pas à se faire réélire président à cause du refus de la CUP de voter pour lui.

20 décembre. Les élections législatives espagnoles privent le PP de sa majorité absolue avec 123 sièges (-63). Le PSOE est au plus bas à 90 sièges (-20). De fortes baisses qui s’expliquent par l’irruption à gauche de Podemos (69) et à droite de Citoyens (40). En Catalogne, la coalition En Comú soutenue par Podemos arrive en première position avec 12 députés et un quart des votes.

2016

9 janvier. Mas accepte de faire un « pas de côté » et retire sa candidature au profit du maire de Gérone Carles Puigdemont qui est investi président le lendemain par 70 voix (62 Junts pel Sí et 8 CUP). Le nouveau Govern est constitué le 14 avec Oriol Junqueras (ERC) en n°2 et conseiller à l’économie.

26 juin. Élections législatives espagnoles anticipées du fait de l’impossibilité pour le PP comme pour le PSOE d’obtenir une majorité. Léger rebond du PP qui remonte à 137 sièges et effritement du PSOE (85) tandis que Podemos se maintient grâce à son alliance avec IU (73) et que Citoyens reflue (32). En Comú garde la première place en Catalogne (12 députés).

23 juillet. Congrès fondateur du PDeCat (Partit Demòcrata Europeu  Català) qui prend la suite de la CDC et élit Mas comme président.

28 septembre. Puigdemont annonce que la Généralité organisera un référendum d’indépendance en septembre 2017. Le même jour, les barons du PSOE renversent Pedro Sánchez et obtiennent ainsi que le PSOE s’abstienne et que Rajoy puisse être investi à la tête du Gouvernement le 29 octobre.

6 octobre. Le Parlement vote une résolution demandant au Govern d’organiser un référendum d’indépendance au plus tard en septembre 2017. Cette résolution est suspendue préventivement en décembre par le TC sur demande du Gouvernement puis annulée le 13 février suivant.

2017

21 mai. Pedro Sánchez remporte les primaires socialistes avec 50 % du vote des militants (dont 80 % de ceux du PSC) et reprend la tête du PSOE.

14 juillet. Remaniement du Govern pour préparer la dernière ligne droite avant le référendum. Les conseillers PDECat Jordi Jané (Intérieur), Neus Munté (Présidence), Meritxell Ruiz (Enseignement) et Jordi Baiget (Entreprise et Connaissance) s’en vont.

26 juillet. La Garde Civile commence à interroger certains dirigeants indépendantistes.

17 août. Attaques jihadistes en Catalogne : 15 personnes tuées l’après-midi sur la Rambla de Barcelone et plus d’une centaine blessées par une camionnette. La nuit, 5 membres du même groupe tentent une autre attaque à Cambrils où ils tuent une personne et en blessent 5. Le lendemain, 100 000 personnes (dont Puigdemont, Rajoy et le roi Felipe VI) participent à une minute de silence à Barcelone. Le 26, 500 000 personnes (et les mêmes personnalités) y participent à la manifestation « No tinc por » (Je n’ai pas peur).

6 septembre. Le Parlement vote la loi du référendum d’autodétermination par 72 voix (Junts pel Sí et la CUP) et 11 abstentions (CSQP). Après avoir vainement protesté, les députés PSC, Cs et PP boycottent le vote. Puigdemont signe le décret convoquant le référendum pour le 1er octobre.

8 septembre. Le Parlement vote dans les mêmes conditions la loi de transitorialité juridique et fondationnelle de la République qui prévoit le passage à la République si le oui l’emporte, de nouvelles élections catalanes si c’est le non.

11 septembre. « Diada del Sí » (Diada du oui) à Barcelone avec environ 1,5 million de participants.

15 septembre. Le Gouvernement espagnol prend le contrôle des finances de la Généralité.

20 septembre. Opération de la Garde Civile contre la Généralité pour perturber la préparation du référendum. Arrestation de 15 hauts fonctionnaires catalans et confiscation de 10 millions de bulletins. Rassemblement de protestation devant la Conseillerie à l’Économie.

1er octobre. Référendum unilatéral d’indépendance : 2,286 millions d’électeurs (43 % du corps électoral) y participent malgré les interventions de nombreuses forces de police espagnoles et des centaines de blessés. Le oui obtient 90,2 %, le non 7,8 %.

3 octobre. Grève générale contre la répression policière lors du référendum. Le soir, intervention télévisée du roi Felipe VI très hostile aux indépendantistes.

10 octobre. Puidgemont transmet les résultats du référendum au Parlement mais suspend la déclaration d’indépendance prévue par les lois votées en septembre pour laisser la possibilité de négociations avec le Gouvernement espagnol.

16 octobre. Jordi Sànchez (ANC) et Jordi Cuixart (Òmnium) comparaissent devant la juge Lamela de l’Audience Nationale à Madrid et sont emprisonnés pour sédition à cause du rassemblement du 20 septembre devant la Conseillerie à l’Économie.

26 octobre. Estimant que cela ne changera rien à la décision de Rajoy de suspendre l’autonomie, Puigdemont renonce à convoquer de nouvelles élections et annonce le vote d’une Déclaration unilatérale d’indépendance (DUI) le lendemain.

27 octobre. Le Parlement vote une résolution contenant en préambule la DUI votée le 10 octobre mais suspendue. Le Sénat espagnol vote lui la suspension de l’autonomie catalane par l’application de l’article 155.

Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés

28 octobre. En vertu du 155, Rajoy démet le Govern. Le lendemain, il dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections catalanes le 21 décembre.

29 octobre. Grande manifestation unioniste à Barcelone avec au moins 300 000 personnes.

30 octobre. Puigdemont arrive à Bruxelles avec la moitié du Govern.

2 novembre. Les 8 conseillers restés en Catalogne (Junqueras, Forn, Turull, Rull, Romeva, Bassa, Borràs et Mundó) comparaissent devant la juge Lamela qui les fait tous incarcérer préventivement sauf Santi Vila qui peut sortir le lendemain après avoir payé une caution.

11 novembre. Une manifestation en soutien aux prisonniers rassemble au moins 750 000 personnes Carrer de la Marina à Barcelone.

4 décembre. Le juge Llarena du Tribunal Suprême reprend l’enquête contre le référendum à l’Audience Nationale et libère sous caution 6 des 8 conseillers : Turull, Rull, Romeva, Mundó, Bassa et Borràs.

11 décembre. Grâce au 155, l’Aragon récupère les œuvres du monastère de Sixena exposées au musée de Lérida.

21 décembre. Les élections catalanes anticipées (79 % de participation) confirment la majorité parlementaire indépendantiste (70 sièges) mais Citoyens devient le premier parti avec 36 députés (+11). La liste menée par Puigdemont et soutenue par le PDeCat vient derrière avec 34 sièges, puis ERC (32). Le PSC reprend un siège à 17, les petits partis perdent tous des voix : Catalunya en Comú-Podem (-3 à 8), la CUP (-6 à 4), le PP (-7 à 4).

2018

9 janvier. Mas fait un nouveau « pas de côté » et démissionne de la présidence du PDeCat.

17 janvier. Séance constitutive du nouveau Parlement qui élit Roger Torrent (ERC) comme son nouveau président à la place de Carme Forcadell qui, poursuivie par la justice, ne souhaitait pas continuer.

22 janvier. Puigdemont sort pour la première fois de Belgique pour le Danemark. Llarena refuse d’émettre un nouveau mandat d’arrêt européen.

27 janvier. Saisi par le Gouvernement Rajoy, le TC décide que Puigdemont ne pourra être investi président que s’il se présente physiquement au Parlement après y avoir été autorisé par Llarena.

30 janvier. Torrent suspend la séance d’investiture de Puigdemont à cause des mesures prescrites par le TC.

15 février. Début d’une offensive médiatique du Gouvernement contre l’enseignement en catalan (qui avortera finalement faute de possibilité légale de changer le système sans l’approbation du Parlement).

20 février. L’ex-députée CUP Anna Gabriel, convoquée par Llarena, s’exile en Suisse. Llarena dicte le lendemain un ordre d’arrestation contre elle si elle rentre en Espagne.

25 février. Premier retour du roi Felipe VI en Catalogne depuis août à l’occasion de l’inauguration du Mobile World Congress. Il est vivement contesté dans la rue.

1er mars. Après le vote de résolutions de soutien par le Parlement, Puigdemont annonce qu’il renonce provisoirement à sa candidature (contestée par ERC qui veut un Govern « effectif ») et désigne Sànchez pour le remplacer.

3 mars. La CUP refuse de voter l’investiture de Sànchez car ce serait un retour à « l’autonomisme ».

12 mars. Llarena refuse la sortie de Sànchez pour assister à sa séance d’investiture.

22 mars. Échec de l’investiture de Turull (désigné par JuntsxCat après le veto de Llarena) à cause de l’abstention de la CUP.

23 mars. Llarena prononce son acte d’accusation contre 25 dirigeants indépendantistes et fait réincarcérer Turull, Rull, Romeva, Bassa et Forcadell. Rovira, convoquée elle aussi devant Llarena, s’exile en Suisse. Un mandat d’arrêt européen est relancé contre les exilés.

25 mars. Revenant d’une visite en Finlande, Puigdemont est arrêté après avoir passé la frontière entre le Danemark et l’Allemagne. Nombreux heurts à Barcelone entre manifestants et Mossos.

5 avril. Considérant qu’il n’y a pas eu rébellion puisqu’il n’y a pas eu violence, la justice du Schleswig-Holstein libère sous caution Puigdemont qui sort de prison le lendemain et s’installe à Berlin en attendant l’issue de la procédure d’extradition pour  malversation.

7 avril. Torrent propose de nouveau Sànchez comme candidat à l’investiture (la Commission des droits de l’homme de l’ONU ayant demandé à l’Espagne le 23 mars de respecter ses droits politiques).

12 avril. Llarena refuse de nouveau l’investiture de Sànchez à cause d’un risque de récidive.

15 avril. Au moins 350 000 personnes à Barcelone contre les emprisonnements à l’appel d’une plateforme réunissant entités indépendantistes et syndicats.

14 mai. Quim Torra, choisi par Puigdemont le 10 mai (le lendemain de la suspension par le TC de la nouvelle loi catalane votée le 4 qui aurait pu permettre son investiture à distance), est élu président catalan au second tour grâce aux 66 voix de JxCat et d’ERC (dont les 2 votes délégués de Comín et Puigdemont) contre les 65 de Cs, du PSC, des Comuns et du PP. Après avoir songé à voter contre, la CUP (4 députés) s’est finalement abstenue mais annonce son passage dans l’opposition.

16 mai. La justice belge repousse l’extradition de Comín, Serret et Puig pour vice de forme (dont elle avait averti Llarena qui n’a pas souhaité rectifier).

19 mai. Torra nomme le nouveau Govern JxCat-ERC qui comprend 2 conseillers prisonniers (Rull et Turull) et 2 exilés (Comín et Puig) aux mêmes portefeuilles que dans le Govern légitime de Puigdemont. Pere Aragonès (ERC) est vice-président et conseiller à l’Économie. Le Gouvernement espagnol bloque la publication des nominations, ce qui empêche la mise en route du Govern et la levée du 155.

29 mai. Torra renonce «  sur leur demande » aux nominations de conseillers prisonniers et exilés, ce qui débloque la publication des nominations.

1er juin. Le gouvernement Rajoy est renversé par la motion de censure socialiste proposée par Iglesias et initiée par Sánchez le 25 mai (le lendemain du verdict de l’affaire Gürtel) et finalement soutenue par ERC, le PDeCat et le PNV (sauveur du budget PP le 23 mai) qui ont annoncé tous deux leur soutien capital le 31 mai après les ouvertures en leur faveur faites par le leader socialiste.

Depuis la motion de censure et la levée du 155

2 juin. Pedro Sánchez devient président du Gouvernement espagnol tandis que les conseillers du Govern Torra peuvent prendre possession de leurs postes, ce qui met fin à la suspension de l’autonomie catalane (en application de l’article 155) décidée le 27 octobre.

4 juillet. Rapprochement des prisonniers catalans : Junqueras, Romeva, Cuixart et Sànchez sont transférés à la prison catalane de Lledoners, Forcadell et Bassa à celle de Puig de les Basses. Rull, Turull et Forn seront transférés eux aussi à Lledoners le 11 juillet.

9 juillet. Première rencontre à la Moncloa entre Pedro Sánchez et Quim Torra (qui est autorisé à parler d’autodétermination). Le Gouvernement va lever ses recours contre les lois sociales catalanes et réactiver les commissions bilatérales. Le lendemain, le juge Llarena suspend 6 députés catalans prisonniers ou exilés dont Junqueras et Puigdemont.

12 juillet. La justice du Schleswig-Holstein rejette l’extradition de Puigdemont pour rébellion et sédition mais accepte celle pour malversation. Dans la foulée, Puigdemont lance le 16 avec Torra et Sànchez un nouveau mouvement politique, la Crida Nacional per la República (auquel le PDeCat accepte de se joindre le 22). Et le juge Llarena renonce le 19 à tous ses mandats d’arrêt européens contre les exilés, ce qui permet à Puigdemont de rentrer en Belgique le 28.

1er août. Première réunion de la Commission bilatérale Généralité/État depuis 2011 présidée par Ernest Maragall et Meritxell Batet. La délégation espagnole refuse un groupe de travail sur l’autodétermination mais lance une série de réunions sectorielles. Opération le lendemain des CDR contre les sièges des partis indépendantistes.

29 août. Point d’orgue de la querelle de l’espace public, Rivera et Arrimadas viennent à Alella retirer des rubans jaunes devant les caméras. La querelle a été attisée par le contrôle par les Mossos d’une expédition armée de décrocheurs de rubans à Ribera d’Ebre la nuit du 18 au 19 août et par la querelle entre deux passants au Parc de la Citadelle de Barcelone le 25.

4 septembre. Dans sa conférence de rentrée, Torra dit qu’il n’acceptera « aucun verdict qui ne soit pas un acquittement » dans le procès de l’indépendantisme. La veille, Sánchez a proposé à la Catalogne un « référendum sur l’autonomie » pour « briser la dynamique des blocs ».

Le leader des Comuns Xavier Domènech annonce qu’il quitte ses fonctions car il est « épuisé politiquement et personnellement » (il sera remplacé le 18 par Jéssica Albiach à la tête du groupe parlementaire et le 24 par Noe Bail à la tête de Podem).

6 septembre. Première réunion de la Junte de sécurité Généralité/Gouvernement espagnol depuis juillet 2017. Après les polémiques sur les dysfonctionnements entre Mossos et corps policiers nationaux ayant marqué l’anniversaire des attaques du 17 août à Barcelone et Cambrils, le ton est à l’apaisement et à la concertation puisque la Généralité participera désormais à l’organisme antiterroriste national et aura accès à ses données.

11 septembre. La manifestation de la Diada rassemble environ 1 million de personnes sur la Diagonal de Barcelone.

21 septembre. Le candidat ERC à la mairie de Barcelone Alfred Bosch laisse sa place au conseiller à l’Extérieur Ernest Maragall.

25 septembre. Pressentie depuis l’été, la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone à la tête d’une « plateforme citoyenne transversale » ayant le soutien de Citoyens est officialisée.

29 septembre. La manifestation (3 000 personnes) du syndicat policier espagnol Jusapol dans le centre de Barcelone suscite une contre-manifestation indépendantiste (6 000 personnes) et des heurts avec les Mossos (24 blessés). La CUP demande la démission du conseiller à l’Intérieur Miquel Buch.

1er octobre. L’anniversaire du référendum est célébré par des manifestations l’après-midi dans les 4 capitales provinciales dont 180000 personnes à Barcelone. Le soir, incidents devant le Parlement (mais aussi à Gérone et Lérida) entre les Mossos et des manifestants.

2 octobre. Dans son discours de politique générale au Parlement, Torra avertit que « s’il n’y a pas de proposition pour exercer de manière négociée l’autodétermination de la Catalogne en novembre, l’indépendantisme ne pourra garantir aucune sorte de stabilité au Congrès » (ultimatum dont se désolidarise ERC le lendemain). Après des négociations ardues entre ERC et JxCat depuis l’été, le Parlement rejette la suspension des députés prisonniers et exilés par le juge Llarena mais leur laisse la possibilité de confier leur voix à un autre membre de leur groupe (ce que font Junqueras et Romeva pour ERC mais pas les députés JxCat suspendus).

4 octobre. Journée de confusion au Parlement sur la suspension des députés, ERC et JxCat n’ayant apparemment pas compris dans le même sens le vote de la veille et un accord in extremis n’étant pas validé par les juristes. Le lendemain, Torra et Aragonès doivent convoquer une conférence de presse pour s’engager à « renforcer l’accord stratégique de législature » et nier une crise entre les deux partenaires du Govern.

9 octobre. L’indépendantisme perd sa majorité absolue au Parlement, le Bureau (votes ERC et PSC) ayant suivi les indications des juristes et Puigdemont, Turull, Rull et Sànchez (qui perdent leur siège) ayant refusé la formule de délégation de vote initiale. La majorité gouvernementale n’est plus que de 61 députés et dépend donc de l’attitude de la CUP, des Comuns et du PSC.

12 octobre. Les unionistes rassemblent 65 000 personnes à Barcelone à l’occasion de la Journée de l’Hispanité.

19 octobre. Iglesias (qui a conclu avec Sánchez un pacte budgétaire le 11 octobre) va visiter Junqueras à la prison de Lledoners. Junqueras lui dit qu’ERC ne votera le budget espagnol que si Sánchez fait « un geste ». Iglesias téléphone aussi à Puigdemont le 21.

23 octobre. Elisenda Alamany (porte-parole du groupe Comuns) et Joan-Josep Nuet (EUiA) présentent une nouvelle plateforme critique vis à vis de la direction des Comuns appelée Sobiranistes. Alamany démissionne de son poste de porte-parole le 29.

27 octobre. Réunion de lancement à Manresa de la Crida qui, selon Puigdemont, doit être un « nouvel outil » qui devra « disparaitre » dès l’obtention de l’indépendance. Le mouvement aurait enregistré 51 000 adhérents qui auront droit à la double appartenance.

30 octobre. Lancement officiel au Palais de la Généralité du Conseil de la République qui doit piloter le « débat constituant » et est ouvert à toute personne « sans limite d’âge ni d’origine » désireuse de participer à la « construction » de la République. Le Conseil est une entité privée de droit belge et ne sera pas subventionnée, elle est gérée au jour le jour par Toni Comín.

2 novembre. Publication des actes d’accusation pour le procès de l’indépendantisme, l’instruction étant close depuis le 25 octobre. À la différence du Parquet du Tribunal Suprême, l’Avocat de l’État (qui dépend directement du Gouvernement espagnol) ne retient pas la rébellion ni donc la violence, ce qui réduit les peines de prison demandées à peu près de moitié (25 années pour Junqueras selon le Parquet, 12 selon l’Avocat de l’État). Torra et Torrent lisent une déclaration de protestation devant le Parlement avec tous les députés indépendantistes.

16 novembre. Torra et Aragonès réunissent au Palais de la Généralité tous les partis catalans sauf le PP, Cs et la CUP. Le « consensus minimal » auquel ils parviennent est que le conflit entre l’État et la Catalogne nécessite une « solution politique ».

19 novembre. Publication de conversations sur Whatsapp du porte-parole PP au Sénat Ignacio Cosidó où il tente de convaincre ses collègues de l’avantage de l’accord du 12 novembre avec le PSOE sur le renouvellement du CGPJ puisqu’il permet de mettre à sa tête le juge Marchena qui contrôlera « la deuxième chambre du TS par derrière » (celle chargée de juger les indépendantistes). Le lendemain, Marchena annonce qu’il refuse sa nomination à la tête du CGPJ et présidera donc le procès du 1-O. Mort-né, l’accord sur le CGPJ aurait permis par ricochet une composition plus progressiste du tribunal. L’affaire n’améliore pas l’image de la haute justice espagnole après celle de l’impôt sur les hypothèques (le TS ayant statué en octobre que c’était aux banques et non aux emprunteurs de le payer avant de se raviser le 6 novembre).

29 novembre. Le Govern signe un accord (prévoyant 250 embauches) avec les médecins des centres de santé publics en grève depuis le 26.

1er décembre. Deux des prisonniers, Jordi Sànchez et Jordi Turull, annoncent commencer une grève de la faim pour protester contre la lenteur du Tribunal Constitutionnel qui retarde leurs recours à la justice européenne. La veille, Òmnium a diffusé une photo des 7 prisonniers ensemble à Lledoners pour affirmer leur solidarité. Le 3, Josep Rull et Quim Forn se joignent à la grève de la faim.

2 décembre. Défaite du PSOE de Susana Díaz aux élections andalouses. Après une campagne où il a été beaucoup question de la Catalogne, la droite est pour la première fois majoritaire, le parti d’extrême-droite Vox obtenant 11 % des suffrages. Un gouvernement régional dirigé par Juan-Manuel Moreno (PP) en coalition avec Cs et avec le soutien de Vox est investi le 16 janvier.

8 décembre. Deux jours après de nouveaux heurts entre Mossos et manifestants antifascistes à Gérone et Terrassa (des dizaines de blessés) à l’occasion du 40anniversaire de la Constitution espagnole, le blocage de l’autoroute AP-7 et des opérations péages gratuits organisées par les CDR se déroulent sans opposition de la police catalane. Les différents évènements alimentent la polémique entre la CUP qui exige la démission de Buch, Torra qui lui demande des explications, les Mossos qui demandent plus de soutien du Govern, la justice et le Gouvernement espagnols qui demandent aux Mossos d’agir contre les agissements des CDR.

11 décembre. Menacé d’une grève des fonctionnaires de la Généralité, le Govern accepte de leur payer d’ici 4 ans leurs primes suspendues en 2013 et 2014 à cause des économies budgétaires (il l’avait déjà promis en juin 2017).

20 décembre. Après des semaines de négociation sur le format de la réunion (le Govern voulant un sommet intergouvernemental, le Gouvernement espagnol surtout pas), Pedro Sánchez rencontre Quim Torra au palais de Pedralbes à Barcelone et ils publient un communiqué commun reconnaissant qu’il y a un « conflit politique » qu’il faut résoudre par un « dialogue effectif ».