La lettre de Junqueras aux militants d’ERC

Cette lettre d’Oriol Junqueras, lue par Gabriel Rufián lors de la Conférence Nationale d’ERC à L’Hospitalet de Llobregat (Barcelone) samedi 30 juin 2018, a beaucoup fait parler et réagir. Nous en publions une traduction car elle résume bien l’idée qu’a d’elle-même cette vieille formation actuellement en tête des sondages en Catalogne et qui se veut centrale à la fois dans l’indépendantisme et dans la société catalane. On peut en lire le texte original ici, sur le site d’ERC.

Lettre d’Oriol Junqueras depuis Estremera lue par Gabriel Rufián à la Conférence Nationale d’Esquerra Republicana à L’Hospitalet de Llobregat

À la prison d’Estremera, il fait froid l’hiver et très chaud l’été. Ce qui nous environne, aussi loin que ce soit, malgré les murs de béton, arrive à nos cellules et imprègne ce peu de mètres carrés où nous passons 16 heures chaque jour. L’affection, l’amour de tant de monde, les milliers de lettres émouvantes qui nous gardent en éveil, l’ardeur de tant de camarades, amis ou simplement de citoyens anonymes nous permettent de vivre connectés au rythme du pays. Il nous arrive aussi quelques étincelles irritées, mais peu, que nous essayons de relativiser et même comprendre malgré les circonstances.

Les vifs débats sur le chemin à suivre prennent une autre teneur lorsqu’on a devant soi une porte en fer et des barreaux. Esquerra Republicana a aujourd’hui son président en prison, sa secrétaire générale en exil et tout un tas de camarades, de dirigeants du parti poursuivis ou emprisonnés, avec des accusations extrêmement lourdes équivalant à des centaines d’années de prison. Des centaines ! Aucun parti, aucun, n’a autant donné pour arriver jusque là, pour la liberté. Et aucun ne paye aujourd’hui un prix si fort. Aucun.

Et malgré cela, nous avons dû supporter des horreurs et des accusations de toute sorte, depuis la lâcheté (alors que nous avons toujours fait face) jusqu’aux accords secrets avec le PP. Et paradoxalement, les premiers à dire qu’il ne fallait pas hésiter à expulser du Gouvernement espagnol ceux qui avaient pris la responsabilité d’ordonner que l’on frappe les gens du 1er octobre – tandis que d’autres faisaient encore une fois des spéculations – ça a été nous. Camarades d’Esquerra Republicana, sentez-vous fiers de tous et de chacun des sourires de dignité dont ce pays a fait preuve parce que sans Esquerra Republicana, cela n’aurait pas été possible. Cela a été possible grâce à l’action déterminée des gens d’ERC. Beaucoup d’autres camarades aussi, beaucoup. Mais nous étions les premiers.

Surviennent des débats nominalistes qui ne manquent pas de me surprendre. Le seul débat qui devrait nous intéresser vraiment est comment faire pour construire une force imbattable qui puisse surpasser la formidable alliance conservatrice qui ne veut pas que nous les Catalans décidions de notre avenir. Plus nombreux nous serons, plus facilement nos rêves deviendront réalité et plus il y aura de compréhension envers nous sur la scène internationale. Et moins nombreux nous serons, plus facile il sera de nous empêcher de construire un pays dans la paix et la liberté. Il faut donc que chacun travaille efficacement, avec moins de bruit et plus de réussite si ce que nous voulons vraiment est la République Catalane. Et Dieu sait que nous la voulons !

Les exagérations, les proclamations enflammées et creuses, les discours nationalistes excluants sont le chemin le plus rapide pour redevenir une minorité bruyante, pour retourner à l’autonomisme. Nous, les gens d’ERC, savons d’où nous venons. Nous y étions quand nous ne représentions qu’une minorité au Parlement de Catalogne et nous ne nous sommes jamais rendus. Nous avons continué à travailler et à être plus nombreux. Et c’est ce que nous continuons à faire, chaque jour, parce que de fait nous sommes les seuls qui avons fait participer au projet de nouveaux acteurs politiques et sociaux, un travail de forçat, constant et souvent solitaire. Nous n’avons pas la foi des convertis, nous savons que l’on n’avance que lorsqu’on travaille pour avancer, quand on cherche des résultats effectifs au lieu de chercher à faire de l’effet.

Nous venons de loin, très loin, à travailler dans nos quartiers, à défendre nos écoles, à vouloir un avenir juste et digne pour tous, en étant bien conscients que la victoire sera celle de tous ou alors de personne. Nous l’avons fait avec honneur, avec les mains propres, 87 années d’histoire le montrent. Nous sommes un seul peuple, ne l’oubliez jamais. Face aux discours identitaires ou à ceux qui voudraient fractionner en deux la société catalane, je vous dis que quel que soit le lieu où nous sommes nés ou quelle langue nous parlons, la fraternité est d’avoir un projet d’avenir en commun, la volonté de vivre et de vivre ensemble. Et cette capacité que nous avons de séduire notre société, d’aimer tous ceux qui en font partie, nous donnera le résultat que nous mettrons au service du bien commun. Nous sommes la graine de toutes les victoires. Nous avons semé et nous devons continuer à semer, sans relache. Nous sommes les gens d’ERC, nous sommes ceux qui ne se fatiguent jamais, ceux qui sont toujours là, quand le vent est favorable et aussi quand il souffle contre nous.

Nous sommes ceux qui parlent avec tout le monde parce que nous sommes ceux qui veulent que tout le monde participe. Parce que ce n’est qu’en faisant participer tout le monde que nous nous en sortirons. Nous sommes humbles et nous avons beaucoup à apprendre. Mais je vous le dis haut et fort : nous n’avons pas à recevoir de leçon de dignité et de patriotisme, de personne. Esquerra Republicana a dû se charger de tout le travail et de toute la responsabilité en juillet pour sauver le 1er octobre, ERC a dû faire une campagne avec sa tête de liste en prison, la seule tête de liste empêchée de faire campagne. Esquerra a tendu la main aux camarades qui doutaient face à l’adversité et elle les a aidés à poursuivre la route quand ils se sont retrouvé seuls. ERC a travaillé pour rétablir le Govern depuis le premier jour et n’a pas hésité un instant à faire chuter le Gouvernement espagnol responsable de toute la répression et des méfaits du 17 août, du 20 septembre et du 1er octobre.

Et c’est encore une fois nous qui avons assumé la responsabilité de gérer le pays, d’optimiser des ressources toujours insuffisantes, de mettre les grandes cités métropolitaines au service de la justice et de la liberté, de tisser des alliances et des complicités là où c’est le plus difficile. Soyons-en fiers ! Très fiers. Et que cela soit une raison de plus pour continuer à travailler afin d’obtenir la liberté, la justice et la fraternité. Personne n’a donné tant et personne ne paye un prix aussi fort.

Je veux une ERC forte et unie, travailleuse, avec des gens honorables et humbles. Je veux une ERC capable d’échanger avec toutes les formations démocratiques, de créer des ponts et un dialogue intègre. Je veux une ERC qui ne se laisse pas piéger par un frontisme qui nous diminue et qui divise le pays. Nous n’étions jamais allés aussi loin. Et maintenant il nous faut travailler, chaque jour, pour arriver au sommet, un sommet auquel nous devons réussir à mener une majorité politique et sociale.

Vive Esquerra Republicana de Catalunya ! Vive la liberté ! Vive la justice ! Et vive la fraternité !

Persévérez car c’est ce que je ferai et que c’est dans la constance de notre effort soutenu que la victoire est possible. Le meilleur feu  n’est pas la flambée ni celui qui s’allume vite. C’est celui qui réchauffe, celui qui rapproche. Tout comme la patience peut être un arbre aux racines amères mais aux fruits très, très, très sucrés.

Une immense embrassade à tous !

Je vous aime.

Rendez-vous à Tarragone

Semaine du 18 au 24 juin 2018

La scène entre les trois hommes a résumé les avancées et les tensions du moment : vendredi soir 22 juin, Pedro Sánchez, Quim Torra et le roi Felipe VI ont assisté ensemble à l’inauguration des Jeux Méditerranéens à Tarragone. S’ils ont figuré tous les trois sur une photo (avec un Torra visiblement mal à l’aise), il ne s’agissait pas d’une rencontre mais de deux mises en présence d’une portée quelque peu différente.

Torra et le Roi : on se voit mais c’est la dernière fois

Si tension il y a eu jusqu’à vendredi sur la question de la présence ou non de Quim Torra à Tarragone, cela tient au fait que le Roi avait lui prévu d’y être. Depuis son discours télévisé du 3 octobre dernier, le Roi est persona non grata en Catalogne pour les indépendantistes qui considèrent qu’il a alors abandonné son rôle institutionnel d’arbitre en condamnant les dirigeants catalans, en promettant son soutien aux unionistes et en n’ayant pas un mot pour les violences policières et les victimes du 1er octobre. Après un message télévisé de Noël légèrement plus conciliant où il appelait au « respect mutuel », le Roi a dû subir un premier retour mouvementé en Catalogne le 25 février pour l’inauguration du Mobile World Congress, le président du Parlement Torrent (ERC) et la maire de Barcelone Ada Colau (Comuns) refusant d’accueillir le monarque et se limitant au strict minimum lors de la soirée tandis qu’une foule bruyante occupait les alentours du Palau de la Música où elle avait lieu. Deuxième passage plus discret des deux côtés le 9 avril à l’occasion d’une cérémonie judiciaire avec le juge Llarena et alors que la Généralité n’a toujours pas de président ni même de Govern et que l’autonomie est donc encore suspendue. On apprendra ensuite que le Roi en a profité pour dîner avec des grands patrons catalans (1) favorables à une détente à la fois juridique (par une amnistie) et politique (par une réforme constitutionnelle). Il semble que cette discussion assez franche, où le Roi avait aussi défendu son discours du 3 octobre, ait influé sur sa position : il n’est plus intervenu depuis sur la question catalane.

Après tout juste quatre années bien chahutées sur le trône, Felipe VI peut sans doute apprécier les avantages du retour des socialistes au pouvoir, synonyme d’accalmie au moins temporaire avec la Catalogne, mais il peut aussi craindre la fragilité de leur situation, à la merci d’alliés clairement républicains comme Podemos ou les partis catalans. L’incarcération lundi 18 juin de son beau-frère Iñaki Urdangarin pour trafic d’influence dans l’affaire Nóos démontre que la justice espagnole peut frapper tout le monde mais rappelle l’affairisme passé d’une partie de la famille royale dont le roi émérite Juan Carlos, qui aurait apparemment incité son gendre à se lancer dans cette aventure illégale, même si le nouveau roi a pris de sérieuses mesures pour que cela ne se reproduise plus. Samedi 23, conséquence de cette mauvaise image de la famille royale mais peut-être aussi influence catalane, une consulta republicana sur la fin de la monarchie a été organisée dans le quartier madrilène de Vallecas … (2)

Le feuilleton tarragonais entre Torra et le Roi a commencé à agiter les esprits lundi 18 juin au soir quand, pendant son entretien sur TVE, Sánchez a confirmé qu’il assisterait à l’inauguration des Jeux Méditerranéens avec le Roi et qu’il espérait bien y voir Torra. Dès le lendemain mardi, la question devient majeure en Catalogne. La porte-parole du Govern Elsa Artadi laisse planer un sérieux doute sur la présence du président catalan puisque les relations avec la Couronne « ne peuvent pas se normaliser » à cause de son rôle dans la répression du Procés : « La Couronne n’a rien rectifié ni nuancé. Il n’est pas possible qu’il y ait une rencontre protocolaire avec un sourire et une poignée de mains ». Certains partis prennent position comme la CUP naturellement partisane du boycott et les Comuns de l’avis contraire.

Mercredi, Torra tente un coup. Le matin au Parlement, pour sa première session de contrôle, il affirme que la présence du Roi à Tarragone « exige une réponse de pays » après la « répression indiscriminée » subie par la Catalogne le 1-O. Et le soir, après avoir inauguré le nouveau Palais des Sports à Tarragone, il rend publique une lettre qu’il a envoyé à Felipe VI et fait signer par ses deux prédécesseurs Mas et Puigdemont. Dans cette lettre (que l’on peut lire ici), il lui reproche d’avoir le 3 octobre « considérablement offensé de nombreux citoyens qui n’auraient jamais imaginé que le Chef de l’État donnerait son approbation à la violente répression de la part de la police contre des citoyens totalement pacifiques ». Mais il lui demande aussi de jouer son rôle « d’arbitre et de modérateur entre les pouvoirs de l’État » et de « profiter » de « l’opportunité que nous offre l’histoire » avec cette inauguration des Jeux pour « réparer et recoudre ce que la violence, la répression et la persécution » ont provoqué. Et il conclut : « Nous ne demandons rien qui ne soit à votre portée. Écoutez-nous sans a prioris ni préventions ; et aidez à faciliter un processus d’ouverture, de modernisation et d’affirmation démocratique. Si vous le faites, nous répondrons présents ». Dans un post scriptum signé seulement de lui, Torra ajoute : « Nous devons parler. Je dois pouvoir vous expliquer tout ce que nous avons écrit avec les présidents Mas et Puigdemont dans cette lettre. C’est pour moi, dans ma situation de Président de Catalogne, un devoir moral. Je suis donc convaincu que vous voudrez bien trouver un moment lors de votre venue en Catalogne ce vendredi pour le faire et pour nous voir. »

Mais le Roi transmet aussitôt la lettre à la Moncloa (3) où Sánchez fait dire qu’il n’est pas question d’une réunion  entre le Roi et Torra … Irrité, Torra réagit sur Twitter : « Si le 3 octobre il a fait le discours qu’il a fait, autorisé par Rajoy, pourquoi est-ce que Sánchez ne l’autorise pas maintenant à parler avec le président de Catalogne ? Est-ce que nous voulons un dialogue, oui ou non ? » (4). Le Roi muet, Torra penche alors pour ne pas assister à la cérémonie puisqu’il n’y aura pas de discours pendant celle-ci pour exprimer sa position face au monarque. C’est la position qu’il partage avec Puigdemont lorsqu’il va le voir jeudi à Berlin.

Tout va changer très vite le vendredi matin à son retour à Barcelone : à 10 heures c’est non, à 11 heures 10 « tout est ouvert » alors que Torra se réunit avec son équipe dont Artadi qui aurait alors milité pour le oui. D’après la presse catalane, ce serait le lobby tarragonais (indépendantistes compris), très actif depuis le début de la semaine, qui aurait fait pencher la balance in extremis. La décision prise, Torra appelle Puigdemont pour l’en informer puis fait à 12h30 une déclaration institutionnelle (que l’on peut lire ici) où il annonce qu’il assistera le soir à la cérémonie d’inauguration avec le Roi parce que ces Jeux « se font en Catalogne et ont été organisés et surtout payés dans notre pays, Et nous y serons parce que c’est chez nous. Ils n’expulseront pas de chez nous le président et le Govern du pays. Plus jamais. ». Contrepartie à cette présence décidée dans la douleur, désormais ni lui « ni aucun membre du Govern n’assistera à aucun acte convoqué par la Monarchie espagnole ». Et pour éviter tout nouvel épisode de ce genre, il démissionne de son titre de vice-président de la Fondation Princesse de Gérone (5) qui doit décerner ses prix en présence du couple royal le 28 juin. Bref, une ouverture (il rencontrera le Roi) contre une fermeture (ce sera la dernière fois). Le soir, comme annoncé, il remet au Roi le rapport du Médiateur catalan sur les violences du 1-O et un livre de photographies sur l’évènement mais doit supporter toute la soirée d’être photographié et filmé à la tribune à deux pas du Roi dont Sánchez seulement le sépare. Les dirigeants indépendantistes convenaient tous vendredi que la décision avait été prise beaucoup trop tard mais que c’était aussi leur division à ce propos (et le souci de Torra de les écouter) qui en était la cause.

Torra et Sánchez : quel menu pour la (première) réunion du 9 juillet ?

On a vu que Sánchez a joué un rôle lui aussi décisif dans l’affaire en mettant la pression sur Torra dès lundi et en refusant mercredi toute rencontre particulière entre le Roi et le Président catalan. Malgré cela, et même si son attitude et ses déclarations pendant toute la période du 155 ont été tout aussi dures envers les indépendantistes que celles du Roi sinon beaucoup plus, ce premier contact entre lui et Torra s’est passé sans accrocs puisqu’on est ici dans le politique et non plus dans le symbolique. Difficile de spéculer sur ce que les deux hommes ont pu se dire : interrogé samedi à Paris, Sánchez s’est diplomatiquement borné à préciser qu’ils avaient « échangé des phrases et des paroles » … Le grand sujet entre eux est de toute façon l’ordre du jour de la réunion du lundi 9 juillet (la date a été annoncée par la Moncloa mercredi et suivra donc de deux semaines la rencontre entre Sánchez et le président basque Urkullu lundi 25 juin). On sait déjà que les deux hommes sont d’accord pour y parler des lois catalanes suspendues par le Gouvernement Rajoy et pour que cette réunion soit « la première de beaucoup d’autres ». Mais on sait aussi que Sánchez refuse absolument que l’on parle du droit à décider que Torra veut absolument aborder. Rien non plus sur les prisonniers maintenant que le rapprochement dans des prisons catalanes cet été semble acté, Sánchez l’a confirmé lors de son interview télévisée de lundi. Une interview qui aura surtout marqué par l’annonce du transfert rapide des restes de Franco hors de la basilique du Valle de los Caídos (6).

À noter aussi dans l’actualité catalane de la semaine :

La confirmation du rapprochement entre la Généralité et les Comuns/Podemos avec la rencontre entre Torra et Colau lundi 18 juin, juste avant que la maire de Barcelone réussisse à faire approuver par son Conseil municipal l’obligation de 30 % de logements sociaux dans toutes les nouvelles constructions d’immeubles (pour obtenir l’aval d’ERC et du PSC, elle a dû reculer l’application de la mesure à l’automne) et l’annonce mercredi d’une rencontre de Torra avec Pablo Iglesias lundi 25.

Le programme du Govern qui se précise au fur et à mesure des annonces pour l’instant plus sociales qu’indépendantistes selon le principe affiché du « Nous voulons gouverner pour tout le monde » : entre autres la renationalisation du premier distributeur d’eau ATLL (privatisé par la Généralité Mas en 2012), la nouvelle politique pénitentiaire plus « ouverte », le logement social (en accord avec la mairie de Barcelone) et le financement des crèches publiques (abandonné aux seules députations par la même Généralité Mas en 2011).

Les frictions qui continuent entre les proches de Puigdemont (regroupés parmi les indépendants de JuntsxCat) et le PDeCat. Après l’annonce par le parti ex-convergent qu’il serait favorable à concourir sous la « marque » JuntsxCat aux prochaines municipales, quelques députés se sont énervés en début de semaine sur Twitter. La réunion du groupe parlementaire jeudi 21 à Valls a tenté de calmer le jeu mais les hostilités ont repris dès dimanche 24 avec les déclarations d’Eduard Pujol appelant le PDeCat à cesser de considérer JuntsxCat comme une « marque » alors qu’il s’agit d’un « projet politique » transversal.

Le passage mercredi 20 juin de la ville de Badalone au PSC grâce au soutien du PP de l’ancien maire Xavier García Albiol qui a tenu a faire comprendre de façon un peu humiliante au nouveau maire Àlex Pastor que sa position dépendait désormais de la droite. D’où peut-être un transfert de pouvoir plus cordial que prévu entre Pastor et l’ex-maire Dolors Sabater (Comuns, alliée aux indépendantistes y-compris la CUP). En Catalogne, au niveau municipal, presque toutes les coalitions semblent encore envisageables.

(1) Voir l’article El rei Felip defensa davant dels empresaris el discurs del 3-O d’Àlex Font Manté dans l’Ara du 11 avril 2018.

(2) Organisée par le collectif Vallekas Decide, la consultation comportait deux questions : « ¿Quiere usted poder decidir la forma de Estado? » (Voulez-vous pouvoir décider de la forme de l’État ?) et « En caso afirmativo, ¿quiere que ésta sea una República? » (Si oui, voulez-vous que ce soit une République ?). La participation n’a pas été massive mais supérieure aux attentes avec 7 270 votants dont 6 490 (89 %) ont voté oui à la République.

(3) Dans l’accusé de réception du chef de la Maison royale, il est écrit que, « en application de l’article 64.1 de la Constitution, la lettre a été transmise au Président » du Gouvernement. Cet article précise que « les actes du Roi seront ratifiés par le Président du Gouvernement central ».

(4) « Una qüestió: si el rei el dia 3 d’octubre va fer el discurs que va fer, autoritzat pel Sr. Mariano Rajoy, ara per què el Sr. Pedro Sánchez no l’autoritza a parlar amb el president de Catalunya? Volem diàleg o no volem diàleg? »

(5) Princesse de Gérone est l’un des titres portés par l’infante Leonor, héritière du trône d’Espagne (il était porté traditionnellement par les héritiers de la Couronne d’Aragon). La Fondation a été créée par des entrepreneurs catalans en 2009, lorsque le prince de Gérone était l’actuel Felipe VI, pour « soutenir les jeunes dans leur développement professionnel et personnel ». Elle décerne chaque année des prix récompensant le « talent créatif » des jeunes Espagnols. Cette année, la municipalité (PDeCat) de Gérone a déjà annoncé qu’elle n’hébergerait pas la cérémonie des prix qui a du coup été délocalisée dans une municipalité voisine.

(6) Le dictateur repose depuis sa mort en 1975 dans la nef de cette basilique bâtie dans les années 40 au nord de Madrid en partie avec les os de milliers de victimes de la Guerre d’Espagne. Sánchez s’est expliqué sur la question et sur beaucoup d’autres, dont son appréciation de l’affaire de Tarragone et ses attentes pour la réunion du 9 juillet, dans un long entretien à El País dimanche 24 juin.

Le social et le dialogue pour «soigner» les blessures ?

Semaine du 11 au 17 juin 2018

Avec un procès des dirigeants indépendantistes à l’automne et des élections locales au printemps prochain, Sánchez doit faire vite pour imprimer sa marque et donner un peu de cohérence à l’hétéroclite coalition qui a permis son arrivée surprise au pouvoir. D’où le ton très social des premières mesures annoncées et les gestes discrets mais significatifs en direction de la Catalogne.

Logement, expulsions, sans papiers

Le mouvement des retraités en fin d’hiver avait déjà alerté  : la sortie de la crise économique s’accompagnait en Espagne d’un réveil des revendications sociales. L’actualité aussi bien catalane qu’espagnole de cette semaine le confirme : le social revient au premier plan.

En Catalogne, c’est, après la très cordiale rencontre Torra-Domènech lundi, l’annonce jeudi de deux lignes de crédit d’un total de 250 millions d’euros pour les municipalités et les promoteurs afin de favoriser le logement social. Domènech, qui s’est dit disposé à ce que les Comuns votent le budget 2019 s’il remplit certaines conditions, va sans doute servir d’intermédiaire pour que Torra rencontre prochainement à la fois Colau et Iglesias (qui ne l’avaient pas épargné au moment de son élection). Colau a annoncé vendredi qu’elle allait mettre aux voix de son conseil municipal lundi 18 une obligation de construire au moins 30 % de logements à prix sociaux à Barcelone. La thématique du logement est prioritaire à Barcelone (Colau s’étant elle-même fait connaître comme militante du droit au logement)  : le suicide d’un habitant de Cornellà jeudi 14 alors qu’il allait être expulsé est venu tragiquement le rappeler. Les mesures sociales sont aussi un moyen pour l’indépendantisme de gouvernement d’élargir sa base et de faciliter l’entente avec la CUP mais surtout avec les Comuns comme le PSC.

À Madrid, l’affichage de la priorité sociale s’est fait sous la forme d’un rapprochement entre Sánchez et Iglesias. La Vanguardia a révélé samedi que les deux hommes s’étaient vus jeudi matin 14 juin pour discuter de possibles lois préparées en collaboration. Ce qui explique la proposition d’Iglesias vendredi d’un accord de législature entre Podemos et le PSOE sur 20 mesures économiques et sociales. Annonce aussitôt suivie par la levée du blocage gouvernemental sur 17 propositions de loi de Podemos. Convictions et calculs font ici bon ménage. Pour la gauche espagnole, le social est un bon moyen de serrer des rangs très divisés et d’affirmer sa différence avec la droite tout en faisant passer au second plan la crise catalane qui a poussé le PSOE à faire front commun avec le PP.

En Europe enfin, Sánchez a fait briller l’image de l’Espagne en proposant d’accueillir les passagers de l’Aquarius, le navire humanitaire dont l’accostage a été refusé d’abord par Malte puis par le nouveau gouvernement populiste italien. À noter que la proposition de Sánchez lundi 11 juin après-midi avait été précédée par les propositions formelles des maires de Valence Joan Ribó (socialiste) et de Barcelone Ada Colau (Comuns). Dans la foulée, 10 régions dont la Catalogne de Quim Torra (qui a proposé d’accueillir à elle seule 600 personnes) ont proposé leurs services. L’Aquarius, accompagné de deux navires militaires italiens, est arrivé dimanche matin 17 juin à Valence. Confirmant cette tendance accueillante vendredi, le Gouvernement espagnol a annoncé qu’il engagerait d’ici l’automne le rétablissement de l’assistance sanitaire universelle et allait consulter les communautés autonomes à ce propos. Il faut savoir que ce dispositif qui permettait aux sans-papiers d’avoir accès aux soins publics avait été annulé par le gouvernement Rajoy. Des communautés, comme la Catalogne et Valence, avaient voté des lois pour le rétablir sur leurs territoires mais le gouvernement Rajoy les avait fait suspendre par le Tribunal Constitutionnel.

Sánchez qui garde ses distances avec l’indépendantisme catalan…

Le feuilleton du dialogue entre Pedro Sánchez et Quim Torra continue pendant ce temps sans que l’on sache encore quelle sera la date de la rencontre très attendue entre les deux nouveaux présidents espagnol et catalan. Depuis le Conseil des ministres de vendredi, on sait toutefois que le catalan ne sera que le deuxième chef d’exécutif régional reçu après le basque Iñigo Urkullu, Sánchez ayant décidé de respecter l’ordre d’antériorité des autonomies (1). Une façon de récompenser le PNV pour son rôle décisif dans le succès de la motion de censure du 1er juin et de mettre sous tension les indépendantistes catalans, déjà prévenus la semaine dernière que la rencontre avec Torra était vue par Sánchez comme une simple prise de contact loin de la négociation rêvée. Torra n’a pas tardé à réagir sur Twitter : « La relation entre la Catalogne et l’État espagnol doit être bilatérale, de gouvernement à gouvernement. Si le gouvernement du PSOE considère qu’il n’est pas urgent de nous réunir et nous met dans le même paquet que les communautés autonomes, c’est qu’il ne comprend rien de rien. » (2). Ce sont en tout cas deux femmes, la porte-parole Elsa Artadi côté catalan, la ministre Meritxell Batet côté espagnol, qui sont chargées de préparer cette réunion très sensible.

… Mais fait malgré tout quelques pas significatifs

Une troisième femme va désormais elle aussi jouer un rôle crucial dans les relations hispano-catalanes : nommée vendredi 15 juin, la nouvelle Déléguée du Gouvernement en Catalogne Teresa Cunillera remplace le politicien PP Enric Millo, en poste depuis 2016 et qui avait piloté sur place la mise sous tutelle de la Catalogne depuis le 27 octobre. Le poste, qui correspond vaguement à celui de préfet mais avec un rôle plus politique d’interface entre l’exécutif régional et le Gouvernement central, est traditionnellement occupé par des politiciens locaux du parti au pouvoir. Très longtemps députée PSC de Lérida (elle est originaire du val d’Urgell), Cunillera a un profil tout indiqué pour le poste puisqu’elle connait bien le Congrès, le PSOE (partisane de Sánchez, elle a représenté le PSC dans l’exécutif provisoire mis en place après son renversement par les barons socialistes en 2016) et le PSC (elle a soutenu Iceta lors de la primaire de 2016). A priori fédéraliste (elle a dit avoir fait tout son possible pour convaincre les socialistes espagnols que la Catalogne est une nation), elle sera le relais de Meritxell Batet à Barcelone.

Un autre catalan auquel Sánchez a confié un poste important, Josep Borrell, a de nouveau fait parler de lui en demandant à l’opposition dimanche soir 10 juin sur La Sexta qu’elle arrête « de couper les cheveux en quatre » (« buscar tres pies al gato ») et ne complique pas la tâche du Gouvernement Sánchez alors que la Catalogne « est au bord de l’affrontement civil ». Expression naturellement très critiquée par le camp indépendantiste mais qui était accompagnée de nuances et de propositions beaucoup plus pacificatrices, comme son souhait de voir rétabli l’Estatut censuré en 2010 et de pouvoir parler politique avec Junqueras (3). Il a ensuite déclaré dès mercredi (en réaction aux annonces d’Artadi mardi) que le Gouvernement ne mettrait pas d’obstacle au redéploiement du Diplocat, les délégations de la Généralité à l’étranger qui avaient été fermées sur ordre du Gouvernement Rajoy en novembre. Jeudi, le conseiller catalan aux Affaires extérieures Ernest Maragall (cet ancien socialiste, frère de Pasqual Maragall, a rejoint ERC) en a profité pour annoncer depuis la seule délégation laissée en place par Rajoy, à Bruxelles, le plan rapide de redéploiement du Diplocat, d’abord à Londres, Rome, Berlin, Genève et Washington afin d’aller « aussi loin qu’il sera possible » pour se « rapprocher de l’objectif de la République ». Le rétablissement de la délégation à Paris aura lieu dans un deuxième temps.

Autre nomination, qui laisse quant à elle augurer d’une judiciarisation moins acharnée du Procés indépendantiste, celle vendredi de la nouvelle Procureure générale María José Segarra qui remplace Julián Sánchez Melgar. En poste jusqu’ici à Séville, elle est l’une des figures de l’association progressiste des procureurs.

… Particulièrement sur le dossier test du rapprochement des prisonniers

S’il paraît entendu que Sánchez ne veut pas que la question soit abordée lors de sa réunion avec Torra, c’est pourtant sur les prisonniers que s’est une nouvelle fois focalisée la tension entre le camp indépendantiste et le pouvoir espagnol cette semaine. Rappelons que des images volées de trois d’entre eux (Junqueras, Forn et Romeva) ont été diffusées la semaine dernière. Dimanche 10 juin, on apprenait que le juge chargé de l’enquête allait interdire la diffusion des images de Junqueras et Romeva, ceux-ci ayant porté plainte la veille. Dimanche aussi, El Periódico révélait que l’enquête soupçonnait un prisonnier sur parole qui aurait filmé les scènes avec une montre-caméra avant de disparaître dans la nature. Lundi, Catalunya Ràdio diffusait un entretien par écrit avec Junqueras où le leader d’ERC expliquait que laisser diffuser les images (même « non dégradantes ») des prisonniers était accepter « une violation de nos vies privées ». Sans évoquer des mesures en faveur des prisonniers mais en se plaignant de « l’acharnement » judiciaire qui « fait souffrir nos proches, nos enfants qui sont petits encore », il demandait seulement du « respect » à Sánchez vis à vis de la Catalogne et signalait que celui-ci n’avait encore donné « aucun signe » indiquant une libération prochaine.

Depuis la semaine dernière, les affirmations les plus contradictoires circulaient sur qui avait le pouvoir de rapprocher les prisonniers catalans, Junqueras, Romeva et Cuixart ayant demandé à être transférés dans des prisons catalanes car ils ont des enfants en bas âge. Du côté indépendantiste, on affirmait que c’était une décision gouvernementale par l’intermédiaire de l’administration responsable des prisons, Institutions Pénitentiaires. Du côté gouvernemental espagnol, on évacuait la question en déclarant que tout dépendait du juge Llarena puisqu’il s’agissait de prison préventive. Le juge Llarena, justement, s’est fait un plaisir jeudi d’embarrasser le nouveau Gouvernement pour son premier acte depuis le changement de pouvoir : répondant par la négative à la nouvelle demande de liberté de Forcadell, Junqueras et Romeva, il s’est longuement étendu sur la question du rapprochement et a conclu exemples à l’appui que la responsabilité en la matière incombait totalement à Institutions Pénitentiaires et donc au ministre Grande-Marlaska. Celui-ci a réagi le même jour en ajustant la ligne officielle : certes, le Gouvernement est responsable mais le juge instructeur peut s’y opposer tant que les audiences ne sont pas terminées. La dernière à l’agenda du juge Llarena étant le 23 juin, un rapprochement serait donc envisageable au début de l’été. Une ligne confirmée vendredi 15 par la porte-parole Isabel Celaá et dimanche 17 par deux autres ministres de poids, Margarité Robles (Défense) et Dolores Delgado (Justice).

(1) Une antériorité toute symbolique puisque le Pays Basque et la Catalogne ont approuvé leur statut d’autonomie par référendum le même 25 octobre 1979 et qu’ils ont tous les deux été promulgués le 18 décembre de cette année-là, mais le statut basque juste avant le statut catalan …

(2) « La relació entre Catalunya i l’estat espanyol ha de ser bilateral, de govern a govern. Si el govern del PSOE considera que no és urgent reunir-nos i ens situa en el paquet de les comunitats autonòmiques, és que no ha entès res de res. »

(3) Il est aussi revenu sur ses déclarations de décembre : « Je n’ai jamais dit qu’il fallait désinfecter les Catalans, j’ai parlé des blessures. Il faut les soigner pour qu’elles puissent cicatriser. Et ce Gouvernement, à la différence du précédent, dialoguera. »

Nos comptes rendus d’ouvrages :

– Ignacio SÁNCHEZ-CUENCA, La confusión nacional. La democracia española ante la crisis catalana, Madrid: Libros de la Catarata, 2018.

– Jordi AMAT, La conjura de los irresponsables, Barcelona: Anagrama, décembre 2017, 107 p. [Traduction du catalan : Isabel Obiols]

 

 

La confusión nacional. La democracia española ante la crisis catalana, Ignacio Sánchez-Cuenca, Libros de la Catarata (Madrid), 2018.

Dans un article du début du mois d’avril 2018 de Ara, Joan B. Culla critiquait l’absence de réaction de la gauche espagnole face à la répression menée contre le mouvement indépendantiste catalan[1]. L’historien affirmait que ce silence contrastait avec les prises de positions de divers intellectuels européens et révélait, selon lui, l’inhibition que la question nationale provoque chez la gauche espagnole. L’auteur de El Tsunami, une analyse des mutations des partis politiques catalans pendant le Procés, concluait en écrivant qu’il existait cependant quelques rares voix auxquelles il faudrait un jour rendre hommage[2].

À l’évidence, le politologue Ignacio Sánchez-Cuenca serait de celles-là[3]. Dans un contexte politique de raidissement général des positions, l’essai courageux qu’il publie à la maison d’édition madrilène Catarata fait figure d’exception heureuse de par sa distance critique, sa qualité et son ton apaisé. Dans ses ouvrages précédents, l’actuel professeur de l’université Carlos III s’était intéressé au fonctionnement de la démocratie espagnole depuis la fin du régime franquiste et c’est également sous cet angle qu’il analyse la crise politique entre la Catalogne et l’Espagne dans La confusión nacional. La democracia española ante la crisis catalana. Son propos est en effet de faire de la question catalane un observatoire pour tirer le portrait de la démocratie espagnole et en révéler les limites. L’image qui en ressort, disons-le clairement, n’est guère flatteuse.

Dans l’introduction de l’ouvrage, Ignacio Sánchez-Cuenca explique que la crise territoriale ne provient pas tant du système institutionnel que de la « pratique démocratique », c’est-à-dire de la façon dont est faite la politique en Espagne[4]. L’objectif du livre est donc d’analyser et de tenter de remédier à deux grandes confusions qui sont à l’origine de cette mauvaise praxis. La première fait des nationalismes « périphériques » des dangers pour la démocratie et la seconde consiste à assimiler la démocratie à la seule légalité. Sans le dire toujours explicitement, l’auteur cherche en fait à déconstruire deux idées reçues largement véhiculées par le nationalisme espagnol. En évitant cependant une critique frontale et en abordant l’étude du nationalisme espagnol à travers une analyse pédagogique de la démocratie, il contourne habilement le piège binaire posé par la crise actuelle : il met à distance les possibles critiques espagnolistes et évite d’entrer dans le débat sur l’héritage franquiste que porterait la démocratie espagnole et qui est très souvent agité par les nationalistes catalans. Son positionnement recherche donc une forme d’équidistance, si tant est que cela puisse exister sur un terrain aussi polémique, et se situe sur une ligne comparable à celle d’un Jordi Amat dans La confabulació dels irresponsables [compte rendu ici]. Ainsi, au moment d’évoquer les derniers rebondissements de la crise actuelle -le livre est écrit au mois de janvier 2018-, de dures critiques sont adressées aux deux camps, indépendantistes catalans et gouvernement du PP. On notera que si Jordi Amat s’en prend particulièrement aux indépendantistes, Sánchez-Cuenca préfère quant à lui désigner le PP comme principal responsable de la crise, effet peut-être de ce que les deux auteurs ne s’adressent pas exactement au même public : Amat cherche à déconstruire le récit nationaliste catalan et s’adresse plutôt aux Catalans quand Sánchez-Cuenca s’attaque surtout au nationalisme espagnol et vise donc un lectorat plutôt espagnol. Malgré cette différence qui rend leurs ouvrages complémentaires, les deux hommes partagent une même analyse d’ensemble[5].

Le diagnostic dressé par Sánchez-Cuenca s’organise en trois longs chapitres. Le premier, didactique, propose une sorte de cadrage général de la question : il y reprend les apports fondamentaux des sciences sociales sur l’étude des nationalismes. L’auteur, dans son rôle de professeur, propose au lecteur de définir les notions de démocratie, nation ou encore nationalisme. Ces analyses visent essentiellement à démontrer que les nations, tout comme les États, relèvent de constructions sociales et historiques contingentes et qu’il existe une grande diversité de courants nationalistes.

En s’appuyant sur le concept de nationalisme banal de Michael Billig, l’auteur souligne également que les nationalismes qui disposent d’un État tendent à se rendre invisibles. Il montre ainsi que le nationalisme espagnol, même s’il n’apparaît pas comme tel dans un débat public qui réserve le terme de nationalisme aux mouvements basque, galicien et catalan, se cache derrière de faux-semblants comme la défense de la Constitution. Cette démonstration permet à l’auteur de poursuivre une analyse déjà entamée dans La desfachatez intelectual et de mettre à distance bon nombre d’écrits d’intellectuels espagnols qui, en se faisant les pourfendeurs des nationalismes « alternatifs », ne se rendent pas toujours compte qu’ils sont dans le même temps les chantres d’un nationalisme espagnol qui, loin d’avoir disparu avec la fin du régime franquiste, a muté en une forme de patriotisme constitutionnel et d’intransigeance légaliste[6].

Sánchez-Cuenca aborde ensuite la construction du nationalisme espagnol et essaie de montrer qu’au contraire d’autres pays européens, il ne s’est pas configuré dans un contexte de guerre face à des nations étrangères mais par la confrontation envers un ennemi intérieur, l’anti-España, les nationalismes « alternatifs » présentés comme une sorte de négation de la nation espagnole. On regrettera que l’auteur passe trop rapidement sur un sujet aussi complexe. Il semble ainsi assimiler nationalisme espagnol à national-catholicisme, oubliant de la sorte la composante libérale essentielle du nationalisme espagnol depuis la guerre d’Indépendance (1808-1814). C’est d’ailleurs, par bien des aspects, cette composante libérale originelle qui apparaît aujourd’hui dans le discours d’un parti comme Ciudadanos. De même, on regrette que l’auteur reprenne sans le citer ni la discuter la thèse de la « faible nationalisation» proposée par Borja de Riquer alors que, bien qu’il s’agisse du principal modèle explicatif de la naissance des nationalismes « alternatifs » à la fin du XIXe siècle, elle fait l’objet de controverses entre les historiens. Là n’est cependant pas, il est vrai, l’objet de la démonstration d’Ignacio Sánchez-Cuenca.

Le second chapitre porte sur les conflits autour de la définition du demos en Espagne, conflits que l’universitaire aborde en deux temps, par le conflit basque et le plan Ibarretxe en premier lieu puis par la tentative de réforme de l’Estatut catalan. Selon l’auteur, l’esprit pactiste de la Transition sur la question territoriale se fissure au mitan des années 1990. Rejoignant une nouvelle fois l’analyse de Jordi Amat et en l’approfondissant, il montre comment la radicalisation de la stratégie d’ETA après son affaiblissement suite aux arrestations de Bidart (1992) et l’arrivée au pouvoir du PP d’Aznar conjuguée à la dérive souverainiste du PNV situèrent de nouveau la question territoriale sur le devant de la scène. Ces dynamiques aboutirent à la constitution de deux fronts opposés : le nationalisme basque du PNV allié à Herri Batasuna dans le pacte d’Estella (1998) qui cherchait à entraîner ETA vers la fin de la violence armée et le front constitutionnaliste qui brisait l’ancienne union entre le PNV et le PSOE et poussait ce dernier parti à la remorque du PP. L’auteur souligne que la constitution de ce premier front constitutionnaliste doit beaucoup à un groupe d’intellectuels qui évoluait alors depuis la gauche radicale antifranquiste vers une fascination pour le projet néo-espagnoliste défendu par Aznar. La stratégie du pacte d’Estella échoua et n’empêcha pas ETA de reprendre les armes après un court cessez-le-feu. Le PNV décida alors de s’orienter dans la voie de la réforme du Statut de Gernika dont Sánchez-Cuenca analyse en profondeur le projet et l’échec.

Le lecteur plus intéressé par la Catalogne aurait tort de survoler ces pages fort intéressantes : la tentative de réforme basque fut observée de très près par les nationalistes catalans et son échec dévoila bon nombre des blocages et limites dont ils commencèrent alors à étudier les moyens de les dépasser. En outre, le débat sur la réforme des relations entre le Pays Basque et l’Espagne révéla pour la première fois de façon claire le positionnement nationaliste espagnol des deux principaux partis : la Constitution de 1978 ne reconnaissant l’existence que d’un seul peuple espagnol, il ne pouvait pas en exister d’autres aux yeux du législateur. Ainsi naissait le patriotisme constitutionnel.

Le front constitutionnaliste formé par le PSOE et le PP reprocha au lehendakari Ibarretxe la faible légitimité démocratique de son projet adopté par le Parlement basque en décembre 2004 (39 votes en faveur et 35 contre) et de défendre son projet alors qu’ETA continuait d’assassiner. Ibarretxe aurait fait, en somme, le jeu des terroristes. À cet égard, l’auteur montre bien les différences entre la tentative de réforme du statut basque et celle du statut catalan voté en 2006 par le Parlament et en grande partie annulé quatre ans plus tard par le Tribunal Constitutionnel (TC). Ainsi, les deux reproches avancés par le front constitutionnaliste sur la réforme basque se retrouvent sans fondement dans le cas catalan puisque la violence terroriste n’y existe pas et que la légitimité démocratique du projet, voté au Parlament avec 120 voix en faveur et seulement 15 contre, était sans appel.

Autre différence : dans le cas basque, le PP se retrouve seul dans sa volonté de confrontation et sa stratégie de faire dériver le conflit vers les tribunaux. Cela met en évidence la « droitisation » du PSOE sur la question territoriale puisque durant la crise catalane, il n’a que mollement critiqué la judiciarisation du conflit. En 2004 au contraire, lorsque Zapatero arrive au pouvoir, l’élimination du délit de convocation illégale de référendum qu’avait fait passer le PP en urgence fut l’une de ses première mesures[7]. De plus, dans sa volonté affichée de négociation, le chef du gouvernement socialiste invita Ibarretxe à défendre son projet devant le Parlement espagnol le 1er février 2005, non sans une certaine hypocrisie il est vrai, puisque le chef du gouvernement savait parfaitement que le rejet de l’examen de la réforme basque serait massif. De fait, comme Sánchez-Cuenca le rappelle par la suite en abordant le conflit catalan, il existe une forme d’hypocrisie dans la critique de la « voie unilatérale » entreprise par le nationalisme catalan et dans l’invitation à procéder, pour faire avancer son projet, par le biais du canal démocratique de la réforme constitutionnelle : il est structurellement impossible pour le nationalisme catalan de réunir le poids politique que cette réforme requiert. Quand bien même il y aurait 100% des Catalans et 100% des Basques qui demanderaient l’indépendance, il ne leur serait pas possible de forcer une réforme de la Constitution espagnole sans l’accord d’autres partis espagnols[8].

Dans son analyse du conflit autour de la réforme de l’Estatut catalan, Sánchez-Cuenca explique que l’examen parlementaire auquel n’avait pas eu accès le plan Ibarretxe fut l’occasion d’un toilettage important qui vint briser le consensus auquel le Tripartit était parvenu avant de soumettre le texte au Parlement central. Pour sauver le projet, Mas et Zapatero parvinrent à un accord qui, pour les républicains d’ERC, dénaturaient l’idée initiale de reconnaissance de la nation catalane. De plus, malgré ce toilettage, le texte finalement adopté au Parlement fut durement combattu par le PP qui, outre qu’il présenta un recours devant le TC, s’assura de façon peu loyale une sentence favorable de la part du tribunal.

Sánchez-Cuenca détaille ici avec précision le fonctionnement du TC qui permit au PP de favoriser une interprétation « dure » du nouvel Estatut. Rappelons que ses 12 magistrats sont nommés pour des mandats non renouvelables de 9 ans par tiers tous les trois ans et que le Congrès des Députés et le Sénat élisent chacun quatre d’entre eux à la majorité des trois cinquièmes tandis que le gouvernement et le Consejo General del Poder Judicial en nomment deux chacun. Par ce rappel du fonctionnement du TC et par l’analyse fine de la façon dont le PP fit obstruction et joua de son pouvoir de nomination des juges pour favoriser une sentence en accord avec sa conception de la souveraineté espagnole et ses intérêts politiques, Sánchez-Cuenca vise à démontrer la forte politisation des décisions prises par la plus haute instance de justice espagnole. Pour l’auteur, les racines idéologiques de ces décisions apparaissent évidentes lorsque l’on aborde l’analyse comparée de la question de la souveraineté catalane en miroir du processus d’intégration européenne : là où le TC interpréta de façon rigide la souveraineté du peuple espagnol en affirmant son exclusivité, il se montra beaucoup plus compréhensif vis-à-vis de l’Union Européenne lorsqu’elle s’accaparait une partie de cette souveraineté. Cette analyse mériterait d’être nuancée car il convient de rappeler que les réformes des statuts basque et catalan proposaient une sorte de révision de la Constitution sans passer par les procédures prévues à cet effet tandis que dans le cas de l’Union Européenne, les délégations de souveraineté ne viennent pas remettre en cause l’unité souveraine du peuple espagnol.

La lecture littérale du texte constitutionnel entraîna de profondes conséquences politiques puisque, outre qu’elle révélait de façon évidente le déficit démocratique d’un système dans lequel un texte approuvé au Parlament, au Congrès des députés et voté par référendum en Catalogne, n’avait pas de valeur aux yeux des juges du TC, elle limitait toute possibilité d’interpréter la notion de nacionalidades mentionnée dans la Constitution en termes de nations politiques. Pour Sánchez-Cuenca, le TC ne laissait qu’une étroite alternative aux nationalistes : la résignation ou la voie unilatérale.

Si l’objectif affiché par le politologue était de dédramatiser l’enjeu de la reconnaissance de la plurinationalité de l’Espagne, la mise en lumière des éléments qui l’ont bloquée jusque-là démontre l’immense chemin qu’il resterait à parcourir pour que celle-ci se produise. Le troisième chapitre confirme cette impression en montrant le raidissement des positions du nationalisme espagnol. L’auteur cherche ici à s’attaquer à l’une des idées que ce nationalisme défend ardemment et qu’il appelle « démocratie légaliste ». Il s’agit de l’idée selon laquelle démocratie et État de droit seraient synonymes. À partir de plusieurs exemples, l’auteur montre que la démocratie et les principes démocratiques vont bien au-delà du seul respect de l’État de droit et de la légalité et que dans le cas complexe d’un conflit sur la définition du demos souverain, seuls la négociation et le doigté peuvent permettre une résolution politique qui évite l’affrontement.

Ignacio Sánchez-Cuenca aborde en premier lieu le refus de la majorité conservatrice au Parlement de déléguer à la Generalitat le droit d’organiser un référendum en 2014 au motif du respect de la Constitution. L’auteur montre là encore que les arguments avancés relèvent d’un nationalisme espagnol obtus là où juridiquement il eût été tout à fait possible d’introduire un amendement pour déléguer cette compétence, comme cela se produisit en 2011 lorsque le Parlement pacta une réforme de l’article 135 de la Constitution pour des motifs économiques.

Dans un deuxième temps, Sánchez-Cuenca prend le cas québécois comme exemple d’une possible voie de sortie du conflit territorial espagnol. Pour lui, la sentence du Tribunal Suprême canadien a montré la marche à suivre. Elle explique que le Québec ne dispose certes pas d’un droit de sécession unilatéral mais que s’il s’avérait qu’une majorité de la population exprimait son souhait d’indépendance, l’État canadien se trouverait dans l’obligation de négocier avec les autorités québécoises, négociations dont l’une des issues pourrait être la sécession de la province. Loin de la solution négociée, le PP a refusé d’envisager tout type de négociation avec la Generalitat.

Le troisième temps est consacré à l’analyse de la « guerra sucia », les obscures manigances auxquelles s’est livré le PP de Rajoy. L’Operación Cataluña  est le nom donné à la guerre politique menée par le parti au gouvernement contre ses adversaires politiques indépendantistes : en dehors de toute légalité juridique, les services du ministère de l’Intérieur dirigé par Fernández Díaz fabriquèrent à partir de 2010 de faux scandales de corruption qui étaient filtrés dans la presse conservatrice afin de salir la réputation des leaders politiques indépendantistes. Le scandale révélé par le journal Público a eu très peu de conséquences jusqu’à présent et au début de l’année 2018 ce même journal révélait que les structures occultes mises en place au sein du ministère de l’Intérieur avaient persisté avec le ministre Zoido.

Le quatrième point de ce court manuel de ce qu’il ne faut pas faire pour régler démocratiquement un conflit politique de souveraineté analyse la façon dont se déroulèrent les référendums de 2014 et de 2017. L’objectif est de montrer que la répression à laquelle se livra la police espagnole le 1er octobre n’était ni une fatalité ni une nécessité puisque Rajoy aurait tout à fait pu se contenter d’un contrôle de légalité comme il l’avait fait lors du vote du 9 novembre 2014. L’auteur met en évidence les importants manquements aux règles les plus élémentaires de respect des droits civils et humains de la part de l’État espagnol et démonte l’argumentaire juridique employé depuis l’automne 2017 afin de criminaliser le mouvement indépendantiste pacifique. Il accuse les juges d’agir selon des motivations politiques et d’intenter une accusation générale envers le mouvement indépendantiste à partir de principes fallacieux et sans fondements. Le réquisitoire est sans appel.

Après cette dure charge, le bilan que dresse l’auteur de l’état du système démocratique espagnol ne peut être louangeur. La crise catalane a révélé les problèmes systémiques de la démocratie espagnole : le gouvernement, l’État de droit, le système judiciaire, la monarchie et les grands groupes médiatiques ont failli durant la crise politique catalane. Tout cela, conclut Sánchez-Cuenca, doit largement être attribué aux « confusions » d’un nationalisme espagnol construit sur une opposition aux nationalismes alternatifs et à sa conception légaliste de la démocratie. Réitérons ici notre désaccord avec l’idée défendue par l’auteur que le nationalisme espagnol serait essentiellement constitué autour de l’opposition aux nationalismes alternatifs. Il ne s’agit là que de l’une des dimensions du nationalisme espagnol qui est divers et dont le substrat historique est plutôt d’essence libérale.

Devant un tel constat d’échec du système démocratique espagnol, on pourrait tout à fait tirer des conclusions différentes de celles que propose l’auteur à l’issue de sa démonstration. En effet, les nombreux problèmes de fonctionnement de la démocratie espagnole, le système judiciaire politisé, les pratiques obscures de l’État contre les dissidents, le nationalisme espagnol qui ne s’accepte pas comme tel et ses réflexes autoritaires pourraient bien laisser à penser que la voie de sortie catalane est la réponse à une urgence démocratique. Là n’est pourtant pas l’intention de Sánchez-Cuenca qui préférerait que la crise catalane constitue un levier pour réformer en profondeur la démocratie espagnole. D’où la proposition politique qu’il soumet au lecteur dans l’épilogue de l’ouvrage : partant de l’idée que le « référendum pacté », c’est-à-dire accordé avec Madrid, est une solution trop binaire et que beaucoup de Catalans ne souhaitent pas choisir entre le oui et le non à l’indépendance mais opteraient davantage pour une solution intermédiaire, le double référendum pourrait être une solution. Il s’agirait de mener une réforme constitutionnelle concernant la structure territoriale de l’État. Sa validation serait soumise à un référendum dans lequel tous les Espagnols voteraient. Dans le cas où elle ne serait pas acceptée en Catalogne, un deuxième référendum, d’autodétermination celui-là, aurait lieu. L’idée est proche de ce que le PSC a demandé à une certaine époque et l’on comprend bien les écueils qu’elle cherche à éviter : il s’agit de donner voix au chapitre à tous les Espagnols chose qui, dans le cas d’un « référendum pacté », n’aurait pas lieu et pourrait avoir de graves conséquences politiques. Il s’agit également de fournir une opportunité nouvelle afin que la majorité des Catalans et la majorité des Espagnols trouvent un terrain d’entente. Selon l’auteur, l’alternative entre réussite de la réforme constitutionnelle ou bien célébration d’un référendum d’autodétermination en Catalogne obligerait les principaux partis politiques à réaliser une réforme constitutionnelle d’ampleur et créerait un cercle vertueux. Ce serait donc là une voie de sortie honorable pour tous les partis.

La proposition de Sánchez-Cuenca est intéressante mais sa mise en œuvre est pour le moment hautement improbable. De plus, l’auteur l’appuie sur une prévision politique à ce jour invérifiable : l’espoir d’une République catalane devrait diminuer dans les années à venir et la coalition indépendantiste se fissurer devant le constat de l’échec et de la dispersion des stratégies des partis indépendantistes. Pour l’auteur, cela démontrera alors de façon évidente la grande erreur commise par les forces indépendantistes lorsqu’en 2015 elles calculèrent mal leurs forces et entreprirent de poursuivre dans la voie unilatérale alors que les élections qu’elles avaient souhaité présenter comme plébiscitaires ne leur avaient octroyé qu’une courte majorité de sièges et une minorité de voix. Il nous semble que la prévision politique formulée relève du vœu pieux et que l’analyse de la stratégie indépendantiste entamée après les élections de 2015, est discutable. On pourrait en effet en inverser les termes : ce serait justement le constat que l’indépendantisme avait atteint un plafond de verre en 2015 qui aurait poussé les forces indépendantistes à poursuivre dans la voie du conflit avec Madrid en convoquant un nouveau référendum unilatéral qui, contrairement à ce qu’elles affichèrent toujours, ne prétendait pas réellement engager la création d’une République catalane en cas de succès mais visait plutôt à gagner du temps, faire exploser le plafond de verre en approfondissant la crise dont la gestion autoritaire par Rajoy serait probable et essayer ainsi de forcer l’établissement de négociations bilatérales qui, si elles n’entraînaient pas la création d’une République indépendante, seraient tout de même forcément bénéfiques à la Catalogne. Les forces indépendantistes n’ont pas atteint ce dernier objectif. Elles le poursuivent actuellement car Madrid leur laisse peu de marge de manœuvre. Les conjectures sont de périlleux exercices et rien ne dit que la crise actuelle ne bénéficiera pas à l’indépendantisme à moyen terme car, contrairement à Madrid, il joue sur plusieurs calendriers. En attendant de voir, la lecture de l’ouvrage d’Ignacio Sánchez-Cuenca est, de loin, la meilleure chose que l’on puisse faire pour comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

[1] Joan B. Culla, « Esquerres i esquerres », Ara, 3/04/2018 https://www.ara.cat/opinio/joan-b-culla-esquerres_0_1990000981.html

[2] Joan B. Culla, El Tsunami. Com i per què el sistema de partits català ha esdevingut irreconeixible, Barcelona, Editorial Pòrtic, 2017.

[3] Une longue et intéressante interview de l’auteur dans El Nacional le 9/04/2018 : https://www.elnacional.cat/es/politica/entrevista-sanchez-cuenca-alemania-llarena-puigdemont_255621_102.html

[4] p. 13-14.

[5] Ils ont d’ailleurs participé ensemble à une table-ronde sur la question catalane à Madrid dont le journal Infolibre dans lequel écrit Sánchez-Cuenca a rendu compte dans un article : https://www.infolibre.es/noticias/cultura/2018/04/05/presentacion_confusion_nacional_81344_1026.html

[6] Ignacio Sánchez-Cuenca, La desfachatez intelectual. Escritores e intelectuales ante la política, Madrid: Libros de la Catarata, 2016. Sur le nationalisme espagnol depuis la Transition démocratique, voir : Xosé Manuel Núñez Seixas, Patriotas y demócratas. El discurso nacionalista español después de Franco, Madrid: Los Libros de la Catarata, 2010.

[7] Sánchez-Cuenca rappelle qu’en novembre 2003, le PP approuva une modification en urgence du Code pénal pour condamner jusqu’à 5 ans de prison la convocation d’un référendum afin de freiner l’éventualité qu’Ibarretxe n’en organise un. La modification fut annulée par le Tribunal Constitutionnel en 2010 pour des vices de procédure.

[8] Pour modifier l’article 1 de la Constitution espagnole qui établit que la souveraineté nationale repose sur le peuple espagnol, une majorité des deux tiers dans les deux assemblées est nécessaire, qu’après leur dissolution, cette majorité soit confirmée dans les nouvelles assemblées et que la modification constitutionnelle soit ratifiée en troisième lieu par un référendum à l’échelle de l’Espagne. Même si tous les députés et sénateurs catalans, basques et galiciens réunis défendaient une réforme constitutionnelle permettant la célébration d’un référendum ou une réforme territoriale de type fédérale, ils ne pourraient aucunement y parvenir sans l’accord d’autres partis nationaux. Comme ces partis y sont opposés (sauf Podemos), invoquer la voie de la réforme constitutionnelle revient à demander aux nationalismes « alternatifs » de se résigner à l’impuissance puisque quand bien même ils seraient largement majoritaires dans leurs territoires, ils ne pourraient jamais forcer une modification de la Constitution.

par Hervé Siou

 

La conjura de los irresponsables, Jordi Amat,  Anagrama (Barcelona), décembre 2017, 107 p. (traduit du catalan par Isabel Obiols)

Parmi la quantité d’essais que la crise catalane a produits ces derniers mois, l’ouvrage de Jordi Amat se distingue par la sobriété de son style et sa volonté sincère de comprendre les mécanismes qui ont amené à la situation actuelle, sans concession envers aucun des deux camps belligérants[1]. L’auteur, philologue, écrivain et journaliste à La Vanguardia, a signé plusieurs travaux sur l’histoire culturelle et politique du second XXe siècle espagnol dont il est un spécialiste. Biographe de Ramon Trias i Fargas et de Josep Benet, Jordi Amat a également publié en 2014 El llarg procés, une analyse de l’histoire intellectuelle du catalanisme entre 1937 et 2014 et dont on peut considérer que La confabulació dels irresponsables ou La conjura de los irresponsables dans son titre en espagnol constitue une sorte d’appendice. Ce dernier travail n’apprendra que peu de choses au lecteur connaisseur des développements de la question catalane de ces dernières années mais il en propose une mise en ordre qui mérite toute notre attention. Néanmoins, comme essai de circonstance, il souffre des faiblesses d’une écriture hâtive dont l’épilogue bâclé est la malheureuse illustration.

L’auteur part d’une idée louable : remettre en question l’idée omniprésente dans le récit indépendantiste selon laquelle c’est la sentence du Tribunal Constitutionnel retoquant l’Estatut, rendue en 2010, qui serait à l’origine de la progressive montée en puissance de l’indépendantisme dans la société catalane. Il propose une autre chronologie articulée en trois temps qui composent autant de parties du court ouvrage. Elles constituent les trois étapes d’un drame politique car, l’auteur ne s’en cache pas, il a écrit une pièce dramatique qui, classiquement, comporte une exposition des faits, un nœud de l’intrigue et un dénouement. Les titres des parties font directement allusion à cette structure.

L’introduction de l’ouvrage, intitulée « L’angle mort » (el punto ciego), est consacrée à la Constitution de 1978. Pour l’auteur, c’est là que réside l’une des clefs de la question catalane. En omettant d’intégrer un recours préalable de constitutionnalité dans la Carta Magna, les rédacteurs de la Constitution auraient rendu possible un choc entre légalité et légitimité qui pouvait s’avérer dramatique pour les institutions de l’État. Selon lui, l’existence de ce recours aurait pu éviter la séquence bien connue qui va de l’approbation de la réforme de l’Estatut en 2006 par le Parlament, par le Parlement espagnol et par les Catalans au moyen d’un référendum, jusqu’à l’annulation de ses articles les plus significatifs par le Tribunal Constitutionnel en 2010. On peine à suivre l’auteur dans ce raisonnement car si la sentence du Tribunal Constitutionnel a réellement constitué un tournant dans l’évolution du catalanisme, elle a aussi largement été instrumentalisée par le mouvement indépendantiste ce que, par ailleurs, l’auteur montre bien. En d’autres termes, si la sentence du Tribunal constitutionnel est devenue la justification d’un point de non-retour, c’est parce que l’indépendantisme avait intérêt à en faire un précédent pour justifier une évolution politique déjà entamée. Rappelons que le taux de participation lors du référendum de juin 2006 n’atteint pas les 50 %. C’est peu de choses de dire qu’il ne réveilla pas l’enthousiasme des Catalans. Si l’on poursuit ce raisonnement, ce n’est donc pas tant la sentence que son interprétation et son usage politique postérieurs par certains secteurs du catalanisme qui ont créé un précédent. Par conséquent, recours de constitutionnalité ou non, l’enjeu n’est pas là, puisque même sans sentence, la mutation idéologique du catalanisme était déjà en marche. Certes, concèdera-t-on, les choses auraient peut-être été rendues moins faciles pour l’indépendantisme.

Après avoir abordé en introduction ce qu’il considère être un défaut dans la structure du système démocratique mis en place durant la Transition, Jordi Amat fait un saut dans le temps jusqu’aux années 1990. Dans la première partie, « Présentation », il est question du progressif effritement du pacte constitutionnel qui permettait de jouer, en fonction des rapports de force politiques, sur les ambiguïtés interprétatives permises par le texte constitutionnel. C’est paradoxalement au printemps 1996, au moment où, au Majestic, Pujol pactait avec Aznar une stabilité de la Generalitat contre celle du PP à Madrid, qu’une volonté de changer les règles du jeu se fait jour. Jordi Pujol ne voulait pas modifier la Constitution. Il considérait que ce n’était pas nécessaire et qu’il fallait simplement en tirer parti en forçant une lecture qui permette la reconnaissance d’une nouvelle forme de souveraineté pour le peuple catalan. Et ce fut, explique l’auteur, tout l’inverse qui se passa. Sous Aznar, on assiste à un retour en force du nationalisme espagnol jusque-là mis sous le boisseau tant l’empreinte du franquisme l’avait marqué. Pour Jordi Amat, se produit alors un changement de « culture politique » du PP. On regrettera que l’auteur n’explique pas mieux la façon dont se produit ce changement et comment se construit alors un bloc constitutionnaliste intégrant le PSOE. Dans le contexte de la lutte contre ETA, ce dernier ne pouvait pas prendre la tête d’une alternative à la politique nationaliste d’Aznar et se contentait d’exprimer de temps en temps ses penchants fédéralistes. Par réaction à la politique aznariste, les partis « régionaux » réaffirmèrent leurs positions nationalistes avec la fameuse déclaration de Barcelone de 1998 que le plan Ibarretxe lancé en 2001 par le PNV chercha à concrétiser. Jordi Amat a certainement raison de faire de l’aznarisme au pouvoir une période-clef pour comprendre les mutations politiques des différents souverainismes en Espagne. C’est à ce moment que se dessinent des visions de plus en plus inconciliables quant à la structuration territoriale de l’Espagne, débat que la Constitution de 1978 n’avait pas voulu pleinement trancher.

En Catalogne, la voie de sortie entre les visions aznariste et pujoliste passa par l’idée d’un fédéralisme asymétrique portée par Maragall. C’est à l’analyse de la réforme de l’Estatut qu’est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage, le « nœud » du drame. Pour Jordi Amat, l’Estatut fut une réforme mal ficelée et mal gérée par Maragall, Zapatero et Montilla, à tel point qu’elle finit par leur échapper complètement, rejetée par la droite, le PP – il n’y avait pas là de surprise -, mais aussi par la gauche catalaniste d’ERC. C’est à ce moment que commence la mutation du catalanisme. Jordi Amat propose ici de belles analyses sur les publications d’intellectuels durant cette période de refondation idéologique du catalanisme ainsi que sur le rôle de la Plateforme pour le droit à décider (Plataforma pel Dret a Decidir) et des consultations populaires municipales dans la mobilisation croissante des citoyens catalans. L’objectif de l’analyse est de montrer que la mutation du catalanisme était déjà entamée avant la sentence du Tribunal Constitutionnel de 2010 et que l’interprétation de cette dernière fut largement préparée par un important travail de terrain. L’auteur est ici très convaincant.

Le « dénouement » parcourt les années 2010 jusqu’aux journées parlementaires de début septembre 2017, lorsque furent votées les lois de convocation du référendum d’autodétermination du 1-O et de transition vers la République. L’analyse, dans cette partie, souligne avec intelligence la façon dont la crise économique entraîna une réflexion profonde quant à la notion de souveraineté qui provoqua une convergence de la critique sociale vers le catalanisme souverainiste. Le rôle de l’ANC (Assamblea Nacional Catalana) est ici mis en avant car l’association permit de réduire la distance entre les citoyens et les institutions que la crise économique et politique entraînait.

De l’épilogue nous avons déjà dit un mot. Concluons donc par deux remarques critiques sur cet ouvrage. Outre que le jeu stylistique basé sur l’idée d’un drame politique est un peu facile, il nous semble révéler une limite importante du travail de Jordi Amat : tout le texte converge vers l’explication du choc de 2017 et il ne parvient pas à éviter les anachronismes. À lire Jordi Amat, on a l’impression que les principaux acteurs politiques ne se rendent jamais compte de ce qu’ils font, des conséquences de leurs décisions, qu’ils sont irrémédiablement entraînés vers l’abîme, comme ces dirigeants européens avant la Première Guerre mondiale qu’a brillamment décrit Christopher Clarke dans Les somnambules. Une erreur politique en entraîne une autre, puis une autre, puis une autre, jusqu’au drame, sans que personne n’ait pu réagir. « Cette chronique se veut la description d’un enchaînement de conduites politiques qui, si elles nous ont portés jusqu’ici – jusqu’à l’effondrement du système – se sont forcément caractérisées par l’irresponsabilité » écrit Jordi Amat en introduction[2]. Cet enchaînement de conduites est trop mécanique et l’adverbe « forcément » est en trop. Il est vrai que l’auteur se défend de tout déterminisme et que l’objectif de son essai est bien de replacer la sentence du Tribunal Constitutionnel dans un cadre chronologique plus large afin d’en nuancer la rupture. Cependant, Jordi Amat n’y parvient qu’à moitié car il ne resitue pas les alternatives, le caractère incertain et tous les possibles de chaque moments dont il aborde l’étude. À vouloir critiquer le récit unidirectionnel du nationalisme catalan, il ne semble pas se rendre compte qu’il lui en substitue un autre tout aussi téléologique fondé sur l’idée d’un « choc des trains » inéluctable provoqué par l’irresponsabilité généralisée de la classe politique.

Le titre de l’ouvrage est à cet égard éloquent et, faut-il le souligner, particulièrement mal choisi. En premier lieu parce que parler de conjuration ou de complot sous-entend un certain secrétisme, une entente discrète dont on voit mal à quoi elle fait référence. Ensuite parce qu’il n’est pas clair, à la lecture du livre, de qui parle l’auteur lorsqu’il évoque les irresponsables. Sont-ce tous les dirigeants politiques espagnols et catalans mentionnés au fil des pages ? C’est là qu’est la cible, certainement, mais quid de ceux qui ont voté pour eux ? Sont-ils aussi irresponsables ? On aborde là la seconde faiblesse de l’ouvrage.

Il y a comme une disjonction entre le titre accusateur et la démonstration qui est proposée dans les pages qui suivent. En effet, en démontant les logiques et stratégies partisanes, l’auteur démontre bien la rationalité et les intérêts à l’œuvre dans les choix des dirigeants. Peut-on alors parler d’irresponsabilité sans s’acheminer vers un blâme de type moral ? La crise catalane est le produit de dynamiques politiques, sociales, économiques et culturelles complexes dans lesquelles les dirigeants politiques occupent un rôle fondamental, certes, mais ils n’en sont pas les seuls acteurs et certainement pas les moins clairvoyants. En fait, en proposant une histoire intellectuelle « par le haut », l’auteur n’insiste pas assez sur la formidable mobilisation de la société catalane. Ainsi, les rôles « intermédiaires » (associations, leaders d’opinion, médias etc) n’occupent pas une place suffisante dans l’analyse. Si la dynamique de lutte politique entre partis est au cœur du procés, on aurait aimé que l’auteur s’intéresse davantage aux interactions créées entre société civile et gouvernants, surtout lorsqu’il cherche à comprendre la crise d’octobre 2017. C’est d’autant plus regrettable que Jordi Amat ne va pas non plus au bout de son analyse politique. Ainsi, il n’évoque pas du tout le blocage institutionnel de 2015 avec la répétition des élections législatives faute de majorité parlementaire en Espagne. L’irruption de Podemos  et de Ciutadans et la crise interne du PSOE auraient aussi mérité quelques lignes.

Malgré ces deux faiblesses, soulignons que l’ouvrage est écrit dans un style alerte, se lit facilement et rapidement même s’il n’est pas recommandable aux lecteurs sans connaissances préalables sur le sujet car l’auteur fait de nombreuses références et allusions qui ne sont pas explicitées. On louera l’effort de mise en perspective historique et sa proposition chronologique convaincante. L’effritement progressif de la confiance entre les citoyens et leurs institutions représentatives est bien expliqué. De plus, l’auteur convoque de nombreux écrits, articles de presse et ouvrages politiques, qui permettent de bien saisir les mutations à l’œuvre. Sur ce dernier aspect, l’apport de l’ouvrage est très intéressant.

[1] On peut trouver en ligne plusieurs comptes rendus du livre de Jordi Amat et des interviews de l’auteur à l’occasion de la sortie de son ouvrage. Sur Infolibre : https://www.infolibre.es/noticias/los_diablos_azules/2017/12/15/la_conjura_los_irresponsables_jordi_amat_73101_1821.html

Sur le site de Ara : https://llegim.ara.cat/actualitat/que-toca-proces-converteix-merda_0_1916208567.html

Sur Elcrític : http://www.elcritic.cat/entrevistes/jordi-amat-el-regim-del-78-es-mes-fort-avui-que-abans-de-1-doctubre-19732

[2] « Esta crónica quiere ser la descripción de una cadena de conductas políticas que si nos han llevado hasta aquí –hasta el colapso del sistema- forzosamente se han caracterizado por la irresponsabilidad ». p. 8

par Hervé Siou

Le dialogue ne va pas être simple entre les deux nouveaux gouvernements

Semaine du 4 au 10 juin 2018

Entre le 30 mai et le 2 juin, tout a changé : les indépendantistes sont de nouveau au pouvoir à Barcelone (dans une Catalogne qui a retrouvé son autonomie) et le socialiste Pedro Sánchez a renversé Mariano Rajoy à Madrid (grâce aux voix indépendantistes). Si l’on fait la chronique de la semaine qui a suivi, la véritable nouveauté est que le pouvoir espagnol et l’indépendantisme catalan semblent disposés à se parler même si les positions sont toujours aussi éloignées.

Borrell et Batet, deux catalans très dissemblables dans le Gouvernement Sánchez

La semaine a mal commencé pour les indépendantistes qui, après l’euphorie provoquée par la chute de Rajoy le vendredi 1er juin et la prestation de serment du nouveau Govern Torra le samedi 2, ont appris lundi 4 que le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Sánchez serait leur vieil adversaire Josep Borrell.

Borrell est un catalan basé à Madrid depuis la fin de ses études et qui a donc des liens très distendus avec le PSC. Après une belle carrière ministérielle durant l’ère González et quelques étapes prestigieuses ensuite (vainqueur des primaires du PSOE en 1998, président du Parlement européen de 2004 à 2007), il s’est un peu spécialisé dans la lutte contre l’indépendantisme et a même écrit en 2015 un livre sur la question intitulé Les comptes et les contes de l’indépendance. Il s’est signalé lors de la campagne pour les élections du 21 décembre en déclarant lors d’un meeting aux côté de Miquel Iceta qui venait de proposer une amnistie pour les leaders indépendantistes emprisonnés : « Je sais que tu es très gentil et que tu voudrais leur pardonner tout de suite, mais c’est qu’ils ont fait une grosse bêtise, Miquel, une très grosse bêtise. Moi je crois que je ne suis pas aussi gentil que toi, je dirais que c’est une bonne idée de soigner les blessures, c’est vrai, c’est une société blessée et il faut la soigner. Mais avant de cicatriser les blessures, il faut les désinfecter » (1). Ce « désinfecter » a beaucoup fait parler. Le choix de nommer Borrell a donc été salué par les adversaires de l’indépendantisme (dont le PP et Citoyens) et inquiété au PSC qui a obtenu le lendemain mardi 5 la nomination attendue d’une autre catalane, Meritxell Batet, l’une de ses députées au Congrès.

À la différence de Borrell qui n’aura pas directement à s’occuper du conflit catalan (à part au niveau européen où le discours espagnol ne devrait donc pas changer), Batet sera normalement la véritable ministre de Catalogne puisqu’elle est nommée ministre des Administrations territoriales et donc chargée d’une très hypothétique réforme du système. À la différence aussi de Borrell qui a toujours été centraliste, Batet est fédéraliste et c’est ce qu’elle a réaffirmé lors de sa première intervention officielle sur la question à Barcelone samedi 9, appelant à une réforme constitutionnelle « urgente, viable et désirable » et demandant aux partis qui l’avaient boycottée (Podemos, ERC, PDeCat, PNV) de participer à la Commission sur le modèle territorial créée au Congrès des députés cet automne (proposée par le PSOE au PP en échange de son soutien au 155 et qui a vite pris l’eau après le départ de Citoyens). Mais une réforme où il ne serait de toute façon pas question d’autodétermination.

Un contrôle financier à double détente

Après Borrell, l’autre sujet de crispation entre Barcelone et Madrid a été dès lundi la question du contrôle des comptes de la Généralité par le ministère des Finances espagnol. Ce contrôle, total jusqu’à la semaine dernière, s’était établi en deux temps : un contrôle mensuel depuis novembre 2015 alors que s’engageait la feuille de route du Procés, un contrôle total (avec relevé hebdomadaire et interdiction de paiements directs) depuis le 15 septembre 2017, après le vote des lois de séparation par le Parlement catalan. Lundi, pour sa première journée en poste, le nouveau numéro deux du Govern Pere Aragonès (ERC) prévenait d’office l’administration catalane que ce contrôle total était caduc du fait de la levée samedi du 155. Les socialistes espagnols (Ábalos) comme catalans (Iceta) réagissaient aussitôt en prévenant que la levée de ce contrôle dépendrait de l’attitude légaliste (ou non) du Govern, sans préciser s’ils parlaient du contrôle établi en 2015 ou de celui établi en 2017. C’est finalement vendredi 8 seulement que la porte-parole du Gouvernement espagnol Isabel Celaá a officiellement annoncé la levée du contrôle de 2017, le présentant comme un « geste » de bonne volonté du nouvel exécutif en faveur de la « normalisation ». Les indépendantistes ne se sont pas privés de rappeler que cette levée est légalement automatique puisque le ministre des Finances Montoro l’avait liée en décembre à la suspension de l’autonomie catalane par l’article 155 (suspension tout aussi automatiquement levée par la formation effective du Govern catalan samedi 2 juin).

Un dialogue plus facile en Catalogne qu’avec Madrid ?

Affichée par Sánchez lors de son discours au Congrès jeudi 31 mars, la volonté de « dialogue » entre Madrid et l’indépendantisme lui avait permis de convaincre le PDeCat de voter sa motion de censure. Aussitôt reprise au vol par Torra, elle a mis quelques jours à se concrétiser et, depuis lundi, la question était de savoir qui appellerait le premier. C’est finalement Sánchez qui a appelé Torra vendredi et les deux hommes sont convenus de se voir à la Moncloa « rapidement ». Mais Sánchez (dans son souci constant de se prémunir des attaques du PP et de Citoyens sur la question catalane) a fait savoir qu’il avait aussi appelé les autres présidents régionaux et que sa rencontre avec Torra se ferait dans le cadre de cette prise de contact générale.

En Catalogne même, la séance du Parlement de jeudi avec, pour la première fois depuis octobre, le Govern au grand complet sur le premier banc de l’hémicycle, a permis de constater que Torra tenterait d’appuyer sa courte majorité sur la CUP pour les questions indépendantistes, sur les Comuns et le PSC pour le reste, les relations semblant cordiales entre le président, Domènech et Iceta. Principal perdant de la nouvelle donne à Madrid comme à Barcelone, Citoyens se retrouve isolé et a pour l’instant du mal à trouver le bon ton. En a témoigné le refus d’Inès Arrimadas de rencontrer Torra vendredi au Palais de la Généralité comme les autres chefs des partis catalans sous prétexte de la bannière accrochée au balcon réclamant la liberté des prisonniers. Une attitude qui a été critiquée par Albiol (« Nous avons le devoir de nous assoir et de nous écouter ») comme par Iceta (« Ce ne sera pas une bannière qui empêchera le dialogue »).

La difficile question des prisonniers

La question des prisonniers continue à cimenter le camp indépendantiste : après la visite mardi 5 de Pere Aragonès et Ernest Maragall à Estremera pour une cérémonie symbolique de transfert des pouvoirs avec Junqueras et Romeva, l’Ara a publié mercredi 6 une courte vidéo montée avec soin montrant pour la première fois des images volées de Junqueras (donnant un cours de philosophie), Forn (écrivant) et Romeva (assistant au cours) dans leur vie quotidienne de prisonnier. Des images complémentaires et moins précautionneuses (avec une discussion à propos de la motion de censure) ont été diffusées jeudi par La Sexta. La diffusion de ces images n’a pas été critiquée par les proches des prisonniers mais une enquête est en cours (en partie sur leur demande et celle du Govern) pour identifier leur source. La question du rapprochement dans des prisons catalanes, souhaité par Batet mais visiblement pas une priorité de Sánchez, dépendrait à la fois d’une proposition du Gouvernement et de l’accord du juge Llarena sans toutefois que les spécialistes s’accordent sur la question. Elle aurait été l’une des principales exigences d’ERC et du PDeCat lors des discrets pourparlers avec Sánchez avant la motion de censure.

Autres faits marquants : les tensions chez les Comuns avant le scrutin sur leur future direction à la fin du mois (en partie sur la question du souverainisme avec le pas de côté mardi 5 de la députée Elisenda Alamany qui ne figurera pas sur la liste favorite menée par Domènech et Colau); le scepticisme de Puigdemont (interviewé sur RAC1 vendredi) sur le dialogue avec Sánchez puisque « les paroles ne suffisent pas en politique » et que les « espérances » qu’on place dans le socialiste « vont au-delà de ses possibilités » ainsi que son refus de participer à d’éventuelles élections anticipées cet automne au moment du procès des prisonniers; le refus également du major Trapero (chef des Mossos démis par Rajoy en novembre) de reprendre son poste comme le lui a proposé Torra vendredi soir.

(1) Citation en catalan et espagnol lors du meeting du PSC à L’Hospitalet de Llobregat le 16 décembre 2017 : « Jo sé que tu ets molt bona persona i els voldries perdonar de seguida, però l’han feta molt grossa, Miquel, molt grossa (applaudissements) … jo crec que no soc tan bona persona com tu, diria que està bé això de cosir les ferides, recoser las heridas, es verdad, está una sociedad herida y hay que sanarla. Pero antes de cerrar las heridas, hay que desinfectarlas (rires et applaudissements) »

Chronologie politique récente du mouvement indépendantiste catalan

20002008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut  / 20082012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme / Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015 / Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés entre octobre 2017 et mai 2018  / Depuis la motion de censure et la levée du 155

Les spécialistes, les politologues et les historiens ne sont pas forcément d’accord sur les causes et les phases de ce que les indépendantistes, et désormais aussi les autres, appellent le Procés (prononcer proussèss), c’est à dire le processus d’indépendance de la Catalogne. Le démarrage officiel de ce Procés a clairement eu lieu à l’automne 2012 avec le passage à l’indépendantisme de la coalition CiU d’Artur Mas (officiellement provoqué par le non de Rajoy à l’autonomie fiscale de la Catalogne) puis l’accord de gouvernement qu’elle signe avec l’ERC d’Oriol Junqueras prévoyant un référendum d’indépendance. Mais d’autres points de départ sont souvent cités comme la censure du nouveau Statut (Estatut) d’autonomie de la Catalogne par le Tribunal Constitutionnel espagnol en juin 2010 ou même la première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Mar en septembre 2009. Quant au changement d’atmosphère politique qui a permis cette montée de l’indépendantisme (très minoritaire jusque là), beaucoup le font partir du deuxième mandat de José María Aznar entre 2000 et 2004 qui rompt le consensus fragile issu de la transition démocratique de 1975-82 et alimente la tension entre la droite espagnole et des partis catalans qui se sentaient jusque là intégrés au système.

2000-2008  : 2mandat d’Aznar, fin du pujolisme, Tripartit et nouvel Estatut

2000

12 mars. Les élections espagnoles donnent pour la première fois la majorité absolue au PP de José María Aznar (183 sièges), qui n’a donc plus besoin de l’appui du PNV basque et surtout de CiU comme c’était le cas depuis son arrivée au pouvoir en 1996. Aznar entame une politique de tension avec les partis basques et catalans et d’alignement inconditionnel sur les États-Unis de George Bush.

2001

17 janvier. Le président catalan depuis 1980 Jordi Pujol nomme Artur Mas conseller en cap (premier conseiller), le désignant ainsi comme son successeur à la tête de CiU et du Govern.

2003

16 novembre. Les premières élections catalanes de l’après-Pujol (63 % de participation) enregistrent la forte baisse des deux grands partis. CiU perd 10 sièges (46), le PSC 10 également (42) tandis que les autres formations progressent : plus 11 sièges pour ERC (23), plus 6 pour ICVEUiA (9), plus 3 pour le PP (15). Lors du grand meeting du PSC au Palau Sant Jordi le 13 novembre, le chef du PSOE Zapatero avait assuré qu’il appuierait le nouvel Estatut (statut d’autonomie) que voterait le Parlement catalan.

14 décembre. Accord du Tinell : le PSC de l’ancien maire de Barcelone Pasqual Maragall, l’ERC de Josep Lluís Carod-Rovira et la coalition ICVEUiA signent leur « accord pour un Govern catalaniste et de gauche » qui permet la coalition du Tripartit.

18 décembre. Maragall devient le premier président socialiste de la Généralité de Catalogne. Carod-Rovira est conseller en cap.

2004

27 janvier. Démission de Carod-Rovira après les révélations sur ses entretiens avec des membres d’ETA. Il est remplacé par Josep Bargalló.

9 février. Constitution de la commission parlementaire chargée de rédiger le nouvel Estatut.

11 mars. Attentats de Madrid (191 tués). La tentative d’Aznar de les attribuer à ETA (alors que la responsabilité d’Al Qaeda se confirme rapidement) entraine la défaite surprise du PP, mené par Mariano Rajoy, aux élections législatives du 14 mars. Le PSOE de Zapatero (164 sièges) passe devant le PP (148) et peut gouverner grâce au soutien de CiU (10 sièges) et du PNV (7). ERC obtient 8 sièges.

2005

27 janvier. Effondrement du tunnel du Carmel lors des travaux de prolongation de la ligne 5 du métro à Barcelone. Il marque le début de polémiques sur le sous-investissement en matière d’infrastructures en Catalogne depuis les années Aznar et les pratiques politiques en la matière.

30 septembre. Le Parlement catalan vote le nouvel Estatut par 120 voix pour (CiU, PSC, ERC, ICVEUiA) et 15 contre (PP).

2 novembre. Le projet d’Estatut arrive en discussion au Congrès des députés espagnol malgré le recours en inconstitutionnalité du PP.

19 décembre. Formation de la Plataforma pel dret de decidir (Plateforme pour le droit à décider, PDD) regroupant entités et municipalités en faveur de l’autodétermination de la Catalogne.

2006

21 janvier. Accord de la Moncloa entre Mas (CDC), Duran Lleida (UDC) et Zapatero, modifiant l’Estatut (en échange de promesses de hausse de l’investissement public en Catalogne) pour permettre son approbation au Congrès.

18 février. Manifestation « Som una nació i tenim el dret de decidir » (Nous sommes une nation et nous avons le droit de décider) pour contester l’accord de la Moncloa avec plus de 100 000 personnes, à l’appel de la PDD et soutenue par ERC.

30 mars. Le Congrès des députés vote l’Estatut modifié par 189 voix pour (PSOE, IU, PNV, BNG, CC), 154 contre (PP, ERC, EA) et 2 abstentions (CHA, NB).

10 mai. Le Sénat approuve de justesse l’Estatut modifié : 128 voix pour (PSOE, CiU, IU), 125 contre (PP) et 6 abstentions (ERC, EA, PAR).

11 mai. ERC appelle à voter non au référendum. Maragall démet les conseillers ERC et ne garde le soutien d’ICVEUiA qu’en échange de la promesse d’élections anticipées après le référendum.

18 juin. L’Estatut est approuvé par référendum : 78,1 % des électeurs catalans pour, 21,9 % contre, 6,2 % de blancs et nuls, 50,6 % d’abstention.

21 juin. Maragall annonce qu’il ne mènera pas le PSC aux prochaines élections.

19 juillet. La loi organique réformant l’Estatut est promulguée. Il entre en vigueur le 9 août.

31 juillet. Federico Trillo et 98 autres députés PP déposent un recours contre l’Estatut devant le Tribunal Constitutionnel. Ce recours est accepté le 28 septembre. D’autres recours sont déposés par le Médiateur (Defensor del Pueblo) et par plusieurs gouvernements régionaux (Murcie, Rioja, Aragon, Valence et Baléares).

1er novembre. Élections catalanes anticipées (57 % de participation). CiU regagne 2 sièges (48), le PSC en perd encore 5 (37), ERC 2 (21), le PP 1 (14) tandis qu’ICVEUiA en gagne 3 (15) et qu’apparait le nouveau parti Citoyens d’Albert Rivera (3). Le Tripartit est reconduit entre le PSC, ERC et ICVEUiA sous la présidence de José Montilla (PSC), investi par le Parlement le 24. Il forme un Govern le 28 avec de nouveau Carod-Rovira (ERC) en n°2.

2007

1er décembre. Manifestation « Som una nació i diem PROU ! Tenim dret a decidir sobre les nostres infraestructures » (Nous sommes une nation et nous disons ASSEZ ! Nous avons le droit de décider sur nos infrastructures) à l’appel de la PDD et soutenue par CiU, ERC, ICVEUiA et la CUP. Y assistent plus de 200 000 personnes.

2008

9 mars. Le PSOE de Zapatero reste en tête aux élections législatives espagnoles avec 169 sièges contre 154 au PP de Rajoy. Il est réélu président grâce à l’abstention des partis régionaux (sauf ERC) et de IU.

2008-2012 : crise économique, censure de l’Estatut et bond en avant de l’indépendantisme

7 octobre. Le Gouvernement Zapatero doit prendre des mesures exceptionnelles pour sauver le système financier espagnol menacé de naufrage après le déclenchement de la crise financière mondiale. La crise économique, très sévère, durera officiellement jusqu’en 2014.

2009

13 septembre. Première consultation municipale sur l’indépendance à Arenys de Munt (sur les 6517 électeurs, 41 % de participation et 96 % pour l’indépendance).

13 décembre. Après une deuxième consultation municipale sur l’indépendance à Sant Jaume de Frontanyà, 166 autres municipalités suivent l’exemple.

2010

28 février. Deuxième vague de consultations sur l’indépendance dans 80 municipalités.

25 avril. Troisième vague de consultations sur l’indépendance dans 210 municipalités.

12 mai. Zapatero annonce un plan drastique d’austérité qui n’est voté que grâce à l’abstention de CiU.

16 juin. Zapatero décide une réforme radicale du marché du travail. Elle est approuvée par le Congrès le 22 grâce à l’abstention du PP et provoquera une grève générale le 29 septembre.

20 juin. Quatrième vague de consultations sur l’indépendance dans 48 municipalités.

28 juin. Avec un grand retard dû au blocage entre le PP et le PSOE sur les nouvelles nominations, le Tribunal Constitutionnel annule un certain nombre de dispositions sensibles du nouvel Estatut.

10 juillet. Convoquée par tous les partis catalans sauf le PP et Citoyens, la manifestation « Som una nació, nosaltres decidim » (Nous sommes une nation, c’est nous qui décidons) réunit plus d’un million de personnes à Barcelone.

28 novembre. Les élections catalanes (60 % de participation) mettent fin au Tripartit et entrainent le retour de CiU (62 sièges, +14) au pouvoir mais sans majorité absolue. Le PSC continue sa chute à 28 sièges (-9), le PP remonte à 18 (+4), ICVEUiA descend à 10 (-2) comme ERC (-11). Le nouveau parti indépendantiste Solidaritat Catalana per l’Independència obtient 4 sièges, Citoyens reste à 3.

23 décembre. Mas est élu président catalan grâce à l’abstention du PSC au second tour.

2011

2 avril. Zapatero annonce qu’il ne se représentera pas.

10 avril. Dernière consultation municipale sur l’indépendance à Barcelone. En tout, plus de 800 000 électeurs ont voté dont plus de 90 % pour l’indépendance.

30 avril. Conferencia Nacional per l’Estat Propi (Conférence nationale pour l’État propre) à Barcelone qui réunit plus d’un millier de partisans de l’indépendance et constitue un conseil permanent.

15 mai. Début du mouvement des Indignés à Madrid et dans les grandes villes d’Espagne et de Catalogne.

22 mai. Élections locales et municipales. Le PSC perd Barcelone au profit de CiU (Xavier Trias).

25 mai. Fondation formelle de l’Assemblea Nacional Catalana (ANC) par les participants à la Conferencia Nacional per l’Estat Propi. Dolors Marin en est la première présidente.

23 août. Accord entre Zapatero et Rajoy pour modifier la constitution afin de limiter le déficit public.

11 septembre. Manifestation « Som una nació, volem estat propi » (Nous sommes une nation, nous voulons un État à nous) à l’occasion de la Diada.

1er octobre. Oriol Junqueras est élu président d’ERC avec Marta Rovira en n°2.

20 novembre. Le PP de Mariano Rajoy remporte la majorité absolue aux élections législatives espagnoles avec 186 sièges. Le PSOE s’effondre à 110 sièges. CiU a 16 sièges, ERC 3.

14 décembre. Constitution officielle à Vic de l’Associació de Municipis per l’Independència (AMI) avec les maires de 156 municipalités. Le mouvement avait été lancé par les municipalités d’Arenys de Munt le 8 septembre et de Vic le 12.

2012

10 mars. Assemblée constitutive de l’ANC au Palau Sant Jordi de Barcelone. Carme Forcadell devient sa présidente en avril.

25 juillet. Le Parlement approuve la résolution demandant pour la Catalogne un accord fiscal comparable à ceux du Pays Basque et de la Navarre. Ont voté pour les députés CiU, ICVEUiA et ERC. Les députés PSC et PP en votent certaines dispositions.

11 septembre. Marche « Catalunya, nou estat d’Europa » (Catalogne, nouvel état d’Europe) organisée par l’ANC à l’occasion de la Diada à Barcelone et qui rassemble au moins 1,5 million de personnes.

20 septembre. À la Moncloa, Mas voit Rajoy qui refuse définitivement ses propositions d’accord fiscal. Selon Mas, « il est absurde de continuer sur un chemin qui est fermé ». Ne pouvant plus gouverner avec le soutien du PP (qui a appuyé ses sévères coupes budgétaires), il dissout le Parlement qui vote le 27 une résolution sur la « nécessité pour le peuple de Catalogne de pouvoir déterminer librement et démocratiquement son avenir collectif ».

Du 25-N au 27-S en passant par le 9-N : les débuts officiels du Procés de 2012 à 2015

25 novembre. Élections catalanes anticipées (68 % de participation). CiU obtient 50 sièges (-12), ERC prend la deuxième place avec 21 (+11), le PSC passe en troisième position à 20 (-8), juste devant le PP à 19 (+1). Les petits partis progressent  : ICV-EUiA à 13 (+3), Citoyens à 9 (+6), la CUP fait son entrée avec 3 sièges.

21 décembre. Après avoir signé avec Junqueras le 19 un « Accord pour la liberté » qui prévoit une consultation sur l’indépendance, Mas est réélu président catalan (71 voix) grâce au soutien sans participation d’ERC.

2013

23 janvier. Le Parlement vote une « Déclaration de souveraineté et du droit à décider pour le peuple de Catalogne » qui affirme « débuter un processus (procés) pour rendre effectif l’exercice du droit à décider afin que les citoyens et citoyennes de Catalogne puissent décider leur avenir politique collectif ». Elle obtient 85 votes (50 CiU, 21 ERC, 13 ICV-EUiA, 1 CUP).

8 mai. Le TC suspend préventivement la Déclaration de souveraineté (elle sera finalement partiellement censurée le 25 mars 2014).

5 septembre. Mas propose des élections catalanes plébiscitaires pour surmonter l’opposition du Gouvernement à un référendum d’indépendance.

11 septembre. À l’occasion de la Diada, organisation d’une chaine humaine de 400 km en faveur de l’indépendance avec 1,6 million de participants, la Via Catalana.

12 décembre. Mas annonce un référendum consultatif pour le 9 novembre 2014 avec 2 questions. Il demande au Congrès des députés de transférer à la Généralité la compétence pour organiser ce genre de consultation.

2014

16 janvier. Le Parlement vote une motion demandant au Congrès des députés de lui permettre d’organiser un référendum sur l’indépendance (87 voix avec les députés CiU, ERC, ICV-EUiA et 3 PSC).

8 avril. Le Congrès des députés refuse l’examen de la demande du Parlement par 299 voix (dont PP et PSOE) contre 47 (dont CiU, IU, PNV, ERC, ICV-EUiA, BNG). Mas dit que ce non « ne pourra arrêter la volonté du peuple de Catalogne ».

25 mai. Les élections européennes enregistrent d’excellents résultats pour les partis indépendantistes : la liste menée par ERC arrive en tête (24 %), suivie par celle à laquelle participe CiU (22 %).

11 septembre. Nouvelle Via Catalana à l’occasion de la Diada avec un grand V sur la Diagonal et la Gran Via de les Corts.

19 septembre. Le Parlement approuve la loi sur les consultations populaires non référendaires avec les voix des députés de tous les partis sauf le PP et Citoyens.

29 septembre. Le Gouvernement Rajoy recourt au TC contre la loi sur les consultations et le décret de convocation signé le 25 par Mas. Réuni le même jour, le TC suspend préventivement la loi et le décret.

14 octobre. Mas décide de finalement organiser un processus de participation citoyenne avec les mêmes questions que la consultation prévue.

4 novembre. Le TC suspend le processus de participation citoyenne sur demande du Gouvernement Rajoy. La Généralité maintient son organisation.

9 novembre. Consultation sur l’indépendance : 2,305 millions d’électeurs y participent dont 80,8 % pour une Catalogne indépendante, 10,1 % pour une Catalogne souveraine mais pas indépendante, 4,5 % opposés à ces deux possibilités.

25 novembre. Mas propose une liste unie de l’indépendantisme aux prochaines élections catalanes.

2015

14 janvier. Accord entre CiU, ERC et les autres entités indépendantistes pour des élections anticipées le 27 septembre.

30 mars. Signature d’un pré-accord entre les partis et entités indépendantistes sur la feuille de route du Procés.

16 mai. Jordi Sànchez remplace Carme Forcadell à la présidence de l’ANC.

24 mai. Les élections locales consacrent l’irruption des listes soutenues par Podemos qui s’emparent de Madrid (Ahora Madrid) avec Manuela Carmena et de Barcelone (Barcelona en Comú) avec Ada Colau qui prend la mairie à Xavier Trias (CiU).

18 juin. Dissolution de CiU. La CDC (désormais indépendantiste) et l’UDC (partagée) reprennent leur indépendance.

11 septembre. L’ANC et Òmnium organisent une Via Lliure (Voie libre) le long de la Diagonal à Barcelone à l’occasion de la Diada.

Du 27-S au 27-O : des élections plébiscitaires de 2015 au référendum du 1-O et à la DUI de 2017

27 septembre. Élections catalanes anticipées (77 % de participation). La liste plébiscitaire d’union indépendantiste Junts pel Sí avec des représentants de la CDC, d’ERC et des entités civiles n’obtient pas la majorité avec 62 sièges (et 40 % des voix) et dépend donc des 10 sièges de la CUP (+7) pour arriver au pouvoir. Citoyens progresse fortement à 25 sièges (+16) tandis que les autres listes sont à la baisse : le PSC à 16 (-4), Catalunya Sí Que es Pot (union d’ICV-EUiA et des Comuns alliés à Podemos) à 11 (-2), le PP à 11 (-8).

26 octobre. Ancienne présidente de l’ANC, Carme Forcadell est élue présidente du Parlement.

9 novembre. Le Parlement vote une déclaration « de début du processus d’indépendance de la Catalogne ».

10 novembre. Mas ne parvient pas à se faire réélire président à cause du refus de la CUP de voter pour lui.

20 décembre. Les élections législatives espagnoles privent le PP de sa majorité absolue avec 123 sièges (-63). Le PSOE est au plus bas à 90 sièges (-20). De fortes baisses qui s’expliquent par l’irruption à gauche de Podemos (69) et à droite de Citoyens (40). En Catalogne, la coalition En Comú soutenue par Podemos arrive en première position avec 12 députés et un quart des votes.

2016

9 janvier. Mas accepte de faire un « pas de côté » et retire sa candidature au profit du maire de Gérone Carles Puigdemont qui est investi président le lendemain par 70 voix (62 Junts pel Sí et 8 CUP). Le nouveau Govern est constitué le 14 avec Oriol Junqueras (ERC) en n°2 et conseiller à l’économie.

26 juin. Élections législatives espagnoles anticipées du fait de l’impossibilité pour le PP comme pour le PSOE d’obtenir une majorité. Léger rebond du PP qui remonte à 137 sièges et effritement du PSOE (85) tandis que Podemos se maintient grâce à son alliance avec IU (73) et que Citoyens reflue (32). En Comú garde la première place en Catalogne (12 députés).

23 juillet. Congrès fondateur du PDeCat (Partit Demòcrata Europeu  Català) qui prend la suite de la CDC et élit Mas comme président.

28 septembre. Puigdemont annonce que la Généralité organisera un référendum d’indépendance en septembre 2017. Le même jour, les barons du PSOE renversent Pedro Sánchez et obtiennent ainsi que le PSOE s’abstienne et que Rajoy puisse être investi à la tête du Gouvernement le 29 octobre.

6 octobre. Le Parlement vote une résolution demandant au Govern d’organiser un référendum d’indépendance au plus tard en septembre 2017. Cette résolution est suspendue préventivement en décembre par le TC sur demande du Gouvernement puis annulée le 13 février suivant.

2017

21 mai. Pedro Sánchez remporte les primaires socialistes avec 50 % du vote des militants (dont 80 % de ceux du PSC) et reprend la tête du PSOE.

14 juillet. Remaniement du Govern pour préparer la dernière ligne droite avant le référendum. Les conseillers PDECat Jordi Jané (Intérieur), Neus Munté (Présidence), Meritxell Ruiz (Enseignement) et Jordi Baiget (Entreprise et Connaissance) s’en vont.

26 juillet. La Garde Civile commence à interroger certains dirigeants indépendantistes.

17 août. Attaques jihadistes en Catalogne : 15 personnes tuées l’après-midi sur la Rambla de Barcelone et plus d’une centaine blessées par une camionnette. La nuit, 5 membres du même groupe tentent une autre attaque à Cambrils où ils tuent une personne et en blessent 5. Le lendemain, 100 000 personnes (dont Puigdemont, Rajoy et le roi Felipe VI) participent à une minute de silence à Barcelone. Le 26, 500 000 personnes (et les mêmes personnalités) y participent à la manifestation « No tinc por » (Je n’ai pas peur).

6 septembre. Le Parlement vote la loi du référendum d’autodétermination par 72 voix (Junts pel Sí et la CUP) et 11 abstentions (CSQP). Après avoir vainement protesté, les députés PSC, Cs et PP boycottent le vote. Puigdemont signe le décret convoquant le référendum pour le 1er octobre.

8 septembre. Le Parlement vote dans les mêmes conditions la loi de transitorialité juridique et fondationnelle de la République qui prévoit le passage à la République si le oui l’emporte, de nouvelles élections catalanes si c’est le non.

11 septembre. « Diada del Sí » (Diada du oui) à Barcelone avec environ 1,5 million de participants.

15 septembre. Le Gouvernement espagnol prend le contrôle des finances de la Généralité.

20 septembre. Opération de la Garde Civile contre la Généralité pour perturber la préparation du référendum. Arrestation de 15 hauts fonctionnaires catalans et confiscation de 10 millions de bulletins. Rassemblement de protestation devant la Conseillerie à l’Économie.

1er octobre. Référendum unilatéral d’indépendance : 2,286 millions d’électeurs (43 % du corps électoral) y participent malgré les interventions de nombreuses forces de police espagnoles et des centaines de blessés. Le oui obtient 90,2 %, le non 7,8 %.

3 octobre. Grève générale contre la répression policière lors du référendum. Le soir, intervention télévisée du roi Felipe VI très hostile aux indépendantistes.

10 octobre. Puidgemont transmet les résultats du référendum au Parlement mais suspend la déclaration d’indépendance prévue par les lois votées en septembre pour laisser la possibilité de négociations avec le Gouvernement espagnol.

16 octobre. Jordi Sànchez (ANC) et Jordi Cuixart (Òmnium) comparaissent devant la juge Lamela de l’Audience Nationale à Madrid et sont emprisonnés pour sédition à cause du rassemblement du 20 septembre devant la Conseillerie à l’Économie.

26 octobre. Estimant que cela ne changera rien à la décision de Rajoy de suspendre l’autonomie, Puigdemont renonce à convoquer de nouvelles élections et annonce le vote d’une Déclaration unilatérale d’indépendance (DUI) le lendemain.

27 octobre. Le Parlement vote une résolution contenant en préambule la DUI votée le 10 octobre mais suspendue. Le Sénat espagnol vote lui la suspension de l’autonomie catalane par l’application de l’article 155.

Du 27-O à la motion de censure : indépendance symbolique, autonomie suspendue et judiciarisation du Procés

28 octobre. En vertu du 155, Rajoy démet le Govern. Le lendemain, il dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections catalanes le 21 décembre.

29 octobre. Grande manifestation unioniste à Barcelone avec au moins 300 000 personnes.

30 octobre. Puigdemont arrive à Bruxelles avec la moitié du Govern.

2 novembre. Les 8 conseillers restés en Catalogne (Junqueras, Forn, Turull, Rull, Romeva, Bassa, Borràs et Mundó) comparaissent devant la juge Lamela qui les fait tous incarcérer préventivement sauf Santi Vila qui peut sortir le lendemain après avoir payé une caution.

11 novembre. Une manifestation en soutien aux prisonniers rassemble au moins 750 000 personnes Carrer de la Marina à Barcelone.

4 décembre. Le juge Llarena du Tribunal Suprême reprend l’enquête contre le référendum à l’Audience Nationale et libère sous caution 6 des 8 conseillers : Turull, Rull, Romeva, Mundó, Bassa et Borràs.

11 décembre. Grâce au 155, l’Aragon récupère les œuvres du monastère de Sixena exposées au musée de Lérida.

21 décembre. Les élections catalanes anticipées (79 % de participation) confirment la majorité parlementaire indépendantiste (70 sièges) mais Citoyens devient le premier parti avec 36 députés (+11). La liste menée par Puigdemont et soutenue par le PDeCat vient derrière avec 34 sièges, puis ERC (32). Le PSC reprend un siège à 17, les petits partis perdent tous des voix : Catalunya en Comú-Podem (-3 à 8), la CUP (-6 à 4), le PP (-7 à 4).

2018

9 janvier. Mas fait un nouveau « pas de côté » et démissionne de la présidence du PDeCat.

17 janvier. Séance constitutive du nouveau Parlement qui élit Roger Torrent (ERC) comme son nouveau président à la place de Carme Forcadell qui, poursuivie par la justice, ne souhaitait pas continuer.

22 janvier. Puigdemont sort pour la première fois de Belgique pour le Danemark. Llarena refuse d’émettre un nouveau mandat d’arrêt européen.

27 janvier. Saisi par le Gouvernement Rajoy, le TC décide que Puigdemont ne pourra être investi président que s’il se présente physiquement au Parlement après y avoir été autorisé par Llarena.

30 janvier. Torrent suspend la séance d’investiture de Puigdemont à cause des mesures prescrites par le TC.

15 février. Début d’une offensive médiatique du Gouvernement contre l’enseignement en catalan (qui avortera finalement faute de possibilité légale de changer le système sans l’approbation du Parlement).

20 février. L’ex-députée CUP Anna Gabriel, convoquée par Llarena, s’exile en Suisse. Llarena dicte le lendemain un ordre d’arrestation contre elle si elle rentre en Espagne.

25 février. Premier retour du roi Felipe VI en Catalogne depuis août à l’occasion de l’inauguration du Mobile World Congress. Il est vivement contesté dans la rue.

1er mars. Après le vote de résolutions de soutien par le Parlement, Puigdemont annonce qu’il renonce provisoirement à sa candidature (contestée par ERC qui veut un Govern « effectif ») et désigne Sànchez pour le remplacer.

3 mars. La CUP refuse de voter l’investiture de Sànchez car ce serait un retour à « l’autonomisme ».

12 mars. Llarena refuse la sortie de Sànchez pour assister à sa séance d’investiture.

22 mars. Échec de l’investiture de Turull (désigné par JuntsxCat après le veto de Llarena) à cause de l’abstention de la CUP.

23 mars. Llarena prononce son acte d’accusation contre 25 dirigeants indépendantistes et fait réincarcérer Turull, Rull, Romeva, Bassa et Forcadell. Rovira, convoquée elle aussi devant Llarena, s’exile en Suisse. Un mandat d’arrêt européen est relancé contre les exilés.

25 mars. Revenant d’une visite en Finlande, Puigdemont est arrêté après avoir passé la frontière entre le Danemark et l’Allemagne. Nombreux heurts à Barcelone entre manifestants et Mossos.

5 avril. Considérant qu’il n’y a pas eu rébellion puisqu’il n’y a pas eu violence, la justice du Schleswig-Holstein libère sous caution Puigdemont qui sort de prison le lendemain et s’installe à Berlin en attendant l’issue de la procédure d’extradition pour  malversation.

7 avril. Torrent propose de nouveau Sànchez comme candidat à l’investiture (la Commission des droits de l’homme de l’ONU ayant demandé à l’Espagne le 23 mars de respecter ses droits politiques).

12 avril. Llarena refuse de nouveau l’investiture de Sànchez à cause d’un risque de récidive.

15 avril. Au moins 350 000 personnes à Barcelone contre les emprisonnements à l’appel d’une plateforme réunissant entités indépendantistes et syndicats.

14 mai. Quim Torra, choisi par Puigdemont le 10 mai (le lendemain de la suspension par le TC de la nouvelle loi catalane votée le 4 qui aurait pu permettre son investiture à distance), est élu président catalan au second tour grâce aux 66 voix de JxCat et d’ERC (dont les 2 votes délégués de Comín et Puigdemont) contre les 65 de Cs, du PSC, des Comuns et du PP. Après avoir songé à voter contre, la CUP (4 députés) s’est finalement abstenue mais annonce son passage dans l’opposition.

16 mai. La justice belge repousse l’extradition de Comín, Serret et Puig pour vice de forme (dont elle avait averti Llarena qui n’a pas souhaité rectifier).

19 mai. Torra nomme le nouveau Govern JxCat-ERC qui comprend 2 conseillers prisonniers (Rull et Turull) et 2 exilés (Comín et Puig) aux mêmes portefeuilles que dans le Govern légitime de Puigdemont. Pere Aragonès (ERC) est vice-président et conseiller à l’Économie. Le Gouvernement espagnol bloque la publication des nominations, ce qui empêche la mise en route du Govern et la levée du 155.

29 mai. Torra renonce «  sur leur demande » aux nominations de conseillers prisonniers et exilés, ce qui débloque la publication des nominations.

1er juin. Le gouvernement Rajoy est renversé par la motion de censure socialiste proposée par Iglesias et initiée par Sánchez le 25 mai (le lendemain du verdict de l’affaire Gürtel) et finalement soutenue par ERC, le PDeCat et le PNV (sauveur du budget PP le 23 mai) qui ont annoncé tous deux leur soutien capital le 31 mai après les ouvertures en leur faveur faites par le leader socialiste.

Depuis la motion de censure et la levée du 155

2 juin. Pedro Sánchez devient président du Gouvernement espagnol tandis que les conseillers du Govern Torra peuvent prendre possession de leurs postes, ce qui met fin à la suspension de l’autonomie catalane (en application de l’article 155) décidée le 27 octobre.

4 juillet. Rapprochement des prisonniers catalans : Junqueras, Romeva, Cuixart et Sànchez sont transférés à la prison catalane de Lledoners, Forcadell et Bassa à celle de Puig de les Basses. Rull, Turull et Forn seront transférés eux aussi à Lledoners le 11 juillet.

9 juillet. Première rencontre à la Moncloa entre Pedro Sánchez et Quim Torra (qui est autorisé à parler d’autodétermination). Le Gouvernement va lever ses recours contre les lois sociales catalanes et réactiver les commissions bilatérales. Le lendemain, le juge Llarena suspend 6 députés catalans prisonniers ou exilés dont Junqueras et Puigdemont.

12 juillet. La justice du Schleswig-Holstein rejette l’extradition de Puigdemont pour rébellion et sédition mais accepte celle pour malversation. Dans la foulée, Puigdemont lance le 16 avec Torra et Sànchez un nouveau mouvement politique, la Crida Nacional per la República (auquel le PDeCat accepte de se joindre le 22). Et le juge Llarena renonce le 19 à tous ses mandats d’arrêt européens contre les exilés, ce qui permet à Puigdemont de rentrer en Belgique le 28.

1er août. Première réunion de la Commission bilatérale Généralité/État depuis 2011 présidée par Ernest Maragall et Meritxell Batet. La délégation espagnole refuse un groupe de travail sur l’autodétermination mais lance une série de réunions sectorielles. Opération le lendemain des CDR contre les sièges des partis indépendantistes.

29 août. Point d’orgue de la querelle de l’espace public, Rivera et Arrimadas viennent à Alella retirer des rubans jaunes devant les caméras. La querelle a été attisée par le contrôle par les Mossos d’une expédition armée de décrocheurs de rubans à Ribera d’Ebre la nuit du 18 au 19 août et par la querelle entre deux passants au Parc de la Citadelle de Barcelone le 25.

4 septembre. Dans sa conférence de rentrée, Torra dit qu’il n’acceptera « aucun verdict qui ne soit pas un acquittement » dans le procès de l’indépendantisme. La veille, Sánchez a proposé à la Catalogne un « référendum sur l’autonomie » pour « briser la dynamique des blocs ».

Le leader des Comuns Xavier Domènech annonce qu’il quitte ses fonctions car il est « épuisé politiquement et personnellement » (il sera remplacé le 18 par Jéssica Albiach à la tête du groupe parlementaire et le 24 par Noe Bail à la tête de Podem).

6 septembre. Première réunion de la Junte de sécurité Généralité/Gouvernement espagnol depuis juillet 2017. Après les polémiques sur les dysfonctionnements entre Mossos et corps policiers nationaux ayant marqué l’anniversaire des attaques du 17 août à Barcelone et Cambrils, le ton est à l’apaisement et à la concertation puisque la Généralité participera désormais à l’organisme antiterroriste national et aura accès à ses données.

11 septembre. La manifestation de la Diada rassemble environ 1 million de personnes sur la Diagonal de Barcelone.

21 septembre. Le candidat ERC à la mairie de Barcelone Alfred Bosch laisse sa place au conseiller à l’Extérieur Ernest Maragall.

25 septembre. Pressentie depuis l’été, la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone à la tête d’une « plateforme citoyenne transversale » ayant le soutien de Citoyens est officialisée.

29 septembre. La manifestation (3 000 personnes) du syndicat policier espagnol Jusapol dans le centre de Barcelone suscite une contre-manifestation indépendantiste (6 000 personnes) et des heurts avec les Mossos (24 blessés). La CUP demande la démission du conseiller à l’Intérieur Miquel Buch.

1er octobre. L’anniversaire du référendum est célébré par des manifestations l’après-midi dans les 4 capitales provinciales dont 180000 personnes à Barcelone. Le soir, incidents devant le Parlement (mais aussi à Gérone et Lérida) entre les Mossos et des manifestants.

2 octobre. Dans son discours de politique générale au Parlement, Torra avertit que « s’il n’y a pas de proposition pour exercer de manière négociée l’autodétermination de la Catalogne en novembre, l’indépendantisme ne pourra garantir aucune sorte de stabilité au Congrès » (ultimatum dont se désolidarise ERC le lendemain). Après des négociations ardues entre ERC et JxCat depuis l’été, le Parlement rejette la suspension des députés prisonniers et exilés par le juge Llarena mais leur laisse la possibilité de confier leur voix à un autre membre de leur groupe (ce que font Junqueras et Romeva pour ERC mais pas les députés JxCat suspendus).

4 octobre. Journée de confusion au Parlement sur la suspension des députés, ERC et JxCat n’ayant apparemment pas compris dans le même sens le vote de la veille et un accord in extremis n’étant pas validé par les juristes. Le lendemain, Torra et Aragonès doivent convoquer une conférence de presse pour s’engager à « renforcer l’accord stratégique de législature » et nier une crise entre les deux partenaires du Govern.

9 octobre. L’indépendantisme perd sa majorité absolue au Parlement, le Bureau (votes ERC et PSC) ayant suivi les indications des juristes et Puigdemont, Turull, Rull et Sànchez (qui perdent leur siège) ayant refusé la formule de délégation de vote initiale. La majorité gouvernementale n’est plus que de 61 députés et dépend donc de l’attitude de la CUP, des Comuns et du PSC.

12 octobre. Les unionistes rassemblent 65 000 personnes à Barcelone à l’occasion de la Journée de l’Hispanité.

19 octobre. Iglesias (qui a conclu avec Sánchez un pacte budgétaire le 11 octobre) va visiter Junqueras à la prison de Lledoners. Junqueras lui dit qu’ERC ne votera le budget espagnol que si Sánchez fait « un geste ». Iglesias téléphone aussi à Puigdemont le 21.

23 octobre. Elisenda Alamany (porte-parole du groupe Comuns) et Joan-Josep Nuet (EUiA) présentent une nouvelle plateforme critique vis à vis de la direction des Comuns appelée Sobiranistes. Alamany démissionne de son poste de porte-parole le 29.

27 octobre. Réunion de lancement à Manresa de la Crida qui, selon Puigdemont, doit être un « nouvel outil » qui devra « disparaitre » dès l’obtention de l’indépendance. Le mouvement aurait enregistré 51 000 adhérents qui auront droit à la double appartenance.

30 octobre. Lancement officiel au Palais de la Généralité du Conseil de la République qui doit piloter le « débat constituant » et est ouvert à toute personne « sans limite d’âge ni d’origine » désireuse de participer à la « construction » de la République. Le Conseil est une entité privée de droit belge et ne sera pas subventionnée, elle est gérée au jour le jour par Toni Comín.

2 novembre. Publication des actes d’accusation pour le procès de l’indépendantisme, l’instruction étant close depuis le 25 octobre. À la différence du Parquet du Tribunal Suprême, l’Avocat de l’État (qui dépend directement du Gouvernement espagnol) ne retient pas la rébellion ni donc la violence, ce qui réduit les peines de prison demandées à peu près de moitié (25 années pour Junqueras selon le Parquet, 12 selon l’Avocat de l’État). Torra et Torrent lisent une déclaration de protestation devant le Parlement avec tous les députés indépendantistes.

16 novembre. Torra et Aragonès réunissent au Palais de la Généralité tous les partis catalans sauf le PP, Cs et la CUP. Le « consensus minimal » auquel ils parviennent est que le conflit entre l’État et la Catalogne nécessite une « solution politique ».

19 novembre. Publication de conversations sur Whatsapp du porte-parole PP au Sénat Ignacio Cosidó où il tente de convaincre ses collègues de l’avantage de l’accord du 12 novembre avec le PSOE sur le renouvellement du CGPJ puisqu’il permet de mettre à sa tête le juge Marchena qui contrôlera « la deuxième chambre du TS par derrière » (celle chargée de juger les indépendantistes). Le lendemain, Marchena annonce qu’il refuse sa nomination à la tête du CGPJ et présidera donc le procès du 1-O. Mort-né, l’accord sur le CGPJ aurait permis par ricochet une composition plus progressiste du tribunal. L’affaire n’améliore pas l’image de la haute justice espagnole après celle de l’impôt sur les hypothèques (le TS ayant statué en octobre que c’était aux banques et non aux emprunteurs de le payer avant de se raviser le 6 novembre).

29 novembre. Le Govern signe un accord (prévoyant 250 embauches) avec les médecins des centres de santé publics en grève depuis le 26.

1er décembre. Deux des prisonniers, Jordi Sànchez et Jordi Turull, annoncent commencer une grève de la faim pour protester contre la lenteur du Tribunal Constitutionnel qui retarde leurs recours à la justice européenne. La veille, Òmnium a diffusé une photo des 7 prisonniers ensemble à Lledoners pour affirmer leur solidarité. Le 3, Josep Rull et Quim Forn se joignent à la grève de la faim.

2 décembre. Défaite du PSOE de Susana Díaz aux élections andalouses. Après une campagne où il a été beaucoup question de la Catalogne, la droite est pour la première fois majoritaire, le parti d’extrême-droite Vox obtenant 11 % des suffrages. Un gouvernement régional dirigé par Juan-Manuel Moreno (PP) en coalition avec Cs et avec le soutien de Vox est investi le 16 janvier.

8 décembre. Deux jours après de nouveaux heurts entre Mossos et manifestants antifascistes à Gérone et Terrassa (des dizaines de blessés) à l’occasion du 40anniversaire de la Constitution espagnole, le blocage de l’autoroute AP-7 et des opérations péages gratuits organisées par les CDR se déroulent sans opposition de la police catalane. Les différents évènements alimentent la polémique entre la CUP qui exige la démission de Buch, Torra qui lui demande des explications, les Mossos qui demandent plus de soutien du Govern, la justice et le Gouvernement espagnols qui demandent aux Mossos d’agir contre les agissements des CDR.

11 décembre. Menacé d’une grève des fonctionnaires de la Généralité, le Govern accepte de leur payer d’ici 4 ans leurs primes suspendues en 2013 et 2014 à cause des économies budgétaires (il l’avait déjà promis en juin 2017).

20 décembre. Après des semaines de négociation sur le format de la réunion (le Govern voulant un sommet intergouvernemental, le Gouvernement espagnol surtout pas), Pedro Sánchez rencontre Quim Torra au palais de Pedralbes à Barcelone et ils publient un communiqué commun reconnaissant qu’il y a un « conflit politique » qu’il faut résoudre par un « dialogue effectif ».